Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

AEROPORTS DE PARIS : GREVE CE JEUDI ET DEMAIN POUR L'AUGMENTATION GENERALE DES SALAIRES

Publié le par Tourtaux

AEROPORTS DE PARIS en grève le 12 février pour l’augmentation générale des salaires

mardi 10 février 2015 - Réagir Imprimez

Dans la continuité des initiatives engagées pour l’augmentation des salaires, les 4 organisations syndicales représentatives chez ADP, après s’être réunies en intersyndicale, ont décidé que chacune d’entre elle déposerait un préavis de grève identique sur les modalités, et avec une seule et même revendication : Augmentation générale des salaires.

L’intersyndicale doit se réunir cette semaine afin de mettre en place des actions lors de ces 2 demi-journées.

+ d’infos sur le site de la CGT d’Aéroports de Paris

Publié le mardi 10 février 2015

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

COMMUNIQUE DE LA CGT EDUCATION : A L'ECOLE, LA REPRESSION NE DOIT PAS REMPLACER L'EDUCATION

Publié le par Tourtaux

A l’école, la répression ne doit pas remplacer l’éducation Communiqué de la CGT éducation

Au lendemain des attentats des 7, 8 et 9 janvier, dans un climat "d’union nationale" instrumentalisé par le pouvoir, et sur fond de psychose collective contre "ceux qui ne sont pas Charlie", l’école a montré un visage répressif qui tourne le dos aux valeurs qui sont les nôtres.

Le gouvernement a abondé dans ce sens, notamment François Hollande lors de ses vœux au monde éducatif.

Ainsi, des élèves ont été dénoncés à la justice et pour certains emprisonnés, accusés d’avoir perturbé la "minute de silence", ou d’avoir refusé de la faire, ou encore, accusés d’avoir fait "l’apologie du terrorisme", pour des propos tenus à cette occasion.

Par ailleurs, même des enseignants, comme à Poitiers aujourd’hui, peuvent être sanctionnés simplement pour avoir mené, avec leurs élèves, la réflexion sur les causes du drame, pour avoir répondu aux questionnements des jeunes.

Ces réactions sont complètement disproportionnées et n’ont pas lieu d’être. Au-delà des attitudes provocatrices propres à l’adolescence, les propos et réflexions de certains jeunes nécessitent échanges et éventuelles confrontations, et non pas la répression. Être éducateur, c’est d’abord comprendre le point de vue de l’enfant, du jeune, comprendre ce qu’il exprime et pourquoi il l’exprime, en saisir la part de vérité, pour l’aider à avancer.
Le dialogue et le débat, sur une base rationnelle, doit toujours être la réponse qu’on apporte à la jeunesse, et non la culture de la soumission si chère à tous les forces réactionnaires, du MEDEF au FN.

L’école seule ne changera pas la société, mais elle peut contribuer au mieux vivre ensemble, à condition que les éducateurs que nous sommes restent dans leur rôle, et ne deviennent pas des auxiliaires de police.

La CGT Educ’action demande au ministère de ne pas utiliser l’institution à des fins punitives. L’avenir est au développement dans la société de politiques sociales contre l’exclusion et les discriminations, et de politiques éducatives qui ne visent pas à imposer des "valeurs" déconnectées du vécu des enfants et des jeunes, mais à faire partager des valeurs communes d’égalité et de respect, et de solidarité contre les injustices.

Montreuil, le 3 février 2015

2 Messages

  • Non seulement
    "L’école seule ne changera pas la société..." mais c’est la BASE de tout changement, l’origine de toute évolution des esprits :
    une école apprenant aux enfants, depuis la maternelle jusqu’au bac, à réfléchir, à exercer un juste sens critique et à tirer personnellement les leçons de ce qu’ils apprennent, par l’observation, l’analyse, la lecture etc..., leur apprenant aussi le respect de l’autre, la tolérance,la diversité des cultures, etc.etc.

    repondre message

  • La minute de silence que les établissements scolaires ont dû respecter ne suffisait évidemment pas pour dénoncer cette odieuse tentative d’atteinte à la liberté d’expression. C’est une authentique vie scolaire démocratique qui aurait été nécessaire pour prendre le temps de mener de vraies réflexions sur un sujet aussi fondamental. En sachant entendre les recherches de réponses de tous et les défiances de certains, cet autre monde éducatif aurait été en capacité d’entraîner nos jeunes au-delà de la provocation et de l’ignorance.

    Mais hélas la dure réalité est celle d’une institution qui se conforte dans sa traditionnelle logique autoritaire et réactionnaire. Les personnels de direction, en supplétifs des services de renseignements, sont désormais chargés de détecter « des signes précurseurs des pratiques de repli et de radicalisation ». Et l’impensable arrive ...

    1 De jeunes enfants sont incriminés sans discernement !.. Le 15 janvier dans l’Aisne un écolier de 9 ans est auditionné par la gendarmerie pour « apologie du terrorisme » après que les responsables de la cantine aient signalé des propos rapportés par un camarade. Le 28 janvier à Nice, un enfant de 8 ans, est convoqué au commissariat suite à un dépôt de plainte du directeur et la ministre le justifie par l’attitude de son père furieux de l’absence de bienveillance de l’école. Le 3 février, à Cagnes, une élève de CM2 a été entendue par la gendarmerie pour des propos "inquiétants".

    2 Et les enseignants subissent aussi !. A Poitiers, le 21 janvier, un professeur de philosophie, pourtant clairement soucieux dans sa pratique professionnelle de s’appuyer sur la réflexion de ses élèves, est suspendu sur la base de dénonciations dont il n’a toujours pas eu connaissance.

    Soyons réactifs pour contrer ces pratiques qui n’ont rien à voir avec l’éducation. Tout d’abord au moins signer cette pétition d’indignation contre l’islamophobie :

    https://www.change.org/p/faisons-toute-la-lumi%C3%A8re-sur-l-affaire-ahmed8ans-najatvb-chtaubira-islamophobie.

    Mais surtout oeuvrons pour que soit mis en œuvre dans les établissements scolaires un vécu concret de la citoyenneté..

    Et pour le prof victime de l’arbitraire signons aussi la pétition qui circule en sa faveur : http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2015N47300

    repondre

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

MONTREUIL : SAMEDI 14 FEVRIER MARCHE CONTRE LES VIOLENCES POLICIERES

Publié le par Tourtaux

Gardien de la paix ? Mon oeil. Marche contre les violences policières à Montreuil samedi 14 février

Publié, le mardi 10 février 2015 | Imprimer Imprimer |       


Dernière modification : mardi 10 février 2015

Montreuil, 8 juillet 2009, place du marché : alors qu’elles protestent contre l’expulsion d’un immeuble squatté, cinq personnes sont touchées par des tirs de flashball, à l’épaule, à la clavicule, à la nuque, au front ; Joachim perd un œil [1].

Montreuil, 14 octobre 2010, devant le lycée Jean Jaurès : un large mouvement contre la réforme des retraites secoue le pays, Geoffrey reçoit un tir de flashball dans l’œil alors qu’il bloque le lycée avec ses camarades [2].

À Noisy le sec en 2012, Amine est tué d’une balle dans le dos par un policier [3]. À Villemomble en 2013, Fatouma perd un oeil suite à un tir de grenade de désencerclement. En 2014, la BAC tire au flashball dans un square du quartier de la Noue à Montreuil. Des histoires comme celles-ci il en existe tant, et nous sommes loin de toutes les connaitre.

 

 

Le collectif huit juillet et les proches de Geoffrey appellent à une marche à Montreuil contre le flashball, contre les violences et l’impunité policières. Elle partira du lycée Jean Jaurès pour se rendre à la place du marché. D’une blessure à l’autre, d’une violence à l’autre, c’est le même combat qu’il nous faut mener.

Chaque fois que la police blesse ou tue, politiques et médias reprennent le même scénario. Ils transforment les victimes en coupables a priori : casseur, délinquant, hooligan, clandestin… Ces catégories cibles, sur lesquelles la police peut tirer sans craindre d’être inquiétée, visent à empêcher de se sentir concerné par ces histoires et de se solidariser.

Ces derniers mois, la mort de Rémi Fraisse, tué par une grenade militaire [4] a résonné avec les mobilisations aux États-Unis suite à l’assassinat de jeunes noirs par la police et à plusieurs acquittements de policiers tueurs. Pendant quelques temps la violence de la police et de l’Etat était sur le devant de la scène publique.

Les attentats de ce début d’année, ou plutôt l’usage qui est fait de ce drame pour mieux nous gouverner par la peur, risquent de balayer une légitime défiance envers des institutions de plus en plus violentes, et de transformer les victimes de la police en dommages collatéraux de la guerre au terrorisme.

La guerre contre le terrorisme est le récit dans lequel ceux qui nous gouvernent voudraient nous entraîner, dans lequel nous devrions faire corps avec eux, acceptant inconditionnellement leur gouvernement. Ce récit vient recouvrir une politique qui se fait contre la population, et contre tout ce qui y résiste. Il s’ajoute à la petite musique quotidienne jouée par les médias pour nous faire accepter ce monde – sa police, sa violence économique, ses réformes destructrices, ses grands projets absurdes, ses plans de rigueurs, ses inégalités naturelles, ses sacrifices obligés, sa concurrence de tous contre tous.

Ne nous laissons pas diviser. Nous avons d’autres histoires à raconter. À nous de les dire et de les rendre visibles.

MARCHE CONTRE LES VIOLENCES POLICIÈRES

SAMEDI 14 FÉVRIER à 14h30

départ du lycée Jean Jaurès,

au début de la rue Dombasle à Montreuil

M° Mairie de Montreuil



En novembre 2014 se sont rencontrés une quinzaine de blessés par flashball et leurs proches, venus de toute la France. De cette rencontre est née l’Assemblée des blessés, des familles, et des collectifs contre les violences policières.

Le 21 février 2015 – un an après la manifestation contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes où la police avait éborgné trois personnes en une journée – le collectif huit juillet et les proches de Geoffrey se rendront à Nantes avec l’Assemblée des blessés pour participer à la manifestation de solidarité avec les ZAD (zone à défendre) et contre les violences d’Etat qu’elles soient économiques, sociales ou policières.

VOIR LA VIDÉO d’APPEL À LA MANIFESTATION DE NANTES ET À LA MARCHE DE MONTREUIL

Source : Se défendre contre la police

VOIR AUSSI L’APPEL POUR LA MANIFESTATION A TOULOUSE

Publié dans Fascisme

Partager cet article

Repost 0

VASTE ET FULGURANTE OFFENSIVE DE L'ARMEE SYRIENNE DANS LE SUD DU PAYS. A DERAA, DEFAITE CINGLANTE ET REDDITION EN MASSE DES TERRORISTES !!

Publié le par Tourtaux


Par Samer R. Zoughaib

L'armée syrienne a lancé une vaste offensive dans le sud du pays, dans un triangle stratégique entre les provinces de Damas, Deraa et Quneitra. Les lignes de défense des groupes terroristes commencent à s'effondrer.

 

L'Armée arabe syrienne a lancé une offensive-éclair, la plus importante depuis des mois, dans le sud du pays. Dans cette région, les groupes extrémistes soutenus par «Israël» et les pétromonarchies du Golfe, dirigés par une chambre d'opération animée en Jordanie par des experts européens et américains, ont gagné du terrain depuis l'été dernier. Leur objectif est d'instaurer une ceinture de sécurité le long du Golan occupé par «Israël», large de 5 à 7 kilomètres, et de faire la jonction entre les provinces de Deraa et de Quneitra, pour menacer, à terme, Damas par le flanc sud.
Des colonnes blindées de l'armée syrienne, appuyées par l'artillerie et l'aviation et par des unités de l'Armée de défense nationale, ont lancé cette offensive dans le but, justement, d'empêcher la jonction entre les groupes extrémistes de Quneitra et de Deraa. L'attaque vise à reprendre un triangle stratégique situé entre ces deux provinces et la campagne au sud de Damas.
 
L'armée syrienne a foncé vers Tall Merhi, Danaji et Deir Maker, qui sont les trois localités séparant la campagne au sud de Damas et les villages du Nord de Quneitra. Après de violents combats et un pilonnage intensif de l'artillerie, les positions des extrémistes ont commencé à s'effondrer et l'armée a pris Tall Merhi dimanche dernier. Elle a ensuite poursuivi sa progression vers Danaji, qu'elle a repris ce mardi, après des combats acharnés, qui ont fait des dizaines de morts et de blessés dans les rangs des terroristes. L'armée syrienne concentre actuellement ses efforts sur Deir al-Adas, plus au sud, qui lui permettra de progresser vers les localités de Nabeh al-Sakhr et al-Hara, qui constituent la limite entre Deraa et Quneitra. Si elle réussit à prendre toutes ces localités, elle menacera alors les deux grands bourgs de Inkhel et Jassem, les principales positions extrémistes au nord-ouest de la province de Deraa.

 

Une diversion qui tourne court

 

Surpris par cette offensive fulgurante, les groupes extrémistes ont du mal à tenir leur position, d'autant que l'armée syrienne a engagé d'importantes forces dans cette bataille. Pour tenter de réduire la pression exercée par les troupes loyalistes, «la première armée», dirigée par le colonel dissident Saber Safar -relevant de l'Armée syrienne libre-, a tenté une diversion en attaquant les positions de l'Armée arabe syrienne dans la localité de Sanamein, située au sud-est de Deir al-Adas. Les tirs de mortier des extrémistes ont fait deux morts et onze blessés civils. Le but de cette attaque était de couper l'autoroute internationale Damas-Deraa au niveau des localités de Farqa et Sanamein, afin de perturber les routes d'approvisionnement de l'armée autour de Inkhil, d'où partent les extrémistes pour attaquer les localités de Deraa.
Les groupes terroristes ont également tenté une diversion similaire près de Kfar Chams, au sud-ouest de Deir al-Adas. Mais ces opérations ont été vouées à l'échec et les extrémistes ont perdu un grand nombre de combattants. 
Cette offensive de l'armée syrienne vers le sud s'accompagne d'un regain d'activité sur la plupart des autres fronts dans le pays. 
Autour de Damas, l'armée syrienne a progressé dans la région de ‘Aley, près de la localité de Douma, au nord-est de Damas, qui est le fief de «Jach al-Islam», dirigé par le terroriste Zahran Allouche, financé par les pétromonarchies. Dans cette bataille, les troupes régulières sont secondées par la milice de «Jaych al-Wafaa», formée d'anciens rebelles repentis, qui ont décidé de revenir dans le giron de l'Etat. Ces dernières semaines, plusieurs milliers de personnes, fuyant les conditions de vie difficiles et les exactions des miliciens de Allouche, ont quitté la Ghouta orientale, et ont été accueillies dans les régions sous contrôle du gouvernement. «Jaych al-Wafa» est formé de ces gens-là, qui veulent se battre pour retourner dans leurs villages, qui ploient sous le joug des extrémistes.
L'armée syrienne a également repris la région stratégique de Ras al-Maqtaa, dans la campagne de Homs, et accentue sa pression sur le quartier al-Waar, dans la ville de Homs, où les extrémistes d'al-Nosra tentent de saboter les efforts de réconciliation.

 

Source : French.alahednews

11-02-2015 | 19:43

 

   
mercredi, 11 février 2015 11:40

Deraa: reddition en masse des terroristes !!    

Deraa: reddition en masse des terroristes !!

IRIB- L'avancée fulgurante des forces syriennes, sur le front de Deraa,
accompagnée de la défaite cinglante des terroristes, ont poussé ces derniers, en majorité, membres d'Al-Nosra, à déposer leurs armes et à se rendre aux forces de l'armée nationale. Selon une dernière information, les terroristes, à Deraa et à Quneitra, ont lancé des sos aux médiateurs du régime Assad, dans des villages de rif de Deraa, soit ceux qui sont impliqués, dans le processus de réconciliation nationale, dans la région, pour solliciter une médiation. les terroristes en sont au stade de demander un accord secret avec l'armée syrienne. l'une des clause évoquée par les terroristes dans le cadre de cet accord est celle-ci : les offociers de l'armée et de sécurité déserteurs syriens demanderaient une amnistie en échange de la remise du contrôle des villages occupés de Queintara et de Daraa. une majorité d'habitants de ces villages collaborent étroitement avec l'armée syrienne et informent l'armée et ses alliés des voies d'approvisionnement et des repaires  des terroristes  

 

  

Publié dans Syrie

Partager cet article

Repost 0

LE TRIANGLE SYRIE, HEZBOLLAH, IRAN FRAPPE DARAA CONTRAIGNANT LES TERRORISTES A UNE REDDITION MASSIVE

Publié le par Tourtaux

mercredi, 11 février 2015 09:31

Triangle Syrie/Hezb/Iran frappe Daraa: les 1ers acquis?

  •      
Triangle Syrie/Hezb/Iran frappe Daraa: les 1ers acquis?  
IRIB- Au troisième jour de la vaste offensive lancé par l'armée syrienne
et ses alliés contre les deux rifs de Damas et de Daraa , les premiers acquis militaires ne se sont pas faits attendre. le point de concentration des opérations militaires se concentre dans le nord ouest de Daraa et dans le rif ouest de Damas : il s'agit pour les forces de l'armée d'expurger tous les villages et les localités de cette zone de la présence des terroristes. les forces d'infanterie de l'armée syrienne ont passé à l'acte , secondé très vigoureusement par les unités de l'artilerie lourde de l'armée syrienne. les cibles onté té Deir al Adas , Tal Marai et Kfar Chams . les unités d'infanteurie ont été largement couvertes par le feu d'artillerie leur avancée a été fulgurante.  un premier acquis . Tal Maraï , à rif ouest de Damas a été libéré... c'est une localité située dans le rif nord de Daraa, un autre point sen,sible des combats . les soldats de l'Infanterie ont poursuivi leur progression et ont également réussi de reprendre le contrôle des collines stratégiques de al Danaji , ce qui leur permet d'avoir sous leur feu direct les cités de Deir Maker, de al Danaji et de al Bahariya. le fu nourri de l'armée vise également l'axe Deir al Adas et Ffar Chams . les terroristes sont tellement sous le feu qu'ils ne cessent d'en appeler à toutes les milices en action dans les régions environnantes dans l'espoir d'obtrenir leur assisstance et soutien. mardi, une opération éclaire s'est déroulée dans la ville stratégique de kfar Chams . mais quelles sont les tactiques auxquelles les forces syriennes ont en général recours? les soldats syriens et leurs alliés utilisent largement des tactiques basées sur le principle de surprise : des guet-apens tendus aux terroristes s'avèrent particulièrement efficaces dans la mesure où de nombreux terroristes se laissent tomber dans le piège. les opérations sont d'une efficacité redoutable au point de laisser pantois les sites et les sources d'information liés aux takfiris. les terroristes ont perdu quelques 100 effetifs ces derniers jours et ce mis à part des dizianes de blessés , évacués dans des hôpitauix de campagne à rif de Daraa et même en Jordanie .

Publié dans Syrie

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>