Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

5686 articles avec lutte des classes

AEROPORTS DE PARIS : GREVE CE JEUDI ET DEMAIN POUR L'AUGMENTATION GENERALE DES SALAIRES

Publié le par Tourtaux

AEROPORTS DE PARIS en grève le 12 février pour l’augmentation générale des salaires

mardi 10 février 2015 - Réagir Imprimez

Dans la continuité des initiatives engagées pour l’augmentation des salaires, les 4 organisations syndicales représentatives chez ADP, après s’être réunies en intersyndicale, ont décidé que chacune d’entre elle déposerait un préavis de grève identique sur les modalités, et avec une seule et même revendication : Augmentation générale des salaires.

L’intersyndicale doit se réunir cette semaine afin de mettre en place des actions lors de ces 2 demi-journées.

+ d’infos sur le site de la CGT d’Aéroports de Paris

Publié le mardi 10 février 2015

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

COMMUNIQUE DE LA CGT EDUCATION : A L'ECOLE, LA REPRESSION NE DOIT PAS REMPLACER L'EDUCATION

Publié le par Tourtaux

A l’école, la répression ne doit pas remplacer l’éducation Communiqué de la CGT éducation

Au lendemain des attentats des 7, 8 et 9 janvier, dans un climat "d’union nationale" instrumentalisé par le pouvoir, et sur fond de psychose collective contre "ceux qui ne sont pas Charlie", l’école a montré un visage répressif qui tourne le dos aux valeurs qui sont les nôtres.

Le gouvernement a abondé dans ce sens, notamment François Hollande lors de ses vœux au monde éducatif.

Ainsi, des élèves ont été dénoncés à la justice et pour certains emprisonnés, accusés d’avoir perturbé la "minute de silence", ou d’avoir refusé de la faire, ou encore, accusés d’avoir fait "l’apologie du terrorisme", pour des propos tenus à cette occasion.

Par ailleurs, même des enseignants, comme à Poitiers aujourd’hui, peuvent être sanctionnés simplement pour avoir mené, avec leurs élèves, la réflexion sur les causes du drame, pour avoir répondu aux questionnements des jeunes.

Ces réactions sont complètement disproportionnées et n’ont pas lieu d’être. Au-delà des attitudes provocatrices propres à l’adolescence, les propos et réflexions de certains jeunes nécessitent échanges et éventuelles confrontations, et non pas la répression. Être éducateur, c’est d’abord comprendre le point de vue de l’enfant, du jeune, comprendre ce qu’il exprime et pourquoi il l’exprime, en saisir la part de vérité, pour l’aider à avancer.
Le dialogue et le débat, sur une base rationnelle, doit toujours être la réponse qu’on apporte à la jeunesse, et non la culture de la soumission si chère à tous les forces réactionnaires, du MEDEF au FN.

L’école seule ne changera pas la société, mais elle peut contribuer au mieux vivre ensemble, à condition que les éducateurs que nous sommes restent dans leur rôle, et ne deviennent pas des auxiliaires de police.

La CGT Educ’action demande au ministère de ne pas utiliser l’institution à des fins punitives. L’avenir est au développement dans la société de politiques sociales contre l’exclusion et les discriminations, et de politiques éducatives qui ne visent pas à imposer des "valeurs" déconnectées du vécu des enfants et des jeunes, mais à faire partager des valeurs communes d’égalité et de respect, et de solidarité contre les injustices.

Montreuil, le 3 février 2015

2 Messages

  • Non seulement
    "L’école seule ne changera pas la société..." mais c’est la BASE de tout changement, l’origine de toute évolution des esprits :
    une école apprenant aux enfants, depuis la maternelle jusqu’au bac, à réfléchir, à exercer un juste sens critique et à tirer personnellement les leçons de ce qu’ils apprennent, par l’observation, l’analyse, la lecture etc..., leur apprenant aussi le respect de l’autre, la tolérance,la diversité des cultures, etc.etc.

    repondre message

  • La minute de silence que les établissements scolaires ont dû respecter ne suffisait évidemment pas pour dénoncer cette odieuse tentative d’atteinte à la liberté d’expression. C’est une authentique vie scolaire démocratique qui aurait été nécessaire pour prendre le temps de mener de vraies réflexions sur un sujet aussi fondamental. En sachant entendre les recherches de réponses de tous et les défiances de certains, cet autre monde éducatif aurait été en capacité d’entraîner nos jeunes au-delà de la provocation et de l’ignorance.

    Mais hélas la dure réalité est celle d’une institution qui se conforte dans sa traditionnelle logique autoritaire et réactionnaire. Les personnels de direction, en supplétifs des services de renseignements, sont désormais chargés de détecter « des signes précurseurs des pratiques de repli et de radicalisation ». Et l’impensable arrive ...

    1 De jeunes enfants sont incriminés sans discernement !.. Le 15 janvier dans l’Aisne un écolier de 9 ans est auditionné par la gendarmerie pour « apologie du terrorisme » après que les responsables de la cantine aient signalé des propos rapportés par un camarade. Le 28 janvier à Nice, un enfant de 8 ans, est convoqué au commissariat suite à un dépôt de plainte du directeur et la ministre le justifie par l’attitude de son père furieux de l’absence de bienveillance de l’école. Le 3 février, à Cagnes, une élève de CM2 a été entendue par la gendarmerie pour des propos "inquiétants".

    2 Et les enseignants subissent aussi !. A Poitiers, le 21 janvier, un professeur de philosophie, pourtant clairement soucieux dans sa pratique professionnelle de s’appuyer sur la réflexion de ses élèves, est suspendu sur la base de dénonciations dont il n’a toujours pas eu connaissance.

    Soyons réactifs pour contrer ces pratiques qui n’ont rien à voir avec l’éducation. Tout d’abord au moins signer cette pétition d’indignation contre l’islamophobie :

    https://www.change.org/p/faisons-toute-la-lumi%C3%A8re-sur-l-affaire-ahmed8ans-najatvb-chtaubira-islamophobie.

    Mais surtout oeuvrons pour que soit mis en œuvre dans les établissements scolaires un vécu concret de la citoyenneté..

    Et pour le prof victime de l’arbitraire signons aussi la pétition qui circule en sa faveur : http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2015N47300

    repondre

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

SYNDICAT CGT DE LA CULTURE DE LA MAIRIE DE PARIS : INCROYABLE MAIS VRAI ! UN ATELIER BEAUX ARTS DE LA VILLE DE PARIS BIENTOT TRANSFORME EN DECHARGE MUNICIPALE

Publié le par Tourtaux

Mercredi 11 février 2015    

 

       201004141184.jpg

 

                                         Reste à savoir qui va nettoyer

Certains appelleraient ça une performance. D’autres carrément du foutage de gueule. Ce qui est sûr en tout cas c’est que l’atelier Beaux Arts de la rue de la Glacière dans le XIIIème va se transformer en une véritable décharge. On sait au moins qu’elle sera municipale.

C’est une idée qui a germé dans le cerveau toujours fécond de l’artiste quand il se veut contemporain voire (un peu) à l’avant-garde. A l’occasion des prochaines portes ouvertes de l’établissement municipal, les 13 et 14 mars va en effet être organisé un superbe spectacle visuel : « les chutes » un happening comme on dit chez les professionnels de la profession qui consiste à jeter dans un escalier des sacs remplis d’on ne sait quoi. « Il s’agira pour chaque étudiants de lancer un sac de chantier, toutes les dix minutes entre le 3ème et le 2ème étage dans la salle Martin Bissière » prévient la direction de l’école. « Cette action doit pouvoir être envisagée comme un acte artistique » les professeurs pourront à présent en parler aux étudiants

Qu’est ce qu’il y aura dans ces sacs ? Ce sera au choix des performers. Certains pourront mettre de la peinture en boite, d’autres de l’huile en bouteille, d’autres encore des gravats, des plumes, voire plus si affinité. « Moi je vais mettre une poule vivante » s’exclame une étudiante qui a laissé planer le doute sur son exécution. A défaut  de galinacées, elle pourra toujours mettre leur fiente dans son sac artistique. Il parait qu’on en trouve pas mal du côté de l’Hôtel de Ville en ce moment. A mois que ce ne soit la ouate qu’elle préfère (lire ici).

 

         chat_vol_m.jpg

                                                              L'imagination artistique est sans limite

 

Pour trouver ces sacs de chantier, pas de panique tout est prévu « le sac s’achète au BHV dans le sous sol côté emballage. Ils sont vendus par lots. Les élèves peuvent se regrouper pour l’achat » précise l’administration

Chaque lancé de sac sera « filmé et enregistré » précise la Direction des affaires culturelles. « ces actions doivent faire en sorte d’obtenir, un impact visuel ou une transformation du contenu » espèrent les concepteurs. En gros, les sacs doivent pouvoir s’éventrer et tout saloper autour. Une sorte de body painting comme on n’en fait plus.

Mais attention, côté sécurité on est prudent chez nos artistes « il faut que l’espace qui reçoit le sac ne soit pas accessible aux visiteurs ». Et oui, il manquerait plus que de finir assommé après avoir été repeint de la tête aux pieds. Bon, on ne sait pas ce que donnera ce curieux mélange . Enfin si, on commence un peu à s’en douter. « Il faut prévoir une équipe de nettoyage » anticipe déjà le direction.

On ne sait si le bureau des pratiques artistiques ( ?) tutelle des ateliers beaux arts municipaux a prévu de lancer un marché pour embaucher une équipe pour nettoyer ce Tchernobyl artistique, mais vu les restrictions budgétaires en vigueur à la Ville de Paris, on doute qu’il puisse y arriver. Alors les femmes de ménage vont-elles s'en charger ? Ce serait une curieuse conception de l’art qui ne sert qu’à asservir un peu plus le prolétariat non ? Plus dure alors serait la chute.

 

                  --KGrHqZHJDgE8for8cT9BPP7471H----60_57.JPG

 


 

Lire aussi

La Mairie de Paris s’est encore plantée pour son parc informatique

 

  

 

 

  

 

  

 

  

 

  

 

  

 

  

 

  

 

  

 

  

 

 

 

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

ROBERT BIBEAU : LA PAUVRETE VOLONTAIRE DES NOUVEAUX VICAIRES DE L'ECONOMIE

Publié le par Tourtaux

LA PAUVRETÉ VOLONTAIRE DES NOUVEAUX VICAIRES DE L’ÉCONOMIE

 

8.02.2015

 

Bibeau.robert@videotron.ca

 

http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/la-pauvrete-volontaire-des-nouveaux-vicaires/

 

Un débat fait rage parmi les bobos, les poncifs économistes, les altermondialistes et  les intellectuels altruistes cloîtrés dans leur Tour d’Argent sur la rue Saint-Jean et dans les bistros des beaux quartiers de Paris, Montréal, Londres, Berlin et New York.  Naomi Klein et Noam Chomsky, font partie de cette fratrie des amis de la petite bourgeoisie.

 

LA question qui tue, LA question qui se pose à l’humanité selon les poncifs des cafés branchés  serait «Doit-on dire NON à la croissance ? » Reprenez votre souffle camarades – bonnes gens à l’arrêt d’autobus qui n’arrive pas, le ticket entre les dents glacées – citoyennes surtaxées – SDF mal logé – déshérités des soupes populaires et des comptoirs alimentaires – petits bourgeois surendettés – chômeurs désespérés – assistés sociaux paupérisés et ouvriers malmenés et surexploités. Quelques poncifs  déconnectés de la réalité se penche sur vos priorités et tels les curés, ils vont trancher à propos de vos désirs inavoués.

 

Pas un de ces bobos alter mondiaux s’épivardant dans La Presse des Affaires n’a remarqué que l’économie capitaliste est en sursis, qu’il n’y a plus de croissance réelle (j’exclus  la surchauffe monétaire inflationniste et l’enflure boursière des actifs spéculatifs). Aucun de ces plumitifs n’a noté qu’un krach boursier de « décroissance » catastrophique s’invite (1).  Et voilà ces intellectuels laïques spéculant sur les relents de bonheur de la décroissance et du misérabilisme croissant des travaillants – pas pour eux évidemment. Pour les plus âgés, vous vous souviendrez des curés et des vicaires d’antan qui discouraient devant nos parents à propos de la misère volontaire des riches souffrants de cet argent mal acquise, courbant sous le poids de ce patrimoine marchand spolié, que le thuriféraire opposait au bonheur du pauvre laboureur s’échinant sur sa charrue de la barre du jour à la nuit venue ?

 

Permettez que je vous cite une fleur de ce jardin d’universitaire. L’auteur sévit aux HEC – la grande école de nos futurs administrateurs capitalistes et étatiques. La prose du servant va comme suit : « Yves-Marie Abraham, cité dans ce dossier [du journal La Presse du 31 janvier 2015], tenant de la décroissance, affirme que « Ce modèle de croissance à tout prix arrive à ses limites ». Tiens j’avais cru comprendre que la croissance était terminée depuis longtemps et pas près de revenir. Mais où donc ce jésuite a-t-il observé de la croissance ? Est-ce auprès des malades qui attendent que le ministre de la Santé réduise les temps d’attente à l’urgence, ou auprès de ceux qui n’ont toujours pas de médecin de famille, malgré les promesses du ministre Barrette ?

 

Les poncifs économistes déblatèrent comme si quiconque ici sur Terre avait le moindre contrôle sur la croissance ou la décroissance économique – et sur l’évolution du mode de production capitaliste. Pourtant, chaque gouvernement aux parlements (à Québec et à Ottawa) fait la preuve d’une totale impuissance à contrôler quoique ce soit dans la gouvernance économique de la décroissance. Hier, Harper prétendait équilibrer ses finances. Aujourd’hui, il déchante puisque rien n’est assuré. Barack Obama ne contrôle pas l’économie américaine. Quel pouvoir de planification de la «croissance-décroissance» mondiale possède monsieur Abraham ?

 

On croit rêver à la lecture de ces billevesées déconnectées de la réalité, de la misère des quartiers, de l’endettement astronomique des foyers et de la pauvreté des enfants qui s’épand. C’est ce genre de mystique volontariste qui a fait voter par l’Assemblée nationale une loi pour combattre la pauvreté au Québec dont Québec Solidaire est si fier. Depuis ce libellé avorté, la pauvreté ne cesse de se développer dans la province de Québec en crise systémique chronique.

 

On nous permettra un dernier commentaire à propos des idées étalées dans le bréviaire de l’auteur de l’«Éloge de la richesse ». Ces fadas s’intéressent à l’indice de bonheur et supputent qu’à : « partir d’un certain niveau de PIB, il n’y a plus de corrélation entre le bien-être et la croissance économique, prenant pour exemple le Québec, qui se classe très bien dans cet indice de bonheur de l’OCDE même si son PIB par habitant est relativement peu élevé » (2).

 

Il faudrait que notre universitaire aille s’expliquer devant les vieillards parqués, non lavés, dans des résidences pour personnes âgées, parfois molestées, mal alimentées,  menacées, incendiées, taxées, qui en viennent à réclamer la mort comme une délivrance (et la petite bourgeoisie guerroie pour adopter des lois qui leur permette de se suicider).  Il est à combien l’indice de bonheur dans ces mouroirs de la providence ? Au lieu de prêchi-prêcha à propos de la pauvreté volontaire et plutôt que de spéculer pour savoir si la «croissance économique» est un objectif louable ou pernicieux ces économistes en tricycle devraient tenter de comprendre et de nous expliquer pourquoi la croissance durable est tout simplement impensable en économie capitaliste non planifiée et anarchique, soumise aux lois du profit maximum et de l’accumulation optimum.   

 

MANIFESTE DU PARTI OUVRIER : http://www.publibook.com/librairie/livre.php?isbn=9782924312520

 

 

 

(1)    http://plus.lapresse.ca/screens/d1bfc05f-c372-400c-a2d7-7c40742d6f96%7C_0.html

 

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

RODEZ (12) : MARDI 17 FEVRIER TOUS ENSEMBLE POUR ACCOMPAGNER VICTOR AU TRIBUNAL, INCULPE POUR AVOIR VOULU PARTICIPER AU DIALOGUE SOCIAL !

Publié le par Tourtaux

Mardi 17 février à Rodez (12)

Soutenons Victor !

... inculpé pour avoir voulu participer au dialogue social !
Le 30 mai dernier à Rodez (12-Aveyron), Victor, Musicien Technicien intermittent du spectacle, participait à une manifestation " Contre la Précarité et pour de nouveaux Droits sociaux ".
Cette manifestation pacifique était co-organisée par le CIA, Collectif des Intermittents de l'Aveyron et des composants du mouvement social ( citoyens, collectifs, syndicats et partis politiques).
Le cortège a voulu ouvrir un dialogue social avec F. Hollande venu inaugurer le nouveau musée Soulages.
Un impressionnant dispositif policier était déployé ... Victor a été happé par les forces de l'ordre.

Arrêté, menotté, gardé à vue, Victor s'est vu accusé de violences sur agents.
Il a été inculpé.
Il a toujours nié les faits.

Il est convoqué au Tribunal correctionnel de Rodez le 17 février 2015 à 10 h.
Lors de ce procès, Victor aura besoin de toute notre solidarité, de tout notre soutien et ... de notre présence.
En recourant à la pénalisation en permanence, le gouvernement tente d'enfermer dans l'illégalité toute pensée contestataire ...
Accompagnons Victor au Tribunal !
Départ en cortège depuis la Salle des Fêtes à 9 h
(accueil petit déjeuner à partir de 8h)
Toute la journée, débats, stands information, spectacle de rue, prise de parole
Si vous ne pouvez venir à Rodez, vous pouvez adhérer au CSIDS :
http://csids.blogspot.fr/
Diffusez, relayez, informez !
Alain Bellebouche pour le CSIDS
Comité de Soutien aux Inculpés du Dialogue Social




--
CIP-idf
http://www.cip-idf.org/
https://fr-fr.facebook.com/CipIdf
Twitter : @CIPIDF
Pour ne pas se laisser faire, agir collectivement, partager infos et expériences, chaque LUNDI, de 15h à 18h, des PERMANENCES ont lieu au Café de la Commune Libre d’Aligre, 3 rue d’Aligre Paris, 12ème. Tel : 01 40 34 59 74

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0