Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

GUERRE D'ALGERIE : LE 1er NOVEMBRE 1954 N'A PAS JAILLI DU NEANT. SON LEVAIN : DES DECENNIES DE LUTTES. FAITS ET MOUVEMENTS SOCIAUX 1950-1954

Publié le par Tourtaux

 

Le 1er Novembre 1954 n’a pas jailli du néant. Son levain : des décennies de luttes sous toutes les formes. Faits et mouvements sociaux 1950-1954

dimanche 8 novembre 2009
par  algerep

La célébration de l’anniversaire du déclenchement de la guerre de libération nationale le 1e novembre 1954 est un moment important pour l’écriture scientifique de l’histoire de l’Algérie contemporaine.

L’année dernière, nous étions quelques fidèles, communistes et patriotes de la guerre de libération nationale, à nous rencontrer au cimetière européen d’El Madania (ex-Salembier) pour rendre hommage au sacrifice d’Henri Maillot mort pour l’indépendance et la libération sociale de l’Algérie, son pays.

Un participant donna lecture de la lettre d’Henri aux journaux français pour expliquer le pourquoi de son choix. Un vétéran du combat national et de classe pris ensuite la parole. Le silence se fit autour de la tombe.

Mustapha Sâdoune, le dernier combattant du « maquis rouge » qui avait réussi à sortir indemne de l’accrochage où était tombé Maillot, parla d’une voix faible - il avait presque 90 ans - pour lancer un puissant message : « Le 1er Novembre, n’a pas jailli du néant, il a été préparé par des décennies d’âpres luttes ». Le hasard fait bien les choses, dit-on, et cet adage est parfois vrai. Un livre magnifique m’était passé entre les mains, il y a de cela près de vingt-cinq ans. Impossible de le retrouver, puis il refait surface, comme ça, dans une bibliothèque.

Ce livre magnifique a pour titre :« Chronologie des faits et mouvements sociaux et politiques en Algérie : 1830-1954 » [1]. Il nous fournit, avec les informations politiques, une foule de faits (un demi-millier de dates) économiques, sociaux et syndicaux.

Il a été écrit il y 25 ans par Abderrahim Taleb Bendiab, moudjahid (très jeune), historien, fin connaisseur de la musique classique algérienne, militant communiste, membre du PAGS (Parti de l’avant-garde Socialiste d’Algérie) clandestin, qui connut d’ailleurs la répression pour cette raison. Disparu trop tôt, il a pu, entre autres, nous léguer ce livre de valeur. Sous son apparence modeste ce livre se démarque de ce qui a été écrit par la plupart des historiens de la guerre de libération. Ce fut une nouveauté.

Taleb Bendiab a posé un problème de méthodologie historique fondamental : « La plupart des ouvrages relatifs à l’histoire du mouvement national algérien centrent l’essentiel de leurs réflexions autour des classes dirigeantes et de leur état-major. Cette approche a conduit très souvent ces historiens à des positions beaucoup plus idéologiques que scientifiques ; ce qui par certains aspects pourrait nuire à la recherche historique. Cette histoire qui centre toute sa réflexion autour de la vie politique peut nous amener parfois à des impasses dans l’étude que nous faisons sur le mouvement national ».

Laissons parler les faits pour voir comment nos fellahs, nos ouvriers, nos syndicalistes, nos femmes ont lutté pied à pied pour leurs droits et leur dignité et exprimé leur solidarité anticolonialiste et anti-impérialiste avec les peuples en lutte pour leur liberté : les cinq dernières années avant novembres 1954, la marmite était en train de bouillir. Le précieux livre de Abderrahim mérite mille fois d’être réédité et mis à la portée de tous à un prix abordable.

M. Nedjar


Extraits de “Chronologie des faits et mouvements sociaux et politiques

en Algérie : 1830-1954

1950 : 225 grèves !

1950-janvier : grèves des dockers d’Oran, avec des manifestations auxquelles participent les femmes des dockers. La Maison du Peuple est saccagée par la police. Les partis et associations : PCA (Parti Communiste Algérien), UDMA (Union Démocratique du Manifeste Algérien), Association des Oulémas, CGT (Confédération Générale du Travail) ont voté un appel dénonçant les brutalités policières. Seul le MTLD (Mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques) ne s’est pas associé à cet appel. Les syndicats algériens obtiennent une représentation autonome au sein de la FSM (Fédération Syndicale Mondiale). Leur autonomie vis-à-vis de la CGT s’accroît.

En avril : les travailleurs des banques engagent une grève qui va durer 53 jours

Au cours de cette année, il y eut 225 grèves avec la participation de 250 000 travailleurs, dont celle des employés de banque : 53 jours et celle des ouvriers mineurs de M’zalta dont la durée a atteint 90 jours.

1951 : hommage vietnamien aux dockers algériens

1951-23 mars-24 avril : grève nationale des gaziers et électriciens d’Algérie. La grève a duré 22 jours.

- 24 avril : un millier d’ouvriers agricoles de Ain Taya se mettent en grève.

- 1 mai : provocations policières contre les Nord-Africains à Paris.

- 8 mai :au cours du congrès de la CGT, « l’organisation syndicale vietnamienne a rendu un hommage particulièrement chaleureux à l’action des dockers algériens contre la guerre impérialiste menée par le gouvernement français contre le peuple vietnamien ».

- 23 juin : grève générale à Ghazaouet, plus de 4000 travailleurs observent des arrêts de travail, le mouvement est total dans le bâtiment, chez les saleurs, les pêcheurs et le dockers.

- 11-16 septembre : des milliers d’ouvriers agricoles de la région de Ain Témouchent, Descartes (Benbadis), Sébdou, Tlemcen se mettent en grève.

- 30 octobre : les dockers d’Alger décident de ne plus charger ou décharger les bateaux à destination des forces anglaises d’Egypte.

- 11.12.13 novembre : première conférence algérienne des ouvriers agricoles qui adoptent la charte des travailleurs de la terre : 120 délégués y ont participé.

- au cours de cette année il y eut environ dans le pays 225 arrêts de travail regroupant approximativement 265 000grévistes.

1952 : 1er mai, incidents sanglants à Oran

- 1er février : grèves et manifestations de solidarité avec le peuple tunisien à travers tout le pays.

- 22 mars : journée d’étude des travailleurs nord-africains à Paris en présence de 209 délégués. « Ils affirment leur volonté inébranlable de lutter de toutes leurs forces pour rendre à leur pays l’indépendance nationale. »

- 8 mars : manifestation des femmes d’Oran affirmant leur solidarité avec le peuple tunisien.

- 18 mars : grève générale de tous les salariés constantinois.

- 28 avril : Bachir Hadj Ali, secrétaire du PCA, Ferroukhi délégué MTLD à l’Assemblée Algérienne, devaient comparaître devant la cour d’appel d’Alger. A cette occasion une puissante manifestation a eu lieu à proximité du Palais de justice.

- 1er mai : incidents sanglants lors du défilé du 1er mai à Oran. Il y a eu plus de 60 blessés.

- Mai : plus de 3000 grévistes dans les territoires du Sud dirigés par Démene Abdallah, membre du CC du PCA.

- Au cours de 1952 on a enregistré 261 arrêts de travail avec la participation de 265 000 travailleurs.

1953 : fusillade contre les travailleurs émigrés à Paris !

- 16 avril : 4000 agents de l’électricité et gaz d’Algérie (EGA) observent une grève d’une journée.

- 8juillet : La Région Economique d’Algérie émet un vœu pour la réglementation du droit de grève et s’élève tout particulièrement contre « les grèves de solidarité » et « grèves politiques ».

- 14 juillet : les ouvriers émigrés -40000- participent au défilé du 14 juillet dans les rues de la capitale française. Des incidents graves font 7 morts et 100 blessés.

- 17 juillet : arrêts de travail à travers toute l’Algerie pour protester contre les fusillades.

- 3 aoùt : près de 700 chômeurs de Khenchela se sont rendus à la mairie pour exposer au maire leur situation et présenter leurs revendications. ..

- 19 décembre : les travailleurs ont participé sous des formes diverses à la journée internationale pour la fin de la guerre du Vietnam décidée par le 3ème congrès de la FSM.

Au cours de l’année il y a eu 68 arrêts de travail dans le port d’Oran, pour l’essentiel : refus par les dockers de charger les bateaux à destination de l’Indochine (48 fois) et de charger ou de décharger les navires transportant du matériel militaire (16 fois) ; (in Echo du dimanche du 7 février 1954)

1954 : six mois de lutte des mineurs de Timezrit !

- 4 janvier : la grève de la mine de Timezrit dure depuis plus de 4 mois. L’administration tente une provocation.

- 29 janvier : 50 000 travailleurs algériens en grève, tandis que le lock-out de Timezrit se poursuit.

- 28 avril : grève d’une journée de tous les travailleurs algériens : 130 000 grévistes, « jamais la gare d’Alger, le port n’ont été désertés aussi totalement par les travailleurs.

- 30 avril : marche de la faim des mineurs de Timezrit.

- 4 mai : après un lock-out de six mois la mine de Timezrit reprend ses activités. La nouvelle direction de la mine signe un protocole d’accord avec les représentants des travailleurs.

- 5juin : Pham Van Dong, ministre des Affaires Etrangères du Nord-Vietnam reçoit à Genève une délégation des syndicats algériens. Il fait la déclaration suivante : « notre combat est le même. La lutte des dockers algériens est considérée par nous comme le symbole de la solidarité de nos deux peuples ».

- 24-27 juin : constitution de l’Union Générale des Syndicats Algériens (UGSA). Les syndicats algériens affiliés à la CGT se transforment en Union Générale des Syndicats Algériens tout en conservant des liens avec la centrale française pour ne pas donner pretexte à une interdiction. Sur les 361 congressistes, il y avait 236 Algériens et 125 Européens.

- 20-21 juillet : Alger Républicain est saisi par deux fois consécutives pour publication d’un reportage mettant en cause la présence française en Algérie.

- 9 septembre : tremblement de terre de la région d’El-Asnam : plus de 1 000 morts. Un grand mouvement de solidarité se développe dans le pays et auprès de l’émigration.

Après les lutte et le levain, le 1er novembre 54 !

Publié dans guerre d'Algérie

Partager cet article

Repost 0

HOLLANDE EN BONNE COMPAGNIE : "UNE FRAPPE CONTRE L'IRAN SOULAGERAIT LA REGION", ASSURE NETNYAHOU !

Publié le par Tourtaux

HOLLANDE EN BONNE COMPAGNIE : "UNE FRAPPE CONTRE L'IRAN SOULAGERAIT LA REGION", ASSURE NETNYAHOU !

 

mercredi 31 octobre 2012

 

 


Dans une interview à Paris-Match publiée mardi, Netanyahou, à qui Hollande n’est pas gêné de dérouler le tapis rouge, déclare tranquillement qu’un bombardement israélien contre l’Iran, générerait un « sentiment de soulagement dans la région ».

Ce fasciste reçu avec les honneurs en France n’est pas peu fier de pouvoir dire aux Israéliens, avant les prochaines élections de janvier dans son pays, qu’il est tout à fait fréquentable, puisque même des "socialistes" l’accueillent à bras ouverts.

On était restés sur un petit froid après les déclarations "off" de Sarkozy le traitant de "menteur, mais maintenant tout va bien : Hollande se charge de procurer une nouvelle virginité à ce malade, à ce fou furieux qui veut déclencher le chaos partout. Et ce dernier a commencé à se servir de cette visite pour faire savoir qu’Israël ne serait pas isolé en cas d’attaque de l’Iran.

“Cinq minutes après une telle attaque, déclare Netanyahou au magazine français, contrairement à ce que croient les sceptiques, je pense qu’un sentiment de soulagement se répandrait dans toute la région".

Ajoutant "l’Iran n’est pas populaire dans les pays arabes". Une autre affirmation totalement aberrante, dans la mesure où les peuples arabes ne se tairaient certainement pas face à une telle agression de l’Iran. Ne pas confondre en effet quelques régimes à la solde des Etats-Unis avec les populations arabes !

Tout le monde sait parfaitement qu’Israël est la seule puissance nucléaire du Moyen-Orient, et le plus grand danger pour la paix dans le monde.

Et notre président "normal", "comme tout le monde", qui a abusé son électorat en se présentant comme un homme de paix et de justice, devrait le savoir aussi, non ?

CAPJPO-EuroPalestine

 

http://www.europalestine.com/spip.php?article7756

Publié dans Israël

Partager cet article

Repost 0

SYRIE : LES AMIS DE HOLLANDE DE L'ASL FONT LA GUERRE AUX MINORITES. 5 CHRETIENS SONT TUES

Publié le par Tourtaux

  Syrie : la guerre contre les minorités s’enflamme

L’équipe du site

 

L'explosion à Sayyeda ZaynabLa guerre contre les minorités en Syrie s'enflamme de plus bel en Syrie. Après Jaramana, habitée par les Druzes et les Chrétiens, puis Hajar al-Aswad à majorité druze, sans oublier les régions kurdes du nord de la Syrie, ni les deux localités chiites Noubbal et Zahraa, (sous embargo de l’ASL), voici de nouveau  la région de Sayyeda Zaynab qui est victime d’un attentat.

Dans un bilan provisoire, 10  civils ont été tués et 30 autres blessés dans l’explosion d’un engin dans un marché de légumes proche du mausolée de la petite-fille du prophète Mohammad (s). Dans cette province sud-est de Damas résident des syriens chiites et des réfugiés irakiens également chiites. L’engin (déposé dans un vélo selon Al-Mayadine et dans la poubelle d’ordure selon Arabs-Press)  a explosé à la sortie des écoles.  Un deuxième engin a été découvert et démantelé et un carnage a pu être évité de justesse. Auparavant, un obus s’était abattu sur un bâtiment résidentiel dans le quartier Gharbat dans la même région tuant et blessant plusieurs civils, selon Sana.

L'explosion à MaadamiyyéDans l’après-midi, une voiture piégée a explosé dans la localité Maadamiyyé-Sham, au sud-ouest de la capitale, tuant au moins une personne et en blessant d’autres. Limitrophe du quartier huppé Mazzé, et comptant 70.000 habitants, le quartier est caractérisé par la multiplicité des communautés et des ethnies syriennes qui l’habitent.

La volonté de miliciens de vouloir massacrer les minorités en Syrie a été constatée par le président de la Commission arabe des droits de l’homme, Haytham Mannaa. S’exprimant dans un entretien avec la télévision BBC, il a accusé les « les djihadistes de vouloir tuer les minorités ».
 

Nous allons égorger les Alaouites

 

Les deux saoudiens qui veulent égorger les AlaouitesDans ce contexte, le site indépendant Syria politic a diffusé une vidéo illustrant deux jeunes saoudiens se trouvant dans le gouvernorat d’Idleb et chantonnant un chant dans lequel ils jurent qu’ils vont éradiquer la communauté des nassirites (alaouites). «  Nous venons pour vous égorger » est-il dit dans le chant. Dans la vidéo, les deux saoudiens rendent également hommage au mollah Omar, le chef des talibans afghans.

 

5 chrétiens tués et 5 autres enlevés


Egalement dans ce contexte, un pasteur chrétien, son épouse et ses trois enfants ont été tués le samedi 28 octobre dernier. Selon le réseau américain chrétien CBN, le meurtre de ces 5 chrétiens a eu lieu dans une région frontalière avec le Liban. Le prêtre qui se prénommait Sami est un musulman converti au christianisme et jouissait de l’aide de l’organisation chrétienne mondiale, Christian Aid Mission, d’après ce qu’en dit le directeur de son bureau du Moyen Orient. 32 familles syriennes chrétiennes liées au pasteur veulent quitter la Syrie.
Et pour ce mercredi, il est question de 5 chrétiens qui ont été kidnappés dans la région Rabla à la frontière avec le Liban.

 

Moscou refuse toujours le départ d’al-Assad

 

Cette situation menaçante des minorités en Syrie intervient alors que les deux chefs de la diplomatie russe et français se sont mis d’accord sur  le maintien des droits des minorités, de l'équilibre interconfessionnel", sur la "nécessité de mettre un terme à la violence" en Syrie.
Mais les deux hommes ont divergé sur le sort du président syrien. Apres un entretien avec son homologue français, Lavrov  a haussé le ton, assurant que « le bain de sang" continuera en Syrie si l'Occident persiste à demander le départ de Bachar al-Assad.
Insistant sur le fait que, dans le communiqué final adopté à Genève, "on ne parle pas du fait que les dirigeants syriens doivent disparaître, c'est donc le peuple syrien qui décidera du départ de Bachar al-Assad", a répété à Paris M. Lavrov.
   "Oui, nous avons une différence d'appréciation sur la présence de Bachar al-Assad dans un organe de gouvernement transitoire", a admis Laurent Fabius.
  

Terrain

 

Le milicien Salah Chehadé tué à DoumaLe bombardement de Hajjariyyé à DoumaDans la Ghouta est, dans la province de Damas, les combats se poursuivent de plus fort et en particulier dans les localités Harasta et Douma. Deux chefs de miliciens ont été tués.

Selon Syrian Documents, il y a eu des tués et des blessés des deux côtés. L’armée a aussi bombardé des positions de l’ASL dans la région Hajjariyyé à Douma (voir photo). Selon la télévision Al-Alam, l’armée a aussi détruit une voiture transportant des miliciens dans la région Roukneddine à Damas

Ce mercredi ont eu lieu les obsèques du général Bilal Youssef Ali, ancien pilote de l’air qui a été tué mardi dans la province de Damas.      
Le général tué Bilal Youssef Ali

 

A Alep, les combats se poursuivent dans la région Karam al-Jabal au cours desquels 7 miliciens de l’ASL ont péri. L’armée a aussi bombardé un repaire des miliciens dans le quartier Bani Zeid, tuant et blessant un nombre indéterminé de miliciens.

Entretemps, le sort du chef de la milice Tempête du nord Abou Ibrahim est toujours inconnu voire douteux, d’autant plus que c’est son compagnon Abou Chawki qui répond à son portable. Mardi, la télévision al-Mayadine avait annoncé sa mort dans des combats avec des combattants des Comités populaires kurdes, chargés de protéger les localités kurdes. Des sources de sa localité Azzaz assurent pour le site Arabs-Press qu’il n’est pas rentré chez lui, alors que le village a organisé les obsèques de quatre de ses hommes. Des bruits circulent que son cadavre n’a pu être dégagé du champ de bataille et qu’il a été pris en otage par l’une des tribus kurdes.

la journaliste libanais libéré Fida ItaniEn revanche, le sort du journaliste libanais Fida Itani a été en fin de compte élucidé. Séquestré par la milice Tempête du nord depuis la semaine passée, il a été relâché dans l’après-midi de ce mercredi et se trouve désormais dans le territoire turc.
  
A Idleb, l’ASL aurait abattu un hélicoptère de l’armée syrien, une information diffusée par Sky news, mais non reprise par aucun autre media. Par ailleurs, le site syrian Documents a signalé que le commandant de la milice Chevaliers du Vrai a été blessé et un de ses hommes tué dans des combats avec les militaires gouvernementaux.  
A Hama, 10 miliciens ont été blessés dans des combats avec les forces gouvernementales dans le village Dahiriyyé. 
      

 

Source: Divers

31-10-2012 - 19:13 Dernière mise à jour 31-10-2012 - 19:17

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=83441&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

Publié dans Syrie

Partager cet article

Repost 0

UN GRAND CHEF TOUAREG ALGERIEN SE PRONONCE CONTRE UNE INTERVENTION ETRANGERE AU MALI

Publié le par Tourtaux

Mali: un grand chef touareg algérien contre une intervention étrangère

Le chef touareg Mahmoud Guemama, élu de Tamanrasset, région frontalière avec le nord du Mali, s'est prononcé contre une intervention militaire étrangère dans ce pays voisin, dans un entretien publié lundi par le quotidien arabophone Elkhabar.

 

"Ce que demandent les Etats-Unis et la France va causer beaucoup de problèmes, et nous, dignitaires de l'Ahaggar (région où vivent les Touaregs algériens), demandons à l'Algérie de continuer à s'opposer à une intervention militaire étrangère et à privilégier le dialogue", a déclaré M. Guemama, qui est député du Front de libération nationale (FLN, parti présidentiel). Il faisait référence à la démarche entreprise par la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) en vue d'une intervention dans le nord du Mali occupé par des groupes radicaux islamistes.

 

Cette intervention a le soutien de la France et des Etats-Unis, qui sont prêts à une aide logistique. "Nous sommes davantage préoccupés par les villes algériennes du Sahara que par le nord du Mali", a-t-il ajouté. "Nous connaissons le début d'une intervention militaire, mais nous n'en connaissons jamais la fin: la Libye est un très bon exemple" souligne M. Guemama. "L'intervention étrangère au Mali a des objectifs coloniaux et c'est l'Algérie qui est visée par la crise au nord du Mali", affirme encore le chef touareg.

 

http://www.letempsdz.com//content/view/80218/1/

Publié dans colonialisme

Partager cet article

Repost 0

L'IRAN COMMERCIALISE 10 NOUVEAUX MEDICAMENTS DONT DES ANTICANCEREUX EFFICACES POUR LE TRAITEMENT DE 11 CANCERS DIFFERENTS

Publié le par Tourtaux

L’Iran commercialise 10 nouveaux médicaments

 

L’équipe du site

 

Dix nouveaux médicaments, dont  des anticancéreux seront dévoilés ce mercredi soir à Téhéran en présence du vice-président iranien. Les médicaments et ses matières de base sont produits par 3 compagnies pharmaceutiques.

Il s'agit des médicaments qui occupent la 4ème place mondiale en termes d'efficacité .

Ces médicaments sont efficaces pour le traitement de plus de 11 variétés de cancer dont celui de l'appareil digestif.

Parmi ces articlesm on peut, également citer un médicament anti diabète qui, avant celà, était un produit exclusif des compagnies américaines.

Source: Divers

31-10-2012 - 14:48 Dernière mise à jour 31-10-2012 - 14:48

 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=20&frid=20&eid=83391

Publié dans Iran

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>