Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LE SANGLIER ROUGE PRESENTE SES MEILLEURS VOEUX DE SANTE, DE BONHEUR, DE LUTTES VICTORIEUSES ET DE PAIX POUR 2013

Publié le par Tourtaux

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

LE GOUVERNEMENT FRANCAIS A-T-IL VOULU ASSASSINER LE PRESIDENT PROGRESSISTE HUGO CHAVEZ ?

Publié le par Tourtaux

 

La France a-t-elle voulu assassiner le président Hugo Chavez ?

 

Hugo Chavez

 

Les autorités vénézuéliennes ont extradé samedi un agent des services de renseignement français Frédéric Laurent Bouquet, qui purgeait une peine de prison pour avoir tenté d’organiser l’assassinat du président Hugo Chavez en 2009.

« Un agent des services de renseignement français qui a purgé une peine après avoir été condamné pour son intention d’assassiner le chef de l’Etat qu’il a avoué, a été expulsé du Venezuela. », a écrit Iris Varela, la ministre vénézuélienne de la Justice.

Frédéric Laurent Bouquet a été arrêté avec trois citoyens de la République dominicaine en 2009 pour possession d’armes de guerre et d’explosifs, ainsi que pour tentative d’assassinat contre le président Hugo Chavez, le 18 juin 2009. Il a admis sa culpabilité, tout en reconnaissant qu’il était arrivé au Venezuela pour tuer Chavez et avait été condamné à quatre ans de prison.


Frédéric Laurent Bouquet

 

Il avait été arrêté en mai 2009 après la découverte d’une grande quantité d’armes dans un appartement situé à Caracas, supposé lui appartenir. La police scientifique avait saisi 13 fusils, deux mitrailleuses, trois carabines de chasse, 500 grammes d’explosifs C-4, environ 5 000 cartouches, des radios professionnelles à longue distance et des uniformes militaires, avait affirmé le ministère public.

En vertu de la loi vénézuélienne, les ressortissants étrangers, qui constituent une menace pour la sécurité nationale, peuvent être expulsés de son territoire. Le gouvernement vénézuélien n’a pas encore indiqué dans quel pays le Français a été extradé. Mais la ministre vénézuélienne n’a pas donné d’autres détails, ni préciser vers où a été déporté l’agent français présumé.

L’ambassade de France au Venezuela n’a pas fait de commentaire sur cette information.


Source : Ouest-France / La Voix de la Russie

 

http://tsimokagasikara.wordpress.com/2012/12/31/la-france-a-t-elle-voulu-assassiner-le-president-hugo-chavez/

Publié dans Venezuela

Partager cet article

Repost 0

SYRIE : LA BARBARIE TERRORISTE CONTINUE - QUATRE PILOTES TURCS ARRETES !

Publié le par Tourtaux

Syrie : 4 pilotes turcs arrêtés,un chrétien donné aux chiens,un cheikh sunnite tué

 

L’équipe du site

 

 

Les milices de l’opposition syrienne armée ont tué et décapité un syrien chrétien et donné son cadavre à manger aux chiens.

Cette information a été révélée pour le quotidien britannique Sunday Times dans son numéro de dimanche par Agnès-Marie de La Croix, mère supérieure du monastère St James le Mutilé, situé entre Damas et Homs.

Selon cette religieuse syrienne d’origine palestinienne qui s’intéresse au sort des Chrétiens de Syrie depuis l’éclatement de la crise et révélé les persécutions dont ils font l’objet des mains des insurgés armés, André Arabache qui venait de se marier a été kidnappé le mois de mars dernier et tué durant ce mois-ci. Il a été exécuté parce que son frère a dit que les insurgés se comportent comme des bandits.


Les extrémistes contrôlent l’insurrection


Photographie d'archives (et non de la victime)Mère Agnès est en tournée en Europe pour sensibiliser l’opinion publique sur ce qu’elle considère être  «  le penchant des insurgés vers l’extrémisme islamiste et la transformation de la Syrie en un centre d’attraction des mercenaires islamistes venus de tous les coins du monde, dont la Grande Bretagne ».

Elle a expliqué au correspondant du journal à Paris que « ce sont les miliciens islamiques qui contrôlent désormais l’insurrection militaire et qui sont plus intéressés par le fait de mener une guerre sacrée, que de changer le régime : «  le conflit en Syrie s’est transformé en un conflit confessionnel, et les Chrétiens en paient un lourd tribu ».


200 familles chrétiennes chassées de Ras el-Aïn


La religieuse syrienne a même révélé que les miliciens ont expulsé 200 familles de la localité Ra’s elAïn, limitrophe de la Turquie, et située dans le gouvernorat de Hassaké. Cette localité a fait l’objet d’un assaut commandité des régions turques le mois passé : ses maisons ont été pillées, et certains de ses habitants ont été enlevés en échange de rançon. Rappelant que tous les villages chrétiens sont à la merci des insurgés, Mère Agnès-marie conclut : « le soutien de l’Occident aux insurgés est un scandale au monde libre et démocratique ».
Attaque contre le Mausolée de Sayyeda Zaynab
Les régions chiites aussi font l’objet d’attaques presque quotidiennes. Surtout la région de Sayyeda Zaynab, au sud de la capitale, où se trouve le mausolée de la petite-fille du prophète Mohammad (s). Dimanche (30-12-12), l’entourage du site religieux a été le théâtre d’une attaque armée. Selon le site de la chaine d’al-Manar, plusieurs personnes ont été tuées et blessées.


Des cheikhs sunnites tués


Cheikh Abdallah SalehMêmes les sunnites hostiles à l’insurrection armée en pâtissent avec la barbarie des miliciens.
Depuis le début de l’insurrection, plusieurs religieux et personnalités sunnites ont été abattus. Le dernier des victimes est le directeur du legs dans la localité de Rakka, cheikh Abdallah Saleh. Il a été tué dimanche d’une balle dans la tête alors qu’il sortait de chez lui.
Après avoir rendu hommage à la victime, le ministère du legs syrien a dénoncé les tueries dont sont victimes les ulémas et les directeurs de legs, estimant que « ceci est la preuve que la guerre contre la Syrie est menée par des groupuscules takfiris et terroristes, à leur tête Al-Qaïda, contre la voie modérée et médiane prônée par la pensée islamique syrienne ».


Les pillages se poursuivent


En parallèle aux massacres, assassinats et expulsions, les pillages battent leur plein.
Le site Syria Truth a publié un reportage repris de la télévision kurde syrienne « Ronahy », rendant compte des actes de pillage perpétrés par les miliciens du front al-Nosrat d’Al-Qaïda et de l’Armée syrienne libre dans la localité Tal-Half, proche de Ra’s-el-Ayne. Le programme a interviewé les habitants de cette région qui a fait l’objet d’une attaque commandité des régions turques. Ils ont raconté comment les miliciens ont brûlé des tonnes de blé, et comment ils n’ont même épargnés ni les fenêtres, ni les portes des installations officielles, ni mêmes les câbles qui alimentent la région en électricité. Comme d’habitude, la destination de tout ce pillage est la Turquie.

La semaine passée, le quotidien britannique The Guardian a réalisé un reportage dans lequel il révèle que les miliciens s’entretuent entre eux pour s’approprier les pillages et les butins.


Pénurie de sédatifs


Par ailleurs, le site Arabs-Press a révélé l’existence d’une pénurie des médicaments anti-toux pour les enfants dans la ville d’Alep. Selon le témoignage d’un pharmacien ayant requis l’anonymat, cette potion analgésique  est consommée en grande quantité par les miliciens, à la place des drogues et des pilules hallucinantes. Un militant des comités de coordination a révélé que ce sont les étudiants universitaires qui ont appris aux miliciens de boire ce médicament, depuis que les ulémas ont interdit aux miliciens la consommation des pilules.


Miliciens: conflits intestins


Miliciens du front al-NosraÀ Alep et sa province, au fur et à mesure que les forces gouvernementales poursuivent leur avancée, des conflits intestins eéclatent ntre les miliciens des deux plus grands groupes en action, brigade Tawhid de l'ASL et le front al-Nosra d'al-Qaïda, qui se lancent des accusations sur les causes de leurs échecs sur le terrain.

Des sources locales ont signalé  pour le site Arabs-Press que des miliciens du front d’Al-Qaïda ont liquidé un grand nombre de miliciens du Tawhid dans les régions de la province d’Alep.
Il est également question d'une lettre que les dirigeants de la brigade Tawhid ont envoyée à Riad et Doha à travers des médiateurs libanais, menaçant de s’attaquer aux sièges du front s’il continue dans ses tentatives de s’emparer des régions de la province d’Alep et d’Idleb.
Des sources assurent que le front al-Nosra tend de plus en plus à réaliser seul ses opérations, et s’emploie à  se débarrasser des éléments de l’ASL pour préparer l’annonce de l’émirat islamique à Alep. 

Implication turque et tunisienne au plus fort: 4 pilotes turcs arrêtés


Aéroport KowayserNouvelle exemple de l’implication turque dans la crise syrienne : 4 pilotes turcs ont été arrêtés par les forces gouvernementales syriennes, ont révélé le site Arabs-Press et d’autres sites syriens, alors qu’ils tentaient de s’infiltrer en compagnie de miliciens dans l’aéroport Kowayres, situé aux confins avec la frontière turque et que les différentes milices de l’insurrection tentent d’occuper.
Selon la télévision Al-Mayadine, les 4 pilotes ont étés emmenés à Damas pour subir un interogatoire.

Du côté tunisien, l’implication aussi se fait de plus en plus remarquer. Selon le journal algérien « Al-Khabar », il existe trois camps situés dans ce pays, pour entrainer des miliciens et les envoyer en Syrie. Ils ont été localises dans la région Jandouba, à 60 Km de la frontière avec l’Algérie.

Des dizaines de miliciens tunisiens ont été tués en Syrie, alors qu’ils combattaient aux côtés des miliciens.


Version AFP-OSDH


((( Une trentaine de cadavres portant des marques de torture ont été retrouvés dimanche soir dans un quartier du nord de Damas régulièrement théâtre de combats entre soldats et rebelles, a rapporté lundi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
   "Une trentaine de corps ont été découverts dans le quartier de Barzé. Ils portaient des traces de tortures et n'ont pu être identifiés jusqu'à maintenant", a indiqué l'ONG qui s'appuie sur un large réseau de militants et médecins en Syrie.
  
Le réseau de militants de la Commission générale de la révolution syrienne (CGRS) a estimé à une cinquantaine le nombre de corps retrouvés, ajoutant que "leurs têtes ont été coupées et défigurées au point qu'il n'est plus possible de les identifier".
  
La CGRS a accusé les "chabbihas", les milices du régime, d'être derrière ces "exécutions sommaires".
Il était impossible de confirmer ces informations de source indépendante en raison des graves violences qui secouent le pays et des restrictions imposées à la presse internationale par les autorités syriennes.
  
Cette découverte est intervenue le jour même où l'émissaire international pour la Syrie Lakhdar Brahimi affirmait avoir un plan susceptible d'être accepté par l'ensemble de la communauté internationale pour mettre fin au conflit qui a fait plus de 45.000 morts en 21 mois, selon l'OSDH.
  
Dimanche, 160 personnes ont péri à travers la Syrie, dont 78 civils, 41 soldats et 41 rebelles, selon l'OSDH.)))

 

Source: Divers

31-12-2012 - 15:26 Dernière mise à jour 31-12-2012 - 15:47

 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=90401&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

Publié dans Syrie

Partager cet article

Repost 0

UNE TECHNOLOGIE IRANIENNE DE POINTE LORS DES MANOEUVRES NAVALES

Publié le par Tourtaux

L’Iran mène un exercice de guerre informatique lors de manoeuvres navales

Iran/Manoeuvres militaires

Au 4eme jour des manœuvres navales Velayat-91, l'Iran a mené pour la première fois un exercice d'attaque et de défense informatique dans le cadre des manoeuvres navales menées depuis une semaine autour du détroit stratégique d'Ormuz, selon un porte-parole militaire cité lundi par les médias iranien.

Une unité de cyber-défense de la marine a "lancé une attaque contre le réseau informatique des forces défensives (lors des manoeuvres) avec l'objectif d'infiltrer ce réseau pour y pirater des informations et y introduire des virus", a déclaré le contre-amiral Amir Rastgari cité par le quotidien officiel Iran Daily.

L'attaque a été détectée et repoussée par les forces défensives, a-t-il ajouté.

C'est la première fois que l'Iran évoque publiquement un exercice de guerre informatique dans le cadre de manoeuvres militaires.

L'Iran a été la cible depuis trois ans de plusieurs attaques informatiques, qu'il a attribuées aux Etats-Unis et à l’entité sioniste, contre ses installations industrielles, notamment nucléaires et pétrolières, ainsi que ses réseaux de communication ou bancaires.

Téhéran a développé, en réponse, des unités de cyber-défense civile et militaire visant à faire face à cette nouvelle menace.

La marine iranienne et les forces navales des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime, ont mené depuis une semaine d'importantes manoeuvres dans les eaux du Golfe et du détroit d'Ormuz, par où transite le tiers du trafic pétrolier mondial, ainsi qu'en mer d'Oman.

Ces manoeuvres ont été présentées par les responsables militaires comme destinées à "démontrer les capacités navales" de l'Iran et à tester ses "scénarios de défense et de sécurité".

Elles ont notamment intégré des exercices avec des sous-marins ainsi que des tests de plusieurs systèmes de missile, selon les informations publiées par les médias.

 

Tempête de torpilles

L'Amiral RastegariLe contre-amiral Rastegari, également porte-parole de ces exercices, a fait état de lourdes attaques balistiques contre l’ennemi fictif.

« Dans la foulée de la défense effectuée avec succès de la DCA et le retrait des bâtiments ennemis, les sous-surfaces de la Marine iranienne ont tiré des torpilles sophistiquées contre les unités de l’ennemi et ils ont brisé leur force de combativité et ils les ont pourchassées.

« La torpille qui compte parmi les armes stratégiques, a détruit aujourd’hui la cible, a fait état le contre-amiral Rastegari, selon qui, la haute capacité de la torpille a été de telle, qu’il a réussi à détruire le système de moteur du bâtiment qui a ensuite coulé ».

 

Raad et Naser


De même, la dernière génération des missiles sol-air de la Marine iranienne, « Raad » (littéralement tonnerre) ont été tiré avec succès. Il en est de même pour les missiles de courte portée Naser (Victoire).

Les objectifs de ces manœuvres est d’évaluer l’accroissement de la portée des missiles, leurs précisions et leurs capacités destructives, a affirmé M. Rastegari.

 

Les drones sont de fabrication à 100% iranienne

 

Iran/Drone« Les drones dont disposent la Marine iranienne ont été fabriqués par les experts de l’armée, dotés de la technologies haut de gamme», a pour sa part déclaré le commandant aéronaval de la Marine iranienne.

Interviewé par l’Agence de presse Mehr, Ali-Reza Nayyeri, commandant aéronaval de la Marine iranienne, a fait allusion à la grande capacité de l’unité de drones, liée à l’aéronaval de la Marine, pour dire que l’armée envisageait depuis des années à utiliser des drones.

 « Les drones réduisent les dépenses et économisent le temps et l’énergie », a-t-il ajouté avant d’affirmer : « Les drones qu’utilise la Marine iranienne sont de fabrication à 100% iranienne et ils ont été fabriqué grâce aux experts de l’armée qui bénéficient des hautes technologies ». 

Nayyeri, pour qui les équipements et la force humaine constituent les deux ailes de l’aéronaval, a déclaré : « Les équipements militaires sont un constant mais la force humaine, profitant de la capacité de réflexion, est toujours imprévisible pour les ennemis. La pensée, l’initiative et la créativité de la force humaine jouent un rôle décisif dans toutes les guerres et les opérations militaires ».

 

Source: Divers

31-12-2012 - 09:46 Dernière mise à jour 31-12-2012 - 13:48

 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=90326&cid=20&fromval=1&frid=20&seccatid=28&s1=1

Publié dans Iran

Partager cet article

Repost 0

CAMOUFLET POUR ISRAËL : LA COUR SUPREME ISRAELIENNE A ORDONNE QUE LA DEPUTEE PALESTINIENNE ET ISRAELIENNE HANEEN ZOABI POURRA PARTICIPER AUX PROCHAINES ELECTIONS A LA KNESSET

Publié le par Tourtaux

Après recours, Haneen Zoabi pourra participer aux élections à la Knesset

lundi 31 décembre 2012 - 06h:40

Allyn Fisher-Ilan

La Cour Suprême israélienne a ordonné ce dimanche que la députée palestinienne et israélienne Haneen Zoabi pourra participer aux prochaines élections à la Knesset, désavouant ainsi sa disqualification par la commission électorale sous prétexte de sa participation à une flottille de solidarité pour forcer le blocus de Gaza en 2010.

JPEG - 85.3 ko
Haneen Zoabi, issue d’une famille palestinienne qui a pu échapper au nettoyage ethnique de la Palestine en 1948, est députée à la Knesset

Les neuf juges de la Cour ont décidé unanimement que Haneen Zoabi « sera une candidate pour la Knesset » dans le scrutin prévu le 22 janvier, mais sans fournir de détails sur les raisons de leur décision.

Zoabi a subi de larges critiques en Israël pour sa participation à une flottille internationale de solidarité qui s’opposait au blocus israélien sur la Bande de Gaza, un territoire administré par le Hamas.

Haneen Zoabi était sur le Mavi Marmara quand les commandos navals israéliens ont piraté le navire turc en mai 2010, assassinant neuf citoyens turcs à bord.

Le Comité central des élections avait voté le 19 décembre l’élimination de Zoabi aux élections, l’accusant de « soutien à une organisation ennemie ou terroriste impliquée dans un conflit armé contre Israël ».

Zoabi a toujours affirmé qu’elle n’avait joué aucun rôle dans la violence à bord du Mavi Marmara et qu’elle avait essayé de jouer le rôle d’intermédiaire pendant l’incursion.

Le Ministre de l’Environnement Gilad Erdan a critiqué la décision disant que Zoabi avait été impliquée « en exprimant la solidarité avec nos ennemis ».

Zoabi a déclaré la Radio de l’armée israélienne que les juges ont su « ne pas aller dans le même sens que la droite raciste ».

Le comité central des élections, dont un des rôles est d’autoriser ou non les candidats des partis avant le scrutin, est présidé par un Juge de la Cour suprême et composé de députés d’un certain nombre de factions politiques.

Cette commission a essayé plusieurs fois dans le passé d’éliminer les partis politiques arabes sous prétexte de déloyauté vis-à-vis d’Israël, et elle ne peut être désavouée que par la Cour suprême, après appel.

Zoabi appartient au petit parti Balad qui estime qu’Israël ne devrait pas être défini comme état juif, mais soit au contraire une démocratie pour tous ses citoyens.

La plupart des Palestiniens qui composent environ 20 pour cent de la population israélienne sont liés ou descendent des Palestiniens qui ont été expulsés de Palestine en 1948 [dans les mois et semaines qui ont précédé la guerre] au moment de l’établissement de l’État sioniste.

Ces Palestiniens en Israël ont la citoyenneté israélienne, bien que les groupes de défense des droits de l’homme dénoncent le fait qu’ils font face à la discrimination dans l’emploi, l’éducation et les emplois dans la fonction publique.

30 décembre 2012 - Ma’an News - Vous pouvez consulter cet article à :
http://maannews.net/ENG/ViewDetails...
Traduction : Info-Palestine.eu

 

http://srv06.admin.over-blog.com/index.php?module=admin&action=publicationArticles:editPublication&ref_site=1&nlc__=761356978846

Publié dans Palestine

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>