Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LES FRALIB NE DESARMENT PAS !

Publié le par Tourtaux

 

Dimanche 30 septembre 2012

Les FRALIB étaient présent samedi à la manifestation organisée par Les "Ford" au Mondial de l'auto. 

Grande mobilisation et encore une très belle journée de lutte.

 

Dimanche 30 septembre, une trentaine de salariés de FRALIB participeront également à la manifestation nationale à PARIS contre le traité Européen d’austérité.

 

Et pour rappel les 2 prochaines dates très importante pour nous :

 

1)    Le rassemblement devant le Tribunal Correctionnel de NANTERRE mardi 2 octobre à 13H00, pour soutenir notre camarade Gérard CAZORLA assigné par UNILEVER pour diffamation et soit disant avoir sali Leur Honneur !!!

 

2)    Nous appelons à un large rassemblement autour de nous devant la Préfecture à MARSEILLE à  l’occasion de la prochaine table ronde prévue le 3 octobre à 10H00

 

ENCORE ET TOUJOURS :

CONTINUONS LE BOYCOTT DE LIPTON !    

NOUS NE LAISSERONS PAS PARTIR LE THE DE L’ELEPHANT DE PROVENCE

Le thé de l’Eléphant est né  il y a  120 ans à MARSEILLE,

L’Eléphant est Français, en Provence il doit rester.

 

bg header3 r1 c1  logo-copie-1

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

LES USA PRETS A TOUT POUR MAINTENIR LEUR HEGEMONIE ET CELLE DE LEUR DOLLAR

Publié le par Tourtaux

Que ne ferait pas les USA pour maintenir leur hégémonie et celle de leur dollar.


Quiconque échappe service obligé du maintien du dollar à travers le monde, sera châtié.
Ce fut le cas pour Saddam et Kaddafi. Ce dernier travaillait à une monnaie alternative au dollar pour tout le continent Africain et les  pays Arabes. Il aura été éliminé avant de pouvoir le mettre sur pied. Ils ont assassiné Kadaffi non pas parce qu'il fut un dictateur sanguinaire, mais parce qu'il cherchait à rendre son pays indépendant et à aider d'autres à le devenir.
A présent, Washington met à la besogne l'OTAN, britannique en tête avec son porteur d'eau la France pour écraser la Syrie qui commençait à développer ses relations économiques et culturelles de manière multilatérale et avec les BRICS (Brésil-Russie-Chine-Inde-Afrique du Sud).
Cette autre monnaie qui est "Les Droits de l'Homme" commence à être rentable, elle est poussée en avant comme une mascotte au milieu des provocations et des troubles contre les gouvernements qui ne se soumettent pas à la puissance États-unienne et qui cherchent à écarter le dollar dans leurs échanges commerciaux. A ce propos, c'est tout bénéfice pour les Américains, les ONGs sont payés par tous les peuples avec leur argent.
On comprend que le bloc grandissant des BRICS rejoint par le Venezuela se voient contraints de s'organiser pour contrer Washington qui est sans cesse à la manœuvre en prenant les pays en otage les uns après les autres, les uns contre les autres.
On voit que ni les droits de l'homme ni les religions ne sont des causes. Ils sont simplement au service de l'hégémonie américano-israélienne.
Depuis 1945, les USA et Israel sont constamment en guerre quelque part dans le monde. Ils sont aujourd'hui les principales pollution et menace de mort pour toute l'humanité.

La question qui nous intéresse c'est: Pourquoi les occidentaux tiennent-ils tellement à protéger l'hégémonie du dollar alors que l'UE a créé son Euro?
Quel rôle devait et doit jouer l'Euro?
N'est-ce pas là une alternative au dollar dont les membres de l'UE (ou plutôt Allemagne) n'osent le dire ouvertement?
La crise de la dette souveraine n'est-elle pas fabriquée, elle aussi, par les grandes banques américaines et britanniques?
Actuellement une voix se distingue pour faire la loi budgétaire en Europe, celle de l'Allemagne avec sa Deutsche Bank.
Crise budgétaire, désindustrialisation, crise culturelle, régression sociales sont les effets de la punition infligée en retour du respect des sanctions prononcées contres d'autres qu'il faut considérer comme des ennemis dangereux et non plus comme de nouvelles relations, de nouveaux débouchés.
http://antikrieg.com/aktuell/2012_09_29_dollarhegemonie.htm

Publié dans USA

Partager cet article

Repost 0

REIMS : COMME POUR TOUS LES ARCELOR DE FRANCE, L'INQUIETUDE GRANDIT

Publié le par Tourtaux

Dimanche 30 septembre 2012

Mittal-Reims.jpgLe site fait encore partie des plus gros employeurs de la cité des sacres. Mais l'inquiétude ne cesse de grandir au sein d'un site qui comptait il y a encore 5 ans plus de 1 000 salariés. Aujourd'hui, Arcelor Mittal n'emploie plus que 500 permanents. Les intérimaires se font d'ailleurs de plus en plus rares dans les ateliers.

Une partie du métal traité, façonné à Reims provient des hauts fourneaux dont le sort pourrait être scellé dès lundi. Il y a 18 mois, un premier choc avait secoué l'usine Arcelor de Reims. La direction avait en effet annoncé la fermeture de l'atelier plaques et découpes. Une fermeture justifiée par une baisse chronique des commandes depuis 2008. «La fermeture éventuelle de Florange concerne tous les sites en France, toute la «famille» est dans l'attente. Les effets de la crise qui a débuté en 2008 continuent à se faire sentir. Les carnets de commandes baissent au fur et à mesure, les ateliers tournent». Cette baisse d'activité se ressent aussi à l'aune du rythme de travail. Avant 2008, la plupart des ateliers tournaient en 3x8. Aujourd'hui, on ne parle plus que de deux équipes par poste.

 

http://www.lechatnoir51.fr/article-les-salaries-d-arcelor-mittal-reims-inquiets-110710670.html

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

MARSEILLE : VENDREDI 19 OCTOBRE A 19H CHEZ MILLE BABORDS, REGARD D'UNE SYRIENNE SUR SON PAYS

Publié le par Tourtaux

Regard d’une Syrienne sur son pays

 

Le nouveau gouvernement français a, jusqu’à ce jour, chaussé sur la crise syrienne les bottes interventionnistes et militaristes de son prédécesseur.

Les médias dominants, comme à leur habitude, ne se sont pas étonnés de cette continuité  et lui ont pour la plupart d’entre eux emboité le pas sans trop s’interroger sur la pertinence de cette politique guerrière dans une période où les problèmes de la société française devraient pourtant interdire à un gouvernement responsable d’attiser , pour des raisons qui restent obscures, la crise dans d’autres pays. Ironie de l’histoire, la Syrie faisait partie des pays choisis par  l’Union Européenne pour développer avec eux dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen des relations de bon voisinage.

Cette politique de force brute impulsée par les Etats-Unis et qui n’a de soutien que dans les pays capitalistes dominants est maintenant refusée et condamnée par la majorité des pays membres de l’ONU comme l’a démontré la récente conférence des pays non alignés à Téhéran.

Pour que la France sorte de son jusqu’auboutisme guerrier il est nécessaire que l’opinion publique nationale exerce sa liberté de jugement sur cette crise. En effet,  même si aujourd’hui ce sont les syriens qui en subissent les conséquences les plus meurtrières, cette crise comporte des risques importants d’extension internationale.

Déverrouiller l’information est la  première responsabilité de ceux qui souhaitent que la crise syrienne soit réglée par des voies politiques.

C’est pourquoi COMAGUER, Comité Comprendre et agir contre la guerre, fondé à Marseille en 2001 a invité une citoyenne franco-syrienne à nous apporter son témoignage sur la crise dans son pays.

AYSSAR MIDANI, chimiste et informaticienne, est franco-syrienne. Elle préside une association de scientifiques syriens expatriés NOSSTIA et une association culturelle euro-syrienne AFAMIA. Elle vit et travaille en France mais se rend 3 ou 4 fois par an pour organiser congrès, ateliers et formations scientifiques et techniques. Son dernier séjour en Syrie remonte au mois dernier.

 

Nous l’accueillerons

 

 

VENDREDI 19 OCTOBRE A 19 H

       

CHEZ MILLE BABORDS

61 RUE CONSOLAT   13001 MARSEILLE

 

 

Contact: comaguer@nomade.fr

Documents: http:// comaguer.over-blog.com

Emissions : chaque mardi sur Radio Galère 88.4mhzr

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Publié dans Syrie

Partager cet article

Repost 0

LE PARTI COMMUNISTE GREC (KKE) SALUE LE SUCCES DE LA GREVE DU 26 SEPTEMBRE : " UNE PARTICIPATION MASSIVE A LA RIPOSTE AUX MESURES BARBARES FRAPPANT LES TRAVAILLEURS "

Publié le par Tourtaux

pame-26.jpgGrève du 26 septembre: une participation massive à la riposte aux mesures barbares frappant les travailleurs



Communiqué du Parti communiste grec (KKE)



Traduction MA pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net



C'est une grève véritablement massive qui s'est produite en Grèce ce 26 septembre. Des milliers de travailleurs sont passés outre l'intimidation et les menaces du patronat, les difficultés que les mesures barbares ont causé dans la vie quotidienne des ménages ouvriers et populaires, surmontant également les illusions qui pourraient subsister et sont partis en grève. Des dizaines de milliers de travailleurs ont participé aux manifestations du PAME qui se sont tenues dans plus de 70 villes dans tout le pays.



A Athènes et Salonique, les manifestations du PAME ont été impressionnantes, avec un esprit militant remarquable et d'une participation populaire massive, ce que même les ennemis jurés du PAME ne peuvent contester. Il a fallu plusieurs heures pour que le défilé parvienne jusqu'à la place Syntagma. Des dizaines de milliers de travailleurs, de chômeurs, de retraités, d'immigrés, d'indépendants et de petits commerçants ont pris part à la grève du PAME dans tout le pays. Le haut niveau de participation parmi la jeunesse a également été un trait marquant de la journée.



La manifestation impressionnante du PAME à Athènes est le résultat du travail réalisé par les syndicats, les comités de lutte sur les lieux de travail, des comités populaires qui dans la période précédente ont organisé des assemblées, des réunions et discussions dans les secteurs, dans les usines, sur les lieux de travail et dans les quartiers. C'est un fait qui apporte la preuve du renforcement du courant de classe dans le mouvement syndical ; cela nous montre la voie à suivre.



Avant la manifestation, les piquets de grève du PAME dans de nombreux lieux de travail ont mis en échec les stratégies d'intimidation dans les lieux de travail difficiles et ont contribué de façon décisive à la grève. Les mots d'ordre dominants étaient : « Plus aucun sacrifice pour la ploutocratie – nous pouvons vivre sans mémorandum et hors de l'UE ». Cette grève est une réaction importante dans la période, avec le gouvernement de coalition ND/PASOK/Gauche démocratique, main dans la main avec la Troika, finalisant un nouveau massacre du peuple grec au nom du prétendument salutaire allègement de la dette (haircut)



Dans le même temps, l'UE et le FMI se disputent pour savoir qui va profiter des possibles nouveaux « haircut » tout en étant unanime sur la nécessité de continuer à tondre le peuple. Avec le nouveau paquet de mesures, visant à assurer la reprise capitaliste et leur profitabilité à l'avenir, les capitalistes et l'UE exigent l'abolition complète des conventions collectives. Ils exigent que les salaires soient décidés de façon unilatérale par les patrons et le gouvernement. L'abolition du salaire minimum concerne les travailleurs dans le privé comme dans le public, puisque cela conduit à un nivellement vers le bas de tous les salaires et toutes les retraites.



L'augmentation de 33% des timbres de sécurité sociale nécessaires pour avoir droit à la retraite signifie que l'âge de la retraite sera reculé non pas à 67 ans, comme cela est affirmé officiellement, mais bien plus loin, à 72 ans, afin de se conformer à l'espérance de vie moyenne, comme cela est inscrit dans le Traité de Maastricht. Ceux qui possèdent une maison ou un commerce seront taxés sans pitié. Par ailleurs, ils appliquent des coupes drastiques dans les avantages sociaux et les dépenses de la Sécurité sociale, en fermant ou fusionnant des hôpitaux. Ils imposent de nouvelles taxes lourdes s'ajoutant à celles déjà en vigueur, ils coupent l'électricité à ceux qui ne peuvent payer leur facture, ils imposent des amendes, réduisent les salaires, les retraites, les allocations et augmentent le prix de tous les biens.



« Nous n'avons jamais dit que nous allions tout changer avec une seule grève. Des luttes véritablement efficaces ont besoin avant tout que le conflit avec les patrons capitalistes soit porté dans les secteurs fondamentaux. C'est ce dont ils ont peur », a déclaré Giorgos Perros, membre du secrétariat exécutif du PAME lors de la manifestation du PAME.



« De véritables luttes qui doivent aller au conflit et à la rupture avec l'UE. C'est ce qu'ils ne veulent pas car cela ne servirait pas les intérêts des monopoles. Quand ces messieurs proclament que le mémorandum est une politique inefficace, ils sont hypocrites et mentent. De véritables luttes passent par la condamnation des conceptions racistes et nazies de l' « Aube dorée ».



A côté des bureaucrates syndicaux que l'on connaît bien, nous avons désormais une nouvelle génération de bureaucrates qui sont nés dans le même terreau du compromis et de la capitulation face aux intérêts du capital, mais portant de nouveaux masques et vêtus de nouveaux habits. Nous parlons des syndicalistes d' « Intervention indépendante » qui appartiennent à SYRIZA. Après avoir vu bien tardivement la faillite de la majorité de la GSEE et de l'ADEDY, ils portent désormais le drapeau des luttes. Des luttes qui ne coûtent rien. Des luttes sans sacrifices. Ils considèrent la grève juste comme une perte de salaire, et prétendent avoir trouvé de nouvelles formes de lutte en dehors des usines, des services, du lieu de travail ».



Une délégation importante du Comité central du KKE menée par la secrétaire-générale du KKE Aleka Papariga a participé à la manifestation du PAME. La secrétaire-générale a fait la déclaration suivante :



« Ce qu'il faut, c'est un nouveau départ dans une démarche de rassemblement, des formes plus aiguës de lutte et des revendications plus radicales pour renforcer les luttes. Les gens doivent être convaincus qu'une Grèce qui se retire de l'UE, une Grèce où le peuple est au pouvoir peut garantir le développement de la société et empêcher le pire. Si les gens n'en sont pas convaincus, alors les partis au pouvoir garderont la main, avec les ploutocrates et les gestionnaires du système divers et variés qui les trompent de façon éhontée. »



Les incidents limités, que les médias, en particulier les médias internationaux, ont exagéré, visaient à minimiser l'ampleur et les revendications des mobilisations de grève. Le KKE a publié le communiqué suivant :



« L'énorme mobilisation policière afin de traiter le cas d'une poignée d'individus cagoulés, les arrestations de lycéens et d'étudiants loin du centre d'Athènes à l'aube, les course-poursuites jusqu'à la place Omonia même, sont la preuve de la volonté du gouvernement et des appareils d'Etat d'intimider notre peuple. Cela nous prouve également qu'ils ont préparé un plan pour la répression du mouvement populaire même s'il a été mis en échec cette fois, avec cette grève générale et des manifestations massives du PAME dans tout le pays ».



Les prochaines étapes se préparent dès le lendemain de la grève, dans la vigilance militante en vue des prochaines mobilisations dans tous les secteurs, lieux de travail afin de faire échec aux mesures qui mèneraient le peuple à la misère. Les gens doivent renforcer sans crainte leurs luttes ; ils ne doivent pas accepter l'esclavage contemporain.

 


                                                                                                           Dimanche 30 septembre 2012

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>