Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACADEMIE DE GEOPOLITIQUE DE PARIS - COLLOQUE LA GEOPOLITIQUE DU TERRORISME : JEUDI 11 DECEMBRE 2014 14h00-19h ASSEMBLEE NATIONALE 126, RUE DE L'UNIVERSITE 75007 PARIS

Publié le par Tourtaux

 

Jeudi 11 décembre 2014

14h00-19h00

Assemblée Nationale

126, rue de l'Université 75007 Paris

 

L'Académie de Géopolitique de Paris a le plaisir de vous informer de la tenue de son prochain colloque international dans le cadre de ses analyses géopolitiques du monde contemporain. Poursuivant son travail d’approche pluridisciplinaire et totalement indépendante des défis actuels, elle fait appel aux meilleurs spécialistes du terrorisme pour évoquer dans plusieurs communications la spectaculaire évolution de ce phénomène moderne.

Ce colloque se penchera principalement sur les forces en présence du milieu terroriste, les idéologies sectaires qui les mènent et leur nouveau mode d’expression, la nature profonde des mouvements et réseaux, les caractéristiques opérationnelles et les nouveaux modes opératoires, l’hybridation généralisée de ces groupes entre criminalisation et idéologie, les stratégies étatiques et non-étatiques sous-jacentes.

Le colloque sollicitera l'analyse minutieuse des nombreux spécialistes retenus (universitaires, personnalités, militaires, diplomates, journalistes, etc.) auxquels il sera également demandé d’élucider le phénomène inédit et très récent de territorialisation du terrorisme, lequel modifie en profondeur toutes les approches traditionnelles de la question. Enfin, les communications auront naturellement à prendre en compte l’implication, à toutes les échelles géographiques et selon toutes les nuances de l'influence, des puissances locales, régionales et mondiales concernées.

 

LE PROGRAMME

13h30 : Inscription 

14h00 : Allocution de bienvenue par Jacques Myard, député des Yvelines.

Introduction par Ali Rastbeen, Président de l'Académie de Géopolitique de Paris.  

Première table ronde

Modérateur : Ali RASTBEEN, Président de l'Académie de Géopolitique de Paris

 14h20: Laurent LADOUCE, Fédération pour la paix universelle,

            « La généalogie du terrorisme moderne ». 

14h35: Christine BIERRE, Rédactrice- en-chef de Nouvelle Solidarité,

           « Le terrorisme au XX et XXI, une arme dans la guerre irrégulière que se livrent les Etats ».  

14h50: Elie HATEM, Avocat, Professeur à la Faculté Libre de Droit, d'Économie et de Gestion de Paris (FALCO),

            « Les mercenaires européens du Djihâd ».  

15h05: Débat.

15h20: Bernard WICHT, Maitre de conférences à l’Université de Lausanne,

           « Une révolution militaire en sous-sol ? ».  

15h35: Jean-Paul GOUREVITCH, Expert international des questions africaines,

           « L'Islamo-business vivier du terrorisme ».  

15h50: Bassam TAHHAN, Professeur de géostratégie à l’École Nationale Supérieure de Techniques Avancées (Ensta), 

            « Le Djihâd selon le fondateur des frères musulman ».  

16h10:Débat. 

Deuxième table ronde

Modérateur : Recteur Armel PECHEUL, Professeur agrégé de droit public

16h25: Thomas Flichy de La NEUVILLE, Professeur à l’Ecole Militaire de Saint-Cyr,

           « Etat islamique, anatomie, du nouveau Califat ».  

16h40: Frédéric PICHON, Chercheur associé à l'Equipe Monde Arabe Méditerranée de l'Université François Rabelais (Tours),

           « La dimension eschatologique du jihad en Syrie et en Irak ». 

16h55: S.E. Ali AHANI, Ambassadeur de la république islamique d’Iran à Paris,

           « Stratégies de la République Islamique d’Iran face à la menace terroriste ».  

17h10: Débat. 

17h30: Frédéric SAILLOT, écrivain et journaliste à Eurasie Express,

           « De l'"Euromaidan" à la guerre civile, terreur et terrorisme en Ukraine (2013-2014) ». 

17/h45: Jacques CHEMINADE, Président-fondateur du parti Solidarité & Progrès,

            « Les racines britanniques du terrorisme international». 

18h00: Mikhail REMIZOV, Président de l’Institut de Stratégie Nationale et conseiller du Vice Premier Ministre Dmitri Rogozine,

          « L’Islamisme en Russie et des risques en Asie Centrale ». 

18h15: Débat général. 

18h35: Conclusion par Christophe REVEILLLARD, UMR Roland Mousnier CNRS/Université Paris-Sorbonne. 

 

L’inscription est gratuite mais obligatoire. Pour ce faire, il suffit de cliquer ci dessous : 

  

NB : Pour des raisons de sécurité, seules les personnes inscrites pourront être admises en salle de conférence.

Publié dans Politique

Partager cet article

Repost 0

LIBAN : SELON LE VICE-PRESIDENT IRAKIEN L'IRAK SERA LE CIMETIERE DES TERRORISTES DE L'EI

Publié le par Tourtaux

Maliki à Beyrouth : L’Irak sera le cimetière de l’EI

 

L’équipe du site

Le vice-président irakien, Nour Maliki, est arrivé, dans la nuit de samedi à Beyrouth, venant de Bagdad, accompagné d'une délégation en une visite officielle au Liban, au cours de laquelle il rencontrera des responsables libanais afin de " discuter des différents développements régionaux et de renforcer les relations bilatérales entre les deux pays ".


Il a été accueilli par le ministre d'Etat du Hezbollah, Mohammad Fneich, ainsi que par les députés Hassan Fadlalah, Bilal Farhat, Ali Bazzi, l'ambassadeur d'Irak au Liban, Raad Alloussi, aussi les membres de l'ambassade.


A son arrivée, Maliki a affirmé depuis l'aéroport internationale de Beyrouth, " pouvoir éliminer les obstacles qui entravent l'amélioration des relations bilatérales et favoriser les dossiers d'intérêts communs, tels le terrorisme et les moyens de le combattre".


Il a exprimé son optimisme à l'égard de la lutte contre l'EI, martelant que " l'Irak sera le cimetière " de ce groupe.


" Si nous voulons éradiquer l'EI en Irak, il faut également le faire en Syrie", a-t-il enfin précisé, appelant le monde entier à joindre ses forces pour combattre ce phénomène.

Source: Agences

30-11-2014 - 09:44 Dernière mise à jour 30-11-2014 - 09:44

 

 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=205511&cid=76&fromval=1&frid=76&seccatid=29&s1=1

Publié dans IRAK

Partager cet article

Repost 0

BRAS D'HONNEUR DE L'IRAN AUX USA ET A "ISRAËL". L'IRAN GRANDE PUISSANCE MILITAIRE RENFORCE CONSIDERABLEMENT SA CAPACITE DE DEFENSE EN SE DOTANT DE MISSILES QUI ECHAPPENT AU CONTROLE DES ETRANGERS

Publié le par Tourtaux

Iran: nos missiles échappent au contrôle des étrangers

 

L’équipe du site

Le Secrétaire du Conseil suprême iranien pour la sécurité nationale, l'amiral Ali Chamkhani a affirme  que « la capacité de missiles iranien sont non seulement hors de la portée des étrangers mais échappent a tout contrôle de leur part » a rapporté la chaine satellitaire iranienne  alAlam.

Chamkhani a ajouté dimanche au siège de la base militaire «Sceau des prophètes (qu'Allah le bénisse, lui et sa famille) » ,que «  capacité de la défense aérienne de l'Iran a atteint un niveau qu’aucune menace  n’est efficace contre l’Iran ».

Il a souligné que « les missiles iraniens , leur étendue sont non seulement capables de répondre à toute forme de menaces mais en plus ils s’inscrivent dans le cadre des  armes traditionnelles ».

 Pour sa part, le commandant  de la force aérospatiale des Pasdarans , le général Ali Hadjizadeh  a affirmé  que "le champ d’action des drones iraniens s’est étendu jusqu’à 3.000 km".

Evoquant la capture du drone d’espionnage, "RQ 170", des Etats-Unis, le général Ali Hadjizadeh  s’est exprimé en ces termes : "Le plus important, est  la confiance en soi que nos combattants ont acquis  face aux menaces de l’ennemi"..

Par ailleurs, le président du Centre iranien de recherches de l’aérospatial a fait part de la conception d’une nouvelle génération d’explorateurs, afin de mettre au point des programmes visant à envoyer des cosmonautes, dans l’espace.

La mise en orbite de satellites de communication  et l’envoi, dans l’espace, de cosmonautes constituent les deux principaux objectifs de l’envoi d’explorateurs, dans l’espace, dans le cadre du projet de développement aérospatial.

"Pour envoyer un homme, dans l’espace, 5 vols ont été planifiés", a affirmé le président du Centre iranien de recherches de l’aérospatial.  

Source: Médias

30-11-2014 - 15:34 Dernière mise à jour 30-11-2014 - 15:34

 

 

Publié dans Iran

Partager cet article

Repost 0

CHRONIQUE DE MOHAMED BOUHAMIDI - FRANCOPHONIE : DAKAR A L'HEURE DES POROT

Publié le par Tourtaux

Transmis par Mohamed Bouhamidi
      Francophonie : Dakar à l’heure des Porot

Francophonie : Dakar à l’heure des Porot

30.11.2014 11:00

Par Mohamed Bouhamidi Dans cette histoire de francophonie, il était vital pour la France néocoloniale de   dissoudre dans les têtes africaines les buts premiers de cette organisation mais de prolonger, dans toutes les formes possibles, les thèses qui l’ont construite.

 

 

Il était entendu pour Senghor, dans sa « racialisation » du rapport colonial, que le blanc possédait sur nous la supériorité de la rationalité scientifique et technique et il a fait de la Francophonie le moyen de l’acquérir par l’apprentissage de la langue et le transfert de quelques savoir-faire. Personne, du côté des colonisés, n’a autant que Senghor, théorisé notre retard et avalisé la thèse d’un progrès humain du bas vers le haut, de l’inférieur au supérieur, dont le Blanc, mais un Blanc sublimé, est le modèle achevé.

Ce Senghor des indépendances octroyées est tout entier dans celui de la Négritude dont Fanon a excavé tous les malentendus, y compris pour Césaire. Avec « Peau noire, masques blancs » et « Les damnés de la terre » nous avons la chance d’une déconstruction de sa démarche  de ses racines plongées dans la théorie de la Négritude  à ses résultats dans la recherche d’une tutelle néocoloniale pour les élites bourgeoises indigènes inquiètes du radicalisme des mouvements populaires.

Entre des milieux français qui pensaient s’ouvrir plus de marchés en imposant une langue unique et Senghor qui espérait en tirer quelques progrès, le malentendu fonctionna tant que la Françafrique gardait son ascendant sans concurrent notable.

Sarkozy, dans ce même Dakar qui accueille la messe périodique, en a rappelé l’axiome fondamental en juillet 2007 : l’Homme africain, c’est-à-dire le Nègre (mais comprenez aussi l’Arabe, le Musulman, l’Hindou etc.) n’est pas encore entré, ou pas assez, dans l’Histoire. Il devait rappeler à tous, dans un contexte de crise qui culminera en Côte d’ivoire et de remise en cause inaugurée par Thomas Sankara vingt plus tôt, que le «retard» des Africains expliquait seul les échecs de la Françafrique et de la Francophonie  à assurer ce progrès technique et dans « l’ordre de la rationalité » promis par la France en échange de l’exemplaire parodie du modèle. Sarkozy justifiait les dédits de tous prédécesseurs face aux colères et aux contestations africaines qui montaient.

 

La polémique qui s’en est suivie sur le « retour du racisme décomplexé » a opportunément voilé l’enjeu essentiel du rappel à l’ordre d’élèves africains de plus en plus nombreux à se tourner vers une Chine prometteuse en investissements concrets mais de plus en plus offensive sur les champs énergétiques dont l’uranium.

Depuis cette date fatidique, les stratégies agressives de la reprise en mains par l’Etat français ne sont pas démenties avec des niveaux paroxystiques en Libye, en Côte d’Ivoire, au Mali. Toute l’ancienne Afrique française a connu dans cette période ouverte par le Discours de Dakar des réajustements brutaux ou subreptices avec pour épisode risible mais hautement significatif dans sa tristesse la prétention de d’Alassane Ouattara à mener une coalition guerrière au Mali.

Mais c’est sur le plan essentiel de la perception des hommes et de leurs rapports, que le Discours de Dakar enchaînait sur la défense de la colonisation via ses «effets positifs» et préparerait la reconquête par la culture dont le cœur consistera à nous accabler de notre incapacité d’entrer dans l’Histoire et de nous gouverner par la Raison. Mais dans cette tâche politicienne, elle ne pouvait mobiliser Senghor qui parlait d’enjeux de l’Histoire et de vision de l’Homme. Cette France sélectionnera alors dans les élites indigènes les locuteurs aptes au rôle de sbires culturels pour recycler sous toutes les formes locales possibles non pas la thèse du retard, ce qui suppose quand-même un moment particulier dans une marche générale de l’humanité,  mais celle d’une incapacité à être dans l’ordre des humains et qui nous fixerait dans l’immobilisme.

Nous serons donc partout, dans les livres, les films, etc. sales, voleurs, obsédés, décérébrés, sans instance morale ni sur-moi, jouets de nos pulsions mais capables de prouesses physiques, violents mais si infantiles dans notre besoin de la main d’un maître. Bref nous sommes tels que Porot (1) nous a décrits face à la question mortelle et apparemment décisive : qu’avez-vous fait de vos indépendances ? Ils trouveront d’autant plus de candidats que les couches parasitaires et millionnaires nées de ces cinquante années de courtage au profit de l’ancienne puissance n’ont pas, pour dire leur supériorité sociale ou leur distinction de classe, d’autre langage que celui des colons et d’autre possibilité que l’acclimatation grossière du racisme colonial et esclavagiste.

 

Ce sommet de la Francophonie ne dérogera pas aux impératifs de cette reconquête.  La crise qui fait trembler le système impérialiste ne laisse d’autres issues que la violence de ses clichés pour accompagner la violence de sa reconquête.

M.B 

(1) Antoine Porot (1876 – 1965) père de « l’Ecole d’Alger » en psychiatrie coloniale dont les thèses édictaient la condition de sous-hommes des indigènes jouets de leurs instincts et de leurs pulsions.

 

 

Publié dans L'Afrique en lutte

Partager cet article

Repost 0

OROUBA OTHMAN : LE "PILLAGE" DE GAZA PAR LA TROÏKA : ISRAËL, AUTORITE PALESTINIENNE, UNRWA

Publié le par Tourtaux

Le « pillage » de Gaza par la Troïka : Israël, Autorité palestinienne, UNRWA

 

 

Publié dans Palestine

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>