Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

50 ANS DE 1er MAI ALGERIENS : DE L'AUTOGESTION A LA DEMOLITION ECRIT PAR MOHAMED BOUHAMIDI

Publié le par Tourtaux

 

Transmis par mon camarade Mohamed Bouhamidi

50 ans de 1er Mai algériens : De l’autogestion à la démolition
Écrit par mohamed bouhamidi
Mardi, 30 Avril 2013 00:11
  
Ce 1er mai 2013, encore, les travailleurs n’occuperont pas le devant de la scène. Les chômeurs du Sud comme du Nord les remplaceront, sans nul doute, dans les esprits des responsables, comme ceux des citoyens de base. Leur marche annulée sur Hassi Messaoud, mais leurs manifestations maintenues, puis reconduites dans plusieurs villes, ont produit une de ces peurs qui ne s’oublient pas : la peur du bord du gouffre, celle du pays basculant dans un processus de dislocation, que les grandes puissances impérialistes, maîtresses des mots, car maîtresses des choses, ont appelé «printemps arabe». La dénomination n’est pas un aspect secondaire.
Elle détermine votre appréciation sur la nécessité ou non de continuer les processus de changement. Vous comprenez bien que si les masses égyptiennes s’en étaient tenues à un «printemps», elles auraient cessé leur combat dès la chute du fruit pourri, en laissant prospérer l’arbre de l’infitah et de Camp David. En continuant à réclamer un changement de la nature de l’Etat, au-delà du changement de régime, ces masses sont sorties des fausses saisons, pour entrer dans le temps, et renvoyer aux poubelles des idéologies-kleenex, la notion de «printemps» qui voulait nous soumettre définitivement dans un capitalisme entré dans la crise de son dernier automne.
Les marches colorées des supporters du vainqueur de la finale de la Coupe d’Algérie de football, organisée ce jour du 1er mai 2013, ne chasseront pas tout à fait le fantôme des chômeurs. Ici, comme dans de nombreux pays, la peur du lendemain, l’angoisse de perdre son travail et de perdre avec son statut social, sa vie de famille, ses projets, ses rêves, planeront sur les défilés des travailleurs, confrontés à la grande casse sociale de la mondialisation financiarisée. La différence pour notre pays est que cette casse sociale est immédiatement synonyme de casse nationale.
Nous avons oublié jusqu’au souvenir d’un défilé du 1er Mai. Et jusque dans cette amnésie, le paradoxe nous poursuit que la Fête du travail concentre la hantise du chômage et aujourd’hui de ses menaces. Il n’a pourtant pas manqué d’avertissements sur les périls qu’engendrait l’abandon de la politique de développement national. Depuis ces fatidiques années 1980, les groupes qui se succèdent au pouvoir poursuivent, par conviction et croyance idéologiques, proches de l’aveuglement religieux, des politiques de libéralisation, de réformes ou de privatisations, sans contraintes extérieures ni pressions particulières, à part l’éphémère épisode de l’accord avec le FMI. Bien sûr, il faut s’interroger sur les causes d’un tel «attachement» idéologique au démantèlement du secteur industriel public, puis l’extension de ce démantèlement au secteur privé productif, qu’on a «cassé» par la concurrence déloyale de l’import-import. Bref, le constat est unanime : «L’Algérie est devenue un désert industriel», suite à cette politique de «désertification». Il serait plus approprié de parler de désarmement industriel de l’Algérie. Chaque fermeture d’usine, chaque privatisation, chaque démantèlement de ses capacités de maîtrise du commerce extérieur et de la commercialisation interne lui liaient les mains et rendaient l’Etat incapable de répondre aux besoins et aux problèmes. Deux chiffres suffisent à donner une idée de l’abîme : la part de l’industrie dans le PIB est tombée de quelque 20% dans les années 1980 à moins de 5% aujourd’hui.
Quelle base sociale reste-t-il, après cew désastre, pour fêter le 1er Mai ? Mais surtout quelle base sociale reste-t-il pour défendre l’idée nationale, l’idée et l’idéal d’un Etat national ? La classe ouvrière, ses syndicats, ses luttes, ses revendications, ses besoins sont des facteurs unificateurs et centralisateurs. Ses intérêts sont fédérateurs. Bien au contraire, le chômage, l’exclusion, le désespoir social agissent en forces centrifuges.
Cinquante ans après l’indépendance, les sentiments, les rêves, les idées et les luttes qui nous ont portés dans notre lutte pour l’indépendance sont bien affaiblis. Tellement affaiblis que les autorités ont oublié que, cette année, nous aurions dû fêter le 50e anniversaire du 1er défilé des travailleurs dans l’Algérie indépendante. Ce n’est pas rien, 50 ans après le 1er défilé. Quelle occasion pour comparer avec les suivants. L’oubli est lourd ; d’autant plus lourd qu’il est massif, généralisé. Alors, racontons aux jeunes ce 1er défilé, celui des cheminots qui allaient réparer les tracteurs des ouvriers agricoles qui avaient occupé les terres. Des postiers qui faisaient tourner la poste. Des gaziers qui maintenaient l’alimentation électrique. Le défilé de ces travailleurs qui avaient l’ambition de faire marcher un pays, une agriculture, des ateliers et des usines par eux-mêmes, par leur propre effort honnête et dédié à la patrie.
Le 1er défilé, celui des hommes et des femmes qui ont empêché la paralysie de l’Algérie et empêché le néocolonialisme de s’installer, au motif supplémentaire de faire marcher nos trains ou nos centrales électriques. Nos autres défilés furent de la même ambition. Celui des travailleurs des nouveaux secteurs industriels : électronique, sidérurgie, mécanique, chimie...
50 ans après, les défilés ont disparu du paysage et des mémoires. Les défis et les exploits aussi. Le destin qu’on propose aux jeunes est celui de la fatalité impérialiste. Ce n’était pas faute d’avertir les groupes qui se sont succédé au pouvoir : renoncer au développement national, c’est mettre la nation en péril. Il manque aujourd’hui à sa défense les cohortes ouvrières qui l’ont portée dans son berceau. Et une mémoire de ses défis. 
                                                               Mohamed Bouhamidi – Alger – le 30.04.2013
                                                              




Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

SELON LE NUMERO 2 DU HEZBOLLAH LA RESISTANCE EST AUX AGUETS

Publié le par Tourtaux

 
 

Le numéro 2 du Hezbollah : "la Résistance est aux aguets"

 

L’équipe du site

 

Le vice-secrétaire général du Hezbollah ,cheikh Naim Qassem a souligné devant un parterre de dignitaires religieux musulmans et de personnalités politiques musulmanes, réunis à l’occasion de la conférence internationale pour l’éveil islamique à Téhéran, que « le langage des menaces utilisé par l’entité sioniste  ne mène à rien, car la résistance est prête et est toujours aux aguets  sur le terrain, confiante en Dieu,  victorieuse grâce à la force et à la foi des moujahidines, sûre de la victoire de Dieu le Tout-Puissant ».

 

Et de souligner : « il est important de concentrer nos priorités sur la lutte contre  l'Arrogance et contre  l'occupation israélienne, sans compter leurs projets. Il ne faut pas perdre  la  boussole dans les désaccords partielles ou les différends marginaux».

 

Le numéro 2 du Hezbollah a souligné que  «tout le monde sait que le plus gros problème qui a ruiné notre région et le monde est l'occupation sioniste de la Palestine , tout nos malheurs viennent de l’entité sioniste : cette entité qui ne cesse de tuer , détruire et saboter l'économie et la sécurité , qui tisse des complots   contre nous et l’occupation de la Palestine n’est qu’un prélude à la réalisation du grand projet israélien qui s’étend depuis  l'océan jusqu’au  golfe Persique.. Israël est un danger pour nous et une menace pour toute l'humanité avec ses principes raciste, ses moyens criminels, son intention de détruire l'humanité ».

 

Et de poursuivre : «  Une seule et unique solution subsiste face à l’occupation israélienne : la résistance pour la libération de toute la Palestine de la mer au fleuve, cette même résistance qui est née  du Liban et de la Palestine, qui a vaincu «Israël» en l’an 2000, en 2006, en 2008 et en 2013, cette même résistance qui est déterminée  à poursuivre et à développer ses capacités pour affronter continuellement les menaces et les défis ».

 

Concernant la crise syrienne, Qassem  a souligné  «la présence d’une intention régionale et internationale de détruire systématiquement  la République arabe syrienne», ajoutant  que «  seul le dialogue interne entre les différentes parties, loin de toute  ingérence extérieure, reste l’unique solution ».

 

« Deux ans se sont écoulés et   la crise s’est compliquée d’avantage et l'on peut voir tous les jours que seule la solution politique peut sauver la Syrie », a-t-il affirmé.

 

Enfin pour ce qui est de l’éveil islamique,  cheikh Naim Qassem a estimé  que malgré les efforts des puissantes arrogantes de s’emparer du mouvement de l’éveil islamique, «  cela ne changera pas la réalité de la propagation de l'éveil islamique, ni l'ampleur et la diversité de ses effets, et son émergence représente un véritable défi pour l'avenir des peuples islamiques ».

 

Il a ajouté: «L'avantage de cet éveil islamique c’est qu’il  a réussi  à contenir les gros titres républicains, nationales, libérales, et même les différences raciales et linguistiques, sachant que tout cet ensemble de valeurs s’est idéalisé dans l’amour pour la patrie, dans la libération de l'hégémonie de l'arrogance et de ses alliés ».


Et de noter que « l’éveil islamique a pris trois formes  :

 

1 - Changer les régimes oppresseurs en chassant leurs dirigeants réels comme cela s’est passé en Tunisie, l'Egypte et la Libye, et établir une nouvelle constitution et de nouvelles  lois, comme cela s'est produit en Iran.

 

2 - La résistance contre l'occupation étrangère à l’image de la résistance au Liban contre Israël avec le Hezbollah, ou la palestinienne avec le Hamas et le Jihad islamique et les organisations palestiniennes, ou encore  la résistance contre l'occupation américaine en Irak et en Afghanistan ..

 

3 – Contester et manifester pour  exiger l’instauration de la justice et du droit à la  représentation populaire, comme c’est avec le mouvement contestataire populaire à Bahreïn ».

 

Source: Médias

30-04-2013 - 15:02 Dernière mise à jour 30-04-2013 - 15:02 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=109869&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=23&s1=1

Publié dans LIBAN

Partager cet article

Repost 0

LES AMIS DE HOLLANDE FRAPPENT DAMAS ET TOUTE LA SYRIE

Publié le par Tourtaux

L’horreur frappe Damas...toute la Syrie

 

L’équipe du site

 

Les attentats terroristes se multiplient en Syrie, et surtout dans la capitale où les forces régulières ont réalisé d’importantes avancées ces dernières semaines


La capitale syrienne avait rendez-vous ce mardi avec un nouvel épisode de terreur par le biais d’un deuxième attentat terroriste à la voiture piégée en moins de 24 heures.


Cette fois ci, le véhicule était garé sur la place Marjeh, a proximité de l’ancien bâtiment du ministère de l’intérieur et de la tour de Damas, qui enferme le plus grand rassemblement de cliniques médicales, de bureaux d’avocats et de représentants de sociétés en Syrie.
 Il y a eu 14 tués et 80 blessés selon la télévision syrienne.


Selon Syria Truth, cette place a été le théâtre d’un massacre qui avait été commis il y a près de 100 ans, en mai 1916 par les Ottomans. Lesquels avaient exécuté des révolutionnaires syriens qui luttaient pour l’indépendance de la Syrie. Et c’est à partir de l’ancien bâtiment du ministère de l’intérieur, que deux années plus tard, en 1918, l’Emir Fayçal ben Hussein a annoncé la naissance de la Syrie, après avoir chassé l’occupant ottoman.


L'explosion de MazzéLundi, une explosion de nature inconnue a eu lieu dans le quartier des villas à Mazzé, également dans la capitale. Il visait le Premier ministre syrien, Waël al-Haqqi, qui en est sorti sain et sauf, alors que deux de ses gardes du corps ont péri, ainsi que 8 civils.


Les deux actes terroristes  n’ont  pas été revendiqués. Mais l’implication des rebelles de l’ASL ou du front al-Nosra ne fait aucun doute. Dans l’après midi, un obus s'est abattu à proximité de l’ambassade irakienne dans le quarteir Almaliki, sans faire de victimes.


Retour au massacre de Noubbol et Zahra  


Le site Syria Truth a publié les images du massacre sanguinaire contre des jeunes des comités populaires des deux villages chiites de la province nord d’Alep, Noubbal et Zahra tous deux assiégés depuis plus de 6 mois. La semaine passée, 30 d’entre eux ont été kidnappés, puis tués. Certains d’entre eux ont été décapités. Il semble fort que les ravisseurs sont des jihadistes du front al-Nosra.


Ce mardi, rapporte la télévision Al-Mayadine, des femmes et des enfants des deux villages ont été enlevées à proximité de Dar Azza.


Du chimique à Idleb


A Idleb, et plus précisément dans la localité de Sarakeb, des miliciens ont rassemblé des habitants du quartier Chapour et ont ouvert des sachets comportant une poudre chimique. Apres l’avoir inhalé, un certain nombre d’eux ont eu des symptômes d’asphyxie et de tremblements et ont tout de suite été emmenées vers les hôpitaux turcs.


Un responsable qui s’est confié pour l’agence syrienne Sana a appréhendé que cet évènement ne puisse servir de prétexte pour accuser les forces gouvernementales d’avoir utilisé des armements chimiques. 


 Selon l’AFP, l'ambassadeur syrien auprès de l'ONU Bachar Jaafari a accusé l'opposition syrienne d'avoir utilisé un "produit chimique" contre la population près d'Idleb (nord) afin de faire croire à l'utilisation d'armes chimiques par l'armée syrienne.


   M. Jaafari a affirmé à la presse que des "groupes terroristes armés avaient répandu hier (lundi) une sorte de poudre qui doit être très probablement un produit chimique au milieu de la foule à Saraqeb", près d'Idleb.


Les victimes de cet "acte haineux et irresponsable" ont été transportées et traitées en Turquie "selon un scénario préétabli" visant à incriminer l'armée syrienne, a-t-il ajouté.
  
Cette stratégie vise à "impliquer le gouvernement syrien sur une base fausse" et à "détourner l'attention" des accusations portées par Damas contre l'opposition à propos de l'utilisation d'armes chimiques le 19 mars près d'Alep.


Damas a demandé une enquête de l'ONU à ce propos mais refuse que l'équipe d'experts mise en place par l'ONU se penche aussi sur des accusations similaires portées contre l'armée syrienne par Londres et Paris et concernant des incidents à Homs (centre) et dans les environs d'Alep et de Damas.
  
M. Jaafari a réitéré les exigences syriennes à ce propos et a affirmé que le gouvernement syrien n'autoriserait pas l'enquête de l'ONU sur son territoire tant qu'il n'aurait pas reçu des informations détaillées et "crédibles" sur les accusations françaises et britanniques.


   "Nous n'avons pas encore reçu des informations sur ces allégations malgré nos demandes", a-t-il déclaré. L'ONU "devrait partager ces informations avec le gouvernement syrien et les autres membres du Conseil de sécurité, sinon ce problème essentiel ne pourra pas être traité".
      
  Un soldat de l'armée régulière tué à AlepDans la ville d’Alep, il est question d’une avancée importante de l’armée régulière dans le quartier Salaheddine, et de 15 miliciens tués selon Syrian Documents dans un pilonnage dans l’entourage de l’aéroport de Mennegh.


Alors que sur la frontière avec la Turquie, rapporte Reuters, 5 insurgés au moins  ont péri et 10 autres ont été blessés dans un bombardement aérien de leur position. Selon l’agence, les miliciens appartiennent à la milice Ahrar esh-Sham proche d’Al-Qaïda. Deux dépôts d’armement ont été touchés.


A Deir Ezzor aussi des miliciens ont été abattus dans des accrochages avec l’armée, selon Syrian Documents. D’autres miliciens ont péri dans une attaque contre leurs positions dans l’entourage de l’aéroport Abou-l-Zohour dans la province d’Idleb.


Dans la ville de Raqqa, occupée par les miliciens du front al-Nosra, cette dernière a ordonné à tous les commerces de fermer pendant les moments de la prière, sous peine d’être châtié, signale le site Arabi-Press.   

 

 

Source: Divers

30-04-2013 - 20:18 Dernière mise à jour 30-04-2013 - 20:36

 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=109949&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

Publié dans Syrie

Partager cet article

Repost 0

PAKISTAN : UN TRIBUNAL VIENT D'EXCLURE A VIE L'EX-PRESIDENT MUSHARRAF DES ELECTIONS

Publié le par Tourtaux

Pakistan: Musharraf exclu à vie des élections (tribunal)
 

Pakistan: Musharraf exclu à vie des élections (tribunal)Un tribunal pakistanais a interdit à vie mardi toute candidature de l'ancien président Pervez Musharraf à des élections, dernière tuile en date sur la tête du général à la retraite placé en détention provisoire peu après son retour d'exil.


M. Musharraf avait mis fin à quatre ans d'exil le mois dernier dans l'espoir de participer aux élections législatives du 11 mai.


La candidature de l'ex-dirigeant militaire, au pouvoir de son coup d'Etat en 1999 à sa démission en 2008, avait été rejetée par la commission électorale qui invoquait des "violations" de la Constitution lors de son règne.


Ses avocats avaient fait appel après le rejet de sa candidature pour le siège de député de la petite ville de Chitral dans le nord-ouest du pays.


Un tribunal de Peshawar les a déboutés mardi et est même allé plus loin en bannissant M. Musharraf, 69 ans, de toute candidature à des élections jusqu'à la fin de ses jours, ont indiqué ses avocats à l'AFP.


Le clan Musharraf a aussitôt affirmé qu'il allait faire appel de cette nouvelle décision.


Par ailleurs, l'ancien président restera en détention provisoire dans sa villa en banlieue de la capitale Islamabad jusqu'au 14 mai, donc pendant les élections générales, a décidé mardi un tribunal antiterroriste l'ayant mis en cause pour le meurtre de l'ex-Premier ministre Benazir Bhutto.


Plus de cinq ans après, personne n'a été condamné pour le meurtre de Benazir Bhutto, dont le fils, Bilawal Bhutto Zardari, 24 ans, dirige en théorie la campagne électorale du PPP mais évite les rassemblements et les bains de foule pour des raisons de sécurité.

 

Source: Agences

30-04-2013 - 17:49 Dernière mise à jour 30-04-2013 - 17:49

 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=86&frid=86&eid=109920

Publié dans L'Asie en lutte

Partager cet article

Repost 0

L'ETAT FASCISTE US PREPARE UNE OFFENSIVE AUX MISSILES CONTRE LA SYRIE

Publié le par Tourtaux

mardi, 30 avril 2013 10:51

Le Pentagone examine l'offensive aux missiles contre la Syrie !

Le Pentagone examine l'offensive aux missiles contre la Syrie !

IRIB- Selon l'un des hauts responsables de l'administration US, qui se confiait, sous couvert d'anonymat, à la chaîne CNN, "le Pentagone examine, en ce moment, une offenisve navale ou aérienne aux missiles contre les sites d'armements chimiques syriens". "D'intenses planifications sont en cours au Pentagone.
La situation va de pire en pire, en Syrie, et nous sommes inquiets, quant à la possibilité de l'usage des substances chimiques, en Syrie. Il est, donc, du devoir de l'armée américaine de se préparer, pour toutes les options. ... il n'y a aucune demande faite au Président Obama, pour que les Etats Unis s'engagent, dans une confrontation armée contre la Syrie, et pourtant, le Pentagone travaille à cette option. lL déploiement des troupes au sol est, aussi; à l'étude; mais des frappes aux missiles sont plus probables; bien que les arsenaux d'armes chimiques syriennes se dépalcent tout le temps; à travers le territoire; et qu'il est difficile de les localiser". Selon cette information, Israël est, désormais, d'accord avec la Jordanie et la Turquie, sur la nécessité d'attaquer la Syrie, en cas d'usage d'armes chimqiues, par Damas. Selon "Al-Akhbar", l'Iran et l'Egypte sont tous deux inquiets d'une telle attaque et se sont entretenus de la probabilité de cette offensive. Un diplomate, cité par CNN, a dit : "Les Etats Unis ont pris des mesures, qui renforcent la possibilité d'une offensive imminente contre Damas. Et il y a un accord, pour qu'Israël intervienne, directement, dans cette guerre".
http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/254839-le-pentagone-examine-l-offensive-aux-missiles-contre-la-syrie

Publié dans USA

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>