Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

356 articles avec fascisme

MONTREUIL : SAMEDI 14 FEVRIER MARCHE CONTRE LES VIOLENCES POLICIERES

Publié le par Tourtaux

Gardien de la paix ? Mon oeil. Marche contre les violences policières à Montreuil samedi 14 février

Publié, le mardi 10 février 2015 | Imprimer Imprimer |       


Dernière modification : mardi 10 février 2015

Montreuil, 8 juillet 2009, place du marché : alors qu’elles protestent contre l’expulsion d’un immeuble squatté, cinq personnes sont touchées par des tirs de flashball, à l’épaule, à la clavicule, à la nuque, au front ; Joachim perd un œil [1].

Montreuil, 14 octobre 2010, devant le lycée Jean Jaurès : un large mouvement contre la réforme des retraites secoue le pays, Geoffrey reçoit un tir de flashball dans l’œil alors qu’il bloque le lycée avec ses camarades [2].

À Noisy le sec en 2012, Amine est tué d’une balle dans le dos par un policier [3]. À Villemomble en 2013, Fatouma perd un oeil suite à un tir de grenade de désencerclement. En 2014, la BAC tire au flashball dans un square du quartier de la Noue à Montreuil. Des histoires comme celles-ci il en existe tant, et nous sommes loin de toutes les connaitre.

 

 

Le collectif huit juillet et les proches de Geoffrey appellent à une marche à Montreuil contre le flashball, contre les violences et l’impunité policières. Elle partira du lycée Jean Jaurès pour se rendre à la place du marché. D’une blessure à l’autre, d’une violence à l’autre, c’est le même combat qu’il nous faut mener.

Chaque fois que la police blesse ou tue, politiques et médias reprennent le même scénario. Ils transforment les victimes en coupables a priori : casseur, délinquant, hooligan, clandestin… Ces catégories cibles, sur lesquelles la police peut tirer sans craindre d’être inquiétée, visent à empêcher de se sentir concerné par ces histoires et de se solidariser.

Ces derniers mois, la mort de Rémi Fraisse, tué par une grenade militaire [4] a résonné avec les mobilisations aux États-Unis suite à l’assassinat de jeunes noirs par la police et à plusieurs acquittements de policiers tueurs. Pendant quelques temps la violence de la police et de l’Etat était sur le devant de la scène publique.

Les attentats de ce début d’année, ou plutôt l’usage qui est fait de ce drame pour mieux nous gouverner par la peur, risquent de balayer une légitime défiance envers des institutions de plus en plus violentes, et de transformer les victimes de la police en dommages collatéraux de la guerre au terrorisme.

La guerre contre le terrorisme est le récit dans lequel ceux qui nous gouvernent voudraient nous entraîner, dans lequel nous devrions faire corps avec eux, acceptant inconditionnellement leur gouvernement. Ce récit vient recouvrir une politique qui se fait contre la population, et contre tout ce qui y résiste. Il s’ajoute à la petite musique quotidienne jouée par les médias pour nous faire accepter ce monde – sa police, sa violence économique, ses réformes destructrices, ses grands projets absurdes, ses plans de rigueurs, ses inégalités naturelles, ses sacrifices obligés, sa concurrence de tous contre tous.

Ne nous laissons pas diviser. Nous avons d’autres histoires à raconter. À nous de les dire et de les rendre visibles.

MARCHE CONTRE LES VIOLENCES POLICIÈRES

SAMEDI 14 FÉVRIER à 14h30

départ du lycée Jean Jaurès,

au début de la rue Dombasle à Montreuil

M° Mairie de Montreuil



En novembre 2014 se sont rencontrés une quinzaine de blessés par flashball et leurs proches, venus de toute la France. De cette rencontre est née l’Assemblée des blessés, des familles, et des collectifs contre les violences policières.

Le 21 février 2015 – un an après la manifestation contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes où la police avait éborgné trois personnes en une journée – le collectif huit juillet et les proches de Geoffrey se rendront à Nantes avec l’Assemblée des blessés pour participer à la manifestation de solidarité avec les ZAD (zone à défendre) et contre les violences d’Etat qu’elles soient économiques, sociales ou policières.

VOIR LA VIDÉO d’APPEL À LA MANIFESTATION DE NANTES ET À LA MARCHE DE MONTREUIL

Source : Se défendre contre la police

VOIR AUSSI L’APPEL POUR LA MANIFESTATION A TOULOUSE

Publié dans Fascisme

Partager cet article

Repost 0

SUEDE : ARRESTATION TRES MUSCLEE D'UN ENFANT MAROCAIN DE 9 ANS. MONSTRUEUX !!

Publié le par Tourtaux

 

L’arrestation très musclée d’un Marocain de 9 ans fait polémique en Suède

10 février 2015 - 20h09

L'arrestation très musclée d'un Marocain de 9 ans fait polémique en Suède

L’arrestation très musclée d’un enfant d’origine marocaine à Malmö, en Suède, crée une forte polémique dans le pays mais aussi au Maroc.

 

L’enfant aurait été, d’après les témoignages recueillis par la presse, arrêté parce qu’il voyageait sans ticket, mais la violence de l’arrestation et surtout la méthode utilisée par la police font polémique dans le pays où l’on ne comprend pas comment on peut utiliser autant de force pour neutraliser un enfant.

Sur la vidéo (en dessous), un policier tente d’abord de le neutraliser, avant que son collègue vienne à la rescousse.

Pour l’instant, pas de réaction officielle du côté marocain.

 

- Par: Bladi.net

 

 

  

 

  

 

  
  

 

 

 

Publié dans Fascisme

Partager cet article

Repost 0

LE "SOCIALISTE" HOLLANDE VEUT EN NOTRE NOM PARTICIPER A TOUTES LES GUERRES. CE DANGEREUX SPYCHOPATHE DECIDE DE FAIRE LA GUERRE A LA PAIX. C'EST A LA FOIS FASCINANT ET FASCISANT !

Publié le par Tourtaux

Hollande : La guerre, la guerre, la guerre !!!
 

En un discours de quelques secondes, François Hollande a répété ce mot on ne sait combien de fois. C’est voulu. Il veut nous sensibiliser à cette notion. Le mot n’est déjà plus tabou depuis un certain temps. Car, quoi qu’il arrive, M. Hollande a décidé qu’aucune guerre ne doit avoir lieu sans la France. Que ce soit en Syrie, en Afrique, en Afghanistan ou ailleurs, la France, depuis Sarkozy, s’est toujours retrouvée en première ligne, comme en Indochine ou à Suez.

Pendant que les anglo-saxons poussent derrière, qu’Israël organise mais fait profil bas dans l’action, que les autres partenaires rasent les murs, la France fait la bravache, n’étant suivie que par les écervelés de Pologne (encore une fois) et des petits bouts de terre des états baltes.

Les français d’aujourd’hui savent-ils vraiment ce que c’est qu’une guerre, celle qui se passe hors des écrans de télé et des salles de cinéma ?
 Ils sont aujourd’hui comme les syriens d’Alep en 2010, chantant et dansant, se mariant, faisant leurs études, voyageant d’un endroit à l’autre du pays, rencontrant proches et amis, vivant pleinement leur vie.

Ils sont comme les ukrainiens avant Maïdan, vivant dans un pays, certes en difficultés, mais heureux. Les syriens et les ukrainiens, se doutaient-ils que, du jour au lendemain, tout ce bonheur allait s’évanouir d’un coup, remplacé par le chaos ?

En cas de guerre avec la Russie, ce que les européens n’excluent plus, la Syrie et l’Ukraine seront comme des paradis par rapport à ce que sera la France. Il ne faudra avoir aucun doute que cette fois les russes ne s’arrêteront pas à Berlin. Il est tout aussi certain que l’Europe sera submergée en quelques jours. La petite armée française n’y suffira pas pour défendre le territoire. Combien de veuves et d’orphelins faudra-t-il compter pour se dire enfin « si nous avions su » ?

Quand personne n’osera plus sortir de peur de recevoir un missile, quand il n’y aura plus d’électricité parce que les centrales seront HS, quand les trains seront à l’arrêt ou seront rares, quand les hôpitaux seront débordés, et quand enfin nous aurons sous les yeux ce que nous voyions à la télé concernant les enfants de Gaza ou du Donbass, peut-être dirons-nous: assez !, mais ce sera trop tard.

Hollande récite sa leçon en criant « la guerre, la guerre, la guerre…». Avec Merkel, ils ont joué à Daladier et Chamberlain. On a vu ce que ça a donné il y a plus de 75 ans parce que la guerre était voulue, de la même manière qu’elle est voulue aujourd’hui. La France, comme naguère, est toujours le dindon de la farce. Ses grands amis indéfectibles anglo-saxons ont toujours misé gagnant sur la naïveté, voire la stupidité de ses chefs, et ça a toujours marché.

Le gouvernement actuel ne donne pas de signes que cela changera ; ce sera même pire. Les dirigeants du pays ont défilé le 11 janvier en versant des larmes de crocodile pour 17 morts (que sont devenus les blessés ?), mais seraient prêts à verser le sang de dizaines, voire de centaines, de milliers de français (au nom de quoi, déjà ?). Comment peut-on comprendre cela?

En 1939, la France a déclaré la guerre à l’Allemagne pour sauver la Pologne dont elle se souciait comme d’une guigne. Aujourd’hui, elle pourrait vouloir renouveler cet exploit pour sauver l’Ukraine dont elle se soucie encore moins que de la Pologne.

C’est simplement fascinant.

Source : Réseau International

(Pour voir la vidéo de M. Hollande)

 

Source: Sites web

10-02-2015 - 14:50 Dernière mise à jour 10-02-2015 - 14:50

Publié dans Fascisme

Partager cet article

Repost 0

LE RENEGAT ROBERT HUE BRASSE DESORMAIS DANS L'ULTRA STRATEGIQUE. IL ABOIE MAINTENANT POUR LES MULTINATIONALES.

Publié le par Tourtaux

Deux options françaises : guerre civile ou guerre étrangère ?

Deux options françaises : guerre civile ou guerre étrangère ?

Robert Hue et le Front national, aussi…

Venu devant le Sénat le 13 janvier 2015 pour obtenir l’autorisation de prolongation de l’intervention des forces armées françaises en Irak, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius nous aura permis de comprendre que, tenue en lisière par ses alliés anglo-états-uniens en Syrie, la France, réalisant sa pénitence en bombardant l’Irak – et rien que l’Irak -, espère se refaire une vertu impérialiste, et pouvoir renouer bientôt avec la politique colonialiste développée sur ce même terrain par Charles De Gaulle entre 1941 et 1945…

Immédiatement après, voici qu’arrive à la tribune de la Haute-Assemblée le Robert Hue, ex- secrétaire général du parti communiste français… belliciste entre les bellicistes, à ce qu’il paraît :

« La lutte contre le terrorisme se mène aussi hors de nos frontières, aux côtés d’États fragilisés. Le dernier Livre blanc de la défense nationale le rappelait : que des territoires échappent durablement au contrôle des États est un risque stratégique majeur pour l’Europe. Nous y sommes !« 

Comme on le voit aussitôt, cet homme-là brasse désormais dans l’ultra-stratégique ! Autrement dit, il a pris du volume et de l’assurance dans le contexte de l’impérialisme. Ce qui lui donne un petit air de voix de son maître labellisée : « Je cause maintenant pour les multinationales. »

Il le fait très bien. « Nous (Robert !) y sommes ! » Et ce n’est sans doute pas trop tôt, hein ? Voici la suite :

« J’ai dit, il y a quatre mois, que nos alliés européens devaient s’engager plus fortement. »

Ça fait plaisir à lire : l’ancien secrétaire général du parti communiste français est à la proue de l’impérialisme européen… Il en est même le porte-étendard !

Du haut de la grande vergue, il voit loin dans le temps :

« Ce sera donc un conflit de longue durée. En avons-nous les moyens, alors que nos soldats sont engagés au Sahel, en Centrafrique, alors que 10 000 soldats vont être déployés en France même pour parer à d’éventuels attentats ?« 

Robert Hue a bien compris qu’une guerre coloniale de cette dimension devrait occuper au moins une génération… européenne au sein de laquelle les jeunes françaises et français vont devoir apprendre à s’insérer peu à peu, mais avec une certaine continuité, et en recevant l’armement nécessaire. On le voit : c’est désormais un initié, qui peut en dire encore un peu plus sur les « lendemains qui vont chanter » :

« Les forces aériennes ne suffiront pas à déloger Daesh. Or, les Américains eux-mêmes rechignent à intervenir au sol – alors qu’ils sont largement responsables de la situation actuelle, par leur « guerre préventive » de 2003.« 

Le fantassin français – forces spéciales agissant au sol avec des moyens sophistiqués – devrait assez rapidement faire des merveilles… Mais il faudra tout de même en fournir un assez nombreux contingent, de ce combattant d’élite.

Ensuite, il est assez clair, pour Robert Hue, que le système des harkis est toujours bon à prendre : « Nous devons poursuivre nos frappes aériennes pour le moment mais nous devons aussi soutenir les acteurs de la région en lutte contre les groupes terroristes en leur permettant de s’emparer d’un conflit qui les concerne et aider les populations qui sont les premières victimes de la barbarie. » Ainsi, tout bien compris :

« Le groupe RDSE votera unanimement et en responsabilité en faveur de la prolongation de l’intervention de nos forces armées en Irak. (Applaudissements)« 

Le RDSE, c’est le Rassemblement démocratique et social européen

Il est immédiatement suivi par le Front national qui s’exprime par la bouche d’un Stéphane Ravier, celui-ci ne faisant que pousser beaucoup plus loin une problématique identique dans son orientation guerrière et revancharde :

« Nous voterons pour la prolongation de l’intervention mais, pour remplir notre vocation multiséculaire de défenseurs des chrétiens d’Orient et protéger les Français, il faudra aller plus loin pour éradiquer le cancer de l’islamisme et ses métastases et permettre aux populations déplacées de retourner vivre chez elles en paix. Cessez de priver de moyens nos armées ! Avec le déploiement de 10 000 hommes, la France devient notre premier théâtre d’opérations. Exigez de la Turquie un engagement clair contre Daesh !« 

Comme on le voit, le nerf de tout cela, c’est la guerre civile… Par contre, s’il faut en croire Stéphane Ravier, à l’extérieur la France ne doit pas pousser le bouchon trop loin, et en tout cas pas jusqu’à jouer ce jeu à double face, auquel la France s’adonne depuis les Sarkozy-Hollande Brothers, celui de l’aide militaire totale à Israël par l’intermédiaire de la lutte contre ses ennemis dans la région, et de la recherche d’une éradication de ce qui s’oppose, dans l’islam, au déploiement de l’économie capitaliste :

« Rétablissez le dialogue avec le régime syrien sans le sanctifier ni l’absoudre, pour combattre notre ennemi commun. Cessez de vouloir dupliquer nos institutions et faites preuve de réalisme dans des pays qui n’ont pas nos traditions politiques. Il faut poursuivre notre intervention en Irak et agir en Syrie jusqu’à ce que cette région ne puisse plus servir de camp d’entraînement pour les djihadistes qui nous ont frappés dans notre chair. »

En conséquence, il paraît bien qu’à se confiner, pour l’instant, à la France métropolitaine, le Front national se révèle être moins impéraliste, à titre français aussi bien qu’européen, qu’un renégat du parti communiste de l’acabit d’un Robert Hue… Cependant que l’un comme l’autre ne paraissent voir d’avenir possible pour la France que la guerre, plutôt civile pour l’un, plutôt étrangère pour l’autre, mais la guerre tout de même. C’est déjà un signe de ce qui agite notre pays au plus profond de lui-même, alors que nous n’en sommes pas encore à analyser les positions des « partis de gouvernement »…

Sur   la   tradition   colonisatrice   et   impérialiste   de   la   France,   voir   cette   vidéo   :

http://youtu.be/vZOzaM0rSyQ

 

Michel J. Cuny

 


Publié dans Fascisme

Partager cet article

Repost 0

LE TERRORISTE "ETAT ISLAMIQUE" N'EST PAS UN OBJECTIF MAIS UN INSTRUMENT

Publié le par Tourtaux

Etat islamique » n’est pas un objectif, mais un instrument

 

Crises/guerres Droit international Etats-Unis Irak Israël Syrie

 

 
Les jihadistes du groupe terroriste Etat islamique (EI) contrôlent des territoires en Irak et en Syrie, comparables par leur superficie à ceux de la Grande-Bretagne.

En même temps l’Etat islamique est combattu à demi. L’organisation terroriste accomplit bien les tâches qui lui sont assignées par ses créateurs, et on n’a pas l’intention de l’éliminer, considèrent certains.L’EI est devenu un problème global en 2014, lorsque les jihadistes ont lancé une offensive d’envergure contre l’Irak et le nord de la Syrie. Le fanatisme religieux à lui seul ne suffit pas pour mettre sur pied une structure militaire aussi puissante, qu’est devenue l’EI. Voici ce qu’en pense Vladimir Ivanenko, collaborateur principal en charge du Proche-Orient à l’Institut russe des études stratégiques:

« A en croire les données des médias comme Guardian et Reuters, les services spéciaux des Etats-Unis, de Grande-Bretagne et d’Israël avaient mis la main à la création de ce groupe. Mais comme initialement il a été formé à base des factions d’Al-Qaïda, on peut supposer également l’engagement des Etats arabes dans cette opération. »

L’EI a été constitué en 2006 en Irak. Coïncidence étrange, la même année les Etats-Unis ont décidé de redécouper la carte de la région proche-orientale, remarque l’expert de l’Académie des sciences militaires, Vladimir Prokhvatilov:

« En 2006 a vu le jour la fameuse « Carte du Nouveau Proche-Orient », établie par Ralph Peters, spécialiste connu pour la stratégie militaire et la géopolitique. Cette carte et son article « Frontières sanglantes » ont été publiés par la revue américaine « Armed Forces Journal ». On y voit l’Irak partagé en territoires sunnite et chiite, l’Arabie Saoudite y est également divisée, le Kurdistan Libre est marqué. Après la publication de cette carte la secrétaire d’Etat américaine à l’époque Condoleezza Rice a déclaré qu’une telle conception plaisait à Washington. »

Pour exécuter un plan aussi grandiose il fallait des instruments capables de « mettre en branle » le Proche-Orient. On a vu d’abord le « printemps arabe », et à présent l’EI. D’aussi puissantes organisations terroristes ne peuvent pas être créées à partir de rien, dit Vladimir Ivanenko:« On met en place un schéma terroriste, militaire, censé défendre les intérêts de ses concepteurs. Mais presque tous ces schémas s’écroulent, et ces structures dirigent souvent les armes contre leurs patrons. Le même Etat Islamique se prépare maintenant à s’attaquer à la péninsule Arabique. Et pourtant de telles structures ne deviennent pas totalement incontrôlées — de quelconques liens avec les sponsors demeurent. De là leur caractère imprévisible, de là aussi les demi-mesures qui sont appliquées contre elles. »

 

Dans le cas de l’EI tout est allé suivant un scénario défavorable pour ses patrons: l’EI a déclaré la guerre à tout le monde non islamique avec à sa tête les Etats occidentaux. Plus d’une fois Barack Obama indiquait les terroristes de l’EI comme une principale menace à la paix, en positionnant les Etats-Unis comme une principale force les combattant. Mais en réalité, seuls l’armée syrienne et les Kurdes irakiens luttent contre eux, tandis que la coalition alliée, conduite par le président américain Obama, continue de faire des déclarations grandiloquente

Source : http://fr.sputniknews.com/analyse/20150207/1014453231.html#ixzz3RESUoR4d

 

 

 

Publié dans Fascisme

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>