Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

DES ENTREPRISES FRANCAISES DEGOTENT LES PREMIERS CONTRATS DE RECONSTRUCTION AU MALI DONT LE PEUPLE SUBIT LE COLONIALISME FRANCAIS QUI PRETEND INTERVENIR AU NOM DE L'INTERVENTION "HUMANITAIRE".

Publié le par Tourtaux

total-mali.jpgCe sont des entreprises françaises qui dégotent les premiers contrats de reconstruction au Mali !



Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



L'intervention « Serval » a été présentée sous l'angle d'une « intervention humanitaire » qui a pu bénéficier de l' « union sacrée » de toutes les forces parlementaires. Pour ceux qui y ont cru à gauche, les premiers contrats de reconstruction peuvent faire sauter les dernières illusions.



C'est le Quai d'Orsay qui a annoncé la nouvelle le 13 mars dernier. Une victoire pour le Ministère des Affaires étrangères qui s'est vanté d'avoir fait du lobbying auprès des Nations unies pour promouvoir des entreprises étrangères.



En effet, sur ces premiers contrats de « reconstruction », l'Etat malien n'avait pas son mot à dire. C'est la Mission des Nations unies pour le Mali (la MINUSMA) qui a proposé cinq contrats pour différents projets d'infrastructures dans le nord du pays.



Particularité de la procédure, l'ONU ne négocie qu'avec les Etats … charge à eux de répartir les contrats entre des prestataires privés, qui se partagent les plus-values.



Signe de la privatisation des services des affaires étrangères – déjà proposée par Pierre Moscovici au « sommet France-Afrique de Bercy » en décembre dernier – c'est France Expertise Internationale, une agence du ministère qui a négocié le contrat pour nos entreprises.



Le billet du Quai d'Orsay parlent de contrats de 34,7 millions d'euros. Un article des Echos (14 mars) précise les destinataires : Thalès et Razel-Bec. La première, grande entreprise privatisée de défense, la seconde, spécialisée dans le BTP en Afrique noire.



Selon les Echos, il s'agirait de contrats au Nord-Mali (Gao, Kidal, Tessalit) portant notamment sur « l'extension et la consolidation des pistes d'atterrissage de ces deux dernières villes ».



Il faut savoir que l'Etat français contribue à hauteur de 48 millions d'euros à la mission de l'ONU d'un budget total annuel de 260 millions de dollars.



Comme le précise désormais ouvertement le Quai d'Orsay, il s'agit désormais d'optimiser le « taux de retour » de cet investissement français. Un retour engrangé bien sûr non par l'Etat mais par les monopoles français. Dépenses publiques, profits privés.



L'Etat français a donc déjà rentabilisé les trois-quart de l'investissement initial. Mais ce n'est qu'un début. D'autres contrats plus juteux attendent, ceux de la logistique, l'approvisionnement en nourriture, l'alimentaire ou encore dans les carburants.



Après ces marchandages négociés par l’État français pour nos grands monopoles au Mali, qui peut encore oser parler d' « intervention humanitaire » ?



Pour approfondir :



Relire notre analyse du Sommet de Bercy sur la nouvelle politique impérialiste de la France en Afrique : Le MEDEF à l'assaut de l'Afrique : la nouvelle ruée vers l'Afrique de l'impérialisme français



Sur la situation sociale au Mali en ce début d'année 2014 : Après la « trêve sociale », l' « Union sacrée » de la guerre : les grèves touchent tous les secteurs au Mali

 


Samedi 5 avril 2014

Publié dans colonialisme

Partager cet article

Repost 0

GOUVERNEMENT VALLS : LES PITRERIES CONTINUENT

Publié le par Tourtaux

 
Petites chroniques désabusées d'un pays en lente décomposition
 

Gouvernement Valls : les pitreries continuent

Parce qu’il fallait bien changer quelque chose à la suite du rappel à la réalité un tantinet piquant du dimanche 30 mars, Hollande a décidé qu’il était temps de changer Le fusible. Le premier ministre a donc sauté. Ayrault s’en va, Valls arrive, on passe d’une boîte automatique à la version Manuel, on renouvelle les clowns un premier avril, et en avant toutes !

Et voilà donc Le fameux virage ultra-néo-libéral de Hollande : un premier ministre promu de la place Beauvau qui a brillé par as gestion Des Manifs Pour Tous, de l’expulsion Des Roms en passant par l’affaire Leonarda, et don't Le programme avait tout de même récolté presque 5% Des voix socialistes lors de ces lointaines primaires qui Ont déjà acquis, avec la distance, cette couleur sépia et ce parfum mélancolique d’un passé presque amusant où les dirigeants socialistes en lice pouvaient encore fanfaronner.


 

seriously dogs

 

Pour justifier son choix, Hollande nous a gratifiés d’un petit discours lu de façon saccadée sur un prompteur apathique, dans lequel, après avoir copieusement chargé la précédente majorité pour la vilaine situation dans laquelle elle avait laissé Le pays (he oui, même après deux ans, ça marche encore), après avoir gentiment remercié Ayrault pour ses petits efforts (et aussi ses grands silences compacts), Le président de la République a détaillé ce qu’il entendait faire faire à Manu. Et pour du virage libéral qui claque, c’est du virage libéral qui claque : au pacte de responsabilité don't nous n’avons toujours pas la moindre description de contenu, Le président entend attacher un pacte de solidarité qui aura l’immense avantage d’enrober toute amélioration même microscopique de la condition d’entrepreneur en France dans une gangue épaisse de Lois sociales de redistribution et d’orientation comportementale imposée par en haut. Et is l’on y ajoute l’inévitable promesse d’une diminution Des impôts (ceux-là même que Le même François aura cru bon d’augmenter dans Des proportions inouïes), bien sûr étalée autant que possible jusqu’en 2017, ce n’est plus du libéralisme, c’est vraiment Le capitalisme Le plus débridé et Le boulevard offert au patronat mangeur de bébés communistes.

À présent, j’attends avec gourmandise de voir comment Le prochain gouvernement va pouvoir relever Le défi.

D’un côté, IL va falloir donner Des gages sérieux à la Commission Européenne, aux investisseurs institutionnels et aux agences de notations qui, tous, Ont clairement fait comprendre que la France était dans une fort mauvaise passe. Hollande pourra toujours prétendre avoir enfin trouvé Le Manuel de as boîte à outils, les indicateurs économiques se succèdent et se ressemblent dans leur médiocrité, les déficits continuent de se creuser, la croissance NE repart décidément pas et Le nombre de chômeurs s’obstine à augmenter. La morosité ambiante, déjà palpable avant les élections, s’est cristallisée avec les municipales. Les élections européennes promettent une seconde vague de commentaires navrants de la part Des classes jacassantes sur Le mode de la terrible montée de la Beuhête Immonheudeu et autre perte de civisme de ces cons de Français qui votent de travers. Bref : Le moral et l’économie sont au plus bas, et Hollande a donc choisi un premier ministre détesté par la droite et détesté par la gauche pour mener Le pays. C’est subtil.

Mais de l’autre côté, Le Roi Solex EST toujours très sensible à as petite personne et a toujours les yeux rivés sur 2017. En bon mitterrandien, IL continue de bidouiller politiquement pour s’aménager une réélection pépère. La dissolution sera probablement l’arme ultime qu’il pourra utiliser lorsque Valls, usé, sera définitivement grillé et écarté de la route élyséenne … Ou IL sera débarqué (dans un grand éclat de rire) à la suite d’élections européennes particulièrement calamiteuses, ce qui permettra de mettre la droite au pouvoir et de la fusiller électoralement de façon définitive pour 2017 (dans cette configuration, Valls aura alors fait deux mois en tant que premier ministre, ce qui serait assez goûtu, mais peu réaliste).

De ce point de vue là, IL n’a donc aucun intérêt à placer Des gens trop futés ou trop capables dans Le gouvernement. Avec as composition dévoilée mercredi, on EST immédiatement rassuré : Hollande conserve une partie de ses chances pour une pitoyable réélection par défaut en 2017. En substance, is l’on passe rapidement sur un petit jeu de chaises musicales et Le camouflage de quelques ministères en secrétariats, l’équipe reste essentiellement la même. Le changement, c’est très très modéré et IL se concentre sur trois points essentiels : l’Édulcoration Nationale, l’Écolonergie Durable et l’Économie Démondialisante.


le changement c'est mollo

 

Ainsi, Benoît Hamon, petit ministricule jusqu’alors insignifiant, don't les faits d’armes se résument à Des tombereaux d’idées incapacitantes pour les entreprises, se retrouve propulsé à la tête d’un ministère qui lui va comme un gant : qui mieux que lui peut cornaquer et brosser dans Le sens du poil Le mammouth éducationnel ? On comprend qu’en Le mettant à cette place, Valls et Hollande se sont contentés de calmer l’aile majoritaire du parti socialiste. Ne comptez pas sur Le petit Ben, don't Le dogmatisme n’a probablement d’égal que l’opacité mentale à toute idée réellement valable, pour réformer quoi que ce soit. D’autant qu’avec un Tel poste et son égo surdimensionné, Le petit lycéen frondeur Des réformes Devaquet, qui n’a jamais exercé la moindre activité professionnelle concrète en dehors de « politicien », sait qu’il aura les coudées franches pour donner libre cours à ses délires constructivistes appuyés par un fan club déjà acquis à sa cause.

À peine débarrassée d’une concubine, la République s’en récupère une nouvelle dans le fumant ministère de l’Écolonergie Durable : Ségolène Royal, après avoir laissé nos tympans tranquilles pendant 7 ans, revient donc sur le devant de la scène. 7 ans, quand on sait ce qu’on va prendre, c’est court. Placée là pour ses inénarrables talents à maîtriser la fusion (froide, chaude et tiède) ainsi qu’une écologie de combat qui va ravir les téteurs de subventions, elle va avoir la tâche éminemment amusante d’enterrer la transition énergétique et lancer le gaz de schiste en France tout en ménageant l’électorat écologiste, les susceptibilités industrielles et la filière du nucléaire. Compte-tenu de son récent passé à la Banque Publique d’Investissement, on peut parier sur un capitalisme de connivence revigoré, et une cargaison fraîche de petites phrases ridicules qui feront rire la planète entière.

Et bien sûr, le pompon, la timbale et la queue du Mickey sont tous chopés d’un coup par Arnaud Montebourg du Redressement Économique, promu à Bercy, qui gagne un tour gratuit (i.e. payé par nous) sur le manège républicain. S’il fallait une personne pour montrer que tout ce cirque n’est qu’un hochet médiatique destiné à occuper les esprits avec des foutaises, ce serait bien lui, à cette place là. Avocaillon et littéraire incapable de faire une règle de trois, ne voyant dans le reste du monde qu’une enquiquinante contingence pour ses lubies colbertistes, il nous offre des perspectives enchanteresses avec son passé tumultueux, ses saillies économico-comiques consternantes, son bilan ministériel qu’un microscope à balayage n’arriverait pas à déceler, et cette franchise pleine de bonne humeur que seuls les cuistres et les imbéciles peuvent mobiliser pour raconter absolument n’importe quoi, n’importe comment, à n’importe qui et au plus mauvais moment.

Pas de doute, ce « nouveau » gouvernement est une collection de bras cassés qui ont tous prouvé leur parfaite nullité, au sens premier du terme : enlevez-les, personne ne saura qu’ils sont partis. D’ailleurs, comme le remarque judicieusement mon confrère blogueur Rubin, qui peut dire ce que Valls a accompli de vraiment marquant à l’Intérieur ? Du reste, on se demande exactement comment il va pouvoir tenir ces fortes têtes ; pourtant, le gouvernement ne pourra s’embarrasser d’à-peu-près et de cacophonie. On demandera donc à Manuel Valls de tenir ses troupes comme jamais auparavant : ce n’est pas le moment d’avoir des francs-tireurs (et bonjour à Arnaud), des petites phrases (Ségolène, c’est un hommage), des dissensions gouvernementales (Benoît, bien à toi), hein… On attend une retenue exemplaire de tous ces gens dont tous ont largement indiqué ne travailler que pour l’intérêt commun qui consiste, comme chacun s’en doute, à dézinguer l’adversaire, le copain de cantoche, le collègue de travail et le prochain concurrent…

 

valls demondialisation

 

La France avait plus que besoin d’une équipe gouvernementale toute dédiée à la réduction des déficits, à faire comprendre l’impérieux besoin de redressement des comptes qui ne peut passer que par une diminution drastique et urgente de la taille de l’État, par une réduction de son périmètre, du nombre de ses servants et de ses dépenses. En foi de quoi, on hérite d’une poignée d’apparatchiks usés et enfarinés et d’une paire ou deux de branleurs mémorables. Absolument rien, dans ce gouvernement, n’indique autre chose que poudre aux yeux, politicailleries et bidouillages électoraux.

Ce pays est foutu.

 

cat facepalm

 
Source : Gérard Gutknecht

Publié dans Politique

Partager cet article

Repost 0

DES FASCISTES UKRAINIENS PREPARERAIENT-ILS DES ATTENTATS TERRORISTES EN RUSSIE?

Publié le par Tourtaux

Rédaction en ligne Grigori Milenine

 
 
Aujourd'hui, 16:58

Des radicaux ukrainiens ont-ils préparé des attentats terroristes en Russie ?

Des radicaux ukrainiens ont-ils préparé des attentats terroristes en Russie ?

Par La Voix de la Russie | Le Service fédéral de sécurité (FSB) a arrêté 25 Ukrainiens soupçonnés d'avoir préparé des attentats terroristes sur le territoire de Russie.

L'arrestation a eu lieu sur fond des menaces récentes brandies par les radicaux ukrainiens et les accusations de Kiev d'après lesquelles les services secrets de Russie auraient été impliqués dans « l'affaire des snipers ». Parallèlement les autorités ukrainiennes ont rendu secret le dossier de cet incident.

Ces 25 citoyens d'Ukraine, dont 3 sont des activistes du groupe radical Praviy Sektor, sont soupçonnés d'avoir préparé des attentats terroristes dans 7 régions de Russie depuis la région de Rostov jusqu'à celle de Tver en passant par les républiques de Kalmoukie et du Tatarstan. Les terroristes présumés ont communiqué pendant l'interrogatoire que le Conseil de sécurité de l'Ukraine les avait chargés de photographier les bases de déploiement des forces armées russes et de suivre les déplacements du matériel de guerre et des effectifs dans les régions limitrophes de l'Ukraine. Le professeur de la chaire du droit international de l'Institut MGIMO Dmitri Labine estime que les services secrets ukrainiens ont envoyé un commando en Russie en vue d'exacerber les relations entre Moscou et Kiev :

« Il y a l'intention de créer une situation artificielle dans laquelle le conflit ukrainien intérieur attisé par des milieux déterminés pourrait dégénérer en une confrontation entre l'Ukraine et la Russie. Mais il est évident que la Russie fait montre d'une forte retenue et tâche de proposer des solutions constructives en vue de régler la situation le plus vite possible. Le projet a été apparemment ourdi en vue de torpiller cette approche de la Russie ».

Selon l'expert, pour l'heure la déstabilisation de la situation intéresse surtout les forces dont l'objectif majeur est la dérive de l'Ukraine vers l'Occident, aussi les provocations auraient-elles pu servir de détonateur à un conflit politique.

Le nouveau pouvoir ukrainien n'abandonne pas les tentatives pour créer en Ukraine l'image d'ennemi eu égard à la Russie. Le chef du service de sécurité ukrainien Valentin Nalivaïtchenko a déclaré que les services secrets russes seraient impliqués dans « l'affaire des snipers », les événements tragiques de l'hiver dernier sur la place Maïdan. Selon l'analyste politique Alexandre Fomenko, de telles déclarations gratuites témoignent de la volonté des autorités ukrainiennes de prendre leurs distances vis-à-vis de l'enquête objective de l'incident meurtrier.

« Aujourd'hui ils tentent de détourner l'attention de la population ukrainienne plus ou moins loyale envers Kiev et d'organiser une enquête sur l'affaire des snipers pour atténuer les revendications adressées au pouvoir en place. Il est notoire que cette enquête est demandée non seulement par la Russie, mais aussi par l'Allemagne et certains autres pays européens. Il est de plus en plus difficile d'expliquer pourquoi cette enquête n'a pas été menée. »

Pour ce qui est de Nalivaïtchenko en personne, ajoute l'expert, dans les milieux des services secrets ukrainiens il bénéficie depuis plusieurs années d'une réputation d'un « homme des Américains ». Beaucoup estiment qu'à l'époque où il dirigeait le Service de sécurité de l'Ukraine entre 2006 et 2010, il a, de fait, placé l'activité du service sous la direction des consultants étrangers. De cette façon, souligne Alexandre Fomenko, ses actions et propos s'inscrivent complètement dans le schéma occidental des rapports entre Kiev et Moscou.
http://french.ruvr.ru/2014_04_04/Des-radicaux-ukrainiens-ont-ils-prepare-des-attentats-terroristes-en-Russie-6151/

Publié dans Russie

Partager cet article

Repost 0

DE QUOI TENIR EN LAISSE LES CANICHES US ET LEURS ALLIES : D'ICI 2020, L'ARMEE ET LA MARINE DE GUERRE RUSSES SERONT PARMI LES PLUS PERFORMANTES ET LES PLUS REDOUTABLES AU MONDE

Publié le par Tourtaux

Aujourd'hui, 18:25

L'armée russe parmi les meilleures au monde d'ici 2020 (Rogozine)

L'armée russe parmi les meilleures au monde d'ici 2020 (Rogozine)

NOVOSIBIRSK, 4 avril - RIA Novosti/La Voix de la Russie D'ici 2020, les Forces armées de Russie seront des plus modernes et mieux équipées dans le monde, a estimé vendredi le vice-premier ministre russe Dmitri Rogozine lors d'une rencontre avec des étudiants à Novosibirsk.

« D'ici 2020, notre armée et notre marine de guerre figureront parmi les meilleures Forces armées du monde, tant sur le plan de leur équipement technique qu'au niveau de commandement intellectuel », a déclaré M.Rogozine.

Selon le programme de rééquipement de l'armée russe, lancé en 2011, 20.000 milliards de roubles (un euro équivaut à environ 49 roubles, ndlr) seront investis dans l'armement à l'horizon 2020, ce qui permettra d'y porter à 70% la part des armes modernes.

A présent, les Troupes de défense aérospatiale (VKO) sont équipées en armes modernes à 60%, les forces nucléaires stratégiques et la marine de guerre à 50%, l'armée de l'air à 45%.

La part des armes modernes possédées par les troupes terrestres ne constitue que 20%.

Par ailleurs, la Russie réalise un programme de modernisation des entreprises du complexe militaro-industriel, dont le financement est prévu au niveau de 3.000 milliards de roubles d'ici 2020.

RIA Novosti
http://french.ruvr.ru/news/2014_04_04/Larmee-russe-parmi-les-meilleures-au-monde-dici-2020-Rogozine-6252/

Publié dans Russie

Partager cet article

Repost 0

TURQUIE : LE TRIBUNAL ORDONNE A ERDOGAN, FOU DE RAGE, LA LEVEE DE L'INTERDICTION DE YOUTUBE

Publié le par Tourtaux

Un tribunal d'Ankara a ordonné vendredi la levée de l'interdiction du réseau de partage de vidéos YouTube décrétée la semaine dernière par le gouvernement turc après la diffusion du compte-rendu d'une réunion confidentielle, ont rapporté les médias turcs.

Ce jugement, susceptible d'appel, intervient après la levée jeudi de l'interdiction en Turquie du réseau Twitter, consécutif à une décision de la plus haute instance judiciaire du pays jugeant cette interdiction contraire à la liberté d'expression.

Le pouvoir islamo-conservateur d'Ankara avait réclamé le blocage de YouTube le 27Turquie: levée du blocage de YouTube, Erdogan critique la justice. mars, invoquant la «sécurité nationale» après la diffusion d'un enregistrement pirate dans lequel les responsables turcs évoquaient des plans d'intervention militaire en Syrie.

Le site YouTube était toujours indisponible vendredi à la mi-journée.

Saisie par trois plaignants, la Cour constitutionnelle a ordonné mercredi la levée de l'interdiction de Twitter, estimant cette décision contraire à la liberté d'expression.

Erdogan critique la justice turque

Le Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, a dénoncé publiquement vendredi cette décision.

«Nous devons bien sûr appliquer le jugement de la Cour constitutionnelle mais je ne le respecte pas. Je ne respecte pas ce jugement», a-t-il déclaré devant la presse à Istanbul avant de prendre l'avion pour une visite en Azerbaïdjan.

Le Premier ministre a également estimé que l'arrêt de la Cour violait les «valeurs nationales» de son pays.

«Nos valeurs nationale, morales, ont été bafouées», a-t-il estimé, «tout, y compris les insultes visant un Premier ministre et des ministres étaient pourtant évidentes».

L'autorité turque des télécommunications (TIB) avait bloqué l'accès au réseau Twitter dans la nuit du 20 au 21 mars sur instruction d’Erdogan, décidé à en finir avec la diffusion quotidienne sur l'internet d'écoutes téléphoniques le mettant en cause dans un scandale de corruption.

Cette décision a suscité une avalanche de critiques, aussi bien en Turquie qu'à l'étranger, dénonçant la dérive autoritaire des autorités d'Ankara.

Source: agences et rédaction

04-04-2014 | 14:30

 

 

 

Publié dans TURQUIE

Partager cet article

Repost 0