Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LES NEGOCIATIONS COMMERCIALES PETROLE CONTRE MARCHANDISES PROGRESSENT ENTRE LA RUSSIE ET L'IRAN

Publié le par Tourtaux

samedi, 05 avril 2014 04:10

"Pétrole contre marchandises" : Russie/Iran avancent !

Augmenter la taille de police 
"Pétrole contre marchandises" : Russie/Iran avancent !

IRIB- La Russie et l'Iran semblent progresser dans les négociations sur les fournitures de produits russes en échange du pétrole iranien et ce, en prévision de la levée des sanctions contre Téhéran.

La somme totale du contrat pourrait s'élever à 20 milliards de dollars. Des sources cités par Reuters expliquent que les négociations se poursuivent et que les russes s'apprêtent à acheter 500.000 barils de pétrole iranien par jour. Un responsable russe a annoncé que Moscou avait préparé tous les documents requis et que la finalisation de cet accord dépendait de la fixation d’un prix pour l’achat du pétrole iranien. Selon Reuters,  l’Iran exporterait à la Russie pour deux ou trois ans, 500.000 barils de pétrole par jour  dont 300.000 seront envoyés par la mer Caspienne et le restant, par le port "Bandar Abbas", dans le sud de l’Iran.

 

Publié dans Russie

Partager cet article

Repost 0

BASSAM TAHHAN (AUDIO) : "RECEP T. ERDOGAN JOUE AU JOKER DE L'OTAN"

Publié le par Tourtaux

SYRIE VS TURQUIE. Bassam Tahhan (Audio): "Recep T. Erdogan joue au joker de l’OTAN"

Publié le avr 5, 2014 @ 18:28

 

Recep Tayyip Erdogan

Recep Tayyip Erdogan

 

YouTube n’est toujours pas accessible en Turquie, malgré l’avis de la justice. Pendant ce temps-là, Recep Tayyip Erdogan cherche un retour sur la scène internationale en lançant son armée de jihadistes contre la ville syrienne de Kessab, située dans le littoral. Cette agression lui a permis de gagner les voix des néo ottomans ultranationalistes, lors des Municipales. Ainsi, il rappelle à l’Otan qu’il est toujours en poste et qu’il peut être d’un grand secours dans les dossiers syrien, iranien, voire russe.

 

Selon le professeur Bassam Tahhan, qui s’exprimait sur la radio iranienne francophone (IRIB), si ses jihadistes continuent leur progression syrienne et atteignent le cœur de la région alaouite en tentant de renverser le président Bachar al-Assad dans son fief, il va probablement rassuré ses alliés. Il pense ainsi affaiblir l’Iran, grand allié de la Syrie en mettant son grain de sel sur le fond des négociations sur le nucléaire. Ce serait également une réponse

 


Publié dans TURQUIE

Partager cet article

Repost 0

DES LUTTES OUVRIERES

Publié le par Tourtaux

 

Arcachon : la sanction de l'infirmière CGT annulée

Publié le 04/04/2014 à 10h14 , modifié le 04/04/2014 à 10h38

Mise à pieds cinq jours en décembre pour avoir parlé, comme syndicaliste CGT, de dysfonctionnements au sein de l'hôpital d'Arcachon, Sylvie Delmas a vu sa sanction annulée mercredi par la commission des recours du conseil supérieur de la focntion publique

Arcachon : la sanction de l'infirmière CGT annuléeManifestation de soutien à l'infirmière et représentante CGT Sylvie Delmas avant son conseil de discipline. Ici Sylvie Delmas. © Photo
Menet Sabine
 
Sylvie Delmas, infirmière et surtout secrétaire de la CGT à l'Hôpital d'Arcachon, vient de gagner une bataille contre sa direction : la commission des recours du conseil supérieur de la fonction publique a annulé mercredi la sanction prise à son encontre par Michel Haeck, le directeur de l'hôpital, l'automne dernier, soit cinq jours de mise à pieds du 17 au 21 décembre 2013.

Que lui reprochait-il ? De ne pas avoir respecté ses devoirs de réserve et de discrétion professionnelle et d'avoir nui à la réputation du Centre hospitalier et de ses collègues de travail. Elle avait, en tant que syndicaliste, parlé d'un certain nombre de dysfonctionnements au sein de la structure lors de l'assemblée générale de l'association usagers de l'hôpital le 25 avril 2013.

Elle avait alors été convoquée devant le conseil de discipline de l'établissement qui n'avait pas dégagé de majorité pour la sanctionner. C'est donc le directeur de l'Hôpital, qui avait personnellement assumé la décision de sanctionner l'infirmière.

Contactée hier, Sylvie Delmas était "contente mais réservée parce que la direction de l'Hôpital peut encore faire appel au Tribunal administratif". Elle ajoutait aussi ceci : "cette histoire va bien au delà de mon cas personnel puisque c'est la liberté syndicale qui est ici en jeu. Il faut dégager une jurisprudence en ma faveur pour la préserver et la protéger."

http://www.sudouest.fr/2014/04/04/arcachon-la-sanction-de-l-infirmiere-cgt-annulee-1515763-2733.php

Merlin Gerin Alpes : les employés en grève illimitée

Le Dauphiné Libéré, 5 avril 2014 :

 

le site d’Alpespace à Francin, sont en grève pour une durée illimitée. Cette grève, assurée par les trois équipes des 3 x 8 (2Depuis jeudi matin, les 275 employés maintenance et production de Merlin Gerin Alpes (MGA du groupe Schneider), situé sur h chaque équipe), paralyse actuellement la fabrication de coffrage électrique.

 

« Il y a du bénéfice, pas de partage »

 

Les revendications soulevées par le syndicat CGT, représenté par Dominique Tedesco, et le CAT, représenté par Bruno Lherminier, concernent les demandes d’une augmentation salariale mensuelle de 50 € ainsi que des augmentations individuelles. Les premières négociations avec la direction n’ont pas abouti, celle-ci proposant une augmentation de 9 € bruts. De plus, des menaces de fermeture du site ont été évoquées par la direction si la grève ne prenait pas fin rapidement.

 

« 98 % des employés du site sont en grève [seuls les intérimaires travaillent, NDLR] », précise Dominique Lherminier. « Le siège nous fait un chantage à l’emploi prétextant la fermeture du site en ne rapatriant pas d’heures de travail de Tunisie et d’Espagne si notre grève se prolonge. Il faut savoir que notre site MGA réalise un chiffre d’affaires annuel de plus de 8,9 millions d’euros et que Schneider réalise d’importants bénéfices. Mais il ne les partage pas avec nous, il réalise d’importants investissements dans des fonds de placement. »

Autre revendication soulevée par une employée, la prochaine fermeture (fin 2014), sur le site du Centre international de distribution (CID) qui employait 43 personnes (aujourd’hui ils ne sont plus que 16 employés) et qui serait transféré à Saint-Quentin-Fallavier dans l’Isère.

Aujourd’hui, le mot d’ordre des employés de MGA est simple : « Nous sommes tous remontés et malgré le chantage à l’emploi évoqué par la direction, nous ne céderons pas. Plus la direction attend, plus cela leur coûtera cher. »

http://communismeouvrier.wordpress.com/2014/04/05/merlin-gerin-alpes-les-employes-en-greve-illimitee/

Bastia ›

Publié le vendredi 04 avril 2014 à 17h15  - 
 
Titre - 24933405.jpg

 

Les élections professionnelles se déroulent tous les quatre ans et lors du dernier scrutin, organisé le 12 mars, au sein des Chemins de fer de la Corse, la CGT est devenue majoritaire. Le syndicat a remporté 18 sièges sur les 24 en lice face au STC.

Barthélémy Luciani et Jean-Marc Simone, responsables syndicaux ont souhaité dans un premier temps« remercier tous les cheminots qui ont participé à l'élection et voté »

Ils tiennent surtout à indiquer qu'ils ont l'intention de « travailler avec tout le monde et toutes les bonnes volontés, sans distinction politique. Nous espérons que le climat social s'apaisera dans les semaines et les mois qui viennent ».

Plusieurs conflits ont émaillé le quotidien, ces dernières années des Chemins de fer de la Corse où le passage à la société d'économie mixte n'a pas été aisé pour tous les salariés. La mise en place d'un statut social a également été longue et laborieuse comme le rappelle le délégué syndical : « Nous avions entamé une grève qui a duré au total dix-sept jours car nous estimions qu'il y avait des discriminations avec des différences de rémunération et de déroulements de carrière au préjudice des cheminots. Finalement tout est rentré dans l'ordre à l'issue de ce mouvement social ».

La CGT attend désormais que les actionnaires de la société d'économie mixte (CAPA, CAB…) participent au développement du train en Corse et à sa modernisation. « Nous disons dans un premier temps, qu'il faut généraliser la commande centralisée de voie unique. Cet outil existe uniquement entre Bastia et Casamozza sur un tronçon de vingt-deux kilomètres et permet d'assurer des meilleures conditions de sécurité. Il faudrait donc l'étendre à l'ensemble du réseau ».

Le train pour développer le centre-ville

Le syndicat milite aussi pour le retour du service marchandise qui permettait autrefois de transporter des colis volumineux et même des véhicules. Il demande également que soient reprises les études sur l'extension de la ligne de chemin de fer en direction de la plaine orientale, jusqu'à Folelli.

Enfin, les responsables CGT souhaitent être associés aux discussions avec les deux grandes municipalités de l'île, Bastia et Ajaccio afin que les gares et les dépôts soient maintenus en centre-ville. « Le train pourrait être davantage optimisé pour contribuer à développer les villes par rapport aux problèmes de circulation routière et de stationnement ».

À Bastia, une rencontre est envisagée avec les responsables de la nouvelle municipalité dans les prochaines semaines.

http://www.corsematin.com/article/bastia/la-cgt-desormais-majoritaire-aux-chemins-de-fer-de-corse.1331568.html

L’État invalide le plan social de Nobel Plastiques

Nobel AutomotiveC’est une petite victoire pour les salariés de Nobel Plastiques. Le projet de plan social, présenté unilatéralement, par leur entreprise n’a pas été homologué par la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi), le service de l’état qui contrôle ce type de procédure.

Présenté le 17 février dernier, le document a été retoqué par le pôle entreprise économie et emploi de cette administration. Ce dernier ne remet pas en cause le motif «économique» du plan de licenciement. Ses observations portent sur «la qualité des mesures de reclassements des salariés».

En clair, Nobel Plastiques n’a pas prévu assez d’argent pour aider les personnes qu’elle va licencier à retrouver un emploi grâce à une formation. «Le plan dépend des moyens de l’entreprise. Comme c’est une entreprise dite in bonis, ni en redressement judiciaire, ni en liquidation, on peut espérer beaucoup plus par rapport aux bases légales», précise le haut fonctionnaire, sans évoquer de chiffre.

La CGT est du même avis : «Au cours des négociations, nous avions estimé que dans le plan, tout reposait sur le Contrat de sécurisation professionnelle. On a essayé de mettre en place des mesures d’aide à la formation sous différentes formes, mais nous n’avons pas trouvé de terrain d’entente avec la direction». Ceci est pourtant primordial : «On sait que notre région est sacrifiée, que les salariés ne trouveront pas un emploi dans l’industrie, et qu’ils devront se reconvertir. Il faut redonner les moyens aux gens de devenir employables dans les plus brefs délais, c’est de la responsabilité de l’employeur».

Le plan ne contient pas non plus de mesures de mobilité, permettant par exemple la prise en charge de frais de déplacement des personnes qui engagent une recherche d’emploi dans d’autres villes.

Autre reproche fait par la Direccte, l’absence d’engagements clairs sur la recherche de reclassements à l’intérieur du groupe Nobel. «Habituellement, on organise une bourse à l’emploi. On publie les postes disponibles, et éventuellement des propositions en adéquation entre le poste recherché et celui du salarié concerné. Cela doit être balisé, là ce n’est pas fait». «La Direccte a raison de pointer cela du doigt, se félicite la CGT. Aujourd’hui, le groupe recrute et les postes ne sont pas affichés. Ils ne sont pas proposés aux salariés de Vitry. C’est un comble !»

La non-homologation du plan a été officialisée le 7 mars. Depuis, des négociations sont menées par l’unité territoriale de la Marne de la Dirrecte, «afin de donner à Nobel Plastiques, des éléments pour refaire un plan de sauvegarde de l’emploi adequat. L’entreprise est en train de travailler à quelque chose d’un peu plus correct».

Ce deuxième plan sera à nouveau présenté au comité d’entreprise et soumis à l’administration. Cela reporte de plusieurs semaines les licenciements, qui n’interviendraient pas avant le mois de juillet. Toujours ça de gagné pour les 56 salariés en sursis.

http://www.lechatnoir51.fr/article-l-etat-invalide-le-plan-social-de-nobel-plastiques-123220342.html

RESPONSABILITÉ : BRADERIE DE LA

Organismes sociaux CGT : PACTE DE

BRANCHE FAMILLE

Publié par udcgtnord.over-blog.fr sur 4 Avril 2014, 10:29am

Catégories : #Communiqué

Organismes sociaux CGT : PACTE DE RESPONSABILITÉ : BRADERIE DE LA BRANCHE FAMILLE

 

PACTE DE RESPONSABILITÉ : BRADERIE DE LA BRANCHE FAMILLE


En 1945, le Conseil National de la Résistance a créé la Sécurité sociale pour assurer le bien-être de tous, de la naissance à la mort. Ainsi, la branche famille fait partie intégrante de la Sécurité sociale depuis sa création. Elle est financée par une cotisation employeur sur nos salaires : elle est partie intégrante du salaire socialisé.

C’est quoi le salaire socialisé ? C’est le fruit de notre travail, c’est-à-dire le salaire brut de notre fiche de paye plus les cotisations dites employeur.

Le salaire socialisé sert à couvrir l’ensemble des risques sociaux, maladie, vieillesse, décès, invalidité, accident de travail et à financer les allocations

Le salaire socialisé, c’est la garantie d’une couverture sociale, quel que soit no-
tre niveau de revenu. C’est la solidarité entre malades et bien portants, c’est la solidarité intergénérationnelle.

Le gouvernement propose que d’ici 2017, les employeurs soient exonérés totalement des cotisations allocations familiales.

Quel cadeau au Medef, sans aucune contrepartie !

C’est un hold-up sur nos salaires.

Qui va financer la politique familiale : l’impôt et la TVA ?

Le Medef ne s’est engagé sur aucune création d’emplois, ni augmentation de salaires, ni investissement. C’est un cadeau qui aura de graves conséquences.

Si la branche famille est financée par le budget de l’État, elle n’aura plus de recettes affectées. La politique familiale sera dépendante des décisions du gouvernement, au même titre que la politique militaire.

Quel avenir pour les 34 000 salariés de la branche famille, quand on sait que le pacte de responsabilité prévoit une baisse de 50 milliards de dépenses publiques, soit des milliers d’emplois qui vont disparaître.

Quel avenir de l’action sociale dans la branche famille ?

Le pacte de responsabilité a été rejeté par une majorité des organisations syndicales. Seules la CFDT et la CFTC l’ont paraphé. Il est donc minoritaire. Il ne doit pas s’appliquer !

Faisons-nous entendre avant qu’il soit présenté au Parlement.


http://www.udcgtnord.fr/

Marseille :

la CGT veut la Caisse des Dépôts à la SNCM

Marseille / Publié le Vendredi 04/04/2014 à 05H19

La CGT a réaffirmé hier dans un communiqué qu'elle souhaite que la Caisse des Dépôts soit présente au sein de la SNCM

Economie - Marseille : la CGT veut la Caisse des Dépôts à la SNCM
La compagnie doit renouveler son actionnariat, Transdev et Veolia souhaitant se retirer.

Photo bruno souillard

Alors que le groupe norvégien Siem Industries s'intéresse à la SNCM dont il se propose de reprendre les 66 % de capital conjointement détenus par Transdev et Veolia Environnement, la CGT a réaffirmé hier dans un communiqué qu'elle souhaite que la Caisse des Dépôts soit présente au sein de la SNCM. Avec à ses côtés, les collectivités locales qui le voudront selon leurs moyens financiers. Et bien sûr, l'État qui détient déjà 25 % du capital, ainsi que les actionnaires salariés qui détiennent 9 % des parts.

Le syndicat, qui a participé au mouvement de grève unitaire, lancé le 26 mars et s'est achevé cinq jours plus tard avec la garantie donnée qu'aucune procédure collective ne sera ouverte à l'encontre de la compagnie, voit donc l'avenir de la SNCM passer par un actionnariat à dominante publique. Mais pour autant, la CGT ne ferme pas la porte à l'arrivée d'un partenaire privé, "d'un industriel". Frédéric Alpozzo, le secrétaire général des marins CGT, explique "qu'il n'y a pas d'opposition, mais qu'il faudra des garanties sur plusieurs points".

"Il faudra que l'État soit le garant de la qualité de l'investisseur"

Ainsi, "il faudra respecter à minima le plan industriel à long terme à 8 navires, sur l'ensemble des lignes actuelles. C'est-à-dire la Corse dans le cadre de la délégation de service public et le Maghreb". Puis d'ajouter : "Il faudra que l'État soit aussi le garant de la qualité de l'investisseur. Pas question de revivre ce qui a été vécu avec Veolia."

Pas question non plus de revenir sur le pavillon. "La SNCM navigue sous celui Français, il faut que la loi Cuvillier qui vient d'être votée s'applique à ceux qui pratiquent la concurrence déloyale."

Jean-Luc Crozel

http://www.laprovence.com/article/economie/2822209/marseille-la-cgt-veut-la-caisse-des-depots-a-la-sncm.html

manif-vico-20140404.jpgUne cinquantaine de salariés de la société Vico ont débrayé ce matin. Selon les représentants de la CGT, ils représentaient environ 70 % des ouvriers et ont obversé un arrêt de la production durant trois heures.

Ils devaient ensuite déambuler dans les rues de Vic-sur-Aisne et être visibles sur la nationale 31 comme ils l’ont fait hier et comme ils doivent le faire demain.

http://www.lechatnoir51.fr/article-manifestation-chez-vico-123220397.html

 

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

COMMUNIQUE DE LA COORDINATION DES INTERMITTENTS ET PRECAIRES D'ILE DE FRANCE : EUROPE : PAS DE CULTURE SANS DROITS SOCIAUX

Publié le par Tourtaux

Europe : Pas de culture sans droits sociaux

Publié, le samedi 5 avril 2014  


Dernière modification : samedi 5 avril 2014

Europe : Pas de culture sans droits sociaux

 

Communiqué de la coordination des intermittents et précaires d’IDF


Aujourd’hui, le 4 avril 2014, il y a eu plusieurs rassemblements sur le territoire national s’inscrivant dans le mouvement européen contre l’austérité.


À Paris, la place du Trocadéro a été investie par plusieurs centaines de chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires, avec ou sans papiers pour interpeller les ministres de la culture des pays européens, réunis pour le Forum de Chaillot, avenir de la Culture, avenir de l’Europe. Les objectifs des ces rassemblements étaient d’agir à l’intérieur et à l’extérieur, d’informer les gens en leur distribuant des tracts et en leur expliquant ce que la nouvelle convention sur l’assurance chômage propose et d’interpeller plus spécifiquement la Ministre de la culture, Aurélie Filippetti.


Devant le parvis, des banderoles ont été déployées : Pas de culture sans droits sociaux L’austérité : culture européenne ? Des millions de précaires concernés, pourtant les médias se taisent et des slogans ont été scandés : « Chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires, avec ou sans papiers : Solidarité »


« À l’hôpital, à l’usine, à l’école, dans la culture …. c’est la crise mais l’argent, il est là dans les caisses du patronat »


Il y a eu un grand déploiement des forces de l’ordre, qui ont encerclé les manifestants pendant plusieurs heures, les empêchant d’exprimer leurs revendications.


Pendant ce temps, plusieurs interventions ont eu lieu à l’intérieur du Palais de Chaillot.


Des manifestantes ont réussi à prendre la parole devant les ministres et le public a réagi en faveur du mouvement. Au même moment, à Bruxelles, la Confédération européenne des syndicats organisait une euro-manifestation pour dénoncer le dumping social ; près d’une centaine de militants occupaient, à Nantes, les locaux de la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC) et des militants étaient mobilisés à Marseille.

 

Nous demandons à Monsieur Rebsamem, Ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue Social -signataire de la Tribune du Comité de suivi de la réforme de l’intermittence à l’Assemblée nationale qui porte nos propositions-, de ne pas agréer l’accord du 22 mars 2014 concernant l’assurance chômage.


Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous.


Assemblée Générale → Lundi 7 avril à 19h (lieu à préciser) → http://www.cip-idf.org


PDF - 56.1 ko
Tract du 4 avril
PDF - 32.8 ko
NO CULTURE WITHOUT SOCIAL RIGHTS


Document(s) à télécharger :

Europe : Pas de culture sans droits sociaux

Taille : 90.4 ko
Mise en ligne le : 5 avril 2014

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

UKRAINE : PAS BESOIN DE DESSIN, LORSQU'UNE "REVOLUTION" ORCHESTREE PAR DES NAZIS, A LE SOUTIEN DE TOUTE LA REACTION MONDIALE, SES AUTEURS NE PEUVENT ETRE QUE DES ENNEMIS DU PEUPLE

Publié le par Tourtaux

Ukraine: les meurtres au Maïdan perpétrés par l'opposition (ex-directeur du SBU)

Dossier: Règlement de la situation en Ukraine

Ukraine: les meurtres au Maïdan perpétrés par l'opposition (ex-directeur du SBU)
16:10 05/04/2014
MOSCOU, 5 avril - RIA Novosti

Les meurtres au Maïdan lors des troubles à Kiev  ayant été perpétrés par les membres de l'opposition, l'Europe aura bientôt honte de les avoir soutenus, a déclaré samedi aux journalistes l'ex-directeur  du Service de sécurité ukrainien (SBU) Alexandre Iakimenko.


"Les meurtres de manifestants du Maïdan, tous les meurtres ont été perpétrés par les opposants eux-mêmes. Bientôt, l'Europe aura honte pour les actions de personnes qu'elle a soutenues. Le temps finira par mettre tous les points sur les i", a indiqué l'ex-responsable.


Il a ajouté  que les actuelles autorités ukrainiennes n'avaient pas envie d'enquêter sur la mort de policiers.


"Il est évident que cela les intéresse le moins du monde. C'est le Maïdan qui veut savoir les noms de ceux qui assassinaient ses partisans et on essaie actuellement de trouver n'importe qui que l'on pourrait sacrifier pour justifier es assassinats", a souligné l'ex-directeur du SBU


En février dernier, lors des troubles à Kiev, des tireurs d'élite embusqués ont tiré à la fois sur les manifestants et les policiers sur la place de l'Indépendance, berceau de la contestation ukrainienne qui a débouché sur un changement de pouvoir dans la capitale ukrainienne. Le ministre estonien des Affaires étrangères Urmas Paet a révélé lors d'une conversation avec la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton que ces tireurs d'élite auraient été enrôlés par l'opposition.


Au total, plus de 100 personnes ont trouvé la mort dans les violences à Kiev.

 

Publié dans Ukraine

Partager cet article

Repost 0