Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'UNE DES GRANDES PHOBIES DE L'ONCLE SAM : LE HEZBOLLAH !!

Publié le par Tourtaux

imanche, 06 avril 2014 03:51

Nouveau plan américain contre le Hezbollah!!

Nouveau plan américain contre le Hezbollah!!

IRIB- le comité des affaires étrangères du congrès US élabore en ce moment un projet de loi destiné à durcir les sanctions économiques et médiatiques contre le Hezbollah. Selon Al Akhbar , Bride Schneider , l'un des architecte de ce projet de loi prétend que le Hez "constitue une menace sécuritaire pour les Etats Unis , Israël et la région du Moyen Orient" . Si le projet de loi venait à être adopté par le congrès , ce qui n'est pas à écarter vu la radicalisation des positions des Etats Unis dans leurs négociations nucléaires avec l'Iran, des sanctions draconiennes tomberont sur le Hezbollah et les réseaux " économiques et financiers" dont il bénéficie. selon les termes de l'avant texte repris par Al Monitor, le Trésor serait autorisé à imposer des sanctions aux banques libanaises et européennes qui travaillent avec le Hezbollah. La chaine Al Manar ferait aussi l'objet de sanctions et la nouvelle loi , en cas d'adoption, permettra de sanctionner les satellites qui diffusent les émissions d'Al Manar. Ed Ross, un autre représentant du congrès prétend lui aussi que l'amplification de la puissance du Hezbollah est un danger pour les Etats Unis , un danger encore plus grand que tout autre danger terroriste.

Publié dans USA

Partager cet article

Repost 0

DES LUTTES OUVRIERES

Publié le par Tourtaux

Lens: la CGT monte au créneau pour défendre les salariés de Cora Lens2

Publié le 05/04/2014

Nord Eclair

Le syndicat CGT de l’enseigne Cora Lens 2, ce samedi, a décidé de montrer ses « muscles ». Dans la matinée, plusieurs d’entre eux ont tracté et interpellé les clients sur des conditions de travail qu’ils dénoncent. «  Cette action n’est qu’un premier avertissement, explique-t-on au syndicat, la direction a décidé de mettre un terme aux négociations entamées depuis plusieurs semaines. Nous, nous exigeons qu’elles reprennent. » A la CGT, on regrette la proposition de la direction d’augmenter de 1,2  % les salaires cette année. «  Nous sommes loin du compte  », estime le syndicat, qui précise que le petit plus proposé coïncide environ à 16 € de plus sur la fiche de salaire, alors qu’il en faudrait 90  € supplémentaires pour faire face à l’augmentation du coût de la vie.

Ce n’est pas la seule revendication mais la négociation salariale reste le point essentiel. En cas de refus d’ouvrir à nouveau les discussions, le syndicat promet de durcir les actions.

Contactée ce samedi, la direction n’a pas donné suite.

http://www.nordeclair.fr/info-locale/lens-la-cgt-monte-au-creneau-pour-defendre-les-salaries-jna48b0n392811

Lutte des sans-papiers dans les Yvelines

Le Monde, 4 avril 2014 :

Quelque 350 sans-papiers occupaient depuis vendredi 4 avril au matin le pôle d’action sociale Michel-Colucci de Carrières-sous-Poissy (Yvelines) pour demander la régularisation de leur situation. Ils ont réussi à obtenir « l’engagement que leur cas sera examiné un par un », a annoncé le préfet des Yvelines, Erard Corbin de Mangoux. En contrepartie, le collectif s’est engagé à quitter les lieux avant 18 heures.



« Nous sommes parvenus à un accord, avec l’engagement de la préfecture de reprendre au regard des textes et avec des éléments de bienveillance les dossiers qui nous seront soumis » par le collectif de soutien aux sans-papiers des Yvelines, a ajouté le préfet.

 

UNE PREMIÈRE OCCUPATION EN OCTOBRE 2012

Ce dernier, après s’être rendu sur place, s’est engagé à intervenir auprès des préfectures voisines dont dépendraient certains sans-papiers du collectif pour que « les procédures de traitement des dossiers soient harmonisées ». Le sous-préfet de Saint-Germain-en-Laye, Philippe Court, devrait recevoir lundi matin une liste de cas individuels.

Ces sans-papiers, certains présents en France depuis plus de dix ans, s’étaient rassemblés dès 10 heures vendredi « dans le calme » dans cette installation municipale, a rapporté le maire Eddie Aït (Parti radical de gauche). « Il n’y a eu aucune atteinte aux employés ni aux biens » du pôle d’action sociale, a-t-il précisé.

Les sans-papiers, dont certains sont sous le coup d’une obligation de quitter le territoire, avaient déjà occuper en octobre 2012 la maison des associations de Mantes-la-Jolie pour demander la régularisation de leur situation.

 


Foix. Un nouveau secrétaire général pour la CGT

Le congrès s'est fini au son de «L'Internationale»./Photo DDM, P.N.

Le congrès s'est fini au son de «L'Internationale»./Photo DDM, P.N.  

Didier Mézin a été élu hier secrétaire général de l'union départementale de la CGT 09. Il remplace Christophe Couderc, qui a occupé le poste durant dix ans.

«Il faut rompre avec le fatalisme et recréer du lien. Convaincre et mobiliser les salariés». Voilà la mission que s'est fixée le nouveau secrétaire général de la CGT 09 : Didier Mézin (La Poste). Et ce dernier de tout de suite donner le ton lors de son discours d'investiture : «On a perdu plus d'acquis sociaux en vingt mois de Hollande que sous Sarkozy». Voilà les socialistes prévenus. Comme l'ont confirmé la plupart des délégués présents, «l'envie d'en découdre» est grande. «Il faut entretenir cette colère et la rendre plus productive», assure-t-il. Et pour y arriver, la CGT compte combattre le repli sur soi des salariés.

La nouvelle équipe élue et remaniée à 50 % travaillera «dans la continuité et non dans la rupture». Deux slogans : «Vivre et travailler partout en Ariège» et «Plus nombreux, plus forts pour gagner».

Durant ce mandat de trois ans, Didier Mézin et son équipe veulent renforcer l'influence de la CGT sur les 40 537 salariés ariégeois. Objectif : les élections de la fonction publique en 2014 et celles des prud'hommes et de la MSA en 2015.

La nouvelle équipe souhaite également éditer un quatre pages pour mieux informer les salariés des combats en cours. Il a également été évoqué l'idée de rendre public les subventions touchées par les entreprises.

Pour arriver à défendre les salariés, la CGT doit d‘abord les convaincre de s'engager. «La résignation est générale». Didier Mézin est réaliste : «la responsabilité syndicale est grande».

La CGT compte aussi sur les autres syndicats, qu'elle avait d'ailleurs invités pour la fin de ce congrès : «Aucune organisation n'est en capacité de peser seule. Les différences sont nombreuses mais nous sommes condamnés à travailler ensemble pour obtenir de nouvelles conquêtes sociales». Et Didier Mézin de proposer une manifestation unitaire pour le 1er mai à Saint-Girons.


Les membres du bureau

Didier Mézin sera assisté dans sa tâche par Frédéric Birobent, qui travaille au Chiva et est un des cadres de la CGT à l'hôpital avec Jacques Gomes. Il devient secrétaire général adjoint. Lui-aussi était un proche de Christophe Couderc et était déjà dans l'ancien bureau. Autour des deux hommes, on retrouvera Yazid Djemane, secrétaire à la vie syndicale, Pascale Barioulet et Jean-Pierre Castillo, secrétaires à la politique financière, Nelly Rives, Sébastien Cruz et Sébastien Pollaert, secrétaires.


Le chiffre : 2 800

syndiqués >

A la CGT. Ce qui représente un peu plus de 5 % des salariés ariégeois.

Paris : fin de la grève au service de transport des handicapés

Philippe Baverel | Publié le 05.04.2014, 18h12 | Mise à jour : 18h32

ILLUSTRATION. Vendredi soir après cinq jours de grève, les syndicats CGT, FO et CFDT ont signé un protocole d’accord avec la direction de la Somap, la société chargée de ce dispositif de transport à la demande pour les handicapés, mis en place il y a douze ans par la ville de Paris.

ILLUSTRATION. Vendredi soir après cinq jours de grève, les syndicats CGT, FO et CFDT ont signé un protocole d’accord avec la direction de la Somap, la société chargée de ce dispositif de transport à la demande pour les handicapés, mis en place il y a douze ans par la ville de Paris.
| LP/O.C.

Zoom

Agrandir le texte Diminuer le texte Imprimer l'article Tout leParisien.fr sur votre mobile

La grève des conducteurs et des salariés du service clientèle du PAM 75 ( Accueil Mobilité, dispositif de transport à la demande pour les handicapés, mis en place il y a douze ans par la ville de ) est terminée. Vendredi soir, le 4 avril, après cinq jours de grève, les CGT, FO et CFDT ont signé un protocole d’accord avec la direction de la Somap, la société chargée de cette structure.

Ce texte prévoit l’attribution à chaque salarié, d’une prime exceptionnelle de 150 € brut, prime appelée à devenir annuelle. Par ailleurs, les négociations sur les conditions de travail et notamment sur la réduction de l’amplitude horaire des conducteurs, se poursuivent, a-t-on appris auprès de Michel Postico, délégué du personnel CGT.

Les services du PAM 75 transportent 17 000 personnes par an en moyenne.

LeParisien.fr

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-75005/paris-fin-de-la-greve-au-service-de-transport-des-handicapes-05-04-2014-3743959.php

 

Papillons blancs : les grévistes s'invitent au conseil

Finistère - 04 Avril

Hier, au Relecq-Kerhuon, à l'appel d'une intersyndicale des Papillons Blancs du Finistère (Sud, CFDT, CGT), environ 250 salariés se sont rassemblés devant le siège de l'association. En début d'après-midi, ils ont investi le conseil d'administration. La directrice générale leur a permis de s'exprimer. Ce mouvement fait suite à celui du 20 mars. « Nous réclamons davantage de moyens humains et matériels. Nos conditions de travail se détériorent et les conditions d'accueil des jeunes se dégradent », explique Nicolas Floch, délégué syndical de Sud.

Les Papillons blancs sont une association de parents d'enfants handicapés mentaux. Dans le Finistère, elle emploie environ 800 salariés (éducateurs, aides-soignants, etc.) dans plus de 30 établissements. Les financements publics baissent. Les associations sont mises en concurrence. Or, « 800 000 € de travaux sont effectués au siège et les cadres roulent dans des voitures de fonction de standing », déplorent les syndicats. Enfin, 45 emplois d'avenir, payés à 75 % par l'État, ont été recrutés pour trois ans sur des emplois nécessitant du personnel qualifié. « Nous luttons contre la déqualification de nos postes. »

http://www.ouest-france.fr/papillons-blancs-les-grevistes-sinvitent-au-conseil-2101988

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

"LES AMERICAINS JOUENT AU MONOPOLY, LES RUSSES JOUENT AUX ECHECS - ET LES FRANCAIS JOUENT AUX AMERICAINS..." 1/4

Publié le par Tourtaux

 

 Par Sayed 7asan (http://www.sayed7asan.blogspt.fr)

« Les Russes mettent du temps à monter en selle, mais ensuite, ils chevauchent très vite. »
« Lorsque la Russie est menacée, elle ne s’énerve pas, elle se concentre. »
Proverbes russes



Cette série d'articles est consacrée aux enjeux géopolitiques des événements de Crimée, et notamment au recul de l’impérialisme américain face à de nouvelles puissances régionales et mondiales, résurgentes ou émergentes, qui résistent au modèle politique, économique et culturel occidental de plus en plus ouvertement, et avec de plus en plus de succès.

Le traitement de ces événements en Occident est un révélateur de la crise de confiance entre les populations du monde occidental et leurs gouvernements & médias respectifs, qui sont aujourd’hui moins fiables que la presse soviétique elle-même dans ses jours les plus sombres, mais dont l’hégémonie est aujourd'hui disputée par Internet.



http://www.tuxboard.com/photos/2012/02/Expressions-Obama-Poutine-Sarkozy--640x335.jpg

1. Une victoire stratégique pour la Russie

Les événements dramatiques qui se sont déroulés en Ukraine durant ces dernières semaines, façonnés de toutes pièces et orchestrés par les services du Département d’Etat américain – qui, comme l’a candidement admis Victoria Nuland, Secrétaire d’Etat adjointe aux affaires européennes et eurasiennes, ont dépensé 5 milliards de dollars pour « démocratiser » (c’est-à-dire « déstabiliser ») l’Ukraine – et relayés par leurs laquais de l’Union européenne, ont finalement débouché, contre toute attente, sur une victoire spectaculaire de la diplomatie russe, la Crimée ayant réintégré la Fédération de Russie, qu’elle n’aurait du reste jamais dû quitter pour les raisons historiques, géographiques, ethniques, culturelles et même légales (tant sur le plan du droit soviétique que du droit international) qu’a rappelées Poutine dans son discours mémorable du 18 mars 2014.


http://2.bp.blogspot.com/-TI9pBJkodSo/Uy106p23hvI/AAAAAAAAAT4/EgKrXv-hg8c/s1600/Crimea+1.jpg



On peut parler, avec Israël Shamir, de triomphe personnel pour Poutine, qui, par un coup de maître éminemment dramatique au regard de la tournure initiale des événements, et de l’apparente inertie de la Russie – qui contrastait très fortement avec l’hystérie occidentale –, a transformé ce qui semblait être un véritable désastre en une victoire totale, qui n’est pas sans évoquer le Deus ex machina du théâtre classique. Ce retournement de situation exceptionnel, peut-être sans précédent dans l’histoire au regard de ses tenants et aboutissants, est illustré de manière éloquente dans ce trait d’humour juif récent rapporté par le même Israël Shamir :

Le président israélien Shimon Peres demande au président russe:
- Vladimir, êtes-vous d’origine juive?
- Poutine : Qu’est-ce qui vous fait croire ça, Shimon?
- Peres: Vous avez fait débourser cinq milliards de dollars aux États-Unis pour qu’ils livrent la Crimée à la Russie. Même pour un Juif, c’est audacieux !

Les retombées géopolitiques, diplomatiques, militaires (les expériences en Tchétchénie et en Ossétie du Sud avaient déjà démontré sans le moindre doute possible que les forces armées russes comptent aujourd’hui parmi les plus formidables de la planète) et même économiques de ces événements sont en effet considérables : nous assistons en direct à un nouveau coup de tocsin, sonnant vraisemblablement le glas d’un monde unipolaire – sinon des Etats-Unis en tant que superpuissance, statut obtenu en 1945. Sur les plans militaire, politique, diplomatique et/ou médiatique, il est aisé de reconstituer le parcours des victoires de l’Empire dans ses diverses conquêtes (Iran 1953, Guatemala 1954, Chili 1972, Salvador 1980, Nicaragua 1981, Afghanistan 1989, Irak 1991, Bosnie-Herzégovine 1995, Serbie 1999, Libye 2011…) et de ses défaites (Cuba 1961, Vietnam 1972, Iran 1988, Liban 1983, 2000 & 2006, Irak 2011, Afghanistan 2013…), avec toutes les combinaisons que cela implique, une victoire sur un plan ayant pu être une défaite sur l’autre – ainsi l’opération USAl-Qaïda en Tchétchénie a-t-elle été une victoire éclatante sur le plan de l’opinion publique internationale, aliénant durablement les populations occidentales et musulmanes à la Russie, malgré un échec cuisant sur le terrain. Les événements en Syrie et en Ukraine, nouveaux Stalingrad, semblent porter un coup d’arrêt décisif à l’interventionnisme américain, notamment grâce au rôle de la Russie que Vladimir Poutine a miraculeusement fait renaître de ses cendres (voir 1993-2013 : Les vingt ans de « Pas de deux » entre la Russie et les Etats-Unis arrivent-ils à leur fin ?).

http://1.bp.blogspot.com/-f3uMV_qpsMs/US08CG27vlI/AAAAAAAAWpg/GJ7uKddkE64/s1600/Che-Guevara-and-Fidel-Castro.jpg


Mais pour les peuples victimes, il est souvent difficile de distinguer la couleur, les cortèges de mort et de destructions assombrissant toujours l’issue des impitoyables agressions américaines. C’est pourquoi nous ne pouvons que nous féliciter de ce dénouement juste et heureux et de cette défaite de la plus grande et la plus agressive puissance impériale de l’Histoire. Le Saqr – blogueur & correspondant de l’Asia Times ; d’origine russe, spécialiste de l’Europe de l’Est, cet ancien analyste militaire était impliqué dans des opérations anti-soviétiques durant la guerre froide – affirme qu’« Aujourd’hui, tous les hommes libres de la planète célèbrent une victoire », et compare cette issue euphorisante au dénouement formidable de la guerre Usraélienne de l’été 2006 contre le Liban, après laquelle Sayed Hasan Nasrallah, Secrétaire Général du Hezbollah, déclarait – le 22 septembre, au lendemain du fameux discours de Chavez à l’ONU :
Nous considérons que nous avons remporté une grande victoire, que le Liban a remporté une grande victoire, que la Palestine a remporté une grande victoire, que la nation arabe a remporté une grande victoire, et que tous les opprimés, toutes les personnes lésées dans ce monde ont également remporté une grande victoire. Notre victoire n’est pas la victoire d’un parti. Je répète ce que j’ai dit à Bint Jbeil, le 25 mai 2000: ce n’est pas la victoire d’un parti ou d’une communauté, c’est plutôt une victoire pour le Liban authentique, le peuple libanais authentique, et toute personne authentiquement libre dans le monde. Il ne faut pas fausser cette grande victoire historique. Elle ne se limite pas à un parti, un clan, une secte, une communauté ou une région particulières. Cette victoire est trop grande pour que nous puissions en saisir toute l’ampleur. Les prochaines semaines, les mois et les années à venir nous en montreront la portée réelle.

http://www.islamicinvitationturkey.com/wp-content/uploads/2012/09/Nasrallah.jpg


De même, cette victoire russe est une victoire éclatante pour tous les hommes libres de la planète, et dont les conséquences sont incalculables. Aujourd’hui, nous sommes tous Russes, de même que nous étions tous Libanais en 2000 & 2006.

Sayed 7asan


A venir : 

2. Relations internationales : Poutine impose de nouvelles règles du jeu
3. Les « médias » occidentaux aux ordres ?
4. Les arènes émergentes du refus du Nouvel Ordre Mondial

Publié dans colonialisme

Partager cet article

Repost 0

ALGERIE : APPEL AUX ALGERIENNES ET ALGERIENS

Publié le par Tourtaux

https://www.facebook.com/ikram.ghioua

 

 

URGENT:

 

APPEL AUX ALGÉRIENNES ET ALGÉRIENS

 

L'esprit de responsabilité va t il enfin régner dans notre Pays , dans notre Algerie ?

 

Ceci est un appel à toutes les parties, tous les Algériens qui s'opposent et qui ne s'opposent pas , qui sont concernés et qui ne se sentent pas concernés par la Présidentielle du 17 Avril.


Il en va de notre Avenir , de l'avenir de notre Patrie .


NE TOUCHONS PAS À NOTRE ALGERIE.


ALGERIE DEBOUT !

 

 

Publié dans ALGERIE

Partager cet article

Repost 0

ALLEMAGNE : L'AEROPORT DE FRANCFORT PARALYSE PAR DES GREVES HISTORIQUES A LA LUFTHANSA POUR LA DEFENSE DU DROIT DE GREVE

Publié le par Tourtaux

Pilots-of-Lufthansa-deman-008.jpgL'aéroport de Francfort paralysé, des grèves historiques à la Lufthansa : la défense du droit de grève en jeu en Allemagne

 

Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/



Depuis un mois, l'aéroport de Francfort connaît une série de grèves des agents de sécurité, pilotes, travailleurs au sol, qui ont paralysé l'activité des aéroports allemands, en particulier celui de Francfort. L'enjeu fondamental : le droit de grève remis en cause par le patronat.



La presse allemande a parlé de la plus grande grève dans l'histoire du secteur aérien allemand pour qualifier le mouvement des pilotes de la Lufthansa qui a perturbé pendant trois jours d'avril les aéroports allemands, faisant suite à deux autres mouvements des travailleurs au sol.



L'aéroport de Francfort est devenu le théâtre d'une lutte de classe intense ces dernières semaines. Francfort est officiellement le troisième aéroport d'Europe, le premier pour les correspondances internationales, un nœud vital pour l'espace aérien allemand et européen.



Avec 75 000 travailleurs réunis sur un même lieu, l'aéroport de Francfort est de loin la première concentration de travailleurs sur le territoire allemand, dans la première économie européenne.



« La plus grande grève de l'histoire du secteur aérien allemand »



L'affrontement a procédé par étapes. Le premier mouvement de grève fut celui des 5 000 agents de sécurité de l'aéroport de Francfort, le 22 février dernier, appelés à la grève par le syndicat des services Verdi, causant la panique sur place, annulant 90 vols.



Le second mouvement sera celui de tous les travailleurs au sol de l'aéroport de Francfort, on est le 27 mars, la grève est à nouveau convoquée par le syndicat Verdi, mobilisant 1 500 salariés chargés de la logistique, de la sécurité et autres opérations au sol.



Tous les grands aéroports sont touchés : Francfort certes mais aussi Munich, Cologne, Düsseldorf, Hambourg, Hannovre et Stuttgart. A Francfort seul, 600 avions – près de la moitié du matériel de la Lufthansa – sont restés au sol.



Le troisième mouvement marquera cette montée en puissance, c'est la grève de trois jours des 5 400 pilotes de la Lufthansa, entre le 1er et le 4 avril mené par le combatif syndicat de base « Vereinigung Cockpit » (VC).



3 800 vols ont été annulés dans les aéroports allemands, dans cette mobilisation qualifiée de plus grande grève de l'histoire du secteur aérien allemand.



Les pilotes de la Lufthansa réclamaient une hausse de salaire de 10 %, l'annulation du plan de recul de l'âge de la retraite de 55 à 60 ans, enfin le retrait d'un plan de licenciement de 3 500 agents de la plus grande compagnie aérienne d'Europe.



Arguant de la perturbation subie par 420 000 voyageurs – ayant pourtant bénéficié d'avertissements préalables, de solutions de rechange (déviation des vols, remboursement, billet de train – la presse allemande, sous pressions patronale, a lancé la guerre non seulement contre les pilotes de la Lufthansa mais contre le droit de grève en Allemagne.



La lutte autour du droit de grève en Allemagne



Une idée de l'attaque subie par les travailleurs du secteur aérien en Allemagne ? Il suffit de lire Bild qui fustige les privilégiés de l'air : « Qu'ils touchent 180 000 € (par an) ne leur suffit pas ? Est-ce que les pilotes ont perdu les pédales ? »



Ou alors Sueddeutsche Zeitung qui affirme que la « colère monte dans le pays »contre … « un groupe de nantis qui ne semblent pas trouver que leurs poches sont assez pleines ».



Ce matraquage médiatique a culminé dans l'estimation des « coûts » de la grève pour la Lufthansa, et donc l'économie nationale. Selon le chef des opérations de la Lufthansa, « une estimation définitive prendra des jours mais on parle d'entre 35 à 75 millions d'euros de pertes ».



Le président de l'association patronale pour le commerce international (BGA), Anton Boerner, a participé à l'opération d'intoxication :« C'est choquant que des gens qui touchent plus de 200 000 € par an (tiens, le chiffre gonfle!) prennent en otage les passagers, et avec eux l'économie allemande pour prendre leur retraite avant les autres ».



Le ton est donné, préparant l'intervention du PDG de la Lufthansa (Christoph Franz) qui a publiquement emmené le cœur du problème, lors d'un entretien accordé vendredi dans la presse patronale allemande : la remise en cause du droit de grève.



Selon Christoph Franz, si le droit de grève est constitutionnel, « de notre point de vue, il nous faut une garantie que les infrastructures stratégiques puissent continuer à fonctionner, un service mnimum, et cela comprend les chemins de fer et le contrôle du trafic aérien ».



Une intervention loin d'être anodine au moment où la grande coalition a fait passer l'idée du « tariffeinheit », l'unicité de la négociation collective contre le droit de grève, alors que la Cour fédérale du travail avait posé le principe de la « Tariffpluralitat », de la pluralité des conventions collectives, donc d'un droit à la grève reconnu à plusieurs syndicats.



En effet, selon le « tariffeinheit », il s'agirait de reconnaître uniquement un syndicat représentatif par entreprise, son droit à la négociation et donc à la grève.



Face à l'attitude collaboratrice de la DGB avec le patronat allemand, elle qui a qualifié l'accord de grande coalition d' « extrêmement positif » (!), c'est la garantie de la paix sociale.



Dans le même temps, la grande hantise du patronat allemand, c'est le débordement dans les bases de certains syndicats adhérant à la DGB (comme chez Verdi) ou dans certains syndicats de base, syndicats de métier particulièrement combatifs, comme ceux des cheminots ou des pilotes.



C'est donc au nom de la « représentativité » que le syndicat patronal en collaboration avec le principal syndicat de travailleurs, adhérent au « compromis social », vise à casser le droit de grève en Allemagne.



L'offensive patronale ne passe pas dans une population allemande paupérisée



Pourtant, l'offensive patronale ne passe pas en Allemagne.



Alors que le PDG de Lufthansa dénonce ses privilégiés de salariés et promeut son plan de coupes à hauteur de 1,5 milliards d'euros, les pilotes dénoncent la politique de « maximisation de profits » de l'entreprise qui a encore réalisé 400 millions d'€ de profits en 2013, après 1,3 milliards en 2012.



La population allemande soutient majoritairement le mouvement de grève. Selon un sondage réalisé par la chaîne de télévision ARD, 55 % des Allemands soutiennent la mobilisation contre 42 % qui ne la partagent pas.



Il faut dire que depuis dix ans la courbe des profits du grand capital allemand et celle des salaires des travailleurs allemands sont inversement proportionnelles.



La courbe des salaires est à la baisse. Les salaires ont baissé en moyenne de 4 % entre 2000 et 2010, une baisse de 100 €. Les bas salaires (2/3 du revenu médian) touchent désormais 23 % de la population.



Mais la courbe des profits est à la hausse. Le taux de marge des entreprises allemandes est passé de 37 à 41 % entre 2000 et 2012, avec un pic à 45 % en 2007. En 2013, le DAX, équivalent du CAC 40, a réalisé 104 milliards d'€ de profit. Un record.



Symbole de cette victoire du travail sur le capital, la part des salaires dans le partage de la valeur ajoutée a reculé entre 2000 et 2010 de 68 à 63 % du PIB.



Il y a de quoi comprendre que les travailleurs allemands, saignés depuis dix ans, éprouvent naturellement de la sympathie pour les « privilégiés » de l'air ou du rail.



Face à l'offensive patronale contre le droit de grève en Allemagne ou ailleurs, il est temps que le mouvement syndical de classe fasse front et évite les pièges de la « représentativité » et autres illusions du « dialogue social ».

 


Dimanche 6 avril 2014

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0