Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ZIAD MEDOUKH : QUELLE HONTE POUR LE MONDE ENTIER QUE CETTE DETENTION ADMINISTRATIVE DE NOS PRISONNIERS PAR UN ETAT D'APARTHEID ?

Publié le par Tourtaux

 

Quelle honte pour le monde entier que cette détention administrative de nos prisonniers par un Etat d’apartheid ?
Ziad Medoukh

La grève de la faim illimitée entamée par les prisonniers palestiniens sous détention administrative dans les prisons israéliennes entre dans son deuxième mois Nos prisonniers font preuve d'une volonté remarquable et d'une résistance exemplaire Ils sont en train de donne...r une leçon de courage et de détermination, non seulement aux forces de l’occupation israélienne, mais au monde entier.
Ils protestent contre leur détention administrative. Cette détention permet aux forces de l’occupation de les incarcérer sans procès ni accusation, pour une durée de six mois, renouvelable indéfiniment.
Malgré toutes les mesures prises contre eux par l’administration israélienne, ils poursuivent leur combat pour la liberté et celle de tous les prisonniers encore et toujours derrière les barreaux israéliens.
Ces mesures, dont celle qui consiste à les nourrir de force, sont destinées à briser leur moral et leur volonté.
On se doit de saluer ici le courage de beaucoup de médecins israéliens, qui ont affirmé qu’ils refusaient de nourrir de force les prisonniers palestiniens. Il n’est pas facile dans un état d’apartheid, comme Israël, gouverné par l’extrême droite, de prendre de telles décisions.
La détention administrative est une démarche contraire au droit international, elle est utilisée par les forces de l’occupation israélienne depuis son occupation des territoires palestiniens. C'est une loi datant du mandat britannique en Palestine. Les arrestations sont de durée illimitée, allant de quelques heures pour certains à quelques décennies pour d'autres.
Cette arrestation administrative est une mesure abusive pratiquée par l’occupation contre les captifs palestiniens sans aucun droit. En effet, les autorités israéliennes ne respectent aucun des droits internationaux.
La situation de nos prisonniers grévistes se dégrade jour après jour et les autorités d'Israël aggravent encore leur souffrance par des mesures illégales et des provocations permanentes. Même si beaucoup d’associations de solidarité se mobilisent, partout dans le monde, pour les soutenir au travers de manifestations et de rassemblements, une question se pose : que font les organisations des droits de l’homme devant la mort lente de nos captifs qui continuent de souffrir ?
Ces organisations dénoncent les violations des droits humains et se mobilisent contre elles, mais pour la Palestine, aucune réaction!
Où sont les médias, les partis politiques progressistes, les intellectuels, où est le monde libre et démocrate ?
Entendent-ils les cris des estomacs vides de nos prisonniers ?
Où est le monde? Cette détention administrative et toutes les mesures israéliennes illégales à l’encontre des Palestiniens sont une honte pour le monde entier !
Les revendications de nos prisonniers grévistes sont légitimes, notamment contre l’arrestation administrative sans procès ni aucun jugement. Alors que l’arrestation, la détention et le jugement de nos 6000 prisonniers toujours derrière les barreaux israéliens sont illégitimes, car ils sont les prisonniers de la liberté.
Je pense qu'ils sont en train de donner un exemple au monde entier par leur patience et leur persévérance.
Tous vont continuer de souffrir, en particulier les grévistes
L’histoire ne pardonnera jamais le silence, l’indifférence, la négligence et l'attitude du monde.
En attendant, les prisonniers palestiniens vont poursuivre le combat jusqu’à la conquête de leurs droits légitimes et jusqu’à la sortie du dernier détenu des prisons et des ghettos israéliens.
Cette détention administrative est une honte pour le monde!
La poursuite de la souffrance de nos prisonniers est une honte pour le monde!
Le silence complice de la communauté internationale officielle qui se montre impuissante est une honte pour le monde!
Les mesures israéliennes à l'encontre des Palestiniens sont une honte pour le monde!
Toutes les lois racistes de cet état d'apartheid sont une honte pour le monde!
Honte pour le monde que la poursuite de cette occupation illégale des territoires palestiniens!
  

Publié dans Palestine

Partager cet article

Repost 0

LE GROUPE GUE-NGL AU "PARLEMENT" EUROPEEN : UNE AUBERGE ESPAGNOLE PLUS QUE JAMAIS EUROPEISTE !

Publié le par Tourtaux

europe_colrat_1.gifLe groupe GUE-NGL au Parlement européen : une auberge espagnole de plus en plus européiste !



Article pour vivelepcf.fr repris par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/





Le groupe au Parlement européen de la « Gauche unitaire européenne – gauche verte nordique » est en train de se recomposer après les dernières élections.



Créé en 1994, élargi en 1995 à des opposants à l’adhésion des pays nordiques à l’UE, la GUE-NGL a été conçue comme un groupe technique réunissant des partis de gauche hostiles à l’intégration européenne, mutualisant les moyens octroyés par le Parlement, respectant l’autonomie de chaque parti national membre.



Progressivement, le Parti de la gauche européenne, le PGE, a pris la mainmise sur l’organisation et l’expression du groupe. Le PGE et ses principaux animateurs, les Allemands de Die Linke notamment, ont imprimé leur ligne « euro-constructive ».



Aujourd’hui les portes du groupe n’ont jamais été aussi ouvertes. On dirait l’Auberge espagnole du film du même nom…



Les communistes grecs, le KKE, ont jugé impossible que leurs députés restent membres de la GUE-NGL du fait de la rupture avec sa conception technique d’origine et de l’orientation de collaboration avec l’UE du PGE.



A l’inverse, plusieurs nouveaux députés de plusieurs nouveaux partis vont intégrer le groupe. Des partis participant à des ensembles socio-démocrates, comme le SEL italien. Des partis champignons comme les « indignés espagnols » de PODEMOS, guidés par le présentateur de la TV Pablo Iglesias. Des partis nationalistes/régionalistes/fédéralistes comme l’alliance basque « Bildu » qui siégeait auparavant avec Cohn-Bendit. Aussi des députés et des partis plus insolites comme un indépendant irlandais préconisant l’usage du cannabis, ou les défenseurs des animaux néerlandais et allemands qui comptent chacun un député, autant que le PCF maintenant…



Le parti néerlandais de défense des animaux avait d’abord cherché à adhérer au groupe animé par les conservateurs britanniques mais a refusé la discipline de vote qu’il impose.



Le parti allemand de défense des animaux se distingue par l’amalgame qu’il établit entre le sort des animaux aujourd’hui et celui des déportés dans les camps de concentrations nazis. « Pour les animaux, c’est tous les jours Dachau » a affiché son nouveau député européen. Dachau pour les détenus, pas pour les bergers allemands que chouchoutaient les SS, bien sûr.



Sans doute pour les dirigeants du PGE, le seul fait que ces députés soient « pro-européens » les rend acceptables dans la GUE-NGL.



A la suite des communistes grecs, ne serait-il pas temps pour le PCF et son rescapé du Front de gauche de sortir de cet ensemble ? 

 


Samedi 14 juin 2014

Publié dans Europe

Partager cet article

Repost 0

UN DOCUMENT SECRET PROUVE QUE LE "PRINTEMPS ARABE" N'EST PAS UN MOUVEMENT SPONTANE DES PEUPLES AVIDES DE CHANGEMENTS POLITIQUES. IL A ETE PROVOQUE PAR LES USA POUR RENVERSER LES REGIMES INSOUMIS

Publié le par Tourtaux

Le document secret prouvant que le "printemps arabe" a été provoqué par les USA

Un document rendu public par un think tank américain révèle que le «printemps arabe» est loin d’être un mouvement spontané de populations avides de changements politiques, mais bel et bien une reconfiguration mûrement réfléchie et orchestrée par l’administration américaine.


L’organisation Middle East Briefing (MEB), qui se base sur un rapport officiel du département d’Etat américain, confirme l’implication de la Maison-Blanche dans les «révolutions» ayant secoué de nombreux pays dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.


Le document en question, qui date du 22 octobre 2010 et intitulé «Middle East Partnership Initiative : Overview», est confidentiel et le MEB n’a réussi à le consulter que grâce à la loi Freedom of information Act.

Le pays de l’Oncle Sam a concocté dans ses officines de nombreuses stratégies pour défaire les régimes dans les pays ciblés en s’appuyant sur «la société civile» qu’il arrive à contrôler après avoir effectué un travail de fond sur les organisations non gouvernementales (ONG).


L’approche américaine consiste à manipuler ces ONG pour qu’elles s’inscrivent en droite ligne de sa politique étrangère et de ses objectifs en matière de sécurité interne, note MEB. «The Middle East Partnership Initiative (MEPI) est un programme régional qui renforce les citoyens du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord afin de développer des sociétés plurielles, participatives et prospères. Comme le démontrent les chiffres fournis dans cette évaluation, le MEPI a évolué depuis son lancement en 2002 pour devenir un outil flexible dans la région pour un appui direct aux sociétés civiles autochtones, appui qui est intégré dans la diplomatie du gouvernement américain dans la région», peut-on lire dans le rapport du département d’Etat qui use et abuse du langage diplomatique pour masquer la nature hégémonique de cette initiative.


Dans la section intitulée «comment le MEPI fonctionne», il y est clairement expliqué que les principaux objectifs du MEPI sont de «constituer des réseaux de réformateurs qui échangeront leurs connaissances et s’entraideront, et de catalyser le changement dans la région ».


La subversion financée par les ambassades américaines


L’administration Obama ne lésine pas sur les moyens pour réussir son ingérence dans les affaires internes des pays en point de mire. Les subventions locales «apportent un soutien direct à des groupes de citoyens autochtones, et représentent désormais plus de la moitié des projets de MEPI», note le rapport.


«Des agents désignés dans les ambassades américaines gèrent le financement et sont en liaison directe avec les différentes ONG et les groupes composant la société civile» qui bénéficient de ces subventions.


«Les projets spécifiques aux pays visent à répondre aux besoins locaux en matière de développement tels qu’identifiés par les ambassades, les réformateurs locaux et notre propre analyse du terrain. Les développements politiques dans un pays peuvent induire de nouvelles opportunités et de nouveaux défis pour la réalisation des objectifs de la politique du gouvernement américain, et le MEPI va transférer les fonds nécessaires pour répondre à ces besoins», souligne-t-on encore. Il va sans dire que les initiateurs de ce programme zappent les institutions locales et les gouvernements. Il y est en effet indiqué que le MEPI a pour seuls interlocuteurs les acteurs de la société civile à travers les ONG parties prenantes basées aux Etats-Unis et dans la région concernée.


«Le MEPI ne fournit pas des fonds aux gouvernements étrangers et ne négocie pas des accords d’assistance bilatéraux», relève le rapport.


Selon MEB, le document énumère une liste de pays ciblés en priorité par les desseins inavoués de l’establishment américain. Il s’agit du Yémen, l’Arabie Saoudite, la Tunisie, l’Egypte et le Bahreïn. La Libye et la Syrie ont été ajoutées une année après l’élaboration de ce rapport du département d’Etat. Pour ce qui est de l’Egypte, on y apprend que l’administration américaine misait sur le mouvement des Frères musulmans, jugé compatible avec la politique étrangère du gouvernement américain.


L’administration d’Obama assure même «le service après-vente» de «ces révolutions» qui participent à remodeler le «Grand Moyen-Orient» selon la vision américaine.


Un bureau de coordonnateur spécial des transitions dans le Moyen-Orient a été créé en septembre 2011.


William B. Taylor a été nommé à sa tête. Ce diplomate s’y connaît en révolution, puisqu’il était l’ambassadeur des Etats-Unis en Ukraine durant «la révolution orange», de 2006 à 2009.

Selon le rapport du département d’Etat, le bureau du coordonnateur spécial des transitions dans le Moyen-Orient coordonne l’assistance du gouvernement américain «aux démocraties naissantes» dans la région du Moyen-Orient et en Afrique du Nord, dont l’Egypte, la Tunisie et la Libye.


Sonia Baker

 

Source: algeriepatriotique

Source: Sites web

14-06-2014 - 09:47 Dernière mise à jour 14-06-2014 - 09:47

 

 

Publié dans USA

Partager cet article

Repost 0

ARABIE SAOUDITE CONTRE IRAN : VERS L'ULTIME CONFRONTATION ?!

Publié le par Tourtaux

Riyad/Téhéran: vers l’ultime confrontation?!

Foreign Policy voit dans l'offensive de l'EIIL en Irak l'aboutissement d'une logue série de complots des Al-Saoud contre l'Iran.

"La bataille que mène actuellement l'EIIL contre l'Irak est une bataille d'influence et de pouvoir pour dominer le Moyen Orient, bataille qui se déroule entre Riyad et Téhéran. Nuire fatalement à Nouri al Maliki fait partie des rêves les plus anciens du roi Abdallah d'Arabie. Le roi ne pardonne pas à Maliki  le fait de se tenir aux côtés de l'Iran et c'est pour cette même raison que Riyad  refuse toujours d'envoyer un ambassadeur à Bagdad. Le roi exhorte d'ailleurs ses alliés du Golfe (persique) à suivre cette même approche. Il est significatif d'ailleurs de voir le souverain wahhabite, en convalescence au Maroc, ne pas réagir à l'offensive de l’EIIL. Abdallah d'Arabie n'a aucun doute sur l'échec qui son pays a subi en Syrie où il n'a pas pu en dépit de tous ses efforts de renverser Assad. Les événements de l'Irak ont fourni une belle occasion au Souverain de se rattraper".

Foreign Policy poursuit: "le voyage de l'émir du Koweït en Iran, la décision des Emirats arabes unis à rendre obligatoire le service militaire, ou encore le dévoilement des missiles chinois des Al-Saoud ont été tous des événements qui ont marqué l'actualité moyen orientale de façon un peu dérivative.  En 2011, et parallèlement aux efforts anti-Assad de Riyad, une nouvelle inquiétude est née en Arabie saoudite: le nucléaire iranien et la perspective d'une entente Iran/Occident. Le renseignement saoudien a décidé donc d'appuyer les groupes extrémistes et les inciter à prendre d’assaut des pays adverses. Le concert a été dirigé par le prince Bandar Sultan qui n'est plus mais dont les traces restent et continuent à soutenir les Qaidistes."

Le magazine américain essaie ensuite de tempérer: "il n'existe pas de preuve tangible sur les tactiques saoudiennes mais les preuves existent sur le soutien saoudien à l’EIIL.

Le refus de Washington de s'ingérer en Irak face à l’EIIL s'explique par la présence de 20000 américains en Irak.

Mais le Qatar n'est pas non plus étranger à la bataille de l’EIIL ou Daesh.

"Le rôle du Qatar à titre d'un pays opportuniste est pour le moment opaque dans les événements de l'Irak. Le Qatar est engagé d'une part dans une rivalité acerbe avec Riyad et cherche de l'autre côté à ne pas ulcérer l'Iran."

Mais Riyad et Téhéran entreront-ils dans une confrontation frontale?

"Pour le moment la possibilité d'un tel face à face est à écarter mais ce qui est sûr, c'est que les querelles irano-saoudiennes sont liées à la guerre qaidiste contre l'Irak. Washington devra en tout cas chercher un terme convenable pour une nouvelle ère qui vient de commencer au Moyen Orient, celle de la guerre Riyad /Téhéran".

Foreign Policy reflète dans cette conclusion, le souhait le plus cher de l'Amérique, celle de voir le Moyen Orient être noyé dans le sang chiite et sunnite….

 

Avec Irib

Source: Sites web

14-06-2014 - 10:29 Dernière mise à jour 14-06-2014 - 10:29

 

Publié dans Iran

Partager cet article

Repost 0

UKRAINE : UN AVION DE L'ARMEE UKRAINIENNE TRANSPORTANT DES PARACHUTISTES ABATTU PAS DES PRORUSSES. LES 49 MORTS SONT TOUS DES MILITAIRES

Publié le par Tourtaux

 
Est de l’Ukraine: un avion abattu par des prorusses, 49 morts

Un avion de transport militaire ukrainien a été abattu samedi par des séparatistes prorusses, faisant 49 morts dans l'attaque la plus meurtrière depuis le lancement il y a deux mois d'une opération "antiterroriste" de Kiev dans l'Est rebelle.

Un porte-parole militaire ukrainien, Vladislav Selezniov, a annoncé à l'AFP que toutes les personnes à bord de l'avion IL-76 de l'armée avaient péri dans cette attaque à Lougansk, l'un des bastions de l'insurrection prorusse dans l'est du pays.

"Il y avait à bord neuf membres d'équipage et 40 parachutistes. Ils sont tous morts", a indiqué à l'AFP ce porte-parole.


Frappes et explosions à Lougansk


Selon un photographe de l'AFP à Lougansk, ville de 500.000 habitants près de la frontière avec la Russie, on pouvait entendre samedi à l'aube dans le centre-ville de fortes explosions.

Des avions et hélicoptères de l'armée ukrainienne ont effectué dans la nuit des frappes contre les barrages séparatistes.


Armements russes livrés aux séparatistes


Kiev et les Occidentaux ne cessent d'accuser Moscou de soutenir les séparatistes en Ukraine en leur envoyant des armes.

Les Etats-Unis ont déclaré vendredi que la Russie avait fourni aux insurgés prorusses dans l'est de l'Ukraine des chars et des lance-roquettes, du matériel qui a franchi ces derniers jours la frontière entre les deux pays.

Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, s'est déclaré préoccupé par les informations selon lesquelles les groupes prorusses en Ukraine s'équipaient d'"armes lourdes en provenance de Russie, y compris des tanks".

"Si ces informations étaient confirmées, cela marquerait une sérieuse escalade de la crise dans l'est de l'Ukraine", a-t-il ajouté.

La présidence ukrainienne avait rapporté jeudi que des "rebelles dans l'Est" avaient "utilisé pour la première fois des chars" ayant "fait incursion depuis la Russie".


Menaces de sanctions contre la Russie


"La Russie va rétorquer que ces chars ont été pris aux forces ukrainiennes, mais aucune unité de tanks ukrainiens n'opère dans cette zone. Nous sommes

persuadés que ces chars viennent de Russie", a accusé le porte-parole du département d'Etat américain, Mme Marie Harf, vendredi dans un communiqué.

"Des négociateurs ukrainiens et russes se retrouveront ce week-end à Kiev pour discuter de la mise en oeuvre du plan de paix", a encore dit Mme Harf.

Si "la Russie ne parvient pas à faire baisser la tension, il y aura un prix supplémentaire" à payer, a prévenu la responsable américaine. Washington utilise depuis des mois cette formule en référence aux sanctions prises contre Moscou pour ses agissements en Ukraine.


L’Ukraine se prépare à une coupure de gaz


Par ailleurs, le gouvernement de Kiev a annoncé vendredi se préparer à une coupure lundi de gaz russe redoutée par les Européens, faute d'accord sur sa dette avec Moscou.

Les négociations sur le volet énergétique entre Kiev et Moscou sont dans l'impasse depuis le refus cette semaine de l'Ukraine d'accepter les conditions posées par la Russie.

Le géant semi-public russe Gazprom a fixé à lundi la date limite pour le remboursement d'une dette de près de deux milliards de dollars par l'Ukraine.

Source: Agences

14-06-2014 - 11:01 Dernière mise à jour 14-06-2014 - 11:01

 

 

Publié dans Ukraine

Partager cet article

Repost 0