Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LETTRE OUVERTE DES VETERANS DE STALINGRAD A LA CHANCELIERE ANGELA MERKEL.

Publié le par Tourtaux

Lettre ouverte des vétérans de Stalingrad à Madame la Chancelière Angela Merkel.

Le 5 février 2015 – Source : RT Allemagne

Source BArchBo

Madame Merkel,

Soixante-dix ans après la victoire sur les nazis nous sommes là, nous, les anciens combattants de cette terrible guerre, et les participants à cette monstrueuse bataille, prenant conscience qu’en Europe un fantôme erre, le spectre de la peste noire.

 

Cette fois, c’est l’Ukraine qui sert de foyer à l’idéologie nazie, qui est la source d’une idéologie ultranationaliste, antisémite et barbare, dans le rejet des autres cultures, la violence physique, l’élimination des opposants et le meurtre pour des motifs ethniques haineux

Nous avons devant nous des images connues: défilés aux flambeaux, voyous en uniforme avec des symboles nazis, la main droite levée pour le salut hitlérien, processions fascistes des habitants de Kiev sous la protection policière et, pour finir, les déclarations de hauts représentants du gouvernement ukrainien nous appelant sous-hommes.

Nous l’avons déjà vu, et nous savons où cela mène.

Cette plaie brune sommeille en Ukraine depuis une décennie et elle a débouché sur une guerre civile. Des groupements à tendance nazie comme le Secteur Droit (Praviy Sector), la soi-disant Garde nationale, de nombreuses troupes non officielles mais bien armées comme le bataillon Azov, détruisent la population d’Ukraine orientale avec le soutien de l’armée régulière ukrainienne par ses frappes aériennes et ses tirs d’artillerie lourde.

Ils tuent des innocents pour la seule raison que ceux-ci veulent parler leur propre langue, ont une autre idée de l’avenir de leur pays et ne veulent pas vivre sous le gouvernement des partisans de Bandera.

Ces Bandéristes sont des partisans de l’Armée ukrainienne de libération [UPA, NdT]. Cette armée, comme vous devez le savoir Madame Merkel, s’est battue aux côtés de la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale, avec l’appui de la division SS Galicie, et s’est distinguée par l’assassinat de nombreux juifs soviétiques.

Aujourd’hui, ils mettent en avant l’idéologie de leurs ancêtres en changeant les noms des rues pour les remplacer par ceux de criminels de guerre!

Le pire de l’Histoire du XXe siècle se déroule sous nos yeux à tous. Il n’est pas étonnant que les Bandéristes actuels – avec un relent de fanatisme que nous, les vétérans du front de Stalingrad, n’avons que trop connu – appellent à balayer le Donbass de la surface de la terre et à brûler les citoyens de la partie orientale de leur propre pays au napalm!

Il existe des preuves documentées que des personnes ont été tuées au seul motif d’avoir un ruban de St George [Ruban de Saint-Georges, symbole de la victoire russe sur le fascisme, NdT].

Voilà la vérité, Madame Merkel. En Ukraine, en ce moment, il y a une émulation entre les fascistes pour savoir lequel sera le plus digne des héros, le plus brutal. Il ne s’agit pas seulement de quelques remarques antisémites au parlement de Kiev [la Rada, NdT], ou de citations sur la supériorité d’une race sur les autres. Il s’agit véritablement de crimes sanglants dont les victimes se comptent par milliers.

Mais l’Occident prend une très étrange attitude, que nous ne comprenons pas. Cette position peut être interprétée comme de l’indulgence envers l’Ukraine nazie. Sur place, cette position européenne d’indulgence s’impose lentement à la population ukrainienne ainsi qu’en Russie. Et nous aimerions connaître l’opinion du peuple allemand à ce sujet, compte tenu de sa propre expérience historique.

Il est important pour nous de comprendre votre vision, de connaître le point de vue du dirigeant d’un grand peuple, qui sous la peste brune a dû souffrir de terribles sacrifices, mais qui s’en est remis. Nous sommes conscients du combat que votre pays mène contre la résurgence du nazisme et, croyez-nous, nous savons l’apprécier. C’est pourquoi nous nous demandons, au vu de tous vos efforts dans la lutte contre l’émergence du nazisme dans votre propre pays, pourquoi vous ne semblez pas plus consciente du danger d’embrasement dans un autre pays d’Europe.

Pourquoi les dirigeants européens marchent-ils pour soutenir les caricaturistes français assassinés par des terroristes islamistes, et non pas contre le fascisme en Ukraine? Pourquoi un chef d’État qui ordonne la destruction d’une partie de sa population participe-t-il à cette marche? Pourquoi douze victimes françaises attirent-elles plus l’attention que des milliers de victimes ukrainiennes russophones?

Savez-vous combien d’enfants à l’est de l’Ukraine ont été assassinés par les criminels porteurs de symboles nazis sur leurs uniformes? Voulez-vous le savoir? Nous allons vous donner la réponse – si vous ne l’avez pas déjà. Pourquoi les peuples d’Europe, immobiles, acceptent-ils cette violence massive en Ukraine? Cela vient-il du fait que leurs médias n’en parlent pas, quelle que soit l’horreur des faits? Quelle que soit la vérité? Quel est le vrai but de ces sanctions économiques? Affaiblir la Russie en tant que puissance? Soutenir le fascisme en Ukraine? Ou pour que nos retraites, à nous vétérans de la guerre, soient détruites ?

Madame Merkel,

La sombre Histoire du XXe siècle nous a donné quelques leçons

La réécriture de l’Histoire: premier pas vers le nazisme

Tous les régimes européens fascistes des années 1920 et 1930 ont commencé de cette façon: réécrire l’histoire. C’est ce qui se passe aujourd’hui en Ukraine: réécriture des livres scolaires et destruction des monuments soviétiques. Le comble du révisionnisme a été atteint par la déclaration du premier Ministre ukrainien Iatseniouk à la télévision allemande: «L’Union Soviétique a envahi l’Allemagne et ensuite l'Ukraine!» Nous aimerions savoir ce que vous en pensez,vous qui dirigez un pays dans lequel la négation de l’Holocauste mène à la prison.

La recherche de boucs émissaires

Les régimes fascistes rejettent la faute de leurs échecs et de leurs erreurs sur d’autres groupes ethniques, sociaux ou religieux. Autrefois, c’étaient les juifs et les communistes. Dans l’actuelle Ukraine, les boucs émissaires, ce sont les Russes, la Russie et les russophones.

Le nazisme s’étend comme la peste

Quand le nazisme prend le pouvoir dans un pays, il veut se répandre dans le monde entier. On ne peut pas approuver le nazisme dans un pays, en croyant qu’il restera à l’intérieur de ce pays. Les vagues nazies se répandent un peu partout par-delà les frontières du pays. C’est pourquoi on l’appelle aussi la peste brune. Le nazisme doit se combattre dès qu’on en voit les germes, pas seulement quand il est devant la porte de la maison.

Le nazisme ne peut être ignoré

Il faut lui résister. Si quelqu’un pense qu’il peut être ignoré en Ukraine, il se trompe énormément. Il est dans la nature du nazisme de croître dans l’ombre, c’est là même toute sa force. Le nazisme n’est jamais en un seul lieu; les racines s’étendent, souterraines. La seule méthode efficace contre lui est un combat actif et amer.

La principale arme contre le nazisme est la vérité, dès le début.

La vérité sur l’absence d’humanisme, qui est dans la nature du nazisme, l’essence inhumaine de son idéologie, le comportement de ses adeptes, doit servir à lutter contre la banalisation du nazisme. La vérité historique est la meilleure protection contre le nazisme. Si le gouvernement ukrainien lui-même ne cachait pas l’histoire du pays et de son peuple à la jeunesse, alors il y aurait, en Ukraine, moins d’adhérents nazis. Les vrais médias de masse jouent un grand rôle, ils peuvent contribuer au nazisme par leur indifférence ou bien le combattre.

Madame Merkel

Nous avons en Russie, en tant que successeur de l’Union Soviétique, un devoir particulier et une mission historique. Il y a soixante-dix ans, nous les avons assumés aux prix de millions de victimes dans la guerre contre le nazisme en Europe. Nous avons personnellement, tous à Stalingrad, avec des pouvoirs surhumains, non seulement changé notre Histoire, mais aussi celle de l’Union Européenne, oui, l’Histoire du monde. Et nous ne pouvons pas rester indifférents devant cette résurgence du nazisme. Certainement pas dans notre voisinage! Nous avons lutté, nous allons lutter, et nous vous invitons à vous battre avec nous!

Dans un très célèbre film chez nous en Russie, l’acteur principal, un archétype du chef fasciste déclare: «Dès que vous ne nous saluerez plus par Hallo, mais par Heil!, nous saurons que vous nous attendez, et nous sommes prêts pour commencer avec vous notre grand renouvellement.»

Madame Merkel,

Partout en Ukraine, on entend Heil!, ouvertement, avec un soutien officiel. Il est temps pour l’Europe de bannir ce fléau. Nous espérons que le peuple allemand et toute l’Europe, ensemble avec la Russie, extirpent ces racines de la haine, la tige et la souche.

Remarques de la rédaction de RT:

1. La lettre originale complète en russe est visible ici.

2. La question a été posée au secrétariat de la Chancellerie pour savoir si la lettre avait été remise à la Chancelière, et comment elle envisageait réagir, nous n’avons pas les réponses à ce jour.

Publié dans Russie

Partager cet article

Repost 0

SERGEY GLAZYEV : L'EFFONDREMENT DU SYSTEME FINANCIER US QUI EST ENTRE DANS UNE PHASE CRITIQUE EST PROCHE

Publié le par Tourtaux

Sergey Glazyev:
L’effondrement prochain du système financier

Par Sergey Glazyev – Le 3 février 2015 – Source: FortRuss

Sergey Glazyev

 

Les USA vont mener la bataille jusqu’au dernier Ukrainien.

Un signe de l’effondrement prochain du système financier américain est la crise de la dette nationale des Etats-Unis. Vous pouvez constater que cette dette augmente de façon exponentielle. N’importe quel mathématicien qui examine ce graphique affirmera que le système est entré dans une phase critique et se trouve en danger d’autodestruction.

 

Le modèle américain est encore fort. Les Américains dominent les marchés financiers avec une part de 70% environ des transactions financières. Disposant de la faculté d’émettre à souhait la devise mondiale, ils financent une grande partie des dépenses militaires, étant à l’avant-plan dans la course aux armements. Plus de la moitié des dépenses militaires dans le monde émanent des Etats-Unis et deux tiers de celles-ci regroupent les pays membres de l’OTAN.

Du point de vue des dynamiques technologiques et institutionnelles de long terme, nous connaissons une période très dangereuse. Il s’agit d’une période de changement des types de reproduction du capital, des cycles d’accumulation, de formation d’un nouveau noyau de développement économique.

Cela pourrait s’appeler un cœur du capitalisme, bien que le modèle chinois combine des mécanismes sociaux et capitalistes d’organisation et de reproduction du capital. Malheureusement dans les années quatre-vingt dix, nous avons tenté de reproduire un ancien modèle de reproduction du capital ; nous avons essayé de copier le modèle américain et le résultat est un désastre. Si seulement nous avions suivi le modèle qui a été choisi par les Chinois, comme le proposait l’Académie russe des sciences… Les Chinois ont mis en œuvre bon nombre des idées de nos scientifiques, les plus talentueux d’entre eux ayant passé beaucoup de temps en Chine dans les années quatre-vingt dix où ils ont enseigné la façon d’élaborer une économie de transition.

En lieu et place de nos scientifiques, nous avons suivi les propositions de Jeffrey Sachs [économiste américain né en 1954, actuellement consultant spécial du secrétaire général des Nations unies, et auteur de la thérapie de choc comme solution aux crises économiques vécues en Bolivie, en Pologne et en Russie, provoquant dans ce dernier pays 3,2 millions de victime (source Wikipedia)] et de ce genre d’opportunistes qui imposent le modèle américain faisant de la Russie un avant-poste éloigné de l’économie mondiale. Aujourd’hui, le modèle américain entre dans une phase d’autodestruction, ce qui est très dangereux. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu d’exceptions aux cycles communs d’accumulation. Nous sommes véritablement à la veille d’une guerre globale. Cette tendance d’une guerre mondiale est conditionnée par de profondes dynamiques de mutations des technologies institutionnelles.

Indubitablement, les Etats-Unis vont mener la bataille pour leur leadership jusqu’au dernier Ukrainien, comme ils le disent maintenant. Ce n’est pas par hasard qu’ils ont choisi l’Ukraine comme outil d’attaque de l’Europe et de la Russie. Déclencher une guerre mondiale est nécessaire pour les Américains en vue de préserver leur hégémonie dans le monde à travers un contrôle renforcé sur l’Europe. Il s’agit de lui imposer le Traité de libre échange transatlantique, d’établir un contrôle sur la Russie et le Moyen-Orient, élargissant de la sorte leur avantage concurrentiel dans la bataille pour le leadership avec les pays asiatiques.

Cette guerre est vouée à l’échec. Bien que le Japon demeure un pays occupé, malgré tous les obstacles que les Américains tentent de générer dans les relations sino-japonaises, le capital japonais va très rapidement fusionner avec le système de production chinois.

Nous devons comprendre que ces convulsions, que nous voyons à Washington, du point de vue du développement mondial, n’autoriseront pas les Américains à conserver le leadership, mais présentent un grand danger pour nous, parce qu’ils démarrent une guerre en Europe, contre nous.

Nous sommes la principale victime de cette guerre aujourd’hui, et il n’y a pas de raison de croire que cela cessera dans les années à venir.

Sergey Yurievich Glazyev

Sergey Yurievich Glazyev est un home politique et économiste russe, membre à part entière de l’Académie russe des sciences depuis 2008. Il a été ministre en 1993, membre de la Douma d’État de 1993 à 2007 et candidat à l’élection présidentielle en 2004. Glazyev est le cofondateur du parti Rodina (Patrie)

Traduit par L40, relu par jj et Diane pour le Saker Francophone

Commentaire du traducteur

L’analyse de Glazyev est amplement partagée par le traducteur selon lequel le retenue extraordinaire de la Russie face aux provocations graves, car injustifiables, de la part de l’Occident (en particulier l’Europe des Lumières), peut se comprendre par le fait que les dirigeants russes tablent sur l’imminence d’un effondrement financier et économique d’une ampleur sans précédent, qui accablera principalement et fondamentalement les USA. Ce que ceux-ci tentent d’endiguer en essayant de justifier une guerre totale mondialisée dirigée contre l’ennemi numéro 1: la Russie du président Poutine.

 

  

 

  

 

  

 

Publié dans USA

Partager cet article

Repost 0

L'ONCLE SAM ENTRAINE LES NEO-NAZIS UKRAINIENS

Publié le par Tourtaux

Les néo-nazis ukrainiens entraînés par les USA

L'art de la guerre

 
       ukraineamericamap

 

En Ukraine les USA commenceront au printemps l’entraînement et l’armement de la Garde nationale  : c’est ce que confirme officiellement le Commandement européen des Etats-Unis, en précisant que le programme entre dans l’initiative du Département d’Etat pour assister l’Ukraine à opérer sa « défense interne ». Le financement, déjà autorisé par le Congrès, est fourni par un Fond spécial constitué par le Pentagone et par le Département d’Etat pour « fournir de l’entraînement et de l’équipement à des forces de sécurité étrangères », afin que « les pays partenaires puissent affronter des défis importants pour la sécurité nationale des Etats-Unis ».

La mission d’entraînement en Ukraine sert à « démontrer l’engagement USA pour la sécurité de la Mer Noire et la valeur des forces étasuniennes déployées en positions avancées ». Les unités de la Garde nationale ukrainienne, comprenant selon des estimations approximatives 45-50mille volontaires, seront entraînées par des instructeurs étasuniens dans le camp militaire de Yavoriv, proche de Lviv à environ 50 Km de la frontière polonaise. La Garde nationale, formée par le gouvernement de Kiev en mars 2014 avec un premier financement USA de 19 millions de dollars, a incorporé les formations néo-nazies, déjà entraînées par des instructeurs Otan pour le putsch de Kiev (comme le montre une documentation photo sur des militants néo-nazis entraînés en 2006 en Estonie).[1]

Les bataillons Donbass, Azov, Aidar, Dniepr-1, Dniepr-2[2] et autres, qui constituent la force de choc de la Garde nationale, sont constitués de néo-nazis aussi bien ukrainiens que d’autres pays européens. Les atrocités qu’ils ont commises contre les civils de nationalité russe en Ukraine orientale sont amplement documentées par des vidéos et des témoignages (il suffit de chercher sur Google « atrocités des néo-nazis en Ukraine »). Mais, bien qu’Amnesty International ait accusé le gouvernement de Kiev d’être responsable des crimes de guerre commis par ces bataillons, les USA continuent à les soutenir, en leur fournissant même des blindés. Et ils les potentialisent maintenant avec le programme d’entraînement et d’armement. Celui-ci entre dans l’ « Opération fermeté atlantique », lancée par le Commandement européen des Etats-Unis pour « rassurer nos alliés, face à l’intervention russe en Ukraine, et comme moyen de dissuasion pour empêcher la Russie d’acquérir l’hégémonie régionale ».

Dans le cadre du déploiement croissant de forces USA en Europe orientale, le Pentagone a envoyé « des experts militaires pour accroître la capacité défensive de l’Ukraine » et alloué 46 nouveaux millions de dollars pour lui fournir « des équipements militaires, dont des véhicules et des viseurs nocturnes ». Washington est ainsi déjà en train d’armer les forces de Kiev qui, même sans recevoir des armes lourdes des USA, peuvent se les procurer avec les millions de dollars mis à leur disposition. Alors que l’Allemagne, la France et l’Italie se disent favorables à une solution diplomatique et donc contraires à la fourniture d’armes à Kiev. Mais en même temps, au sommet de Bruxelles, elles s’engagent, avec la Grande-Bretagne, l’Espagne et la Pologne, à prendre à leur charge les plus grandes missions dans la formation de la « Force de pointe » de l’Otan, dans la cadre de la « Force de riposte », portée de 13mille à 30mille hommes et dotée de six centres de commandement et contrôle en Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Roumanie et Bulgarie. Alors que les USA, en préparation du sommet de Minsk sur l’Ukraine (auquel volontairement ils ne participent pas), assurent par la bouche du secrétaire d’Etat qu’entre les alliés « il n’y a pas de divisions, nous sommes tous d’accord qu’il ne peut pas y avoir de solution militaire ».

Mais en même temps, en entraînant et armant les néo-nazis ukrainiens, les USA alimentent les flammes de la guerre au coeur de l’Europe.

Manlio Dinucci 

Edition de mardi 10 février de il manifesto

http://ilmanifesto.info/i-neo-nazisti-ucraini-addestrati-dagli-usa/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire “L’art de la guerre” au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres:  Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

Publié dans USA

Partager cet article

Repost 0

LES RELATIONS ETROITES ENTRE ISRAËL ET LES FORCES TERRORISTES SYRIENNES CONFIRMEES PAR LES FORCES DE L'ONU SUR LE TERRAIN

Publié le par Tourtaux

syria-2-580x386--2x.jpgRelations étroites entre Israël et les forces djihadistes syriennes : les forces de l'ONU sur le terrain confirment



Article pour http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/



L'information avait circulé dans quelques journaux, souvent réléguées à quelques lignes. Mais elle mérite d'être relevée après la farce médiatique qui a suivi les tragiques attentats de janvier : les liaisons très étroites entre Israel et les djihadistes, sur le plateau du Golan.



Les suspicions étaient fortes, très fortes, sur la relation spéciale, trouble qu'entretient Israël avec les rebelles islamistes en Syrie. Officiellement, Israël est neutre. Mais il multiplie les frappes contre des cibles gouvernementales en territoire syrien, renforçant objectivement les positions des rebelles.



Les rapports publiés en décembre par les Forces observatrices de l'ONU pour le désengagement (FNUOD) font plus que confirmer les doutes.



Les « interactions » à la frontière entre armée israélienne et rebelles syriens sont permanents, et loin d'être nécessairement conflictuels, les rapports de mars 2013 à décembre 2014 donnent le chiffre de 59 rencontres à la frontière entre chefs rebelles syriens et officiers israéliens.



D'abord, la pratique de la remise entre les mains d’Israël de rebelles blessés et soignés en territoire israélien notamment dans un hôpital de fortune monté à la frontière qui aurait déjà soigné plus de 700 rebelles syriens depuis le début de l'année 2013, selon The Times of Israel.



Si le Ministre de la Santé israélien reconnaît désormais que des hôpitaux de fortune ont été érigés à la frontière pour soigner des Syriens, ce ne serait que pour des civils. Le rapport de l'ONU pointe le fait qu'ils soignent surtout des rebelles, y compris des militants d'Al-Nosra ou de l'Etat islamique.



Le rapport de mai 2014 de l'ONU est le plus éclairant, largement commenté par Haaretz le 7 décembre 2014.



Il souligne que 89 rebelles syriens blessés ont été livrés aux forces armées israéliennes entre mars et mai 2014, le long de la ligne de cessez-le-feu et qu’Israël a dans la foulée rétabli 19 d'entre eux, qui sont retournés en Syrie, tandis que 2 avaient succombé à leurs blessures.



Une relation qui perdure puisqu'en novembre 2014, les forces de l'ONU confirment que 10 personnes blessées ont été transférées par les rebelles syriens aux troupes israéliennes le long de la zone de cessez-le-feu.



Les forces israéliennes ont aussi à plusieurs reprises laissé entrer sur le territoire des personnes venant du territoire syrien, sans qu'ils ne souffrent d'aucune blessure. Ainsi, à titre d'exemple, dans un rapport daté du 27 octobre 2014, les forces de l'ONU ont repéré deux individus venant de Syrie traversant la frontière gardée par les militaires israéliens.



Les rapports de l'ONU indiquent aussi des contacts à la frontière conduisant à la livraison entre les malins des leaders de « boîtes », « conteneurs » au contenu non-identifié. Un rapport de juin 2014 indique ainsi la livraison de « deux boîtes » aux rebelles, sans que l'on sache si elle contenait des armes, comme l'hypothèse a été émise.



La mise en place d'un camp de réfugiés à 300 m de la frontière, abritant près de 70 familles de réfugiés, a soulevé les doutes de l'armée syrienne qui s'est plaint – dans une lettre relayée par Haaretz en septembre – auprès de l'ONU de l'installation d'un camp d'entraînement de djihadistes, sous couvert d'aide humanitaire.



Quelle est l'ampleur d'une éventuelle coopération militaire entre Israel et les rebelles syriennes ?



Les frappes militaires israéliennes sur des cibles gouvernementales se multiplient. Au moment où Haaretz publiait le rapport de l'ONU, le 7 décembre 2014, Israel a frappé des positions syriennes près de l'aéroport de Damas et à la frontière avec le Liban, elle a réitéré le 28 janvier, avec une attaque contre deux positions de l'armée syrienne.



Plus récemment, le 18 janvier, elle a mené une attaque aérienne – corroborée par les forces de l'ONU, qui auraient repéré un ou deux drones traversant la frontière – tuant plusieurs membres du Hezbollah dans la partie syrienne du plateau du Golan.



La teneur d'une coopération plus étroite est toutefois incertaine, certains analystes israéliens parlent d'un « pacte de non-agression » avec les forces djihadistes, confirmant les contacts permanents entre Israël et les rebelles islamistes et la livraison « d'armes légères ».



En mars 2013, toujours Haaretz avait évoqué une proposition venant de plusieurs commandants de la rebellion islamiste en Syrie – celle d'abandonner les revendications sur le Golan contre une aide militaire et financière israélienne contre le régime de Bachar al-Assad – sans que l'on sache l'issue de cette proposition.



Les tragiques événements de janvier en France ont été utilisés par le gouvernement français pour faire passer l'Etat israélien comme un rempart contre le terrorisme islamiste – tout en criminalisant indirectement, et en assimilant au terrorisme, la résistance palestinienne. Son rôle en Syrie montre qu'il est objectivement un de ses soutiens objectifs.

 

Mercredi 11 février 2015

Publié dans Israël

Partager cet article

Repost 0

IRAN : MISE EN GARDE D'UN RESPONSABLE MILITAIRE : LES FORCES IRANIENNES SONT PRETES A REPOUSSER TOUTE OFFENSIVE

Publié le par Tourtaux

 
 
     

Le commandant de la force navale de la République islamique d'Iran, l'amiral Habiballah Siari, a mis en garde contre toute agression contre les intérêts, les ressources et les frontières maritimes de son pays, notant que les forces iraniennes sont prêtes à repousser toute offensive.

Dans une interview accordée à Al-Ahednews, l'amiral Siari a évoqué la situation de la force navale et ses réalisations avant et après la victoire de la révolution islamique.

«Avant la victoire de la Révolution, les cadres de la force navale étaient entrainés dans les pays occidentaux où on les formait sur l'entretien des équipements. On bénéficiait alors des services des experts étrangers, qui travaillaient comme conseillers. Mais ces experts détenaient le pouvoir et contrôlaient les équipements de la marine. Du point de vue tactique, surtout lors des manœuvres, la force navale était quasi commandée par l'occident, selon les plans de ces pays.

Mais à l'heure actuelle, la situation a changé. Nous sommes responsables de la prise de la décision en tout ce qui concerne nos forces maritimes. Tous nos cadres sont actuellement entrainés en Iran selon les standards internationaux. D'ailleurs nous sommes présents dans les eaux libres, dans les quatre coins du monde. Dans le domaine de l'entretien des équipements, nous l'assurons sans aucune aide de l'étranger. Nous fabriquons même nos propres équipements, comme les destroyers Jamaran, Jaouchan et d'autres. Nous décidons même de nos tactiques et de nos manœuvres et assumons la construction des installations maritimes et des ports», a-t-il dit.

L'amiral a affirmé que les forces navales iraniennes et selon les directives de l'ayatollah Khamenei, possèdent aussi des sous-marins, produits en Iran et des navires qui sillonnent les eaux libres du monde. Des engins dotés de systèmes d'armes sophistiquées.

Selon les propos de l'amiral Siari, les manœuvres maritimes effectuées par l'armée iranienne visent à expérimenter ses tactiques et les arsenaux ainsi que la coordination entre les différentes forces. Ces manœuvres visent de même à transmettre un message de paix et d'amitié aux pays du voisinage, puisque l'augmentation de la force iranienne ne signifie point que l'Iran a l'intention d'agresser les autres.

«En effet, notre objectif est de consolider notre défense, d'où le second message des manœuvres qui montrent les capacités de dissuasion de l'Iran», a-t-il précisé.
En réponse à une question sur la sécurité du détroit d'Ormuz, l'amiral a rappelé plusieurs déclarations de responsables iraniens, selon lesquelles la force navale de la République islamique est en mesure de prendre le contrôle de ce détroit et d'imposer la sécurité dans le golfe persique et la mer d'Oman.

D'après ses propos, son pays tient à la sécurité de ces lieux, lutte contre le terrorisme dans le nord de l'océan indien et aide plusieurs pays dans ce domaine.

Le responsable militaire iranien a enfin commenté la dernière opération effectuée par la Résistance islamique dans les fermes de Chebaa, notant que cette opération a montré la capacité de la résistance à riposter contre l'ennemi.

Et de conclure que la République islamique suivra toujours la voie de la révolution et ses slogans, indépendance, liberté et la République islamique affrontera toute menace ennemie, par son propre potentiel.

Source : Al-Ahednews

 

10-02-2015 | 09:35

Publié dans Iran

Partager cet article

Repost 0