Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

DANS L'AUBE, LES SOLIMEDICAL DANS L'ATTENTE DU RENDU CAPITAL DE L'ARRET DE LA COUR D'APPEL POUR LE PAIEMENT DE LEURS SALAIRES - GREVE BIEN SUIVIE CHEZ VEOLIA, BOITE RAREMENT TOUCHEE NATIONALEMENT

Publié le par Tourtaux

Mardi 19 juin 2012

Sodimédical février 2012Le 10 janvier dernier, le tribunal de commerce avait décidé de surseoir à statuer sur la demande de liquidation judiciaire de Sodimédical (la troisième, émanant cette fois de son gérant). Le tribunal voulait attendre la décision de la cour de cassation dans la première demande de liquidation. La cour se prononcera le 3 juillet prochain, le tribunal de commerce a donc prévu une nouvelle audience le 10 septembre prochain.

Dans tous les cas de figure, il ne devrait donc pas y avoir de liquidation avant cette date, sachant que la cour d'appel de Reims rend, le 11 juillet prochain, un jugement capital pour le paiement des salaires.

Elle pourrait condamner la société mère allemande à les payer. Une nouveauté qui pourrait alors être plaidée devant le tribunal de commerce, quand bien même la cour de cassation aurait cassé le premier jugement. Le niveau de complexité juridique atteindrait alors des sommets, puisque tous les jugements seraient en contradiction.

En attendant, les salariés ont obtenu un rendez-vous au ministère du Redressement productif le 27 juin prochain. La solution à l'affaire pourrait aussi être politique.

 

  

Sur les trente-trois salariés de Véolia Flandres-Artois-Picardie en Thiérache - cela regroupe les agences d'Hirson et donc de Vervins,; toutes deux dépendant de Chauny -, vingt-quatre étaient en grève.

La quasi-totalité des 40 salariés de l'agence auboise du groupe Veolia Eau (une trentaine sur Troyes et une dizaine à Romilly-sur-Seine) a suivi la journée de grève lancée partout en France.

Il est très rare que cette entreprise, de premier plan dans le secteur des services aux collectivités locales, soit touchée par un mouvement national. Le mauvais déroulement des négociations salariales en constitue la cause principale.

Sur le tract on peut lire : «Antoine Frérot, PDG, avec le conseil d'administration de Véolia environnement, ont décidé de la modération salariale et donc de l'austérité pour l'ensemble de ses 320 000 salariés à compter de 2012. Cette décision est inadmissible pour la CGT et incompréhensible pour les salariés qui sont la «matière première» de ce groupe».

Les récentes négociations, aux yeux des salariés, n'ont pas permis des avancées significatives. «Au niveau de Véolia eau, les 15 000 salariés n'acceptent pas de devoir se serrer la ceinture et de se contenter des miettes proposées par la direction, soit + 0,5 % d'augmentation générale».

Sur le piquet de grève ce lundi, les salariés invoquent également une prime d'intéressement qui a chuté, puisque l'entreprise leur aurait «repris» 700 euros sur l'année.

La CGT demande notamment «vingt points d'indices en plus pour tous les salariés et l'équivalent en montant pour les cadres se situant en dehors des grilles».

«Les barèmes qui ont été mis en place tirent les qualifications et les salaires vers le bas. L'échelle des salaires oscille entre 1200 € pour un BTS et 1900 € pour un salarié qui a 30 ans de boîte. Le groupe Veolia continue de faire des bénéfices, mais ce sont les actionnaires qui sont les seuls à en profiter».

Des négociations devaient se dérouler ce lundi, vers 18 heures, au niveau national. Informés dans la nuit du résultat de cette réunion, les salariés grévistes thiérachiens doivent décider du sort de leur mouvement ce mardi.

 

http://www.lechatnoir51.fr/

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

LA CAUSE DU PEUPLE : CONSTRUIRE LE FRONT OUVRIER REVOLUTIONNAIRE DANS LES USINES ET LES ENTREPRISES

Publié le par Tourtaux

http://lacausedupeuple.blogspot.fr/2012/06/construire-le-front-ouvrier.html

Construire le Front Ouvrier Révolutionnaire dans les usines et les entreprises

 

 
Les fermetures d’entreprises ne se comptent plus, les licenciements les accompagnent par centaines de milliers, les délocalisations se poursuivent, entrainant des drames sans fin, une incertitude, une crainte, une terreur permanente d’être de la prochaine charrette.

Chacun et chacune craint d’être expulsé de son logement et de se retrouver à la rue faute de pouvoir payer les loyers quand on est locataire ou les traites quand on est accédant à la propriété, sans compter les charges quoi qu’il en soit.

L’industrie automobile est frappée de plein fouet. Chez PSA, la direction tente de gagner du temps mais son plan dévoilé par la CGT est clair : elle veut, entre autres, fermer l’usine à Aulnay en 2016 et licencier dans toutes les usines du groupe.

Mittal a déclaré que Florange ne démarrerait pas avant six mois. Il fait traîner les choses en longueur. Le Président de la République s’est « engagé » à obliger les industriels se désengageant d’une usine française à la céder à un repreneur. Pour l’instant les discussions sont tripartites. Les patrons veulent faire avaliser des plans de licenciements et fermer d’autres usines en Europe et dans le monde, car il faut maintenir le taux de profit.

Mittal détient d’énormes paquets d’actions, fruits, à l’origine, de l’extorsion de la plus-value sur le dos des travailleurs indiens payés à coups de triques. Mittal n’est pas un travailleur immigré ou français qui sue derrière la coulée, mais un exploiteur de la plus belle espèce qui exploite des centaines de milliers d’ouvriers et d’autres travailleurs dans le monde entier.

Il en est de même de Doux, premier producteur européen de volailles, qui détient 80% du capital de dizaines d’entreprises dans le monde entier, dont celles de Bretagne et d’autres en France qui exportent 50% de la production dans des pays opprimés et ruinent des millions de petits producteurs paysans. Ici, les paysans sous contrat d’intégration qui dépendent de son groupe sont entraînés dans la tourmente, ne pouvant plus payer leurs dettes contractées près du Crédit agricole. Doux a demandé à être mis en redressement judiciaire pour six mois et cherche des repreneurs.

Les salaires ne sont pas payés depuis sept mois chez Sodimédical dans l’Aube (textiles médicaux). « Avant on découpait et on pliait les drapages qui servent à couvrir le patient dans le bloc opératoire. Peu à peu on s’est contentés d’assembler des produits qui venaient de Chine, il nous disait si vous n’augmentez pas la cadence, tout va partir en Chine. On a revu les postes pour réduire le nombre de gestes et diminué les temps de pause.» Pas étonnant qu’on tombe malade, en dépression.

Chez Fralib, il en est de même. Air France : 2400 suppressions de postes d’ici 2014, et ainsi de suite. En tout, il y aurait près de 60 000 emplois en concernés selon la CGT.

Durant les grèves pour les retraites, des centaines de milliers de travailleurs criaient « Grève générale » et « Tous ensemble ». Mais tous ensemble pour défiler ne suffit pas, il faut être tous ensemble dans l’usine, dans les usines, pour faire plier les patrons en préparant la prise de direction de l’économie qui expropriera les grands groupes industriels et les grandes surfaces qui prennent à la gorge les travailleurs de la campagne en pratiquant des prix décuplés sur le dos des consommateurs.

La politique de conciliation ne conduit qu’à des hécatombes. Il ne s’agit plus de discuter combien l’Etat, c’est-à-dire les contribuables, devront mettre au panier pour sauver les actionnaires, pour sauver le capitalisme pourrissant. Il s’agit de les faire payer, de s’organiser et de se préparer et non de reculer devant les menaces de licenciement.

Il faut que cela cesse et cela ne peut cesser qu’en en finissant avec le système qui produit toute cette misère : le système capitaliste. Nous y parviendrons en organisant pas à pas le Front Ouvrier Révolutionnaire dans les usines et en préparant ce que les directions syndicales refusent : taper au portefeuille comme en 36 ou en 68 et déclencher l’étincelle qui mettra le feu à toute la plaine.

Front Révolutionnaire Anticapitaliste/Antifasciste Populaire


-------
Le Drapeau Rouge,
Organe du Parti Communiste maoïste de France

http://drapeaurouge.over-blog.com
drapeaurouge@yahoo.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

FRALIB : DROIT DE REPONSE AU PDG D'UNILEVER

Publié le par Tourtaux

Mardi 19 juin 2012 2 19 /06 /Juin /2012 09:34

Nous avons pris connaissance de l’interview accordée par le PDG d’UNILEVER France sur l’Antenne de France Info, le samedi 16 juin 2012 :

http://www.franceinfo.fr/economie/patron-chef-d%E2%80%99entreprise/bruno-witvoet-president-d-unilever-france-647081-2012-06-16

Nous trouvons surprenant qu’un homme ayant des responsabilités aussi importantes dans un groupe international de la dimension d’Unilever puisse accumuler en si peu de temps autant de contre-vérités, d’omissions et de mensonges.

Exemple :

  • Il se félicite de la tenue d’une table ronde, alors que pendant 600 jours nous l’avons réclamé et il s’y est farouchement opposé avec ses amis du gouvernement UMP, y compris quand le candidat François HOLLANDE lui a écrit pour l’exiger.
  • Il se gargarise de la décision de justice rendu le 20 avril et il prétend ne pas faire de politique, alors qu’il a demandé à Xavier BERTRAND Ex Ministre du Travail d’intervenir dans la 3ème procédure ce qui leur a permis d’obtenir cette décision de justice, et il fait abstraction de notre recours en appel.
  • Il prétend n’avoir jamais fait appel d’aucune décision de justice, ce qui est totalement faux.
  • Il prétend que le groupe est attaché à la marque Eléphant alors qu’ils veulent la tuer en la passant sous la marque Lipton, et ils ont déjà commencé.
  • Il continue à se réfugier derrière une prétendue surcapacité de production en sachet double chambres, alors que depuis l’annonce du projet de fermeture de FRALIB le  28 septembre 2010, ils ont implantés 30 nouvelles machines de conditionnement de ce type de sachet à KATOWICE en POLOGNE.
  • Il prétend que c’est le consommateur qui fait le marché, alors que c’est UNILEVER qui a imposé le sachet pyramide au détriment du sachet double chambres.
  • Il annonce des difficultés sur le marché Français que fournit FRALIB, alors que celui-ci est le premier marché en Thés et Infusions parfumés en Europe de l’Ouest. C’est en France que la valorisation des produits est la plus importante et une grande partie des  profits réalisés échappent à l’Impôt. 

Il y a eu de nombreuse autres  contre-vérités, omissions et mensonges, c’est pourquoi nous demandons à France Info un droit de réponse et donc de pouvoir intervenir dans les mêmes conditions pour rétablir les réalités vécues par les salariés de FRALIB et les vérités et les raisons concernant notre projet de SCOP.

Et nous sommes bien entendue près à débattre de tous ces sujets devant tous les médias.

 

Encore et toujours :

continuons le Boycott de LIPTON    

NOUS NE LAISSERONS PAS PARTIR LE THE DE L’ELEPHANT DE PROVENCE

Le thé de l’Eléphant est né  il y a  120 ans à MARSEILLE,

L’Eléphant est Français en Provence il doit rester.

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

QUELQUES REFLEXIONS DE JEAN LEVY SUR LES PLEINS POUVOIRS POUR LES SOCIALISTES !

Publié le par Tourtaux

« Les pleins pouvoirs pour M.Hollande » ?

 

Quelques réflexions sur les résultats du second tour des législatives par Jean LEVY

  

AU LENDEMAIN DU SECOND TOUR,

QUELQUES REFLEXIONS

SUR LES RESULTATS DE CE SCRUTIN

Par Jean LEVY

 

 Sur toute sa « Une », Le Monde du 18 juin,:

 « Les pleins pouvoirs pour M.Hollande »

  

Le second tour a confirmé en l’amplifiant, le phénomène observé lors du premier tour :

le rejet massif des Français envers les candidats de la droite comme de la gauche.

En effet, le 17 juin, en métropole, seuls 9.100. 590 électeurs sur 40.692.587 inscrits, 

(soit 22, 3%), ont voté « socialiste », . 

Le PS avait obtenu 7.371.734 voix au premier tour et 29, 43% des suffrages alors exprimés. Les désistements à son profit des candidats du Front de Gauche et des autres composantes qui se réclament de la « gauche » ont permis au PS (avec quelques socialistes dissidents et MRC) d’obtenir 302 sièges sur 577 que compte l’Assemblée.

C’est donc les particularités du mode de scrutin qui donne l’illusion d’un « vague rose ».
 De son côté, l’UMP ne recueille que 8.378 .514 voix  (20%)…

Les deux partis, dits de « gouvernement » qui sont alternativement « aux affaires » depuis de nombreuses décennies ne totalisent ensemble même pas, aujourd’hui, 45% des électeurs !

Les comparaisons entre le nombre d’élus et les voix exprimées pour chaque parti sont, de ce point de vue, éloquente.

Avec 1.415.393 voix au premier tour (« socialistes » en partie du fait de leur accord électoral), les Verts obtiennent 18 sièges.

Le Front de Gauche, avec 1.770 702 bulletins le 10 juin, n’aura que 10 députés.

Quant au Front national, totalisant plus de 3.500.000 voix au premier tour, il se contentera de deux députés.

C’est ce qu’on appelle « la démocratie ».

Hors de ces données statistiques, que faut-il retenir de ces scrutins successifs ?

Le PS succède à l’UMP, selon la bonne recette européenne de « l’alternance ». Gauche et droite échangent leur position, pouvoir et opposition, à chaque élection, dans tous les pays de l’Union, sans modifier la politique suivie par leurs prédécesseurs. La population lasse de la politique des uns vote pour les autres. Ce petit jeu électoral, à force de répétition, conduit de plus en plus de Français à se réfugier dans l’abstention ou le vote blanc.

Déjà l’UMP prépare sa revanche en 2017…Mais qui votera encore dans cinq ans ?

Le Front national, fort de ses scores encore inimaginables, il y a peu d’années, va tenter de s’insérer dans la partie et peser de plus en plus fort sur le terrain politique.

Certes, Marine Le Pen n’a pas (encore) gagné le siège qu’elle convoite dans le Pas-de-Calais. Mais à Hénin-Beaumont, le Front national est déjà majoritaire.  Quand on pense que les 12% obtenus en 1983 à Dreux ont soulevé la tempête !

Quant au PCF, même scotché  au Front de gauche, il obtient un nombre de députés inférieur à ce qu’il avait obtenu…il y a 80 ans, en 1932. Jamais, de son histoire, le Parti communiste n’a été si peu représenté à la Chambredes députés ou à l’Assemblée nationale. Il ose pourtant se réjouir de la « victoire de la gauche » !

Ira-il jusqu’à quémander un strapontin dans le gouvernement socialiste ?

Le PS n’en a pas besoin. Mais sait-on jamais : les « Sports » à Marie-Georges ?

 

INFO REPRISE SUR LE SITE DE JEAN LEVY

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

MANLIO DINUCCI : LA DEMOCRATIE IMPERIALE

Publié le par Tourtaux

 

L’art de la guerre

 

La démocratie impériale

 

Manlio Dinucci

 

Le lendemain du jour où le Parlement égyptien a été dissous par la Cour Constitutionnelle, de fait sur ordre du Conseil suprême des forces armées, le Département d’état étasunien est entré en lice, garantissant que le Conseil s’est engagé à transférer le pouvoir, le 1er juillet, au président élu. Washington assure que, pendant toute la « transition à la démocratie » en Egypte, il est resté en contact étroit avec le Conseil militaire suprême. Personne n’en doute : l’administration Obama a décidé il y a trois mois de reprendre le financement des forces armées égyptiennes, suspendu par le Congrès quand certains employés d’organisations non-gouvernementales étasuniennes avaient été arrêtés pour avoir financé en sous-main, avec des millions de dollars, divers groupes égyptiens dans le cadre des « programmes d’entraînement à la démocratie ». Une fois relâchés, Washington a débloqué l’aide militaire de cette année : 1,3 milliards de dollars, déposés sur un compte à signature conjointe, auxquels s’ajoutent 250 millions pour des programmes économiques et politiques en Egypte, plus un autre chiffre important pour des programmes secrets. On a vu le résultat. Fort du soutien de Washington, le Conseil militaire suprême a fait effacer la loi, promulguée en mai au parlement, qui interdisait la candidature d’ex hauts fonctionnaires du régime Moubarak : c’est ainsi qu’a pu se porter candidat aux présidentielles le général Ahmed Chafik, nommé premier ministre par Moubarak peu de temps avant d’être déposé. Et, après avoir fait dissoudre le parlement, le Conseil militaire suprême a promulgué, pendant que les élections se tenaient, une « constitution ad interim » qui renforce ultérieurement ses pouvoirs, en attendant la constitution définitive rédigée par une commission d’une centaine de membres, nommés par le Conseil lui-même. Ainsi, même dans le cas où s’installerait à la présidence le candidat des Frères Musulmans Mohamed Morsi, le pouvoir réel restera dans les mains du Conseil suprême. C’est-à-dire de cette caste militaire financée et armée par les Etats-Unis, qui durant le régime de Moubarak a été la véritable détentrice du pouvoir. Cette même caste que le président Obama a présentée comme garant de la « transition ordonnée et pacifique », quand Moubarak, après avoir été au service des Usa pendant plus de trente ans, a été renversé par le soulèvement populaire.

Tandis qu’ils dénoncent des « violations de la démocratie » en Syrie et en Iran, les Etats-Unis exportent leur « modèle de démocratie » même dans d’autres pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Au Yémen, le président Obama a admis officiellement que des forces militaires étasuniennes mènent des opérations directes. Formellement contre Al Qaeda, en réalité contre la rébellion populaire. Et, par l’intermédiaire de l’Arabie saoudite et de la Grande-Bretagne, Washington arme le régime yéménite, qui recevra des fournitures militaires pour 3,3 milliards de dollars. Washington fait la même chose avec la monarchie du Bahreïn qui, après avoir férocement réprimé (avec l’aide de l’Arabie saoudite, des Emirats et du Qatar) la lutte populaire pour les droits démocratiques fondamentaux, a emprisonné et torturé une vingtaine de médecins, accusés d’avoir aidé les insurgés, en soignant les blessés. Etant donné que le gouvernement du Bahreïn doit « résoudre de graves questions relatives aux droits humains », Washington annonce de nouvelles fournitures d’armes, qui seront utilisées pour réprimer dans le sang la lutte pour la démocratie.

 

Edition de mardi 19 juin 2012 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20120619/manip2pg/14/manip2pz/324523/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Publié dans Politique

Partager cet article

Repost 0