Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ARRAS (62) : LES AMIS DU MUSEE ROBESPIERRE POURSUIVENT LA COLLECTE DE SIGNATURES

Publié le par Tourtaux


Les Amis de Robespierre continueront à collecter des signatures .

Le manifeste pour un musée Robespierre cessera de circuler lorsque nous aurons obtenu satisfaction.


Nous avons collecté à ce jour 3662 signatures , néanmoins , pour etre crédible auprès des autorités le manifeste doit recueillir au moins 5000 signatures.
Si vous avez signé : MERCI , si vous n'avez pas encore signé la pétition n'attendez pas
pour un musée robespierre à arras
Si vous avez déjà signé faites suivre s'il vous plait ce mail à vos ami(e)s, nous rappelons à toutes et à tous que notre démarche n'est pas politique mais historique.
Voici le texte fondateur de l'association AMRA.

Par le rôle éminent qu’il a joué pendant la Révolution Française où se fondait le devenir de la France dans un monde moderne, Robespierre est unanimement reconnu comme un personnage considérable de notre histoire. Bien au-delà de nos frontières, le nom d’Arras est associé à celui de son plus illustre citoyen et il est surprenant qu’aucun véritable lieu de mémoire ne lui soit consacré dans sa ville natale. Acquise en 1990 par la municipalité pour en faire un musée Robespierre, la maison qu’habita celui qui gouverna la France Révolutionnaire entre 1793 et 1794, fut remarquablement rénovée par les compagnons du Tour de France. Cette demeure est aujourd'hui affectée au musée du compagnonnage .
Les soussignés demandent instamment que la ville d’Arras restitue à la Maison Robespierre sa légitime vocation afin qu’elle devienne un musée qui aide les Arrageois et les innombrables visiteurs du monde entier à mieux connaître l’histoire de la Révolution Française et de celui qui en fut, quelque opinion qu’on puisse en avoir, l’homme clé.
Si vous désirez consulter la liste des signataires à ce jour

La ville d'Arras doit offrir à la mémoire collective des Français ce musée Robespierre.



Gérez votre abonnement/désabonnement

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

LA PUISSANCE DE LA PROPAGANDE US PLUS FORTE QUE LES ARMES CHIMIQUES SYRIENNES ?

Publié le par Tourtaux

 

Armes chimiques syriennes et puissance de la propagande américaine

dimanche 9 décembre 2012

En rentrant chez moi, tard dans la soirée d’hier, j’écoutais distraitement le journal télévisé de France 3 que ma femme était en train de regarder.

Il était question d’armes chimiques que l’armée syrienne s’affairait à préparer en mélangeant les deux substances dont la combinaison produit un gaz neurotoxique, d’où l’appellation d’arme binaire. On nous disait aussi que le président Barack Obama et sa meute de roquets avaient sévèrement mis en garde les autorités syriennes contre l’utilisation de cet armement chimique contre la population de leur pays.

Je n’étais déjà pas franchement de bonne humeur mais j’ai senti comme une vague désespérance m’envahir avec cette question lancinante : les journalistes de France 3 sont-ils tout simplement bêtes où sont-ils consciemment complices de l’entreprise américaine de désinformation ?

histoire05-colin-powell-anthrax-irak.jpg ¬

Je vous assure que ceci est un puissant hypnotique produit par les savants fous de Saddam Hussein


DR


Moon of Alabama nous propose un bon petit papier sur cette nouvelle manoeuvre propagandiste du régime de Washington et de ses caniches de l’OTAN.

Faudrait peut-être le signaler aux journalistes de France 3 ? Ce serait peut-être aussi le 8ème élément qu’on pourrait ajouter en tête des 7 prétendues choses à savoir sur la menace des armes chimiques syriennes d’après le magazine L’Express.

Les affirmations de Wired sur les armes de destruction massive syriennes sont mensongères

Par MoA (USA) 3 décembre 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

Wired’s Danger Room propose un étrange article en exclusivité sur de supposées armes chimiques syriennes.

Les techniciens qui travaillent pour le régime d’Assad en Syrie ont commence à combiner les deux précurseurs chimiques nécessaires pour armer les charges militaires au gaz sarin, a déclaré à Danger Room un officiel américain au courant du dossier. Les observateurs internationaux sont aujourd’hui plus préoccupés que jamais par l’utilisation éventuelle par le gouvernement de Damas de son stock d’agents neurotoxiques pour massacrer sa propre population.  …

Le gaz sarin comporte deux constituants chimiques principaux – l’isopropanol, ou alcool à brûler, et le methylphosphonyl difluoride. Le gouvernement syrien dispose de 500 tonnes de ces précurseurs qu’il stocke d’ordinaire séparément sous une forme dite « binaire » afin d’éviter une fuite accidentelle de gaz neurotoxique.

La semaine dernière, les choses ont changé. L’armée syrienne a commencé à combiner une partie de ces précurseurs binaires. « Ils ne l’ont pas fait sur l’ensemble de leur arsenal mais juste pour une petite quantité, » affirme l’officiel. « Nous n’avons pas de certitudes sur leurs intentions. »

Du fait apparemment de leur ignorance, les gens de Danger Room tombent dans le panneau de chaque stupide propagande du genre Un pays arabe va bientôt utiliser des armes de destruction massive. » Faut-il rappeler des affirmations semblables faites par des « officiels américains » il y a une dizaine d’années et qui se sont avérées mensongères ? Dans ce cas précis, nous pouvons être certains que les affirmations sont mensongères. Personne en Syrie n’est en train de combiner des précurseurs binaires.

Il suffit de savoir comment les armes chimiques binaires fonctionnent réellement :

Les armes ou munitions chimiques binaires sont des armes chimiques dans lesquelles l’agent toxique n’est pas contenu à l’état actif dans l’arme, mais sous la forme de deux précurseurs chimiques physiquement séparés à l’intérieur de l’arme. Les précurseurs sont conçus pour être significativement moins toxiques que l’agent qui résulte de leur mélange, ce qui permet de stocker et transporter l’arme avec une plus grande sécurité. La sécurité apportée par les armes chimiques binaires est particulièrement importante pour les personnes qui résident près des dépôts de munitions.

La réaction chimique a lieu quand l’arme est en vol. Le fait de tirer la munition provoque la rupture des capsules. Les rotations rapides de la munition pendant sa trajectoire mélangent entièrement les deux précurseurs qui entrent en interaction. Pour finir, une charge explosive vaporise et diffuse l’agent chimique.

L’armée syrienne n’a donc pas besoin de combiner les substances pour remplir les charges militaires parce que les précurseurs sont déjà stockés dans les munitions quand les obus ou les bombes pour l’aviation sont livrées aux unités qui sont supposées les utiliser. Les précurseurs sont stockés dans deux chambres séparées dans chaque munition qui peut ainsi être transportée et stockée en sécurité. Seul le tir de la munition ou le largage de la bombe provoquera la combinaison des précurseurs binaires.

Ce que l’officiel américain anonyme prétend n’est pas en train de se produire en Syrie. Si ceux qui écrivent dans Wired, Noah Shachtman et Spencer Ackerman (de fervents partisans d’Israël avant tout, fait-il constater), avaient un minimum de connaissances de la technologie de l’armement, ils ne seraient pas tombés dans le panneau de la déclaration stupide faite par un officiel américain anonyme.

L’affirmation selon laquelle “le régime Assad en Syrie a commencé à combiner les deux précurseurs chimiques” est complètement fausse. Que l’armée syrienne fasse ou pas quelque chose avec son armement stratégique, cette chose n’est pas ce que prétend « l’officiel américain » anonyme.


http://www.alger-republicain.com/spip.php?article1006

Publié dans Syrie

Partager cet article

Repost 0

FIN NOVEMBRE 1960, LETTRE DE PATRICE LUMUMBA, A SA FEMME PAULINE, AVANT SA MORT

Publié le par Tourtaux

Lettre de Patrice Lumumba, à sa femme Pauline, avant sa mort

Fin novembre 1960, Lumumba est capturé. Il écrit alors une dernière lettre à sa femme Pauline


Ma compagne chérie,

 

Je t’écris ces mots sans savoir s’ils te parviendront, quand ils te parviendront et si je serai en vie lorsque tu les liras. Tout au long de ma lutte pour l’indépendance de mon pays, je n’ai jamais douté un seul instant du triomphe final de la cause sacrée à laquelle mes compagnons et moi avons consacré toute notre vie. Mais ce que nous voulions pour notre pays, son droit à une vie honorable, à une dignité sans tache, à une indépendance sans restrictions, le colonialisme belge et ses alliés occidentaux – qui ont trouvé des soutiens directs et indirects, délibérés et non délibérés, parmi certains hauts fonctionnaires des Nations-Unies, cet organisme en qui nous avons placé toute notre confiance lorsque nous avons fait appel à son assistance – ne l’ont jamais voulu.


 

Ils ont corrompu certains de nos compatriotes, ils ont contribué à déformer la vérité et à souiller notre indépendance. Que pourrai-je dire d’autre ? Que mort, vivant, libre ou en prison sur ordre des colonialistes, ce n’est pas ma personne qui compte. C’est le Congo, c’est notre pauvre peuple dont on a transformé l’indépendance en une cage d’où l’on nous regarde du dehors, tantôt avec cette compassion bénévole, tantôt avec joie et plaisir. Mais ma foi restera inébranlable. Je sais et je sens au fond de moi même que tôt ou tard mon peuple se débarrassera de tous ses ennemis intérieurs et extérieurs, qu’il se lèvera comme un seul homme pour dire non au capitalisme dégradant et honteux, et pour reprendre sa dignité sous un soleil pur.


Nous ne sommes pas seuls. L’Afrique, l’Asie et les peuples libres et libérés de tous les coins du monde se trouveront toujours aux côtés de millions de congolais qui n’abandonneront la lutte que le jour où il n’y aura plus de colonisateurs et leurs mercenaires dans notre pays. A mes enfants que je laisse, et que peut-être je ne reverrai plus, je veux qu’on dise que l’avenir du Congo est beau et qu’il attend d’eux, comme il attend de chaque Congolais, d’accomplir la tâche sacrée de la reconstruction de notre indépendance et de notre souveraineté, car sans dignité il n’y a pas de liberté, sans justice il n’y a pas de dignité, et sans indépendance il n’y a pas d’hommes libres.


Ni brutalités, ni sévices, ni tortures ne m’ont jamais amené à demander la grâce, car je préfère mourir la tête haute, la foi inébranlable et la confiance profonde dans la destinée de mon pays, plutôt que vivre dans la soumission et le mépris des principes sacrés. L’histoire dira un jour son mot, mais ce ne sera pas l’histoire qu’on enseignera à Bruxelles, Washington, Paris ou aux Nations Unies, mais celle qu’on enseignera dans les pays affranchis du colonialisme et de ses fantoches. L’Afrique écrira sa propre histoire et elle sera au nord et au sud du Sahara une histoire de gloire et de dignité. Ne me pleure pas, ma compagne. Moi je sais que mon pays, qui souffre tant, saura défendre son indépendance et sa liberté.


Vive le kongo ! Vive l’Afrique !


Patrice Lumumba

 

http://www.afriquedemocratie.net/lettre-de-patrice-lumumba-a-sa-femme-pauline-avant-sa-mort.html

Publié dans L'Afrique en lutte

Partager cet article

Repost 0

SYRIE: LA RUSSIE DIT NON A UNE EXPERIENCE LIBYENNE BIS. PAR LEURS SILENCES COUPABLES A L'ONU, LA RUSSIE ET LA CHINE ONT AINSI PERMISES LE MASSACRE DE DIZAINES DE MILLIERS DE LIBYENS DONT DES ENFANTS

Publié le par Tourtaux

Syrie: Moscou opposé à une répétition du "scénario libyen"

Dossier: Situation politique en Syrie

Situation en Syrie
15:05 09/12/2012
MOSCOU, 9 décembre - RIA Novosti

La Russie n'admettra pas que le "scénario libyen" soit reproduit en Syrie, a déclaré dimanche le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov au cours de la table ronde "la Russie et le monde en évolution", tenue à Moscou. 


"Nous n'admettrons pas que l'expérience libyenne soit reproduite en Syrie", a indiqué le ministre.


"Malheureusement, nos partenaires occidentaux se sont écartés des ententes de Genève et prônent le départ (du président syrien) Bachar el-Assad" a déclaré Sergueï Lavrov, ajoutant que Moscou ne menait aucune négociation sur le sort de ce dernier.


"Nous ne menons aucune négociation  concernant le sort d'Assad. Toutes les tentatives de présenter la situation autrement sont assez malpropres, et cela même pour les diplomaties des pays connus par leurs aspirations à  défigurer les faits en leur faveur", a souligné le ministre russe des Affaires étrangères.

 

http://fr.rian.ru/world/20121209/196876880.html

Publié dans Syrie

Partager cet article

Repost 0

GAZA : SELON LE HAMAS "PAS DE VICTOIRE SANS RESISTANCE"

Publié le par Tourtaux

Khaled Meshaal à Gaza : « Pas de victoire sans résistance »

dimanche 9 décembre 2012 - 07h:59

Ma’an News

Les principaux dirigeants du Hamas se sont adressés ce samedi à la foule rassemblée dans la ville de Gaza pour célébrer la fondation du mouvement, insistant sur le droit fondamental de résister à Israël tout en soulignant l’importance de la réconciliation avec leurs rivaux de Fatah.

JPEG - 200.7 ko
Khaled Meshaal a prononcé un discours que l’on peut qualifier d’historique - Photo : Reuters

Khaled Mashaal, lors de sa première visite à Gaza, a déclaré lors du rassemblement : La « Résistance est le moyen, pas le but en soi… Pendant 64 années nous avons essayé toutes les autres options, mais en vain… Il n’y a aucune victoire sans résistance. »

L’événement marquait la fondation du mouvement islamiste, et a avait aussi pour objectif de célébrer la victoire après que ses militants dans Gaza aient résisté à l’agression israélienne de 8 jours ininterrompus de bombardements le mois dernier.

L’entrée de Meshaal dans la Bande de Gaza vendredi, qui s’est faite après des décennies d’un exil durant lequel il a survécu à une tentative d’assassinat par les Israéliens, a renforcé l’atmosphère de célébration donné à la commémoration.

Le dirigeant du Hamas a applaudi la stratégie militaire de son parti, et il a remercié les groupes armés qui ont combattu côte à côte pendant l’assaut israélien, faisant écho au discours prononcé par le Premier ministre Ismaël Haniyeh, du Hamas également.

« Le Jihad est la manière de parvenir à la libération, avec tous les types de lutte nationale et diplomatique… Mais sans résistance, tous ces autres types de lutte n’ont aucune valeur, » a insisté Meshaal.

Mashaal a réitéré son soutien à l’initiative de l’ex-président Mahmoud Abbas aux Nations Unies — qu’il a qualifié de « petite mais importante étape » — pour obtenir la reconnaissance d’un état Palestinien à l’intérieur des frontières de 1967.

Mais il a également souligné l’engagement du Hamas à résister à Israël au delà de la ligne de cessez-le-feu de 1949.

« La Palestine est à nous, du fleuve Jourdain à la mer et du sud au nord. Il n’y aura aucune concession sur aucun pouce de la terre, » a-t-il déclaré devant l’immense foule rassemblée en plein air, dans ce qui était le point culminant de son séjour de trois jours à Gaza.

« Nous ne reconnaitrons jamais aucune légitimité à l’occupation israélienne, et il n’y a aucun droit pour Israël, quel que soit le temps que cela prendra. »

« Nous avons essayé les négociations et la politique pendant plus de 20 années…, en vain », a ajouté Meshaal.

« Nous ne combattons pas les sionistes parce qu’ils sont juifs, mais nous les combattons parce que ce sont des occupants et des oppresseurs. »

Mashaal a promis aux Palestiniens emprisonnés en Israël « qu’il ne nous faudra pas longtemps avant que nous vous libérions de derrière vos barreaux. »

« La manière dont nous avons libéré certains des prisonniers dans le passé est la manière que nous emploierons pour libérer les prisonniers encore incarcérés, » a-t-il dit, évoquant l’échange de prisonniers négocié entre le Hamas et Israël l’année dernière, après que l’organisation islamique ait libéré un soldat israélien que la résistance armée avait capturé.

Le dirigeant a eu un message conciliant pour ses rivaux politiques. Meshaal est l’initiateur du projet de réconciliation de l’année dernière avec Abbas. Mais le projet a capoté après que le Hamas dans Gaza ait rejeté la désignation d’Abbas à la tête d’un gouvernement d’unité.

Une petite délégation du Fatah a assisté au rassemblement de ce samedi, pour la première fois depuis les affrontements de 2007 entre les deux organisations.

Meshaal a encore déclaré : « La réconciliation signifie l’unité du programme politique… Un président et un parlement, et un représentant, qui est l’OLP [Organisation de Libération de la Palestine]. »

Il a dit soutenir la tenue d’élections nationales, mais le Hamas devra alors être un associé politique, quels que soient les résultats du vote.

Le Premier ministre Haniyeh a dit en présentant Meshaal, que l’arrivée des dirigeants palestiniens en exil à l’étranger était le point culminant d’une victoire politique qui brise le siège imposé par Israël sur la Bande de Gaza. Les membres du bureau politique du Hamas, Mousa Abu Marzouq, Izzat al-Rishq, et Saleh al-Arouri accompagnaient Meshaal.

Pendant l’assaut israélien récent, certains gouvernements dans la région se sont réunis pour soutenir Gaza, et Haniyeh s’est référé aux changements stratégiques survenus depuis le début du ainsi-nommé Printemps Arabe.

« En 2008 la guerre contre Gaza a été déclarée depuis le Caire, mais en 2012, c’est la victoire de Gaza qui a été déclarée depuis le Caire, » a-t-il dit, parlant de l’offensive Cast-Lead lancée sur Gaza, devant le président égyptien et pro-israélien Hosni Mubarak, depuis évincé au profit d’un nouveau président islamiste élu, Mohammad Morsi.

Meshaal a décrit dans son discours son émotion de revoir sa patrie. « Mes sentiments pendant que je me rapprochais de la terre et du ciel de Gaza m’ont fait me sentir dans un autre monde. J’ai versé des larmes et je me sentais voler dans le ciel, » a-t-il dit.

« Gaza m’a rendu mon âme, » a-t-il encore dit devant la foule rassemblée

 

Traduction : Info-Palestine.net

 

http://www.info-palestine.net/spip.php?article12973

Publié dans Palestine

Partager cet article

Repost 0