Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LES COMMUNISTES ALGERIENS (PADS) SUR LA VISITE DE FRANCOIS HOLLANDE EN ALGERIE : " RIEN DE BON A ATTENDRE POUR LES TRAVAILLEURS ALGERIENS "

Publié le par Tourtaux

Les communistes algériens sur la visite de François Hollande en Algérie : « Rien de bon à attendre pour les travailleurs algériens »

Abdelaziz-Bouteflika-Francois-Hollande.jpgSur la visite de François Hollande en Algérie

« Rien de bon à attendre pour les travailleurs algériens »

Déclaration du Parti algérien pour la démocratie et le socialisme (PADS) repris par http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/


La visite que doit effectuer le chef de l'Etat français en Algérie s'inscrit dans le processus de renforcement des liens entre la bourgeoisie algérienne et l'impérialisme français pour préserver le système d'exploitation, de domination et de pillage international. Dans le contexte de la grave crise économique du système capitaliste international, cette visite va permettre la conclusion d'affaires juteuses entre les multinationales françaises et les affairistes algériens sur le dos du peuple algérien et de la classe ouvrière française.


La campagne orchestrée pour faire passer l'idée que les relations algéro-françaises vont connaître un nouveau départ avec un gouvernement socialiste fait fi des réalités et de la fonction politique, idéologique et économique véritable de la social-démocratie française.


Les dirigeants socialistes français sont un pilier de la domination de la grande bourgeoisie en France et dans le monde, la courroie de transmission qui assure la subordination de la classe ouvrière aux intérêts des capitalistes, l'agent actif de la bourgeoisie pour maintenir les rapports d'exploitation, tromper les travailleurs, faire croire aux peuples qu'il est possible d'améliorer leurs conditions d'existence sans renverser le système capitaliste.


La sociale-démocratie française n'a pas changé de nature. Faire croire qu'elle s'est transformée en force de paix et de progrès et que Hollande, à la différence de Sarkozy, va contribuer à améliorer les rapports entre la France et l'Algérie n'est pas une simple erreur. La propagation de ces illusions fait partie d'un travail de réécriture idyllique de l'histoire pour leurrer les travailleurs. Le rôle que les dirigeants de la social-démocratie française ont joué dans l'histoire de l'Algérie durant la période coloniale au bénéfice de la grosse colonisation et de la grande bourgeoisie française est connu de tous. Il s'est écrit en lettres de feu et de sang. Des centaines de milliers d'Algériens ont été torturés, emprisonnés, mutilés, tués, sous des gouvernements socialistes. Ce rôle de collaborateurs zélés de la bourgeoisie française et d'exécutants des désirs de l'impérialisme américain, ils continuent à le jouer. Ils n'est pas dans leur pouvoir de travestir les buts réels de leur soutien actif à l'intervention criminelle de l'OTAN en Libye. C'est également avec rage qu'ils veulent installer par tous les moyens à la tête de la Syrie un régime fantoche sous le prétexte éculé et grossier de la défense de la démocratie dans ce pays avec l'appui des pires ennemis des libertés démocratiques que sont les régimes moyenâgeux du Golf. En reconnaissant les traîtres du CNS comme représentants du peuple syrien ils ont encouragé les forces rétrogrades à commettre des crimes abominables en Syrie. Ce sont-là des faits que ni Hollande ni Fabius ne peuvent cacher. Ils indiquent de façon éloquente ce que les socialistes français sont capables de faire pour défendre l'impérialisme et son système d'exploitation, ce qu'ils sont encore capables de faire contre le peuple algérien si le rapport des forces devenait favorable à la réalisation de leurs plans stratégiques de domination de l'Algérie.


A la différence de l'arrogant et du cynique Sarkozy, Hollande sait se faire mielleux. Il excelle dans le langage en apparence "civilisé". Mais il est aussi ou sinon plus dangereux pour les peuples exploités et dominés par l'impérialisme et par ses alliés réactionnaires internes.


Celui qui prend pour argent comptant les promesses de la sociale-démocratie à la classe ouvrière accepte de se bercer d'illusions. François Hollande a menti aux travailleurs français en leur faisant des promesses lors des dernières élections, en particulier aux sidérurgistes de Florange. Il les a trompés et il a appliqué la politique du grand patronat. Les travailleurs et le peuple algériens ne peuvent rien attendre de positif d'un chef de la sociale-démocratie qui trompe les travailleurs de son propre pays et applique la politique du grand patronat.


Au Sahel, au Mali, au sud de l'Algérie, le gouvernement socialiste poursuit avec une grande fébrilité l'application de ses plans d'intervention militaire pour assurer la mainmise des impérialistes français sur les richesses des pays de la région, contrer leurs alliés et rivaux américains qui cherchent à les évincer de la région, tenter de tenir à l'écart la Chine, préparer les conditions de réalisation de leurs plans stratégiques d'accaparement du Sahara algérien. La lutte du peuple algérien pour son indépendance avait mis en échec ces plans en 1961. Mais aucun groupe de droite ou de la sociale-démocratie ne les a abandonnés.


Hollande cherche à attirer l'Algérie dans un traquenard en faisant pression sur ses gouvernants pour que son armée intervienne au nord du Mali. C'est le gouvernement Hollande qui a pesé de tout son poids pour que l'ONU, devenue depuis la disparition de l'URSS un lieu de repartage du monde entre rapaces impérialistes, accorde sa bénédiction aux plans interventionnistes au sud de l'Algérie. Le gouvernement algérien a étalé sa couardise en affichant sa satisfaction après l'adoption par le conseil de sécurité de l'ONU de sa résolution sur le Sahel. Cette résolution ouvre la voie notamment à l'intervention de la Cédéao, instrument néocolonialiste de la Françafrique. Le gouvernement de la bourgeoisie algérienne veut la "tranquillité" avec l'impérialisme car la bourgeoisie algérienne a des intérêts communs très forts avec les capitalistes français. Le gouvernement trahit les intérêts du peuple algérien en se gardant de rejeter fermement les manœuvres de l'impérialisme français dans la région.


Hollande a reconnu le massacre de centaines de manifestants algériens le 17 octobre 1961 à Paris par la police française. Il faut faire preuve d'une très grande naïveté pour ne pas comprendre le sens de cette manoeuvre. Hollande veut en échange de cette reconnaissance s'arroger le droit d'intervenir dans les luttes politiques internes de l'Algérie et dicter ses volontés à notre pays. Il croit que cette reconnaissance lui donne une virginité politique qui lui permettrait d'agir et d'appuyer en tant qu' "ami" les fractions de la société les plus disposées à servir les intérêts de l'impérialisme.


Divers cercles algériens exigent de l'Etat français qu'il reconnaisse les crimes de la France en Algérie. Cette revendication est erronée car elle fait croire que l'impérialisme, même si par absurde il accepte de faire une telle concession, peut changer de nature et renoncer à maintenir les peuples sous la domination de la bourgeoisie monopoliste par tous les moyens, y compris par les coups de force et les guerres. Elle est une diversion. Elle permet de masquer et d'éviter de dénoncer les nouvelles formes de colonisation de l'Algérie, de pillage, de sous-développement savamment organisé soit par le truchement des institutions de l'Union européenne dans tous les domaines, y compris ceux de l'Ecole et de l'Université, soit sous la houlette directe de l'administration française, avec la complicité des classes possédantes algériennes. Or la visite de Hollande a pour objectif de renforcer le poids de l'Union européenne dans les décisions de l'Algérie sous prétexte d'appliquer les principes de l'Accord d'Association avec l'Union européenne et d'activer les "réformes" découlant de cet accord. Il faut être de mauvaise foi pour travestir la réalité de l'Union européenne: un bloc impérialiste réactionnaire dont les représentants officiels en Algérie ne se gênent pas de dicter au gouvernement ce qu'il doit faire et ce qu'il ne peut pas faire, à travers les interviews complaisantes d'une presse d'argent vendue aux plus offrants.


Les travailleurs, les classes laborieuses du pays, autant que la classe ouvrière française, n'ont rien à attendre de bon de cette visite.


Mercredi 19 décembre 2012

Publié dans ALGERIE

Partager cet article

Repost 0

"SILENCE, ON TUE !"... EN IRAK, 11 ALGERIENS ATTENDENT LEUR EXECUTION

Publié le par Tourtaux

Par Chérif Abdedaïm (revue de presse : La Nouvelle République – Algérie - 17 /12/12)


Ah, quelle belle « démocratie » que celle instaurée par la secte Bush en Irak. Non seulement le pays est plongé dans une incessante guerre civile, non seulement il est dépecé en entités aussi hostiles les unes aux autres, mais voilà que les marionnettes de Washington procèdent à un carnage xénophobe sans précédent.


On bouffe de l’étranger, plus particulièrement de l’Algérien, à tout bout de champ. «Je n’ai pas été jugé pour avoir tué des innocents, mais bel et bien parce que j’ai combattu l’occupant.» Telle a été le testament d’un jeune Algérien, Abdoullah Belhadi, âgé de 28 ans, qui a été récemment exécuté par le gouvernement fantoche de Baghdad. Sa condamnation à mort a été prononcée par un tribunal de pacotille à l’image de celui qui a signé le quitus de l’assassinat de Saddam. La dépouille du jeune Algérien a été «évacuée» en Algérie avec un papelard méprisant sur lequel on pouvait lire : «A qui cela concerne.» Que reproche-t-on à ce jeune qui croyait sans doute bien faire en allant combattre en Iraq ? Il a été condamné pour son implication présumée dans un assassinat, dit-on. Et pourtant, il n’y eut jamais de preuve de sa culpabilité. Il a été condamné aussi pour avoir pénétré en Iraq de façon illégale. Selon la déclaration du président du comité des droits de l’homme, Me Farouq Ksentini, la mise en œuvre de l’exécution était injuste. «La justice en Iraq est inexistante», a-t-il déploré. A qui le tour maintenant ? Certaines sources avancent que 11 autres Algériens attendent leur exécution. Cela dit, faut-il également se demander combien d’autres Algériens ont été assassinés lâchement par ceux qui ont reçu leurs bourreaux avec des fleurs. Et Guantanamo ? Qui en parle ? Et pourtant, on enregistre quotidiennement des violations sans aucune impunité à l’encontre des détenus. En septembre dernier, Adnan Farhan Abdul Latif, un Yéménite de 36 ans, est retrouvé mort dans sa cellule de la prison américaine du camp de Guantanamo Bay à Cuba. Le jour de sa mort, Latif était emprisonné à Guantanamo depuis 10 ans, 7 mois et 25 jours. Il avait laissé derrière lui une femme et un fils. Sa mort est survenue après qu’un ordre de comparution remettant en cause sa détention sans contacts avec l’extérieur accordé par un juge fédéral ait été annulé en appel, suivant la doctrine juridique par les gouvernements Bush et Obama. Des documents obtenus et publiés par WikiLeaks ont déjà révélé que le gouvernement américain savait que Latif n’était pas associé à Al Qaïda. Il en ressort qu’il se rendait en Afghanistan pour des soins médicaux suite à un accident de voiture en 1994 qui avait laissé des séquelles dans son cerveau et non pour rejoindre Al Qaïda. Le gouvernement américain l’a tout de même enfermé, sans l’accuser ou le présenter à un magistrat, dans le cadre du nouveau programme de Bush de détentions et tortures extrajudiciaires. Les circonstances de la mort de Latif restent quand même suspectes. Sans doute aurait-il glissé sur une peau de banane ? Les «revenants» des droits de l’homme pourraient quand même nous éclairer sur les circonstances de cette mort, non ?


* http://www.lnr-dz.com/index.php?page=details&id=20421


http://www.france-irak-actualite.com/article-silence-on-tue-en-irak-11-algeriens-attendent-leur-execution-113620265.html

Publié dans IRAK

Partager cet article

Repost 0

PALESTINE : A L'APPROCHE DES ELECTIONS ISRAELIENNES, CONSTRUCTION DE 4000 LOGEMENTS A JERUSALEM-EST

Publié le par Tourtaux

4000 NOUVEAUX LOGEMENTS A JERUSALEM-EST : ENCORE UNE PETITE DECORATION POUR LES ISRAELIENS, MONSIEUR HOLLANDE ?

mercredi 19 décembre 2012

 

 


Ci-dessous l’article du NouvelObs sur le sujet. A quand les sanctions au lieu des décorations ?


"Les autorités en Israël, en pleine campagne électorale, ont annoncé en quelques jours des plans de construction de plus de 4.000 logements dans des quartiers de colonisation à Jérusalem-Est occupé et annexé, malgré les condamnations internationales.

La municipalité israélienne de Jérusalem a ainsi approuvé mercredi 19 décembre un projet de construction de 2.610 logements à Givat Hamatos, situé dans le sud du secteur oriental de la ville, qui deviendrait, si le projet est mené à bien, le premier quartier de colonisation juive créé à Jérusalem-Est en 15 ans, soulignent les organisations de défense des droits de l’Homme.

"Le maire adjoint vient de me dire qu’ils avaient approuvé les 2.610 unités de logement" à Givat Hamatos, a déclaré Daniel Seidemann, directeur de Terrestrial Jerusalem, une ONG qui surveille la colonisation israélienne à Jérusalem-Est.

"Officiellement, il s’agit de la décision finale", a affirmé Lior Amihai, un spécialiste du mouvement anticolonisation La Paix Maintenant. "Elle sera publiée dans les prochains jours, puis il y aura une période de 15 jours pour qu’elle devienne effective, avant qu’ils ne puissent commencer à publier des appels d’offres", a-t-il expliqué.

De nouveaux appels d’offre

Le ministère israélien du Logement a par ailleurs publié des appels d’offres pour 1.048 nouveaux logements dans des colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est occupée et annexée, a indiqué un porte-parole du ministère. La plupart de ces constructions se trouvent dans des colonies de Cisjordanie, et un nombre indéterminé dans le quartier de colonisation de Har Homa, à Jérusalem-Est, a précisé ce porte-parole, Ariel Rosenberg.

La commission de planification du district de Jérusalem doit en outre se réunir jeudi pour examiner la construction de 1.100 logements dans le quartier de colonisation de Gilo.

Lundi, le ministère de l’Intérieur avait donné son feu vert à la construction de 1.500 logements à Ramat Shlomo, également à Jérusalem-Est, relançant un projet déjà condamné par Washington en 2010.

En outre, le ministère du Logement se prépare à lancer la semaine prochaine des appels d’offres pour des centaines de logements dans des colonies de Cisjordanie, selon La Paix Maintenant.

Vers une condamnation européenne à l’ONU

Les Etats-Unis, qui déplorent systématiquement la colonisation, ont haussé le ton, dénonçant des "gestes de provocation". De leur côté, les quatre membres européens du Conseil de sécurité de l’ONU préparent une déclaration commune pour condamner ces projets de construction dans les colonies.

"L’intensification de la colonisation et l’ensemble des pratiques israéliennes d’assassinats et d’arrestations nous poussent à accélérer notre recours à la Cour pénale internationale (CPI)", a réagi le négociateur palestinien Mohammad Chtayyeh, en référence aux possibilités offertes par le statut d’Etat observateur obtenu le 29 novembre par la Palestine à l’ONU.

Selon le quotidien israélien Maariv, qui cite de hauts responsables du Likoud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahou, "cette avalanche de plans de construction n’est pas seulement une sanction contre la démarche palestinienne à l’ONU et le rapprochement avec le Hamas (...) mais aussi directement lié avec la campagne électorale" pour les élections législatives de janvier.

Netanyahou "arrose la population de logements"

"Avant les élections, il est nécessaire de clarifier ses positions", a expliqué au journal un ministre du Likoud, rappelant que "l’électorat du Likoud est favorable à la construction à Jérusalem et à la colonisation".

Dans une analyse, Maariv souligne qu’en quatre ans de mandat, "non seulement Netanyahou n’a pas lancé de plans de construction, mais il a même assumé un gel de la construction dans les blocs de colonies" de 10 mois en Cisjordanie.

"Et maintenant, depuis deux semaines, il arrose la population de logements dans les blocs de colonies, bien qu’on puisse douter que les autorités parviennent au stade de la construction", estime le journal.

Israël considère Jérusalem comme sa capitale "unifiée et indivisible". Mais la communauté internationale ne reconnaît pas l’annexion en 1967 de Jérusalem-Est, où les Palestiniens veulent établir la capitale de l’Etat auquel ils aspirent.

Source : http://tempsreel.nouvelobs.com/mond...

CAPJPO-EuroPalestine

 

http://www.europalestine.com/spip.php?article7911

Publié dans Palestine

Partager cet article

Repost 0

APRES LA CAPTURE DU DRONE US "SCAN EAGLE", UNE VERSION PLUS SOPHISTIQUEE DE CET AVION EST EN COURS DE CONSTRUCTION EN IRAN, A DECLARE LE MINISTRE IRANIEN DE LA DEFENSE

Publié le par Tourtaux

mercredi, 19 décembre 2012 08:38

L'Iran fabrique une version plus moderne de "Scan Eagle" (Vahidi)

L'Iran fabrique une version plus moderne de "Scan Eagle" (Vahidi)

IRIB-  « la version la plus sophistiquée du drone Scan Eagle est en cours de construction » c'est ce qu'a déclaré, le Ministre iranien de la défense, le général Ahmad Vahidi, aujourd'hui, à l'issue de la réunion du Conseil des Ministres. A noter que ce drone a été capturé, récemment, par les forces du Corps des Gardiens de la Révolution islamique, au-dessus du Golfe persique.  Interrogé au sujet de l'organisation des plus importants exercices militaires des forces armées iraniennes dans les eaux australes du pays, le général Vahdi a répondu : «  Tout exercice militaire est destiné à doper les capacités, à tester de nouveaux équipements militaires et à s'entrainer à de nouvelles tactiques. Etant donné le fait que la République islamique d'Iran est le principal facteur de sécurité de la région, ces manœuvres ont pour objectif d'assurer, d'une meilleure manière la sécurité de la région.
 

 

http://french.irib.ir/info/international/item/231692-iran-la-version-la-plus-sophistiqu%C3%A9e-du-drone-scan-eagle-est-en-cours-de-construction

Publié dans Iran

Partager cet article

Repost 0

APRES LE TRIOMPHE DE LA DROITE ET DE SON EXTREME AU JAPON, LA CHINE EXHORTE LES NOUVEAUX DIRIGEANTS DE CE PAYS A SUIVRE LA VOIE DU DEVELOPPEMENT PACIFIQUE

Publié le par Tourtaux

La Chine exhorte le Japon à suivre la voie du développement pacifique

( Xinhua )

19.12.2012 à 08h38

La Chine a exhorté mardi le Japon à suivre la voie de développement pacifique et à contribuer à la stabilité et au développement de la région.

"Les pays asiatiques voisins du Japon ainsi que la communauté internationale ont toujours fait très attention à la question de savoir si le Japon pouvait ou non faire face à son histoire d'agression, s'en repentir et suivre la voie de développement pacifique", a fait savoir Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse régulière.

La majorité des 454 nouveaux membres de la chambre basse du parlement japonais soutiennent la révision de la constitution pacifiste du Japon, selon un sondage réalisé mardi par l'agence de presse japonaise Kyodo News. Environ 81,1% des personnes sondées appellent à la levée de l'interdiction d'utilisation de l'auto-défense collective.

"Ces dernières années au Japon, on a pu noter une tendance à vouloir se débarrasser du système post-guerre et à renier le développement pacifique, ce qui a suscité l'inquiétude de personnes de raison et demande une haute vigilance de la part des pays asiatiques et de la communauté internationale", a affirmé Hua Chunying.

Elle a réitéré l'appel de la Chine au Japon pour que ce dernier comprenne de manière approfondie et traite de manière appropriée les problèmes dans les relations bilatérales, ajoutant que la Chine accordait une grande importance à la direction de la politique du Japon concernant la Chine.

Les relations sino-japonaises font parties des relations bilatérales les plus importantes tant pour la Chine que pour le Japon, et maintenir le développement sain et stable de celles-ci est dans l'intérêt des deux pays, a-t-elle ajouté.

 

http://french.people.com.cn/Chine/8063200.html

Publié dans Chine

Partager cet article

Repost 0