Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ANALYSE DU PARTI COMMUNISTE SYRIEN SUR LA SITUATION EN SYRIE. IL APPELLE AU RENFORCEMENT DE LA RESISTANCE CONTRE L'AGRESSION IMPERIALISTE

Publié le par Tourtaux

Flag-map of SyriaLe Parti communiste syrien livre son analyse de la situation en Syrie et appelle au renforcement de la résistance contre l'agression impérialiste

Communiqué du Parti communiste syrien

Traduction JC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/


Le Comité central du Parti communiste syrien a organisé une session élargie ce 5 décembre, présidée par le secrétaire-général Ammar Bagdache, auquel se sont joints les membres du Comité central, membres de la commission de contrôle et les secrétaires fédéraux. La session a commencé par une minute de silence en hommage à la mémoire du camarade Wissal Farha Bagdache, président du parti, et de deuil pour les martyrs morts pour la patrie.

 

Pendant la discussion sur la situation politique, le comité central s'est concentré sur l'évolution de la situation intérieure dans le pays, où les affrontements armés ne cessent de s'intensifier entre les forces gouvernementales qui défendent une approche nationale Syrienne opposée aux plans belliqueux et expansionnistes de l'impérialisme et du sionisme, et de l'autre côté les forces rebelles dont la force de frappe est constituée par des groupes terroristes loyaux à l'impérialisme et aux régimes réactionnaires arabes, qui veulent détruire la Syrie perçue comme une forteresse des forces de libération dans le monde arabe, et comme un point de repère important de la lutte internationale de libération anti-impérialiste.

 

En dépit de l'expansion de l'insurrection et de son intensification, ils n'ont pas atteint leurs objectifs : renverser le régime par la destruction de la capacité de combat de l'armée Syrienne, qui fait face courageusement aux attaques répétées des rebelles sur la capitale Damas, et Alep a résisté avec ténacité, orgueil, levant haut le drapeau de la dignité nationale. L'hostilité des masses Syriennes vis-à-vis des rebelles se renforce, au fur et à mesure que leur visage barbare se révèle au grand jour, avec les crimes commis contre les civils, en particulier dans les régions qui refusent de les rejoindre. Pour ce qui des méthodes de combat concrètes des rebelles, les opérations terroristes visant les quartiers et les cibles civils sont toujours plus nombreuses, renforçant d'autant plus la haine du peuple à leur égard.

 

Le Comité central estime qu'il n'est pas possible que l'insurrection ait pu prendre une telle ampleur, sans le soutien massif que reçoivent les rebelles des États impérialistes et des régimes arabes réactionnaires, en particulier des États du Golfe et de la Turquie d'Erdogan qui est le poste avancé de l'OTAN dans la région, acteur d'un travail incessant contre la Syrie, une œuvre qui n'a rien à voir avec les normes du droit international, et ne peut qu'être qualifié d'actes d'agression. Une des dernières manifestations de l'orientation belliciste de la Turquie, le déploiement du système de missiles Patriot sur son territoire.

 

La Turquie appuie également de façon éhontée les opérations depuis son territoire contre la Syrie, mais elle participe concrètement à ces opérations, comme cela s'est déroulé dans la ville de Ras al-Ain. Tout le monde sait que la Turquie soutient les bases de rebelles armés sur son territoire, tout comme la présence du centre Atlantique de renseignement, qui dirige et coordonne les efforts des rebelles se trouvant en Turquie.

 

Le Comité central a estimé que la première tâche des communistes, comme de tous les patriotes, est de défendre l'indépendance nationale de la Syrie et de défendre l'intégrité du territoire national, face à la conspiration impérialiste, sioniste, des régimes arabes réactionnaires et de s'opposer aux agissements criminels des ennemis de la patrie, des exécutants des volontés du colonisateur.

 

Pendant la discussion sur la situation socio-économique, les camarades présents ont fait écho des difficultés des masses vis-à-vis de la détérioration de leur condition de vie provoquée par la chute du pouvoir d'achat des familles syriennes, et la vague de hausse des prix conduisant à une dégradation dramatique des conditions de vie. La réunion a rapporté les nombreuses difficultés que rencontrent la production nationale et les producteurs. Le Comité central a jugé qu'une bonne part de la situation est due au siège imposé à la Syrie et aux actes de sabotage. Mais tant que le gouvernement ne prendra pas d'actions claires pour faire face à cette situation, ne s'éloignera pas de son approche économique libérale, qui a contribué finalement à créer les conditions de la crise que connaît actuellement la Syrie.

 

Ce qu'il faut désormais, c'est renforcer le contrôle étatique sur les secteurs stratégiques de l'économie nationale, accroître son rôle en particulier dans le secteur commercial lié aux produits de base, restaurer ses positions dans le commerce extérieur, tout particulièrement pour ce qui est des matières premières stratégiques nécessaires pour assurer la continuité de la production et satisfaire les besoins des citoyens. Le Comité central a estimé que tout ce qui était avancé par certains dignitaires gouvernementales pour renvoyer à demain cette question, renvoyer le choix d'une politique économique alternative à après la crise, ne fait que prolonger la crise avec ses conséquences prévisibles.

 

Il est devenu clair que après que les puissances coloniales ne sont pas parvenus à remporter une victoire militaire rapide sur la Syrie, elles cherchent à mener une guerre d'usure contre elle, pour faire en sorte que la Syrie qui sorte de la crise soit incapable de s'opposer aux plans expansionnistes de l'impérialisme et du sionisme dans la région.

 

D'où l'importance du Front social et économique, l'importance de suivre une autre politique économique qui protège et renforce la production nationale, réponde aux intérêts des masses qui sont le pilier de la résistance nationale syrienne, et cela ne passe que par un changement de cap radical dans les orientations sociales et économiques du gouvernement, et une rupture avec le libéralisme économique sous toutes ses formes.

 

Le Comité central a noté qu'il y avait une condamnation de plus en plus forte, à l'échelle mondiale, des actions perpétrées par l'impérialisme international et ses fidèles serviteurs contre la Syrie, une de ses manifestations les plus patentes a été le communiqué de solidarité avec la Syrie publié par les partis communistes et ouvriers participant à la 14ème Rencontre internationale. Le rejet de l'intervention militaire directe contre la Syrie progresse également au niveau des États, et même des centres impérialistes. C'est également le cercle de ceux comprenant les risques découlant des conséquences de la crise syrienne qui s'élargit.

 

Cette situation renforce la furie des régimes arabes réactionnaires contre la Syrie. Ces régimes réalisent que leur existence serait menacée en cas d'échec des plans contre la Syrie. Cela conduit à alimenter la fièvre belliciste de ces régimes et leur soutien à toutes les opérations bellicistes et subversives visant la Syrie, en pleine coopération avec la Turquie et ses dirigeants réactionnaires.

 

Le Parti communiste syrien confirme, comme il l'avait déjà fait auparavant, que la résistance n'est pas seulement un devoir mais qu'elle est possible. Toutes les preuves sont là au niveau national, régional et international pour le confirmer. La chose importante désormais est de soutenir, renforcer tout ce qui va dans le sens d'une mobilisation des masses, d'un renforcement de la capacité combattante de l'armée syrienne et du maintien de la production nationale.

Le Comité central s'est arrêté sur la participation de notre parti à la rencontre des partis et coalitions nationales, insistant sur l'importance de l'alliance de toutes les forces nationales et de leur unité tout particulièrement dans les circonstances difficiles que rencontre notre pays. L'unité du Front national est un devoir face aux forces réactionnaires.

 

La scène politique arabe nous montre la face sombre et le contenu obscurantiste des forces réactionnaires, qui s'opposent aux concepts de démocratie et de progrès, et aux questions de civilisation et humanistes. C'est ce que nous prouvent les événements en Tunisie et en Libye, et en particulier la situation en Égypte, où les masses résistent aux tentatives d'imposer un régime dictatorial et obscurantiste tout aussi fidèle à l'impérialisme que ces prédécesseurs. Les évolutions rapides des événements dans le monde arabe laissent présager de sérieux changements de cap dans la voie suivie par le mouvement de libération nationale arabe.

 

Le Comité central affiche sa solidarité avec tous ceux épris de liberté dans le monde arabe qui rejettent la tutelle coloniale et les autorités réactionnaires sous toutes les formes, pointe le risque représenté par les forces réactionnaires.

 

Durant la discussion de la situation internationale, le Comité central a poursuivi l'analyse du parti sur l'escalade actuelle de contradictions impérialistes, en particulier dans les circonstances de la crise structurelle vécue dans les centres impérialistes et l'aiguisement du conflit en leur sein entre travail et capital, ainsi que la renaissance d'un mouvement de libération nationale globale dans la résistance aux politiques de paupérisation et aux tentatives d'imposer une domination absolue du capital financier global.

 

Le Comité central a envoyé ses salutations à toutes les forces progressistes et anti-impérialistes dans le monde, tout particulièrement aux partis communistes en première ligne de la lutte contre le pouvoir du capital. Soulignant que la lutte des communistes syriens pour renforcer la résistance nationale syrienne est également une tâche internationale, celle de renforcer le front mondial anti-impérialiste.

 

Le Comité central a également écouté le rapport des activités consacrées au centième anniversaire de la naissance du camarade Khalid Bagdache, dirigeant historique des communistes syriens, qui a maintenu les organisations du parti dans tout le pays dans des conditions difficiles, qui s'est concentré sur les aspects de la lutte de classe, nationale et internationale, du Parti communiste syrien.

 

Le Comité central a également discuté de certaines questions d'organisation et a pris les décisions nécessaires et les recommandations dans ce domaine. Le Comité central a salué les activités des organisations du parti et la lutte des camarades communistes côte à côte avec tous les patriotes pour la défense de la patrie, de sa souveraineté et de sa dignité

 


Vendredi 21 décembre 2012

Publié dans Syrie

Partager cet article

Repost 0

SCANDALE A ORLEANS ET CELA SE PASSE EN HOLLANDIE "SOCIALISTE"! UN CHALLENGE ENCOURAGE LES AGENTS ERDF DU LOIRET A FERMER UN MAXIMUM DE COMPTEURS AVEC A LA CLEF D'IMPORTANTS LOTS A GAGNER !

Publié le par Tourtaux

Loiret > Orléans 20/12/12 - 09h25

Les agents ERDF incités à fermer les compteurs

 

le document du challenge - LA REP Photo

 

le document du challenge - LA REP Photo

 

 

À peine croyable : un challenge encourage les agents ERDF du Loiret à réaliser le plus grand nombre de coupures d’électricité. À la clef, pour ceux obtenant les meilleures performances, des lots à gagner. La direction reconnait un dérapage local.

Le document interne, obtenu par la Rep’, relève que la direction départementale fixe un objectif de coupures de courant à atteindre. Le nombre de cinquante coupures à réaliser, au minimum, étant indiqué.


Pour gagner un lot, les agents doivent réaliser les meilleures performances. Le premier prix est un Ipad, remporté si 80% de l’objectif est atteint. C’est 75 % pour un lot d’une valeur de 80 €, 70 % pour 65 €… De beaux cadeaux pour les fêtes de fin d’année, mais qui hérissent le poil des salariés.


« Pratiques scandaleuses »

Ces coupures peuvent prendre la forme de réduction de puissance du compteur à 1.000 watts, permettant tout juste de s’éclairer.


« De telles pratiques sont scandaleuses, à l’heure où le gouvernement se positionne sur les coupures hivernales », réagit Jean-Jacques Pannetier, le secrétaire général de la CGT énergies du Loiret.


« Pour les agents, c’est une souffrance humaine d’être appelé à agir comme cela. Surtout quand on rentre en période de froid, où c’est compliqué pour beaucoup de familles. » Le syndicaliste note toutefois que la plupart de ses collègues ont ignoré la démarche.


La direction régionale a indiqué ne pas être au ...courant de cette pratique. Elle a reconnu « un dérapage local », promettant que le critère ne serait plus pris en compte. Mais le message ne semble pas être passé sur le terrain. Les agents ERDF se sont ainsi étonnés de voir arriver ces fameux lots de récompense. La situation rappelle celle connue par les contrôleurs SNCF de la région. Eux aussi étaient incités à être plus vigilants - à verbaliser davantage en somme - à l’occasion d’un récent défi.


Julien Pépinot


http://www.larep.fr/loiret/actualite/2012/12/20/les-agents-erdf-incites-a-fermer-les-compteurs-1381401.html

 


Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

UN RETOUR SYMPA SUR LE 16ème CONGRES DE LA FEDERATION SYNDICALE MONDIALE (FSM)

Publié le par Tourtaux

16ème congrès mondial de la FSM
 

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

SYRIE : LE CAMP YARMOUK TOUJOURS ASSIEGE PAR LES TERRORISTES DE L'ASL ?

Publié le par Tourtaux

 

Le camp Yarmouk assiégé, les négociations tardent la bataille

 

L’équipe du site

 

Préparation de guerre et efforts diplomatiques vont de pair autour du camp de Yarmouk, investi par les miliciens de l’Armée syrienne libre depuis la semaine passée.
Selon l’ONU, plus de 100.000 habitants (sur les 150.000) ont quitté le camp qui est assiégé de tous les côtés par les forces gouvernementales.
Le déclenchement la bataille dépend d'une décision politique, commente le journal libanais AsSafir


Des négociations ont lieu entre les différentes factions palestiniennes d’un côté et les miliciens de l’opposition syrienne armée de l’autre, dans le but d’en sortir tous les miliciens armés, syriens et Palestiniens et lui épargner une bataille. Sachant que le Front populaire pour la libération de la Palestine-Commandement général qui a été délogé par les miliciens a assuré avoir évacué tous ses combattants.

Des négociateurs palestiniens espèrent que « l’opposition va prendre une décision sage et humanitaire en sortant du camp pour lui épargner les destructions énormes qui vont lui arriver ». Dans la matinée, une manifestation a eu lieu dans le camp palestinien Yarmouk pour exiger le départ des miliciens armés.

Certains opposants laissent entendre que c'est impossible. Surtout que les miliciens considèrent le camp comme étant « le pont pour la bataille de Damas », comme l’a clairement signifié pour la chaine saoudienne AlArabiyya le chef du Conseil national syrien Georges Sabra. De surcroit, il n’est jamais arrivé que les groupuscules takfiris aient évacué une région, si ce n’est sous la force de feu de l’armée régulière.

Dans la journée, des médias ont diffusé que l'Armée syrienne libre a décidé de retirer ses milices du camp. Mais rien de pareil n'a été encore confirmé sur le terrain.

Leila Khaled: il n'est pas permis de détruire la Syrie

Leila KhaledConcernant les combattants du FPLP-CG, selon la responsable Leila Khaled, ils n’ont pas encore quitté le camp, en dépit des ordres qui leur ont été donnés.
S’exprimant que la situation en Syrie pour le site jordanien « Al-Bawwaba » (le portail), cette militante qui jouit d’une grande estime au sein de toutes les factions palestiniennes assure : « Les factions palestiniennes ont assuré dès le début des évènements syriens qu’il est du droit du peuple palestinien d’acquérir sa liberté et de déterminer son destin dans un contexte politique national. Mais en contrepartie, on ne peut en aucun cas soutenir le processus de destruction et de désintégration de la Syrie par des groupes armés soutenus par des parties étrangères ».

Mme Khaled a rendu hommage au régime syrien qui selon elle a accordé au réfugiés palestiniens tous leurs droits sociaux et civiques, a l’exception de la participation aux élections, « par attachement du régime au droit de retour des Palestiniens», explique-t-elle. Rappelant également le soutien qu’il a accordé à tous les mouvements de résistance dans la région, surtout palestiniennes.
Selon elle, la Syrie est victime d’une violente attaque à tous les niveaux pour affecter son rôle régional. « Les groupes armés liés au Qatar, à l’Arabie saoudite, aux Etats-Unis et aux forces occidentales ont pour but de détruire la Syrie », a-t-elle affirmé.

Version AFP

((( Des milliers de Palestiniens sont revenus jeudi dans le camp de réfugiés de Yarmouk à Damas en dépit de tirs sporadiques, ont affirmé à l'AFP des habitants.
"Depuis 06H00 (04H00 GMT), des milliers de Palestiniens ont passé à pied les points de contrôle de l'armée à l'entrée du camp pour s'y réinstaller plutôt que dormir dehors, dans le froid et sous la pluie", a affirmé un membre d'une organisation d'aide aux Palestiniens.

"Les soldats ne laissent pas entrer les voitures et disent (aux habitants) qu'ils pénètrent à leurs risques et périls", a-t-il ajouté, alors que des tirs sporadiques étaient entendus dans le camp qui fut le théâtre de violents combats entre rebelles et soldats.

Beaucoup entonnaient des chansons palestiniennes et scandaient "Nous rentrons au camp Yarmouk", a affirmé un habitant. L'agence officielle Sana a fait état de "manifestations demandant le départ des groupes terroristes", qui dans LA terminologie du régime signifie les rebelles.
Selon un autre Palestinien, "les milliers de combattants de l'Armée syrienne libre (ASL, rébellion) ont pratiquement disparu. Il y en a deux dans chaque ruelle qui boivent du thé et fument leur narguilé".

Mais, la "sanctuarisation" du camp est loin d'être réglée. Un combattant de l'ASL a affirmé que les rebelles "ne partiront pas avant que l'armée du régime en fasse de même".
Des informations contradictoires circulaient sur un accord. Un dirigeant du mouvement palestinien Fatah, Azzam al-Ahmad, a affirmé à la radio "Voix de la Palestine" qu'un "accord préliminaire était intervenu la nuit entre toutes les parties à Damas pour le retrait des combattants de l'opposition et du régime".

Mais Anwar Raja, porte-parole du Front Populaire de Libération de la Palestine-Commandement général (FPLP-CG, pro-régime) a démenti un tel accord.
"Il y a seulement eu une décision populaire des Palestiniens de rentrer car ils préfèrent mourir dans le camp plutôt que de connaître un nouveau déplacement ou un nouvel exil".

Des négociations avaient commencé mercredi pour faire sortir les rebelles du camp et le tenir à l'écart de la guerre en Syrie, après de violents combats entre pro et anti-régime, selon une association de secours palestinienne.
Il s'agit de faire en sorte que les combattants de l'ASL tout comme les miliciens palestiniens pro-régime quittent le camp et que la sécurité soit confiée à des personnalités palestiniennes ne soutenant ni le régime ni la rébellion, selon cette source ainsi que des habitants et des militants.
"Aucune des parties en conflit ne devrait pénétrer" dans le camp, a dit un négociateur.
Quelque 100.000 des 150.000 habitants de Yarmouk ont fui le camp et un grand nombre d'entre eux se sont installés dans des jardins publics et des places à Damas, a indiqué mercredi l'agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés de Palestine (UNRWA). Environ 2.800 ont gagné le Liban voisin, selon la Sûreté générale libanaise.

Dans les camps de réfugiés d'Al-Baddawi et de Nahr el-Bared dans le nord du Liban, des dizaines de réfugiés palestiniens, originaires de Yarmouk, ont manifesté devant les bureaux de l'UNRWA pour demander des abris et de la nourriture, a constaté un journaliste de l'AFP. )))

Un partisan de l'insurrection assassine sa femme pro Bachar

Dans un fait divers très symbolique, reflétant l’état d’âme particulièrement agressive des "révolutionnaires" et leurs partisans en Syrie, un aleppin partisan de l’insurrection syrienne a assassiné son épouse, parce qu’elle était sympathisante du président syrien Bachar el-Assad.

L’évènement a eu lieu au sud-est d’Alep, dans le quartier Mayssar. Mohammad, commerçant de vêtements de 30 ans a tiré trois balles dans la tête de son épouse, d’origine russe, après une altercation violente.
Comme le quartier en question est sous l’emprise des miliciens, Mohammad n’a pas été arrêté.

Alep: 11 miliciens tués

File d'attente devant une boulangerie à HassakéDans un autre quartier de cette ville, Kallassé, situé au nord de la ville, un rassemblement populaire a eu lieu mercredi par les Aleppins exigeant le départ des miliciens.
Toujours à Alep, 11 miliciens ont été tués mercredi dans l’explosion d’une voiture piégée dans le quarteir Aziziyyeh, à l’entrée sud de la ville. 20 autres miliciens ont été blessés selon l’OSDH.
Par ailleurs, des combats violents ont lieu dans l’entourage du siège des renseignements aériens dans les quartiers Zahra et Layramoune, ainsi qu’à Sakhour et Jdeydé. Alors que les residences Hanano ont fait l’objet d’un pilonnage des forces gouvernementales, selon Arabs-Press.

A Damas, les combats se poursuivent ce jeudi à proximité de Ein-Terma, laquelle fait l’objet d’un bombardement des forces gouvernementales. Il est également question de combats sporadiques a proximité de Zmelka.
A Deraa, un milicien de l’ASL a été tué dans des affrontements, alors que trois autres ont été abattus dans la ville de Mork dans le gouvernorat de Hama. A Homs, des miliciens armés ont ouvert le feu contre un véhicule transportant des produits laitiers tuant une femme et en blessant d’autres.
Selon Arabs-Press, l’armée régulière a arrêté 3 miliciens dans le gouvernorat de Lattaquié.

Et à Idleb, la télévision syrienne a signalé que les forces gouvernementales ont perquisitionné les epaires des miliciens à Maaret-Noemane et dans les environs de Wadi-Deif dans la province. Plusieurs snipers ont été tués, indique Arabs-press.

Le chef de l'ASL: le ciquième d'al-Nosra sont des étrangers

Salim IdrissSur la situation à Alep, le chef-d’état-major du commandement militaire unifié le général Salim Idriss a estimé que « les forces syriennes ont perdu des territoires durant les quelques mois derniers, surtout au nord du pays, mais elles sont parvenues à empêcher les miliciens de de se déployer, à travers le bombardement aérien intensif qu’elles mènent ».

Selon lui, l’opposition armée peut vaincre l’armée régulière durant un seul mois si on lui fournit un armement anti aérien.
S’exprimant sur la milice d’Al-Qaïda, le front Nosra (Jabhat-Nusrat), il a assuré que ce n’est un mouvement terroriste. Indiquant que le cinquième de ses membres est formé d’étrangers, il a dit croire qu’ils quitteront la Syrie dès que le régime est renversé.

Le chef d'al-Nosrat nie la mort de son chef

 
Pour sa part, la milice du Front al-Nosrat (Jabhat Nusrat) a nié les informations faisant état de la mort de leur dirigeant militaire Abou Mohammad Joulani. Dans un communiqué, la milice assure qu’il est « bien vivant et jouit des dons de Dieu », selon ses termes.
A noter que l’information de la mort de ce chef militaire avait été diffusée sur les sites djihadistes jordaniens, lesquels avaient assuré qu’Abou Jilbeb a été tué dans des combats à Deraa et signale qu'ul successeur lui a été désigné. A cet égard, le communiqué du front signale qu'Abou Jilbeb n’a rien à voir avec Joulani.

Cheikh Hassoune : le changement doit être pacifique

Le mufti de la république syrienne cheikh Badreddine Hassoune a lancé un appel aux opposants du régime, en faveur d’un changement pacifique et non par la force. Dans un discours prononcé dans la Bibliothèque nationale d’el-Assad, à Damas, il a estimé que ceux qui prétendent être l’opposition de l’extérieur seront contraints en fin de compte de s’assoir autour de la table des négociations. «Vaut mieux qu’ils en prennent l’initiative eux-mêmes au lieu d’être forcés de le faire », a-t-il conseillé. S’adressant à tous ceux qui portent les armes, il les a sommés de cesser leurs exactions car d’après « le changement d’un régime ne peut se faire par la force ».

Cheikh Hassoune, dont le fils a été tué par des rebelles dès les tous débuts de l’insurrection, a demandé aux différentes factions de l’opposition de rentrer au pays et de ne pas demander l’aide à « des Etats connus pour leur hostilité historique pour la région et qui complotent contre elle ».

 

 

 

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=89221&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1

 

 

Source: Divers

20-12-2012 - 18:51 Dernière mise à jour 20-12-2012 - 18:57

Publié dans Syrie

Partager cet article

Repost 0

DECLARATION DU MILITANT COMMUNISTE LIBANAIS GEORGES IBRAHIM ABDALLAH

Publié le par Tourtaux

Jeudi 20 décembre 2012

Cher«e»s Camarades, Cher«e»s ami«e»s,


 

Les années de captivité sont par nature très longues et dures à supporter, alors que dire quandon s’approche de la fin de la troisième décennie derrière ces abominables murs ! Certainement, on peutaffirmer sans détour que « LA LUTTE CONTINUE…». Bien entendu camarades, après toutes ceslongues années de captivité, vous savoir toujours là à mes côtés dans la pluralité de votreengagement, me remplit de force et de détermination.

Force est de constater, Camarades, que votre mobilisation solidaire n’a jamais faibli tout aulong de ces années. Elle s’est affirmée à maintes reprises comme arme absolument indispensableface à l’enfermement et contre toute forme de capitulation et de reniement.Sur le terrain des luttes en cours, cette mobilisation solidaire a fini par s’imposer,Camarades, à travers les diverses initiatives, tout particulièrement au Liban ; en dépit de la

complexité de la situation là-bas, elle touche désormais une partie non

négligeable des

 

protagonistes de la lutte et des forces vives du pays

.

Camarades, comme vous le savez, en dépit de ces 28 années de captivité, le parquet a interjeté appel de la décision du tribunal d’application des peines. Neuf années après Perben, Madame Taubira, garde des sceaux, laisse peu de place pour la nuance quand il s’agit des prétentions de l’Oncle Sam.

Elle a réagi de la même façon que Perben. C’est vraiment triste de se trouver aussi docile que Perben… Quand il s’agit des desiderata du Département d'État, on s’embarrasse apparemment assez peu du bavardage concernant l’indépendance de ladite justice bourgeoise…

On aurait pu s’attendre à une autre attitude plus digne…neuf années après Perben ; mais hélas, les faits sont là, têtus comme d’habitude…

Dans quelques jours Camarades, on verra la décision de la cour d’appel de Paris quant à cet appel du Parquet.

Comme vous voyez Camarades, la crise globale du système ne cesse de s’approfondir et la situation des masses populaires ne cesse à son tour d’empirer aussi bien ici, dans les centres impérialistes que là-bas, chez nous, dans les périphéries du système… Précarisation, chômage et guerres s’offrent au quotidien comme banales réalités et unique horizon. Les tenants du système mondialisé à son stade avancé, ne cherchent même plus à cacher ou camoufler…

Cette situation ne peut dorénavant que susciter la mobilisation et la combativité des masses populaires et attiser toujours plus, révoltes et protestations à l’échelle planétaire…

Camarades, de l’autre côté de la Méditerranée, les régimes bourgeois en place vacillent et commencent à s’écrouler les uns après les autres. Bien entendu, le changement prendra du temps et puis certainement, il y aura des soubresauts ici et là. Seulement la direction du vent est déjà bien tracée.

Camarades, ce qui se passe ces jours-ci en Égypte est très éclairant quant à la disponibilité des masses populaires face à l’arrogance des tenants du pouvoir… Les prochains jours, les prochaines semaines prouveront que « Oum El Dounya » est en phase de prendre son destin en main… Le chemin à parcourir est encore long, mais toutes les prémisses de la longue marche sont déjà en vue…Toute notre solidarité va au mouvement de l’opposition égyptienne.

Certainement Camarades, c’est toujours en assumant la solidarité avec les luttes des masses populaires que l’on apporte la solidarité la plus significative aux prisonniers révolutionnaires.


À bas l’impérialisme et ses chiens de garde sionistes et leurs complices réactionnaires arabes !

Honneur aux martyrs et aux peuples en luttes !

Ensemble camarades nous vaincrons et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons.

À vous tous, Camarades, mes plus chaleureuses salutations révolutionnaires.


Votre Camarade, Georges Ibrahim Abdallah

Vendredi 14 décembre 2012

http://jeunes-communistes62.over-blog.net/

Publié dans LIBAN

Partager cet article

Repost 0