Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ITALIE : LA " FEDERATION DE LA GAUCHE " EXPLOSE SUR FOND DE RECOMPOSITION POLITICIENNE ET DE SOUTIEN A LA FUTURE " GAUCHE " PLURIELLE

Publié le par Tourtaux

fdsLa « Fédération de la gauche » explose en Italie sur fond de recomposition politicienne et de soutien à la future gauche plurielle

 Article AC pour http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/


 

 

Vingt ans après la liquidation du PCI, ce parti que Pasolini qualifait d'« île de probité dans un océan de saleté », toute la saleté de la vie politique italienne qui refait surface.


 

Après la tragédie, la farce. La tragédie sociale, c'est la politique de « rigueur » menée par l'ex-commissaire européen et conseiller de Goldman Sachs, Mario Monti.


 

Le « dictateur » romain imposé par Bruxelles a bénéficié pendant un an du soutien sans failles au Parlement du centre-gauche comme de la droite pour mener sa politique impopulaire : relèvement de l'âge de la retraite, coupes dans les budgets publics, austérité salariale.


 

Après sa démission, c'est le retour du bal des hypocrites. Dans une farce politique où l’humoriste populiste Beppe Grillo, devenu une drôle d'alternative au consensus dominant avec ses positions aux relents de qualunquisme (NdT : équivalent du poujadisme en Italie) n'est pas le seul comique en lice.


 

A droite, avec la croisade de Berlusconi pour « sauver l'Italie » des griffes de la bureaucratie bruxelloise. Celui qui a accepté de se soumettre au diktat de Bruxelles il y a un an a du mal à cacher sa complaisance de fond : il a même proposé de retirer sa candidature si Monti prenait la tête d'une « coalition des modérés ».


 

La mise en scène européenne, entre louanges pour Monti et opprobre pour Berlusconi ne trompe personne. Construire une légitimité au futur gouvernement de centre-gauche, tout en renforçant la future opposition de droite, menée par les néo-fascistes plus que par Berlusconi.


 

A gauche, les primaires à l'américaine du PD ont atteint des sommets. L'ancien liquidateur du PCI, privatiseur de l'ENEL (EDF italien) en 1999, Pier-Luigi Bersani a pu s'appuyer sur la droitisation de son parti.


 

Avec comme aile-droite l'épouvantail que représente le « Tony Blair italien », le jeune maire de Florence, Matteo Renzi. Moderne, pour le « mariage pour tous »... mais aussi pour les coupes dans les dépenses publiques, les exonérations fiscales pour les entreprises, la libéralisation du marché du travail. Il a récemment soutenu le patron de FIAT dans sa guerre d'intimidation contre ses ouvriers.


 

Et comme caution de gauche, l'ex-liquidateur de Refondation communiste, Nichi Vendola.


 

Le président des Pouilles, chouchou des médias, espoir de la gauche radicale, a créé un parti à la mesure de sa mégalomanie (« Gauche, écologie et libertés »), avec même des organisations locales constituées autour de sa personnalité (« les usines de Nichi ») pour les dernières élections régionales.


 

L'éclectisme de ses positions laisse pantois : catholique fervent, admirateur de Jean-Paul II mais partisan du « mariage gay » ; européiste animé par le projet d'Adenauer et Monnet et sioniste patenté ; critique de l'ultra-libéralisme mais défenseur de réformes libérales dans sa région, vantées par la patronne du MEDEF italien, Emma Marcecaglia : « Vendola est le meilleur gouverneur d'Italie du sud, sa région des Pouilles est la mieux gérée ».


 

Quant à son passé de communiste, Vendola fait le choix du repenti : « Je ne me définis plus comme un communiste. Le communiste était une question merveilleuse mais ce fut aussi une terrible réponse. Ce fut un grand rêve et un cauchemar horrible. Je n'ai aucune tolérance pour le cauchemar, une idéologie qui a produit les goulags ».


 

Face à cet épouvantail à droite et ce rabatteur à gauche, Bersani n'a guère eu de mal à se faire élire comme candidat du centre-gauche aux futures législatives.


 

Quant à son programme économique, il continuera l'oeuvre de Monti :« nous avons beaucoup plus aidé le gouvernement Monti que vous ne le pensez, nous avons servi de tampon sur les questions sociales » confiait-il au Wall Street Journal au début du mois.

 

Et il s'inscrit par ailleurs dans l'esprit de celui de l'ultra-libéral Renzi auquel il a même reproché... d'avoir copié son programme. Tout un programme !


 

Et les communistes dans tout cela?


 

Que proposent le Parti des communistes italiens (PdCI) et Refondation communiste (PRC) – insérés depuis 2008 dans la Fédération de la gauche – face à ce système verrouillé et mis en scène par l'idéologie dominante ? Plutôt que de prendre leurs distances, ils y rentrent pleinement et alimentent la droitisation de la vie politique.


 

Le PdCI a choisi de rentrer dans la primaire, soutenant Vendola au premier tour puis Bersani au second. Comme justification apportée, la volonté de « ramener les communistes au Parlement, de reconstruire des chemins unitaires à gauche et mettre fin au berluconisme et au montisme avec une nouvelle alliance de centre-gauche pour une autre Europe ».


 

Face à cette participation à une nouvelle « gauche plurielle » à l'Italienne comme en 1998 et en 2006 sous Romano Prodi, Refondation communiste (RC) semble garder une posture de radicalité mais pour proposer un projet de recomposition plus large : la création d'une nouvelle formation politique à gauche.


 

Prenant exemple sur Izquierda Unida en Espagne, die Linke en Allemagne, le Front de gauche en France, RC propose une « nouvelle formation qui réunisse tous ceux à la gauche du PD : de di Pietro aux mouvements pour l'environnement. Le PD a fait disparaître le mot 'gauche'. Il faut créer une nouvelle chose de gauche pour partir sur un New Deal en Italie ».


 

Dans sa proposition de « Quatrième pôle », RC propose une alliance avec Nichi Vendola, le juge de droite Di Pietro (l'Eva Joly italien)... qui ont pourtant déjà accepté de rentrer dans la future gauche plurielle menée par le PD !


 

Derrière ces deux projets de recomposition, contradictoires en apparence (« identité communiste » pour négocier des postes au PD vs « pôle de radicalité » pour canaliser in fine vers le PD), c'est le fiasco de la Fédération de la gauche (FdS) qui éclate au grand jour.


 

Rappelons qu'en 2008, un tout autre projet politique était porté par les bases militantes du PdCI et de Refondation communiste : celui de l'unité des communistes pour reconstruire un nouveau Parti communiste italien.


 

Après quinze ans de dérive liquidatrice au sein de Refondation communiste, avec l'équipe Bertinotti-Vendola, le projet d'un parti de « gauche » unique, la Gauche arc-en-ciel, conduisait à un échec historique aux élections de 2008 : 3% et l'expulsion des communistes du parlement.


 

Les militants de Refondation communiste avaient alors renversé la direction liquidatrice, tandis qu'au PdCI les bases militantes forçaient la direction à faire un retour auto-critique sur le soutien passé aux gouvernements de centre-gauche et à envisager de relancer l'unité des communistes.


 

Ce formidable élan pour l'unité des communistes a ensuite été récupéré par des franges liquidatrices au sein des deux partis, sous l'égide du PGE, pour le rabattre vers la création d'une force de gauche non-communiste, proposant des solutions compatibles avec la social-démocratie.


 

Quatre ans après, si cette nouvelle mouture du projet liquidateur est en train d'exploser sous le poids de ses propres contradictions, hélas les conditions pour la renaissance d'un véritable mouvement communiste en Italie semblent compromises. Le rapport de force de 2008 anéanti.


 

En réalité, le projet liquidateur du PGE en Italie, en échec sur sa capacité à construire autre chose n'est en réussite que sur un point : détruire ce qu'il reste de l'organisation communiste en Italie, empêcher toute reconstruction.

 


Samedi 22 décembre 2012

Publié dans Politique

Partager cet article

Repost 0

DES GUIGNOLS DE LA POLITIQUE QUI N'AMUSENT PAS LA GALERIE, ACCENTUENT DAVANTAGE LE DIVORCE DEJA CONSOMME DE LA CLASSE OUVRIERE AVEC LA POLITIQUE POLITICIENNE !

Publié le par Tourtaux

 

Tapie: «Montebourg a travaillé à mort pour m'empêcher d'avoir La Provence»

Médiasamedi 22 décembre 2012

Invité du journal de 20 heures de France 2, vendredi, Bernard Tapie a assuré qu’il n’avait « plus envie d’être élu ». Le nouveau patron des journaux du Sud a aussi violemment attaqué le cabinet d’Arnaud Montebourg et le plus haut sommet de l’Etat. Faux a répliqué le ministre peu après dans un communiqué.

 

Bernard Tapie candidat à la mairie de Marseille ? La rumeur a pris du poids depuis l’annonce du rachat, par l’homme d’affaires, des journaux du pôle sud du groupe Hersant, dont La Provence, le quotidien marseillais.

 

« Plus envie d’être élu »

 

Mais vendredi soir, Bernard Tapie a dit avoir renoncé à ses ambitions politiques. « Je n’ai plus envie d’être élu, a-t-il affirmé sur France 2. Parce que d’abord, il n’y a rien qui dit que je le serais. Le rôle qu’on peut jouer dans la presse locale au service des populations est largement aussi important que ce qu’on peut faire en étant un élu. »

 

« Si j’étais intéressé pour faire de la politique à Marseille, il y avait moins cher », a-t-il argumenté, à propos du « plus risqué des deals » de sa carrière.

 

« Ce projet-là, c’est comme tous les autres, on est venu me le proposer. D’un coup, je me suis rendu compte que ça pouvait être formidable parce que ça touche à la fois le sport, la culture, la politique, la culture, le social. Bref, c’est tout ce que j’aime. »

 

« Ils ont peur »

 

Bernard Tapie a ensuite reproché à Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, d’avoir voulu l’empêcher de racheter les journaux du Sud. « Tout le cabinet Montebourg a travaillé à mort pour empêcher cette initiative d’aboutir. »

 

L’Élysée aurait-il fait pression pour empêcher le rachat ? « On le dit. Et, franchement, on a de bonnes raisons de le croire. C’est très inquiétant », a-t-il lancé, dénonçant des « motifs minables ».

 

Selon Bernard Tapie, « tout l’appareil de l’Etat » s’est mis « en travers simplement parce qu’ils ont peur que je devienne un candidat à la mairie de Marseille ».

 

«Aucun traitement de faveur ou de défaveur de la part de la République»

 

Faux a répondu le ministre du Redressement productif, quelques minutes plus tard. «l'offre de l'alliance Tapie-Hersant n'a bénéficié d'aucun traitement de faveur ou de défaveur de la part de la République. Le ministère du Redressement productif t et le CIRI (Comité interministériel de restructuration industrielle, ndlr) ont travaillé, comme toujours et conformément à sa déontologie avec beaucoup de sérieux au côté des différents repreneurs en compétition», a déclaré M. Montebourg dans un communiqué.

«En l'espèce, l'offre de l'alliance Tapie-Hersant n'a bénéficié d'aucun traitement de faveur ou de défaveur de la part de la République», a-t-il poursuivi. «Il n'existe aucune loi qui instituerait le privilège de préférence par avance et de principe en faveur de Monsieur Bernard Tapie», ajoute le communiqué.

 

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Tapie-Montebourg-a-travaille-a-mort-pour-m-empecher-d-avoir-La-Provence_6346-2146773-fils-tous_filDMA.Htm

Publié dans Politique

Partager cet article

Repost 0

ITALIE : MONTI DEMISSIONNE !

Publié le par Tourtaux

Italie: le Premier ministre présente sa démission
2012-12-22 13:51:45 xinhua
Le Premier ministre italien Mario monti a démission vendredi après que le Parlement ait approuvé le loi de budget 2013.

Ayant perdu le soutien début décembre du parti de centre-droite, le Peuple de la Liberté (PDL), le premier groupe au Parlement, Monti avait promis de démissionner après l'approbation du budget 2013 par le Parlement.

Monti a présenté vendredi sa démission au président Giorgio Napolitano, qui doit appeler aux élections législatives dans les 70 jours après la dissolution du Parlement, probablement le 24 février.

Monti, un économiste de 60 ans et ancien commissaire européen, avait été nommé Premier ministre d'un gouvernement de technocrates il y a un ans après la démission du son prédécesseur Silvio Berlusconi sur fond d'une aggravation de la crise de la dette.

La politique de l'austérité menée par le gouvernement de Monti, dont la hausse des impôts et la coupe des dépenses sur le bien-être a permis à l'Italie, en récession, de regagner sa crédibilité internationale et d'obtenir des prêts à bas intérêt pour rembourser sa dette.

 

http://french.cri.cn/621/2012/12/22/103s306753.htm

Publié dans Politique

Partager cet article

Repost 0

COMMUNIQUE DE LA CGT : LES SALARIES DES TPE PLACENT LA CGT TRES LARGEMENT EN TETE AVEC 29,54% DES VOIX ET 465 756 VOTANTS

Publié le par Tourtaux

Reçu des camarades de l'Union Locale CGT de Tourcoing

Dans la région Nord, le score de la CGT est au-dessus de la moyenne nationale (32,38%)

Un encouragement à poursuivre dans la voie qui est la nôtre : refuser tout recul en arrière, gagner de nouveaux combats

Un résultat qui est aussi celui de toutes celles et tous ceux qui, dans les entreprises, les UL, et dans la rue, montrent l'exemple de la combativité en dépit des obstacles que le patronat et les gouvernements successifs mettent sur leur route.

La lutte des classes nous concerne toutes et tous, quel que soit notre statut.

Union Locale CGT de Tourcoing et environs
43 rue de Lille 59200 TOURCOING
Tél./Fax : 03 20 24 48 34

Les salariés des TPE placent la Cgt très largement en tête 29.54% des voix et 465 756 votants

21 décembre 2012

Avec un résultat de 29,54%, la Cgt arrive très largement en tête du premier scrutin de représentativité dans les très petites entreprises. Scrutin où 465 756 électeurs et électrices se sont exprimé-e-s malgré les innombrables obstacles.


La Cgt remercie les salarié-e-s qui ont porté leur choix sur la Cgt. Ce résultat vient après d’autres signes forts quand à la place majeure occupée par la Cgt dans le paysage social. La deuxième organisation syndicale recueille quant à elle 19,26% et la troisième organisation recueille 15,25%.


Le résultat obtenu donne encore plus de poids à ceux qui n’acceptent pas une régression sociale majeure dans la négociation sur l’emploi en cours.


Dans les conventions collectives et au niveau national interprofessionnelle, ce résultat renforce la place de la Cgt. Il donne du poids aux exigences portées par les salarié-e-s des TPE et renforce leur volonté d’obtenir à l’avenir de véritables lieux de négociations avec des élu-e-s pour les représenter.


Au cours de plusieurs mois de campagne, la Cgt dans les territoires et avec ses organisations professionnelles a tissé de nombreux liens avec des milliers de salarié-e-s des TPE qui lui ont réservé un accueil très favorable.


La Cgt entend poursuivre cet effort au-delà de l’élection et créer les conditions pour que le syndicalisme et la négociation collective prennent toute leur place auprès de ces salarié-e-s.

Forts de ce résultat, les salarié-e-s peuvent compter sur la présence de la Cgt pour agir avec eux en faveur de nouvelles conquêtes sociales. Elle les appelle aussi à prendre toute leur place dans cette mobilisation en rejoignant massivement la Cgt.


Montreuil, le 21 décembre 2012


http://www.tpe2012.cgt.fr/Les-salaries-des-TPE-placent-la.html

Publié dans Lutte des classes

Partager cet article

Repost 0

GILLES MUNIER : PREPARATIFS DE GUERRE EN ISRAËL ET A LA FRONTIERE TURCO-SYRIENNE

Publié le par Tourtaux

 

Préparatifs de guerre en Israël et à la frontière turco-syrienne

Les six batteries de missiles Patriot installées par l’Otan à la frontière turco-syrienne seront opérationnelles fin janvier 2013. Des observateurs s’interrogent sur leur utilité ; l’un d’eux – spécialiste de la théorie du guidage et pilotage des missiles – nous a adressé le message qui suit :
« La désinformation bat son plein concernant les missiles installés en Turquie. D’abord, les Patriot sont des missiles anti-missiles et non pas des armes offensives. Ensuite, pour peu que l’on connaisse la théorie des missiles guidés, on sait qu’il est plus aisé de toucher un autre missile ou un avion en disposant d’un vaste espace de manœuvre, car le tirer par l’arrière augmente considérablement la chance de l’abattre. Or cette double nécessité est difficile à réaliser par Israël du fait de l’exiguïté de son territoire. La profondeur qu’accorde l’implantation de ces missiles en Turquie pourrait, plus concrètement, protéger Israël des tirs de missiles à moyenne et longue portée. 
On comprend donc, après l’échec du « dôme de fer » israélien dans l’attaque contre Gaza, que l’on cherche à protéger Israël, depuis la Turquie, des tirs à longue ou moyenne portée qu’ils viennent de Gaza, de Syrie ou d’Iran. En revanche, l’impact sur les violences en Syrie, se limite à être un système contre l’aviation syrienne dans ses attaques contre les rebelles ».
Cette analyse est à rapprocher de deux informations dont les médias français ont peu ou pas parlé : la livraison par les Etats-Unis à Tel Aviv, début décembre, d’un nombre important de bombes à haute capacité de pénétration, et surtout la construction en Israël par l’armée américaine d’un bien étrange bunker.

 

Obama tient sa promesse


On sait que Benjamin Netanyhou avait reporté son projet d’attaque de l’Iran à 2013 pour complaire à Barack Obama en campagne présidentielle… à condition que les Etats-Unis
livrent à Israël des « Bunkers buster », c’est-à-dire des bombes anti-abris souterrains, en particulier des MOP (Massive Ordnance Penetrator) pouvant percer 20 mètres de béton armé.
Rien ne dit que le premier ministre israélien mettra sa menace à exécution si le Likoud l’emporte aux législatives de février prochain, mais Obama a tenu sa promesse (1) et cela ne présage rien de bon.
Depuis la semaine dernière, l’armée israélienne a reçu 10 000 bombes supplémentaires, parmi lesquelles 1 725 BLU-109 capables de détruire des cibles à 70 mètres de profondeur, et 3 450 GBU-39 dites « intelligentes ». Le dard de cette dernière est un mélange d’uranium appauvri et d’uranium enrichi – hautement toxique pour l’environnement – qui perce plus de 2 mètres de béton armé.
Bien que la demande de Netanyahou date de septembre dernier, cette livraison d’armes, de kits de guidage et de munitions, est présentée comme une opération de réapprovisionnement des stocks de l’armée israélienne dégarnis par l’opération « Pilier de Défense » du 14 au 20 novembre contre Gaza (2). Pour l’instant, on ne sait pas si des bombes MOP en font partie.

 

Le mystérieux « site 911 »


La construction prochaine d’un super bunker, curieusement baptisé « site 911 », a été dévoilée par Walter Pincus, journaliste respecté du Washington Post, spécialiste des questions de sécurité (3). Bien que la collecte d’informations sur ce projet soit interdite, il a révélé que les travaux, estimés à 100 millions de $, seront supervisés par le Corps des ingénieurs de l’armée américaine et devraient être achevés dans deux ans. L’emploi sur le chantier d’ouvriers palestiniens y sera interdit et les lieux gardés par des Israéliens « ayant de l’expérience dans l’armée de l’air israélienne ».
La description succincte du bunker et son luxe laissent penser qu’il est réservé au haut commandement politico-militaire. Le cabinet d’architectes Ada Karmi-Melamede, célèbre en Israël, participe à sa conception au plan esthétique, notamment dans le choix des pierres ornant ses pièces. A l’intérieur, chaque encadrement de porte aura sa mezouza, un boîtier en aluminium contenant un parchemin de cuir où sont inscrits des versets de la Torah en hébreu, non effaçables.
Walter Pincus a interrogé le Pentagone sur le but du « site 911 ». On lui a répondu de s’adresser au ministère israélien de la Défense. Tout ce qu’il sait, c’est que la construction d’un bunker du même genre est à l’étude et qu’il sera également l’œuvre des Etats-Unis. A croire que l’Armageddon – bataille finale entre le Bien et le Mal, selon l’Ancien Testament – est proche… du moins dans l’esprit de la nomenklatura sioniste nantie !

………………………….
(1) Israel Is Set To Receive 5,000 US Bunker Buster Bombs After Delaying Its Attack On Iran, par Michael Kelley (Business insider – 13/12/12)
http://www.businessinsider.com/the-us-sale-of-5000-bunker-buster-bombs-to-israel-israel-bunker-busters-in-exchange-for-not-striking-iran-2012-12?0=defense
(2) Gaza: Le “Gott mit uns” d’Israël, par Gilles Munier
http://www.france-irak-actualite.com/article-gaza-le-gott-mit-uns-d-israel-112696643.html
(3) U.S. overseeing mysterious construction project in Israel, par Walter Pincus (Washington Post – 29/11/12)
http://www.washingtonpost.com/world/national-security/us-overseeing-mysterious-construction-project-in-israel/2012/11/28/e5682d8e-38b6-11e2-a263-f0ebffed2f15_story.html

Gilles Munier

Source:cherif.dailybarid

 

http://www.afriquedemocratie.net/preparatifs-de-guerre-en-israel-et-a-la-frontiere-turco-syrienne.html

Publié dans Israël

Partager cet article

Repost 0