Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

POUR QUI CROIT ENCORE AU PERE NOËL : "LA SYRIE N'EST PAS LE MALI ET LE PROCHE ORIENT N'EST PAS L'AFRIQUE"

Publié le par Tourtaux

mardi, 11 juin 2013 01:10

« La Syrie n'est pas le Mali et le Proche orient n'est pas l'Afrique»

« La Syrie n'est pas le Mali et le Proche orient n'est pas l'Afrique»

IRIB- 1 - Professeur Shanda Tonme, depuis bientôt trois semaines, la France mais aussi le Royaume uni, annoncent qu'ils détiennent des preuves irréfutables de l'usage des armes chimiques par le régime de Bachar El Assad dans sa guerre contre les rebelles en Syrie, qu'en dites vous?


 
D'abord, il est important de souligner, qu'il s'agit d'une annonce de la France et du Royaume uni, deux pays pratiquement engagés sur le terrain dans cette guerre. Ensuite, il faut bien situer ce que l'on appelle preuves irréfutables. De quoi est-il finalement question, si l'on se souvient que ces deux pays ont depuis longtemps, agité la surenchère en Syrie? Dans le contexte actuel, il faudrait être d'une naïveté troublante, pour se ranger aux positions de ces deux compères.
 
2 - Voulez-vous dire que ce sont de simples déclarations de complaisance, au que cas ce serait quand grave non?
 
Ecoutez, quand on veut tuer son chien, on l'accuse de rage. La France et le Royaume uni comme je vous le dis, sont dans une logique de guerre immédiate, destructrice et finale en Syrie. Il est très regrettable, que l'expérience amère de l'Irak, ne leur ait pas du tout servi de leçon. Les Etats unis qui en savent quelque chose, se sont abstenus d'embrasser cette logique. Les souvenirs des mensonges de la veille de la guerre en Irak sont encore vivaces dans tous les esprits aux Etats Unis. Les sondages montrent que plus de 80% des Américains ne souhaitent pas voir leur pays s'engager dans une guerre en Syrie. Les batteries de missiles intercepteurs déployés en Turquie, en Israël et en Jordanie, sont déjà assez. Sachez également que plusieurs cercles américains avisés en politique étrangère, estiment que la sécurité d'Israël serait plus menacée si la Syrie s'installe dans le désordre comme en Irak.
 
3 - Vous parlez des Etats Unis, est-ce pour dire qu'ils seraient devenus plus sage avec OBAMA à la Maison Blanche?
 
La position américaine n'a rien d'une personnalisation par rapport à Obama à la Maison Blanche. C'est ce que l'on appelle la realpolitik. François Hollande est complètement sur une autre planète, celle d'un chauvinisme jusqu'auboutiste et radicalement atlantiste qui a toujours caractérisé les socialistes en France. Il est en totale perte de vitesse et mélange tout sur le plan diplomatique.
 
4 - Revenons franchement sur ces armes chimiques. Vous dites donc que tout cela c'est du mensonge?
 
Je suis tout à fait certain que c'est du mensonge, et si jamais il y avait quelques traces ou échantillons de quoi que ce soit de cette nature, le gaz sarin come on le dit, cela proviendrait d'un pitoyable montage des agents infiltrés par les services spéciaux des pays qui crient à la détention des preuves. Il faut savoir que la France, les Etat Unis, le Royaume uni, disposent de personnels combattants sur place en Syrie. Ce n'est même plus un secret puisque François Hollande l'avait reconnu publiquement. En Syrie c'est finalement tous les pays de l'OTAN qui sont engagés, avec armes et bagages.
 
5 - Comment expliquez-vous un tel engagement?
 
IL faut simplement comprendre que c'est l'application têtue d'une vieille planification stratégique dont la finalité vise à éliminer tout nationalisme arabe, à contrôler librement toutes les ressources énergétiques de la région, et laisser les mains libres à Israël.  Mais en réalité, c'est une fausse route. La destruction de l'Irak a crée un phénomène inverse, l'insécurité totale dans le pays, et la mise en danger, de tous les pays voisins. Lorsque le régime de Bush lançait la guerre en Irak en mars 2003, il était convaincu de réaliser un vieux rêve des stratèges américains. Plus de dix ans plus tard et plus de cinq mille soldats américains tués, l'affaire a tourné à la honte, à la catastrophe. Ni Israël ni personne d'autre, n'a intérêt à voir une région dominée par des centaines de fous anarchistes et incontrôlés.
 
6 - Comment expliquez-vous la prise de position d'un journal sérieux comme "Le Monde", dont deux journalistes ont remis des échantillons au gouvernement français pour analyse concernant l'utilisation des gaz?
 
C'est une véritable incompréhension. Je me trouvais à Paris lorsque le journal a publié le reportage de ces journalistes qui disaient avoir séjourné plusieurs mois en Syrie auprès des rebelles. J'avoue que je n'y ai rien compris non plus, et la plupart des lecteurs sont restés interloqués. En fait, cette démarche a tué la crédibilité et l'indépendance du journal. Personne ne pouvait accorder un quelconque crédit à ce reportage. D'ailleurs, la rédaction du "Monde" a essayé les jours suivants de se défendre, de justifier, mais le mal était déjà fait et l'histoire retiendra. En fait, c'est le mauvais lobby pro israélien qui a fourvoyé le journal. Et puis, ces journalistes en mal de publicité qui cherchent à obtenir des prix par tous les moyens, y compris par le mensonge. Cette fois, c'est franchement raté.
 
7 - Quelle est votre position quand la France demande une action internationale en Syrie, en s'appuyant sur l'existence des armes chimiques.
 
Il ne faut tout de même pas que Hollande se trompe sur sa place et la place de son pays dans le concert des nations. La Syrie n'est pas le Mali et le Proche orient n'est pas l'Afrique. Sur la gestion stratégique des articulations militaires et diplomatiques dans cette région, la voix de la France ne compte pas du tout. Hollande devrait le savoir, et s'il ne le sait pas, il existe des spécialistes en France qui peuvent le lui rappeler. D'ailleurs, Washington et Moscou n'y ont prêté aucune attention. On ne se précipite pas dans un baril de poudre, ce que représente cette région, comme on se balade au milieu de quelques cocotiers ou de quelques étendues de zones arides, ce qu'est l'Afrique. Les enjeux là-bas sont autrement plus complexes et plus délicats. Hollande et Fabius ont été trompés par la déclaration d'Obama qui disait que les armes chimiques constituaient une ligne rouge à ne pas franchir. Ils ont cru qu'en criant au voleur, au voleur, les armes chimiques, les armes chimiques, ils allaient décider Washington à lancer la guerre en Syrie. Ils ont été floués comme des gamins.
 
8 - A votre avis, quelle pourrait donc être la provenance des échantillons?
                                                                                                                           
C'est vous qui insistez sur les échantillons. Je vous déconseille de continuer à suivre ces menteurs sans foi ni loi. Souvenez-vous du pauvre Collins Powell devant le conseil de sécurité en train de montrer une carte sensée représenter les bases de stockage des armes de destruction massive en Irak. Ce souvenir a tué sa conscience et l'a contraint à un silence total.  Si la honte pouvait tuer quelqu'un, il en serait mort depuis. Nous sommes dans le même cas de figure. Et puis, souvenez-vous que c'est le régime de Damas qui le premier, avait découvert que les rebelles avaient fait usage des armes chimiques. IL est probable que les services occidentaux aient manipulé ces produits sur place, avec l'intention d'incriminer les forces armées régulières.
 
9 - Croyez-vous à une chance pour la conférence internationale que l'on annonce à Genève pour le mois de Juillet?
 
Ce sera très difficile de sortir du bourbier syrien avec les mauvaises intentions dont font preuve les occidentaux. Tous les bruits sur la découverte des armes chimiques tombent maintenant, selon deux situations précises: La première c'est effectivement la perspective de cette conférence, et la deuxième c'est la défaite sur le terrain, des rebelles, les supposés révolutionnaires et leurs soutiens. C'est d'ailleurs ici qu'il faut voir le jeu complice des journalistes du "Monde". Ils ont été entièrement associés à la planification  des événements au sens négatif du terme. Maintenant que la conférence approche, on veut la transformer en un forum pour accuser Damas et exiger le départ automatique de Assad. En plus, voyant les supposés rebelles se déchirer et tomber en désuétude, on ne parle plus que d'aller en guerre en Syrie. Mais qui le ferait, avec la crise économique qui secoue le monde occidental en ce moment? Ce sont finalement de piètres stratèges ces gens là. S'il y a une chose dont je peux vous assurer, c'est que la continuité de la guerre froide par d'autres moyens, par d'autres voies et avec d'autres termes de référence, ne sauraient aboutir aux mêmes résultats que ceux des années 1980-1990 qui ont entraîné la désintégration de l'ex URSS, du pacte de Varsovie, et une complète restructuration des rapports des forces stratégiques planétaires./.
 
 
Entretien réalisé à Douala, le 06 Juin 2013 pour Le Messager

Cameroonvoice

 

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/260759-%C2%AB-la-syrie-n-est-pas-le-mali-et-le-proche-orient-n-est-pas-l-afrique%C2%BB

Publié dans Syrie

Partager cet article

Repost 0

SYRIE : 30 000 TONNES DE PETROLE ALGERIEN VIENNENT D'ARRIVER A TARTOUS

Publié le par Tourtaux

mardi, 11 juin 2013 13:43

Une grande cargaison de pétrole algérien arrive à Tartous!

Une grande cargaison de pétrole algérien arrive à Tartous!

IRIB-un pétrolier transportant 30000 tonnes de pétrole et de gazole algérien a accosté au port syrien de Tartous . il s'agit d'un convoi envoyé par le gouvernement algérien dans le cadre des aides destinées à la population syrienne. à Idleb un assaut terroriste contre un complexe résidentiel de l'armée nationale a été repoussé. plusieurs explosions ont retenti à la suite des accrochages . des terroristes ont subi des pertes et un véhicule doté de Doshka a été détruit. les terroristes ont utilisé au cours de cette attaque de l'artillerie lourde et des roquettes!
http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/260832-une-grande-cargaison-de-p%C3%A9trole-alg%C3%A9rien-arrive-%C3%A0-tartous

Publié dans Syrie

Partager cet article

Repost 0

HENRY KISSINGER MET EN GARDE LES USA CONTRE LES CONSEQUENCES D'UN ENGAGEMENT MILITAIRE US EN SYRIE

Publié le par Tourtaux

mardi, 11 juin 2013 05:40

Syrie : quand Kissinger s'inquiète

Syrie : quand Kissinger s'inquiète  
IRIB- l'ex secrétaire d'état us , Henry Kissinger met en garde contre les conséquences d'un engagement militaire de Washington en Syrie :
" les Américains n'ont plus aucun appétit pour davantage de guerre , ce qui rend difficile le choix d'un engagement militaire en Syrie. si cette guerre a lieu, cela ne fera que provoquer la fissure au sein même de la société américaine . les autorités devront expliquer à l'opinion américaine et de façon claire quels sont les objectifs d'une intervention militaire contre la Syrie . les Etats Unis ne doivent pas s'impliquer dans un dossier dont ils ne connaissent pas l'issue ni le comment de sa gestion"
http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/260778-syrie-quand-kissinger-s-inqui%C3%A8te

Publié dans Syrie

Partager cet article

Repost 0

POUR EN FINIR AVEC L'HYPOCRISIE A L'ENCONTRE DU HEZBOLLAH

Publié le par Tourtaux

Par Rim al-Khatib

Depuis près de deux semaines, soit depuis que le secrétaire général du Hezbollah, sayyid Hassan Nasrullah, a déclaré que la résistance islamique participera à la guerre en Syrie, et plus précisément dans la région syrienne frontalière de la Bekaa, le Hezbollah ne serait plus qu’une « officine iranienne », qui exécute l’agenda iranien dans la région, tout comme il ne serait plus un parti de résistance, mais juste une milice, shi’ite de surcroît, utilisée pour combattre les sunnites syriens, et même le sunnisme en général. La lutte contre l’ennemi sioniste n’aurait été qu’un épisode accidentel dans le parcours de ce parti. Ces mêmes voix s’indignent de ce qu’ils considèrent comme une « intervention étrangère » dans le conflit syrien, qui risque semble-t-il, d’élargir le champ du conflit vers le Liban et la région.


C’est grosso modo ce qu’on peut lire dans certains articles, certaines lettres et déclarations de musulmans, arabes et non arabes, ou même de non musulmans, arabes ou non arabes.  Une large propagande est lancée, surtout après le discours du sayyid le 25 mai dernier, pour discréditer le Hezbollah, devenu, surtout après la résistance contre la guerre criminelle sioniste, un des principaux mouvements de résistance  au sionisme et son allié, l’impérialisme.

Lors de son discours, sayyid Nasrullah a bien expliqué le pourquoi de son intervention et la limite de celle-ci, disant qu’il s’avère de plus en plus, avec le développement du conflit syrien, que c’est la résistance islamique qui est visée, le but étant d’anéantir tout ce qui peut représenter une résistance au sionisme et à l’impérialisme dans la région. Ce qui oblige la résistance à protéger son existence. D’autre part, les bandes armées rebelles ne cessent, depuis plus d’un an, de bombarder des villages frontaliers et les quelques villages syriens frontaliers habités depuis des décennies par des Libanais, sont la cible de ces bandes armées. Ni l’Etat libanais, ni l’armée libanaise, ne protègent ces villages et villageois. Ce qui a nécessité l’intervention du Hezbollah.

Ce discours n’a été ni entendu, ni compris par ceux qui ne veulent ni entendre, ni comprendre car il est vrai qu’à un certain stade, on ferme les yeux et on se bouche les oreilles, pour ne pas avoir à réfléchir, à hésiter, à peser les choses, étant donné la complexité et les enjeux de la situation.

Dès le début de la crise syrienne, dès les premières manifestations, avant même que le Hezbollah ne prenne position ou se prononce, des manifestants ont levé des pancartes hostiles au parti et lancé des slogans contre l’Iran et le Hezbollah. Ce qui ne s’était passé ni en Egypte, ni en Tunisie, à ma connaissance. Ce fut un signe avant-coureur, pas plus. Mais quelques mois après, des dizaines, puis des centaines, puis des milliers de musulmans venus d’Europe (France, Grande-Bretagne, Belgique et Allemagne entre autres) et de pays arabes (Tunisie, Libye, Yémen, Arabie saoudite, Qatar, Egypte, et Liban, entre autres) et musulmans (Tchétchénie, Caucase, Turquie entre autres) ont débarqué pour lutter, non seulement contre le régime syrien, mais contre le peuple syrien et la Syrie en tant que pays arabe, pour instaurer un émirat islamique. Les déclarations d’un ministre britannique craignant le retour au pays de ces « combattants » expérimentés, la crainte des pouvoirs tunisiens et les négociations entre la Tunisie révolutionnaire et le régime syrien pour le rapatriement de ces « égarés », qui ont abandonné familles, femmes et enfants parfois, répondant à l’appel de quelques « illuminés », ont été ignorés. Et les Tchétchènes, pardi ! Ils sont également en Syrie, pour combattre « au nom de Dieu » tout le tissu social syrien, où chrétiens et musulmans, kurdes et arabes, forgé depuis des millénaires sur la terre syrienne. Les Tchétchènes kidnappent deux dignitaires religieux chrétiens à Alep, mais qui s’en émeut ? Une dizaine de Libanais sont otages depuis plus d’un an d’un groupe armé, et sont devenus un enjeu politique inter-libanais et inter-régional, la Turquie et le Qatar, Saad Hariri et ses amis fixent les enchères de leur remise en liberté, pendant qu’al-Jazeera (la chaîne qatarie) s’amuse à jouer les intermédiaires. De quelle « révolution » parlons-nous ? Depuis quand le peuple syrien porte-t-il ces « valeurs » barbares ?

Tout ce « beau monde » ne peut être pris pour une  « intervention étrangère », seul le Hezbollah l’est. L’intervention politique et médiatique, l’envoi de matériel militaire et d’équipements sophistiqués,  l’envoi des services de renseignements, souvent par journalistes interposés, par les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Turquie, le Qatar, l’Arabie saoudite ne sont pas des « interventions étrangères », seule la présence de combattants du Hezbollah l’est ! Et sans parler du financement de ces rebelles !!!

Les hôpitaux de terrain ouverts dans la ville de Tripoli au nord, pour accueillir les combattants blessés, syriens et autres, le retour des cercueils de « combattants » libanais, enrôlés pour cette guerre, il y a plusieurs mois, les multiples accrochages à la frontière entre l’armée syrienne et les bandes armées venant du Liban, comprenant d’ailleurs toutes sortes de nationalités, tout cela ne peut être considéré comme une participation du Liban à la guerre en Syrie, l’aéroport et les ports d’où débarquent des centaines d’étrangers, avant de se rendre en Syrie, n’est pas une intervention du Liban dans la guerre en Syrie. Il a juste suffi que le Hezbollah annonce qu’il mènera une bataille précise, en expliquant pourquoi, pour que les médias, les politiques, la Ligue arabe, les Etats-Unis et l’ONU se déclarent effarés et crient « au loup » ! puisque le Hezbollah serait en train, d’après eux, d’entraîner le Liban dans le conflit syrien, comme s’il n’y était pas, en plein, depuis le commencement. Que les Libanais le disent, cela fait partie du jeu politique, où toute déclaration peut être comprise à dix niveaux différents. Mais que la Ligue arabe, l’ONU, et toute la clique nauséabonde de l’impérialisme se mette à pérorer sur la participation du Hezbollah ! L’hypocrisie est à son comble !

Dès le début du conflit syrien, les groupes armés venus de plusieurs régions du monde participent à une guerre contre la Syrie et son peuple ! L’opposition politique, qu’elle soit interne ou externe, ne contrôle rien et n’a aucune prise sur la situation. Certes, il y a une opposition financée par le Qatar et soutenue par la France, qui aboie et menace, qui encourage les rebelles armés mais s’en désolidarise lorsqu’il faut présenter ses lettres de créances à l’Union européenne, afin de recevoir des armes et des sous. C’est cette opposition qui applique les directives du sheikh sénile, basé à Qatar, qui a fait appel aux Etats-Unis pour bombarder et finalement détruire la Libye puis à présent, la Syrie, et qui ose lancer l’anathème contre des confessions musulmanes, différentes de la sienne. Pour toute cette mouvance, le Hezbollah serait une officine iranienne, puisqu’il est pour « Wali al-Faqih », alors qu’il n’ont rien compris, ni au « wali al-Faqih » ni au Hezbollah ! Il faudrait lire ou entendre ces sheikhs ou écrivains pour réaliser l’ignorance crasse dans laquelle ils veulent nous plonger et dans laquelle ils se complaisent ! Et les « spécialistes » en politique, religion, Iran, Syrie, mouvements islamiques, et tout ce qui s’ensuit, des chaînes françaises n’ont rien à leur envier. La compétition est lancée pour savoir qui peut niveler au plus bas la conscience des musulmans et des arabes. D’après cette mouvance, qui a fermé les yeux et qui s’est bouché les oreilles, l’Iran serait l’ennemi. C’est de nouveau le persan, le shi’ite, le « majous », l’ennemi, mais des musulmans ? Pas seulement, il serait l’ennemi des Arabes, puisque le nouveau discours joue sur la corde de l’arabité, qu’ils viennent de découvrir, à Qatar et ailleurs. Qatar, ou l’Arabie saoudite, comme chantres de l’arabité ? Il faut vraiment être acculturé pour y croire.

Et al-Qussayr, alors ? Al-Qussayr, ville syrienne très modeste, est devenue du jour au lendemain le « stalingrad » des groupes armés rebelles. Il est vrai qu’ils y avaient installé des milliers de combattants et leurs familles, que c’était une place-forte de liaison et d’accueil pour les groupes armés venant du Liban. Elle fut fortifiée pour être le lieu d’où partent les attaques sur la région de Damas, vers le sud, et vers le nord. Au-delà de l’importance accordée par les rebelles à cette ville, parce qu’ils y ont accumulé les armes et creusé les tunnels, sa prise par l’armée syrienne signifie aussi qu’elle peut désormais couper la voie aux armes et aux groupes armés en provenance du Liban, ce qui explique d’ailleurs toute cette propagande mensongère et hypocrite des cercles de l’impérialisme. Dès les premiers jours de cette bataille, l’armée syrienne avait ouvert un « corridor » pour la sortie des civils, à peine quelques centaines. Ensuite, il n’y eut que des combattants et leurs pertes furent très lourdes, en humains et en matériels. Ils ont aussi perdu la ville, et toutes les possibilités qui y étaient offertes.

De nouveau, les mensonges et la propagande. Certains ont voulu nous faire croire à des massacres. Qui fut massacré ? Des civils ? non. Il n’y en avait presque plus. Des combattants armés ? dont certains peuvent être anthropophages et prêts à mâcher le cœur et le foie de leurs ennemis, en direct sur les écrans des télévisions ? Oui. Les combattants furent défaits et plusieurs centaines, semble-t-il, ont trouvé la mort. D’autres, blessés, furent convoyés vers les hôpitaux au Liban, après que le politicien Joumblatt ait demandé un geste au Hezbollah pour qu’il autorise leur transfert. Cela fut fait, et plusieurs de ces combattants sont des Libanais. Parler de massacres signifie nécessairement qu’il s’agit de civils, mais est-ce que ces combattants, qu’ils soient syriens, tchetchènes, qataris ou autres, n’ont-ils pas choisi la voie armée pour lutter contre la Syrie, son régime et son peuple ? Ne faut-il pas plutôt dénoncer ceux qui les ont envoyés par des fatwas enflammés (les sheikhs qui lancent l’anathème), les financeurs, les livreurs d’armes, les supports politiques et médiatiques, avant de dénoncer le Hezbollah, rendu à présent responsable de ces morts ? Le Hezbollah n’a fait que se défendre, défendre sa présence et le maintien de sa force, nécessaire pour affronter l’ennemi sioniste. Cette bataille ne fut pas la sienne, dans le sens où il y a été entraîné. Mais il l’a menée avec honneur, comme toutes les batailles qu’il mène. La propagande ennemie, qu’elle soit diffusée par des Arabes, musulmans ou autres, n’y changera rien. Le projet américano-sioniste pour la région ne passera pas, n’en déplaise à tous les propagandistes de l’axe américano-sioniste !

Source: www.palestine-solidarite.org

11-06-2013 | 11:15

 

http://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=9692&cid=295#.Ubd0T5yN58E

 

Publié dans LIBAN

Partager cet article

Repost 0

ASSEMBLEE NATIONALE : UN ISRAELIEN, LE VICE-PRESIDENT DU CRIF, ELU DEPUTE DE LA CIRCONSCRIPTION DES FRANCAIS DE L'ETRANGER

Publié le par Tourtaux


Meyer Habib, vice-président du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Sionistes de France), membre du bureau exécutif du non moins sioniste Congrès Juif Européen, et ancien conseiller du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, vient d’être élu ce dimanche 9 juin député de la 8ème circonscription des Français de l’étranger. Celle-ci comprend des pays du pourtour méditerranéen : Chypre, Grèce, Italie, Malte et Turquie, de même que l’entité sioniste.

L’une des propositions du programme politique de Meyer Habib, qui possède la nationalité israélienne, est pour le moins très étonnante. Il juge en effet important de « transférer l’ambassade de France de Tel Aviv à Jérusalem, capitale de l’Etat d’Israël » (proposition n°13).


Cette proposition est doublement illégale au regard du droit international. D’une part, parce que la résolution 478 du 20/08/1980 du Conseil de Sécurité interdit aux Etats membres de l’ONU d’établir à la ville occupée d’al-Qods (Jérusalem) des missions diplomatiques. D’autre part, les résolutions de 1968, 1980, 1999 et 2000 déclarent « nulle et non avenue » toute décision du gouvernement israélien allant dans le sens d’une modification du caractère et du statut de la ville sainte de Jérusalem, constituant ainsi une violation flagrante de la Convention de Genève.

Par cette proposition, Meyer Habib démontre qu’une fois de plus l’arrogance sioniste n’a aucune limite ! Comment pourrait-il en être autrement, lorsque l’on constate qu’aucune des résolutions promulguées par les instances internationales n’ont eu d’effets sur le processus de « sionisation » de cette ville trois fois sainte ?

La volonté des différents gouvernements israéliens d’isoler al-Qods du reste des territoires palestiniens occupés, par des constructions illégales de colonies rendant ainsi toute rétrocession extrêmement difficile, résulte de ce mépris, de cette arrogance du sionisme qui le mènera inexorablement à sa perte.

Quant à l’élection de Meyer Habib, les chiffres parlent d’eux-mêmes et en disent long sur la faiblesse de son programme : seulement 3% des Français de la 8ème circonscription de l’étranger ont voté pour lui…

Source : Parti Anti Sioniste
11-06-2013 | 14:11

 

http://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=9698&cid=322#.UbdxypyN58E

Publié dans Politique

Partager cet article

Repost 0