YEMEN : APRES L'ECHEC DES NEGOCIATIONS, PRISE DU POUVOIR PAR LES COMITES REVOLUTIONNAIRES. VOILA UNE REVOLUTION EN DOUCEUR, A LA PORTUGAISE, QUI VA DECLENCHER L'IRE DES USA

Publié le par Tourtaux

Le mouvement d'opposition yéménite Ansarullah (Houthis) a annoncé l'échec des pourparlers sur la conclusion d'un conseil présidentiel, en raison du refus du parti al-Islah (Frères musulmans) et d'autres partis soutenus par l'étranger, ont annoncé des sources proches des Houthis à la chaine AlManar.

Les comités révolutionnaires annonceront cet après-midi un projet de constitution pour gérer cette phase transitoire, a annoncé la même source.

Jeudi, le mouvement Ansarullah avait fait part de son optimisme quant à la conclusion d’un accord entre les différents groupes politiques sur le règlement de la crise au Yémen.Yémen: Echec des négociations, les comités révolutionnaires prennent le pouvoir.

Les tractations avaient réuni jeudi soir à Sanaa des représentants des principales forces politiques autour de l'émissaire de l'ONU au Yémen Jamal Benomar, au lendemain de l'expiration d'un ultimatum fixé par les Houthis à la classe politique pour s'entendre sur une sortie de crise.

Les négociations étaient axées notamment sur un projet de Conseil présidentiel de transition pour prendre les rênes du pays.

Les négociations entre les parties yéménites s’orientaient vers l’adoption d’un Conseil présidentiel composé de 5 membres et présidé par Ali Nasser Mohamed, ancien président du Yémen du Sud, en tant que remplaçant d’Abed Rabbo Mansour Hadi.

La crise a été exacerbée par la démission le 22 janvier du gouvernement et du président Mansour Hadi, sous la pression de l’Arabie saoudite.

Pour sa part, la chaîne de télévision panarabe Al-Mayadeen a rapporté que le parti socialiste a donné son accord à la formation d’un Conseil présidentiel afin de résoudre la crise, a rapporté l’agence d’information iranienne Irib.

Un délégué du parti socialiste, impliqué dans les discussions, a fait état jeudi soir d'«un rapprochement entre les forces politiques sur la création d'un Conseil présidentiel».

Mais le débat portait encore sur la «composition et des prérogatives du Conseil», appelé à former «un gouvernement de salut national et à préparer, dans un délai d'un an, des élections législatives et présidentielle», a-t-il précisé à l'AFP.

Selon l'agence officielle Saba, M. Benomar a rencontré mercredi les ambassadeurs des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, de France, de Russie et d'Iran «dans le cadre de ses efforts pour trouver une solution à la crise».

Les consultations de mercredi avaient impliqué notamment des représentants du parti islamiste Al-Islah, du Parti socialiste et d'autres formations des mouvances nationaliste et panarabe.

Dimanche, les Houthis avaient donné trois jours aux autres forces politiques pour trouver une sortie de crise, faute de quoi, avaient-ils dit, ils allaient décider de l'avenir de l'Etat avec leurs alliés.

Cet ultimatum avait été annoncé au terme d'une réunion à laquelle avait participé le parti de l'ex-président Ali Abdallah Saleh, et plusieurs factions politiques.

Source: Al-Manar et agences
06-02-2015 | 16:03

 

Publié dans L'Asie en lutte

Commenter cet article