MOHAMED BOUHAMIDI : FERGUSSON ET L'ANTHROPOLOGIE DE LA VIOLENCE.

Publié le par Tourtaux

Transmis par Mohamed Bouhamidi

 

Fergusson et l’anthropologie de la violence.

 

Par Mohamed Bouhamidi le 07.12.2014

 

 http://www.impact24.info/fergusson-lanthropologie-violence/

 

La  presse dominante  et  « la pensée démocratique » peuvent nous raconter sans s’interroger qu’à Fergusson, il a fallu 12 balles pour stopper la menace d’un noir sur la vie d’un policier blanc. La fable en version unique, sur une multitude de supports et sous des signatures souvent inspirées, abonde en détails  qui  dénaturent l’événement rétrogradé en moment dramatique - au sens  théâtral de rebondissement -  de ce cinéma américain entièrement voué à mettre à jour les visages différents et épisodiques, après les attaques des caravanes des pionniers, de La Menace Permanente et Omniprésente sur  la vie de chacun des américains. Car  au vu de ce qui va se répéter autour de cette mort en particulier mais à notre insu de tous les innombrables assassinats ordinaires de noirs par des policiers blancs,  l‘évènement n’est pas le meurtre  mais, contrairement à la fatalité ordinaire, les manifestations et le retour au premier plan de la perception des noirs et des questions élémentaires de logique qui sont en partie la cause.

Car, il faut beaucoup d’aplomb pour reprendre sans frémir qu’un noir désarmé et  blessé de deux balles au bras  passe encore pour une menace vitale sur un policier blanc et que ce dernier a dû lui ajouter plusieurs  balles supplémentaires « dans le coffre » pour écarter le danger. Un homme même noir et même herculéen est hors-service ou hors de combat avec combien de balles ?  Le policier blanc a vu King Kong en face de lui et c’est bien ce qu’il a déclaré (1) sans que personne aux pays de la psychanalyse généralisée s’interroge sur la projection.

La question est  urgente de savoir comment est perçu le noir car à côté du cas de Fergusson,  le  policier qui a tué l’enfant noir de 12 ans a été incapable de reconnaître, la taille d’un enfant de 12 ans, la bouille d’un enfant de 12 ans. Il faut porter dans son subconscient  une trouille extraordinaire du noir pour paniquer devant un enfant de douze ans.  Quelle a été la communication entre l’inconscient du policier blanc et l’inconscient du passant blanc qui a alerté sur le danger d’un enfant noir  jouant au pistolet de plastique,  puisque nous avons que les inconscients communiquent ?  Ils ont partagé leur perception commune du noir  et projeté leurs peurs communes de WAPS (2.)

Ces deux meurtres ne diffèrent en rien des tous les autres injustes, racistes, cruels et bêtes qui font les jours habituels des USA mais ils en diffèrent dans les significations qu’en ont délivré leurs auteurs.  Il faudra se mettre à l’étude anthropologique de cette catégorie WAPS qui   s’est construite et créée dans le génocide et l’éradication des Autres, les Indiens exterminés, les Noirs massacrés dans le Turnover des esclaves. Comme tous les groupes sociaux cette catégorie WAPS est obligée  pour survivre  de réactualiser ses mythes et ils sont réduits à trois piliers : reproduire la conquête en gagnant toujours et encore plus de nouveaux territoires, se protéger en cercle de la menace indienne ou ses substituts communistes ou musulmans ou noirs ou Extra-Terrestres,  anéantir  l’adversaire jusqu’au dernier.   Pour les WAPS sédentaires de Fergusson, en mal de réalisation fantasmatique de ces mythes fondateurs  les noirs et les gens de couleur sont plus qu’un bon ersatz  des lointaines contrées et des peuples exotiques.  Ils sont un défi démographique réel à la suprématie blanche. 

C’est cette culture du meurtre et de la boucherie qui se lit dans les explications de ces deux assassinats, cette pratique fondatrice des WAPS US, cette psychologie collective des esclavagistes que les noirs ont retrouvée intacte dans l’Amérique d’Obama,  qui a mis les noirs en ordre de mobilisation pour leur autodéfense et nous met en ordre d’urgence de  porter un regard  plus interrogateur  sur cette violence  WAPS sans fin et sans garde-fou.

Mohamed Bouhamidi. 

 

 (1)"Ca ressemblait à un démon", dit encore Darren Wilson en évoquant Michael Brown, d'après une retranscription complète de son audition du 16 septembre, traduite par Slate. Autre comparaison: au moment de l'accrochage avec le jeune Noir à travers sa portière de voiture, il dit s'être "senti comme un gamin de 5 ans s'accrochant à Hulk Hogan".(http://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-nord/mort-a-ferguson-la-version-radicalement-differente-du-policier_1625575.html)

 (2) White Anglo-Saxon Protestant.

 

Source :  http://www.impact24.info/fergusson-lanthropologie-violence/

Publié dans USA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article