MAROC : SON "AMI" LE ROI L'A TUE. UN ETUDIANT MAROCAIN SUCCOMBE A 72 JOURS DE GREVE DE LA FAIM

Publié le par Tourtaux

Maroc : un étudiant succombe à 72 jours de grève de la faim

Eugénie Barbezat
Vendredi, 15 Août, 2014

 

Emprisonné, il voulait poursuivre ses études : Moustapha Meziani, 31 ans, militant de l’Union Nationale des Etudiants du Maroc, est mort dans la nuit de mercredi à jeudi à l'hôpital de Fès, après avoir avoir cessé de se nourrir depuis plus de deux mois.
Photo: DR
Mustapha Meziani
DR
Meziani avait été arrêté dans le cadre de l'enquête sur les affrontements entre étudiants marxistes et islamistes ayant fait un mort parmi ces derniers en avril dernier sur un campus de l'université de Fès. L' étudiant d'extrême gauche était emprisonné à la prison Aîn Kadous de Fès, dans le centre du Maroc.
La Délégation générale de l'administration pénitentiaire (DGAP) l'a confirmé dans un communiqué: Mustapha Meziani est mort hier mercredi au CHU Hassan II de Fès des suites de sa grève de la faim.

Il demandait sa réinscription à l'université

Il avait commencé une grève de la faim pour protester contre sa détention et –surtout- contre son exclusion de l’université: il réclamait que "son droit à poursuivre ses études" soit respecté.
L’Association marocaine des droits humains (AMDH) avait adressé une lettre ouverte au Chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane demandant notamment que les autorités entament un dialogue avec l'étudiant pour "préserver son droit sacré à la vie" et qu'il soit réinscrit à l'université. En vain.
Mustapha Meziani est mort après plus de 72 jours de grève de la faim. L'administration pénitentiaire assure qu'il avait été transféré à plusieurs reprises à l'hôpital avant d'être admis, le 4 août dernier, en réanimation au CHU Hassan II de Fès.
Mais le réseau arabe des droits de l'homme dénonçait le 5 août dernier l’insuffisance des soins reçus par le jeune homme avant son admission en réanimation. Le réseau dénonce aussi la détention –provisoire- de son père et d'un de ses amis qui voulaient entamer une grève de la faim en solidarité avec Mustapha. Une photo montrant le jeune homme émacié, menotté à un lit d'hôpital avait choqué les internautes.
{C}

Mustapha Meziani_prison
dr

Dans un communiqué, l'Association marocaine des droits humains (AMDH, indépendante)a estimé que l'Etat, le chef du gouvernement, le ministère de l'Enseignement supérieur et celui de la Santé devaient assumer la responsabilité de ce décès.
https://www.facebook.com/ikram.ghioua?fref=tl_fr_box&pnref=lhc.friends


Publié dans L'Afrique en lutte

Commenter cet article