JACQUES TOURTAUX : LA CGT AU SEIN DE LAQUELLE JE MILITE DEPUIS PLUS DE 50 ANS A LA FEDERATION DES CHEMINOTS DOIT REDEVENIR LA CGT A LAQUELLE J'ASPIRE ! DEHORS LEPAON ET TOUS SES SEMBLABLES !

Publié le par Tourtaux

JACQUES TOURTAUX : LA CGT AU SEIN DE LAQUELLE JE MILITE DEPUIS PLUS DE 50 ANS A LA FEDERATION DES CHEMINOTS DOIT REDEVENIR LA CGT A LAQUELLE J'ASPIRE !


DEHORS LEPAON ET TOUS SES SEMBLABLES !


LA CGT QUI EST UNE ORGANISATION SERIEUSE ET RESPONSABLE DOIT IMMEDIATEMENT QUITTER LA CORROMPUE CES ET REPRENDRE SA PLACE AU SEIN DE LA FEDERATION SYNDICALE MONDIALE (FSM)

 

Le Capital, "canard" du grand capital, s'en donne à coeur joie pour cracher son venin mais, pourquoi le patronat et tous les nantis du pays se priveraient-ils de l'aubaine que leur offre Lepaon, "patron" de la CGT, un des truands du syndicalisme d'accompagnement, préféré au syndicalisme de classe, au syndicalisme de combat.


Cette situation est intolérable, intenable pour les militant-es de masse et de classe qui ont à la fois à lutter contre leurs exploiteurs qui sont installés à la gouvernance du pays et contre les instances dirigeantes de la CGT, du stade confédéral, de la plupart des Fédérations, UD, voire même dans certaines UL.


Le ver est entré dans le fruit dès le départ du camarade Henri Krasucki, militant incorruptible, d'une fidélité constante à son idéal.


La CGT, à laquelle je suis syndiqué depuis plus de 50 ans, a besoin d'un grand coup de balai salutaire.


On adhère pas à la CGT pour faire carrière, faire la course aux places et aux honneurs. On adhère à la CGT parce qu'on a des convictions, parce que l'on veut farouchement se battre pour défendre nos droits, en gagner d'autres par les luttes, pour une vie Digne et Décente mais aussi par fidélité aux combats menés par nos ainés dont des milliers d'entre eux ont fait le sacrifice suprême, tel le camarade Pierre Sémard, Secrétaire général de la Fédération CGT des Cheminots, éminent militant et dirigeant du glorieux Parti des Fusillés, le Parti Communiste Français.


Or, quel triste spectacle de désolation nous offrent nombre  de dirigeants de la CGT, à tous les niveaux, où les carriéristes et les opportunistes règnent en maitre et se comportent souvent comme les truands du patronat, allant jusqu'à trainer des camarades devant les tribunaux.


Ce n'est pas par hasard si j'ai, il y a quelques années, écrit "Les Apparatchiks". Ce petit bouquin n'est qu'un petit aperçu des méthodes honteuses et inadmissibles pratiquées au sein de la CGT par des salopards qui ont oublié qui les a fait roi, qui les a hissés aux responsabilités qu'ils n'assument plus parce qu'ils tournent le dos à leurs engagements, parce qu'ils ont tout simplement trahis les travailleurs.


C'est lors d'une manif  à Reims que j'ai décidé d'écrire mon bouquin, "Les Apparatchiks". Je faisais une vente militante de mon premier ouvrage contre la Guerre d'Algérie lorsque le Secrétaire régional interpro CGT, que je connaissais puisqu'il était cheminot, m'a violemment pris a partie et a voulu à deux reprises me mettre son "poing sur la gueule".

 

Je ne regrette pas que cet abruti m'ai permis d'écrire ce bouquin car, en 2010, à Reims, lors d'une manif pour la défense des retraites, j'ai de nouveau été pris à partie et insulté, cette fois, par le Secrétaire général de l'UD CGT de la Marne, qu'en qualité de militant cheminot CGT, j'ai également bien connu. En effet, cet opportuniste qui n'a pratiquement jamais bossé, fait carrière dans la CGT.

 

A la SNCF, nous avons siégé côte à côte, en qualité de Délégué Régional à la Sécurité au CMPR, ancêtre de l'actuel CER. A l'exception de son rapport annuel sur les accidents de travail, jamais je n'ai vu cette grande gueule, demander à intervenir pour défendre les cheminots.


Il est plus que temps que mes camarades syndiqués CGT prennent à la BASE leurs affaires en main pour éjecter le ver qui est dans le fruit et assainir ainsi notre CGT, cette grande dame.

 


 

Jacques Tourtaux

Ancien Secrétaire général du syndicat CGT des Cheminots

et de l'Union Locale CGT de Rethel (Ardennes)

  

 


 

 

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

  

 

Publié dans Lutte des classes

Commenter cet article

Coppin rene 15/12/2014 10:30

Diviser pour mieux régner, a toujours était la grande force de nos adversaires. Si nous (anciens militants défenseurs des salariés es) nous mettons de leur coté, en nous arrogeons le droit de
critiquer notre propre organisation plutôt que de discuter pour changer et corriger les erreurs
nous allons au devant de l'écrasement de la classe ouvrière.
j'ai 77 ans je suis syndiqué depuis 17 ans trésorier du syndicat CGT multipros de Boulogne sur mer élus à la CFC de l'union locale.
Fraternellement René

La Tourtaux 11/12/2014 00:32

OUI, je suis bien placé pour le savoir.
J'ai écrit plusieurs bouquins et moi qui n'allait jamais à Montreuil, voilà que j'ai été contacté par un camarade
journaliste du Peuple.
On s'est donc rencontré au moins deux fois au Peuple, à Montreuil.
Le camarade a écrit un bel article sur une page entière.
Il s'agissait de mon premier ouvrage anticolonialiste sur la Guerre d'Algérie et bien, un magnifique salaud, le retraité R. V., de Champagne-Ardenne, un des cadors nationaux des retraités CGT, a
tout fait pour m'empêcher de vendre des livres.
Je vais te dire pourquoi.
Parce qu'un jour, je lui ai fermé son clapet dans un congrès CGT des Ardennes où il était venu "rouler la caisse" comme figurant alors que de nombreux camarades dont j'étais, attendaient en vain
pour parler de leur syndicat. Voilà, entre autres, camarade, comment sont déglingués certains camarades, mais tout ça tu le sais camarade.
Le ver est dans le fruit, il faut vite le retirer.

La Tourtaux 11/12/2014 00:29

Poulain : Tu en as à Montreuil aussi!

La Tourtaux 11/12/2014 00:28

Eric Aubin, ce type tout comme Lepaon, ne sont pas représentatifs du syndicalisme de masse et de classe CGT et du monde ouvrier.
Pour en revenir à Didier le Reste, je suis cheminot, le point de vue que j'émet n'engage que moi. Je suis un militant qui ne fuit jamais le débat ni aucun combat pour la bataille des idées.
Pour moi, Didier le Reste n'est plus communiste.
A partir du moment où il s'est rallié à la liste socialiste pour la mairie de Paris, il a trahi l'électorat communiste. On ne peut pas, lorsque l'on est communiste choisir entre la Peste et le
Choléra.
Voilà camarade mon opinion sur les communistes qui fricottent avec les sociaux traitres et leurs semblables.

La Tourtaux 11/12/2014 00:26

Nadine Poulain : Depuis 1981 je ne vote pls socialo!