CGT59 : CONSTERNATION : AURORE MARTIN EXTRADEE ! LA DROITE L'A REVEE, VALLS L'A FAIT.

Publié le par Tourtaux

Vendredi 2 novembre 2012

 

Arrêtée dans le cadre d'un mandat d'arrêt européen émis par un magistrat espagnol pour "faits de participation à une organisation territoriste et terrorisme", Aurore Martin, militante indépendantiste basque, âgée de 33 ans,  risque 12 ans de prison pour avoir participé à des réunions publiques du parti Batasua autorisé en France mais interdit en Espagne. Pour ceux qui n'ont pas suivi, vous lisez bien, elle est accusée d'avoir participé à des réunions publiques...

 

"Cette situation est ubuesque, incompréhensible en plein processus de paix", a déclaré Kotte Ecenarro (PS), vice-président du conseil général des Pyrénées-Atlantiques, évoquant le renoncement à la lutte armée par l'ETA depuis un an. "Ça tourne à la provocation de la part des gouvernements français et espagnol", a-t-il ajouté sur cette interpellation qui fait droit à une demande remontant au 13 octobre 2010 pour "faits de participation à une organisation terroriste, et terrorisme", en l'occurrence avoir participé en Espagne à des réunions publiques comme membre de Batasuna.

Le député européen et écologiste José Bové, s'est dit opposé "à l'application du mandat d'arrêt européen, danger pour le processus de paix". De son côté, le sénateur MoDem Jean-Jacques Lasserre s'est dit "choqué de voir de quelle façon ce gouvernement utilise des méthodes extrêmement brutales pour traiter des problèmes délicats".

 

L'association humanitaire pour les réfugiés basques Anai Artea est allée jusqu'à qualifier d'"acte minable" et de "provocation" le fait de livrer Aurore Martin à Madrid de la part d'un "ministre de l'intérieur qui ne sait plus s'il roule pour Paris ou Madrid".

La députée PS des Pyrénées-Atlantiques Colette Capdevielle a pour sa part tenu à souligner que "le délit qui est reproché n'existe pas dans le droit pénal français", et que le mandat a été appliqué alors que "des choses importantes se sont passées", évoquant aussi "le processus de paix".

 "Nous exigeons la libération d'Aurore Martin", a enfin déclaré Xabi Larralde, porte-parole de Batasuna, y voyant "la main de Valls" et estimant qu'il s'agissait d'une mesure à la fois "irresponsable" et "inacceptable".

L'arrestation d'Aurore Martin constitue une première judiciaire. Car jamais un citoyen français sous le coup d'un MAE n'avait été livré aux autorités espagnoles pour des faits de participation à une organisation terroriste et terrorisme.

Cette arrestation livre toute son indignité quand on sait qu'Amnesty International dénonce régulièrement l'usage de la torture contre les prisonniers politiques dans une Espagne certes européannisée mais pas totalement défranquisée (la France a aussi ses nostalgiques d'un régime fort).

Non seulement Valls bessonne* et c'est pour cela qu'il a été choisi par le Gouvernement mais en plus, il s'essaie à hortefeuser et  à guéantiser*.

A chasser à droite toute, le Gouvernement Hollande-Ayrault-Valls va perdre son électorat de gauche. Ce ne sera pas la première fois mais les élus locaux vont faire la gueule.


 

*bessonner = lâcher, trahir, en rajouter dans l'infâmie

* hortefeuser, guéantiser = mettre en oeuvre des politiques autoritaires et sécuritaires ; gratter là où ça pue. 

 

Par Neo - Publié dans : D'où qui pue donc tant ?

 

http://cgt59.over-blog.org/

Publié dans Pays Basque

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article