CAROLINE ANDREANI, MILITANTE COMMUNISTE : UN DECALAGE TOTAL AVEC LA VIE REELLE...

Publié le par Tourtaux

Réunion nationale du réseau du 23 mars

Un décalage total avec la vie réelle...

Intervention de Caroline Andreani
vendredi 29 mars 2013
par  Caroline Andréani
popularité : 28%


Je fais un constat terrible : le 36ème congrès du Parti communiste a été d’une platitude et d’une faiblesse intellectuelle insigne.

 

Deux moments m’ont frappé, l’intervention d’un universitaire malien, qui prenait à contre-pied la déclaration de la fédération de la Seine-Saint-Denis sur l’intervention française au Mali. Il la dénonçait pour ce qu’elle est, une intervention néo-coloniale, incapable de régler les problèmes d’instabilité chronique de la région sahélienne. Cette intervention a été longuement saluée, par ceux-là même qui la semaine précédente adoptaient une déclaration inverse ! Ce qui prouve l’absence de conscience politique et de connaissance des situations internationales. L’autre intervention frappante a été celle du camarade du Forum social du Brésil, qui se positionnait comme anti-impérialiste et qui faisait l’apologie des expériences progressistes d’Amérique latine, notamment du Venezuela.

 

Mais ce qui m’a surtout frappé, c’est le décalage total avec la vie réelle. Nos dirigeants vivent en vase clos. Ils prennent des positions de principe, qui ne sont pas toutes fausses. Mais ils n’arrivent pas à « mordre » sur le réel, parce que le lien avec la classe ouvrière est rompu. C’était flagrant au congrès : les PSA-Aulnay sont venus, avec d’autres ouvriers en lutte, mais il s’agissait d’un décorum. Quand nous avons été devant PSA à Aulnay avec nos élus en février, nous avons été bien reçus. Les élus communistes ont pris la parole. Mais le lien avec le monde du travail est disloqué. Nous venons soutenir, mais nous ne sommes plus en phase avec les luttes.

 

Une autre chose me frappe, c’est la modification du discours sur l’Union européenne. Le discours devient très dur, dénonciateur des méfaits de la politique de l’UE sur les peuples. C’est un discours qui avait totalement disparu et qui revient chez Pierre Laurent ou d’autres dirigeants nationaux. Mais l’atterrissage est toujours le même : « nous voulons construire une Europe sociale ». C’est un discours qui place le PCF en décalage total avec la réalité. Aujourd’hui, la réalité de l’oppression exercée par l’UE s’impose à tous : Chypre, la Grèce, l’Espagne… Mais le PCF, parce qu’il est tellement compromis avec le Parti de la gauche européenne, ne veut surtout pas lâcher sur cette question et s’accroche à l’illusion de la construction d’une Europe sociale, bloquant du même coup toute la discussion et toute perspective politique.

 

Je crois qu’en tant que militants du PCF, nous devons appuyer sur ces contradictions, qui nous permettent de marquer des points sans disperser notre action. L’Union européenne est une thématique sur laquelle nous devons constamment avancer, afin de briser le blocage intellectuel créé par des années de soumission au PGE. Bien entendu, ce n’est pas la seule question, mais dans les mois qui viennent, je pense que nous devons faire peser notre effort sur quelques questions-clés et que l’UE en est une.

 

Attention toutefois, nous avons besoin de travailler et d’approfondir nos analyses et nos argumentaires, car la faiblesse intellectuelle qui caractérise le Parti aujourd’hui nous atteint tout autant. Nous avons donc besoin de revenir sur les fondamentaux et de travailler en profondeur certaines questions complexes pour être en mesure de militer efficacement.

 

http://lepcf.fr/Un-decalage-total-avec-la-vie

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tourtaux 01/04/2013 16:24

Merci camarade XUAN de ton intervention. J'en ai parlé hier avec le camarade Gilbert Rémond. Je lui ai lu ton commentaire.

Xuan 31/03/2013 14:13

IL faut saluer les efforts du réseau "faire vivre et renforcer le pcf" pour revenir modestie et sérieux aux fondamentaux.
L'intervention de Caroline en est un exemple.

L'hémorragie des militants ouvriers honnêtes est un drame lorsqu'ils s'isolent.
Il faut "arracher la classe ouvrière au révisionnisme moderne", de l'intérieur et de l'extérieur du parti révisionniste, et débattre pour nous unir dans un parti communiste reconstitué.

Tourtaux 30/03/2013 21:50

En supprimant les cellules d'entreprise, les fossoyeurs du Parti ont tué son expression communiste et toute vie militante dans la boîte.

Tourtaux 30/03/2013 21:48

Caroline est une opposante sans concessions. Autrefois, nous avions une conscience. On se battait sur des positions de classe. J'ai été secrétaire de cellule puis faisant fonction de secrétaire de
section et j'avoue que lire Caroline, me scie les pattes. A chaque réunion, je présentais un rapport politique que j'avais soigneusement préparé des heures durant. Nous en discutions point par
point. Il est aisé de comprendre pourquoi tant de militants de valeur, des combattants de lutte de classe sont partis C'est la course aux honneurs et aux places et là-dessus, les voilà alignés
derrière l'anticommuniste Mélenchon. La classe ouvrière qui a perdu son moteur et ses repères est livrée, mains liées aux prédateurs du grand capital.

Tourtaux 30/03/2013 21:44

Cyrille Ferro-steyaert : "Le lien avec la classe ouvrière est rompu" : Caroline a malheureusement tout dit de la situation actuelle du PCF. "Partir des masses pour retourner aux masses", comme le
proclamait Mao...