APRES 51 JOURS DE DETENTION DANS UNE PRISON ESPAGNOLE, AURORE MARTIN DE RETOUR AU PAYS BASQUE. AURORE DOIT PAYER UNE CAUTION DE 15 000 EUROS. BATASUNA OEUVRE A LA COLLECTE DE CETTE SOMME !

Publié le par Tourtaux

Pays Basque

Aurore Martin de retour au Pays Basque

p006_01.jpg

22/12/2012

Antton ROUGET avec G.T.

Le Pays Basque s’était résolu à accepter la situation. Aurore Martin devait passer les fêtes de fin d’années dans les geôles espagnoles. Mais, comme c’est le cas depuis le début, une nouvelle décision inattendue a fait basculer le sort de la jeune militante de Batasuna.

La quatrième chambre de l’Audience nationale espagnole a accepté vendredi le recours présenté par la défense d’Aurore Martin contre l’ordre d’incarcération dicté le 2 novembre par le juge Pablo Ruz. A quelques jours des fêtes de fin d’année et après 51 jours de détention, Aurore Martin va retrouver le Pays Basque. Comme l’arrestation de la jeune femme avait indigné la population, l’annonce de sa libération conditionnelle a engendré une large vague de satisfaction. Dépassant les frontières politiques et territoriales (cf. encadré).

La décision de l’Audience nationale fixe deux clauses à la libération conditionnelle de la jeune femme. Aurore Martin doit d’abord bénéficier d’une domiciliation dans l’Etat espagnol. “Il s’agit d’une adresse pour recevoir les convocations”, précise Amaia Recarte, avocate d’Aurore Martin, qui ajoute que “cela ne l’oblige en rien à vivre dans l’Etat espagnol”.

Seconde condition, la jeune femme doit payer une caution de 15 000 euros.

 

Deux points de collecte

Pour récolter l’argent nécessaire et constituer deux points de collecte, les soutiens d’Aurore Martin n’ont pas traîné. “Plus tôt cette somme sera récoltée, plus tôt Aurore sera parmi nous. Le temps presse, nous avons besoin de l’aide de toutes et tous”, précise Batasuna qui organise ce samedi matin, entre 9 heures et 11 heures, deux rendez-vous : à Bayonne au Café des Pyrénées et à Saint-Jean-Pied-de-Port au bar Kalaka.

 

Appels à poursuivre la mobilisation

- Batasuna : “Il ne fait aucun doute que si la mobilisation n’avait pas été aussi grande, Aurore aurait encore eu à subir de long mois dans les prisons espagnoles. Aurore sort, mais il reste encore 600 prisonniers politiques basques éparpillés aux quatre coins des prisons françaises et espagnoles. Un an après la conférence pour la paix qui a eu lieu au palais d’Aiete […], il est temps que les Etats français et espagnols s’impliquent dans la résolution du conflit, à l’image la déclaration faite par des élus du Pays Basque Nord au Forum pour la paix.”

- F. Espagnac (sénatrice et porte-parole du PS) : “Sa mise en liberté à quelques jours de Noël est un signe important. Le combat continue jusqu’au non-lieu. Dans cette libération, tout a joué, les mobilisations… Et ça, Madrid doit en tenir ou en a tenu compte. C’est un premier pas dans le dossier du MAE. Il faut continuer à se mobiliser pour faire en sorte qu’on franchisse un premier pas dans le processus de paix.”

- C. Capdevielle (députée PS) : “La manifestation en faveur des prisonniers, le processus de paix, les mobilisations, c’est tout ça qui a amené cette victoire. C’est une première victoire ; la vraie victoire sera un non-lieu. Il faut rester vigilant avec le MAE. Du reste, en commission des lois [au Parlement, ndlr], nous allons former un groupe de travail pour faire le point des dix ans du MAE et de son application. Aujourd’hui, on est dans une nouvelle étape [au Pays Basque]. Il y a une prise en compte globale de la situation par le gouvernement. Et ce qui paie, c’est la détermination, même lorsqu’il y a des vents contraires.”

- J.-J. Lasserre (sénateur MoDem) : “Cette bonne nouvelle laisse penser que tous ceux qui l’ont soutenue avaient raison. La mobilisation a été nécessaire pour attirer l’attention du juge.”

- M. Brisson (conseiller général UMP) : “C’est un pas important vers l’apaisement après plusieurs mois de brutalité vis-à-vis du Pays Basque. C’est la conséquence heureuse d’une démarche d’union qui doit être poursuivie pour faire avancer les dossiers et la reconnaissance du Pays Basque.”

- J.-P. Mirande (conseiller général Forces 64) : “Je suis très heureux, d’autant que j’avais présenté une motion au Conseil général contre ce MAE. Ce n’est que justice.”

- A. Villeneuve (conseiller général PS) : “ça va dans le bon sens, celui de l’apaisement. On avait l’impression que le procès était fait avant même qu’elle soit jugée. Maintenant, il faut régler cette histoire et faire la lumière sur ce qui lui est reproché.”

- H. LIPIETZ et C. Greze (parlementaires EELV) : “La mobilisation des citoyens et des élus de tous bords n’est sans doute pas étrangère à cette issue heureuse. La remise en liberté d’Aurore Martin constitue un pas dans le processus qu’il faut poursuivre.”

 

 http://www.lejpb.com/paperezkoa/20121222/379121/fr/Aurore-Martin-retour-au-Pays-Basque

Publié dans Pays Basque

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tourtaux 23/12/2012 00:23

Manu Tomy : Cet exactement cela mon camarade , la valseuse est intervenu auprès de rajoy cet sur!!!

Tourtaux 23/12/2012 00:22

Regarde Manu les deux commentaires sous cet article. Ces 15 000 euros m'ont tout l'air d'une rançon. Valls se fait tacler par ses potes députés et godillots du PS qui ont tellement les chocottes de
ne pas être réélus qu'ils font Vallser leur collègue pour se donner bonne contenance et espérer ainsi conserver leur strapontin. Idem pour les autres z'élus du peuple dont ils n'ont rien à cirer.

Tourtaux 23/12/2012 00:21

Manu Tomy : 15 000 euros de primes pour les élus...!

Tourtaux 22/12/2012 17:44

Oui, camarade TriNiTy, une très bonne nouvelle, dommage que la liberté d'Aurore fasse l'objet d'une rançon que cette jeune et courageuse jeune femme, fille du peuple, ne peut avancer, d'où la
solidarité financière immédiate organisée par Batasuna.

Tourtaux 22/12/2012 16:25

Regarde Manu les deux commentaires sous cet article. Ces 15 000 euros m'ont tout l'air d'une rançon. Valls se fait tacler par ses potes députés et godillots du PS qui ont tellement les chocottes de
ne pas être réélus qu'ils font Vallser leur collègue pour se donner bonne contenance et espérer ainsi conserver leur strapontin. Idem pour les autres z'élus du peuple dont ils n'ont rien à cirer.