Publié le3 mars 2012

 


Bachar al-Assad

 

Les ennemis de la Syrie vont avoir du mal à inverser la tendance. Le taux d’échec des renégats syriens cachés sous la bannière scélérate de Armée libre syrienne (ASL) est optimal. Entre les poltrons qui se rendent sans demander leur reste, ceux qui prennent la poudre d’escampette sachant que leurs crimes seront punis, c’est le grand vide sidéral. Pour les apprentis turfistes que sont la France, les Etats-Unis et l’ASL, la cote est de 19 contre 1.

Du coup, les accusations fantaisistes fusent. La prise de Baba Amr a sonné le glas des gueux. Pour les Américains, toute honte bue, ils déclarent que la percée de l’armée syrienne est “scandaleuse” et “horrible”. Cette partialité ridicule fait sourire. Pour Ban Ki-moon, le clown qui est secrétaire général des Nations unies désunies indique quant à lui que c’est “inacceptable” et “intolérable”. Réunis à Bruxelles, les dirigeants européens ont haussé le ton, souhaitant “que les responsables des atrocités syriennes répondent de leurs actes” devant la justice internationale. Comment traitent-ils les terroristes chez eux….chez nous ? Mais le bouquet, c’est pour Nicolas Sarkozy. De plus en plus givré, le président français, sans consultation aucune, s’engage à fermer l’Ambassade française à Damas. 

Tous ces agissements sont le résultat d’un échec retentissant, cuisant. Groggy, l’Occident sent son diktat habituel, perpétuel et immémoriel, lui échapper. C’est le champ du cygne. En tentant de transformer la di-plo-ma-tie en acte de guerre, avec grossièreté et donc sans subtilité, la violence verbale et le mensonge ont remplacé le respect d’autrui. Dans les méandres de l’hypocrisie, dans les miasmes ridicules; dans la fureur et le bruit, dans l’exhalaison la plus absurde, fasse à l’adversité, Bachar Al-Assad a répondu sans couardise.

En Syrie, l’Occident après avoir mangé son pain blanc en Libye, traverse une crise et mange actuellement son totem à Damas, victime de son action immodérée. Les journalistes occidentaux au service des terroristes syriens parlent d’un “massacre aveugle”. Ils sont vraiment des espions, et non des journalistes. Ces serviteurs de l’antéchrist, prophètes de Baal, en sont pour leurs frais. Ils ont beau se battre comme des beaux diables, être beau comme un camion, leurs mensonges sont dévoilés.

In fine, des images que vous ne verrez jamais dans les médias “mainstream”, c’est la foule en liesse après la prise de Baba Amr.

 

http://allainjules.com/2012/03/03/syrie-defaite-amere-de-loccident-et-utilisation-de-toutes-les-falsifications/