MONTHERME : AVEC UN BERNARD DELHAYE TOUJOURS AUSSI COMBATIF LES EX-SALARIES D'ARTIS LIQUIDEE EN 2002 ESPERENT : L'EX-PDG EST RAPPELE DEVANT LE TRIBUNAL!

Publié le par Tourtaux


Avec Bernard DELHAYE, l'affaire ira jusqu'au bout. Bernard est un militant ouvrier qui ne lâche jamais ce qu'il entreprend. Il a tenté des choses formidables le Nanard.
Qui ne se souvient de sa tentative de rempoissonnement de la Semoy en saumons. Bernard avait fait revenir des oeufs de saumons pour les faire éclore de façon très artisanale dans des bacs chez lui, sur son balcon.
Il était même parvenu à faire naître et élever des alevins de saumons. La suite malheureuse, Bernard la connait mieux que moi.
Il y a un sacré bail maintenant, j'allais à Reims en voiture et je me souviens qu'aussitôt Tagnon, village du Sud des Ardennes, j'ai dépassé un fourgon tapissé d'affiches qui suivait un marcheur. Ayant reconnu Bernard DELHAYE, je me suis arrêté pour lui demander où il allait de ce pas alerte. Il se rendait à pied à l'Elysée pour remettre des pétitions au président de la République, ce qu'il a d'ailleurs fait à cinq reprises.
J'ai connu ce camarade en formation prud'homale à Charleville et dans les manifs ardennaises où il militait activement à la CGT qu'il a quittée depuis, désapprouvant le réformisme de ses dirigeants.
 Bernard avait des tas de projets jusqu'à vouloir tenter de franchir l'Atlantique en parachute en se faisant tirer par un bateau. Bernard vient de confirmer mes dires par teléphone.  
Jacques Tourtaux


XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

MONTHERME : 60 SALARIES AVAIENT ETE LICENCIES
ARTIS : l'ex-PDG sera rejugé


Une première victoire pour Bernard Delhaye

Lueur d'espoir pour les ex-salariés de la société Artis qui avait été liquidée en 2002. L'ex-PDG vient en effet d'être renvoyé devant le tribunal correctionnel.

C'EST évidemment une coïncidence du calendrier, mais elle est troublante. Deux semaines après le procès des ex-dirigeants américains de Thomé-Génot, on apprend qu'un autre patron voyou présumé ayant sévi dans les Ardennes est renvoyé à son tour devant le tribunal correctionnel.
Il s'agit de Pascal Peiffert, l'ex-PDG de la société Artis de Monthermé, entreprise de métallurgie spécialisée dans le traitement de surfaces, dont la liquidation en 2002 avait laissé 60 salariés sur le carreau. Et il n'existait point encore, à l'époque, de contrat de transition professionnelle...
La juge d'instruction carolomacérienne Anne de Pingon a rendu en effet cette semaine une ordonnance de renvoi (devant la juridiction correctionnelle) à l'encontre de l'ancien patron pour « abus de biens ou de crédits à des fins personnelles, banqueroute, emploi de moyens ruineux pour se procurer des fonds, faux et usage ». Excusez du peu.

Grève de la faim
Représentant des ex-salariés (défendus par Me Xavier Médeau), Bernard Delhaye ne cachait pas hier son soulagement. « Plus de sept ans ont passé depuis que l'entreprise a fermé ses portes suite aux agissements de ce PDG et que le comité d'entreprise a porté plainte au pénal. C'est l'aboutissement de bien des démarches et confrontations. » Mais de rappeler aussi qu'à ce jour, 75 % des anciens employés d'Artis sont toujours sans emploi, « la crise actuelle ne faisant qu'aggraver leur situation précaire ».
Bernard Delhaye a durant toutes ces années bataillé sans relâche, soutenant et obtenant en retour le soutien du député pyrénéen Jean Lassalle lors de sa grève de la faim au Palais Bourbon, initiant une marche vers l'Elysée en mars 2008 pour rappeler au président des promesses de campagne…
Une détermination que le parcours postérieur de Pascal Peiffert avait semblé exacerber. Après ses mésaventures ardennaises, l'ex-PDG avait en effet été ensuite candidat aux législatives en Moselle (sans succès, mais il avait été plus tard déclaré inéligible par le conseil constitutionnel pour avoir omis quelques dépenses dans ses comptes de campagne…).
L'information judiciaire avait ouverte en février 2003. Le procès pourrait avoir lieu cet automne, à Charleville. Le jugement pourrait par ricochet relancer la procédure aux prud'hommes, où les salariés n'ont pas, pour l'heure, obtenu gain de cause.
Philippe MELLET
Source : L'Union

Publié dans Lutte des classes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tourtaux 19/07/2009 19:12

Bernard Delhaye vient de signer la lettre pétition aux Etats-Majors syndicaux.

Tourtaux 18/07/2009 18:20

Il s'agit de la société Artis et non ALTRIS. Pour plus amples précisions, voir avec Bernard.

popote67 18/07/2009 17:15

C'était quelle entreprise ALTRIS? Moi qui suis de Thilay, à 5 km de là, je ne vois quelle entreprise c'était ni où elle était située