Dimanche 20 avril 2014 7 20 /04 /Avr /2014 20:01
Aujourd'hui, 19:59

De plus en plus de citoyens soutiennent l'indépendance écossaise (sondage)

De plus en plus de citoyens soutiennent l'indépendance écossaise (sondage)

Par La Voix de la Russie | Bien qu’il reste cinq mois avant le référendum sur l'indépendance écossaise prévu pour le 18 septembre, des analystes disent que l’écart entre les partisans et les adversaires devient plus petit.

Le sondage ICM, réalisé pour l’édition Scotland on Sunday, montre que le nombre de citoyens qui soutiennent la séparation de l'Ecosse du Royaume-Uni a augmenté de 39 %, tandis que leurs adversaires ont perdu quatre pour cent, et désormais ils sont soutenus par 42 % de la population.

Sans prendre en compte les opinions des répondants indécis, l'opinion publique est repartie de la manière suivante : 48 % pour, et 52 % contre, rapporte The Guardian.

Les analystes notent que les résultats de l'enquête montrent le plus haut niveau de soutien à l'idée de l'indépendance du pays dans l'année dernière.
http://french.ruvr.ru/news/2014_04_20/De-plus-en-plus-de-citoyens-soutiennent-lindependance-ecossaise-sondage-5433/

Par Tourtaux - Publié dans : Europe - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 20 avril 2014 7 20 /04 /Avr /2014 19:48
 
 
Aujourd'hui, 18:26

Odessa : les manifestants ont exigé la démission du maire

Odessa : les manifestants ont exigé la démission du maire

Par La Voix de la Russie | Des centaines de personnes ont défilé dans les rues de la ville d’Odessa, en exigeant un référendum pour arrêter la répression politique et des désapprobations des nationalistes. Le défilé s’est terminé avec un meeting dans la plaine de Koulikovo, où les manifestants ont exigé la démission du chef de l'administration d'Odessa, Vladimir Nemirovski.

Les militants ont également l'intention de créer une collectivité territoriale qui sera l'autorité locale.

Mercredi dernier, les militants anti-Maïdan ont annoncé la création de la République populaire d’Odessa, en exhortant les habitants à bloquer le trafic du transport.
http://french.ruvr.ru/news/2014_04_20/Odessa-les-manifestants-ont-exige-la-demission-du-maire-7953/

Par Tourtaux - Publié dans : Ukraine - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 20 avril 2014 7 20 /04 /Avr /2014 19:22
Aujourd'hui, 16:13

Des centaines de partisans de référendum rassemblés devant le bâtiment de l'administration à Donetsk

Des centaines de partisans de référendum rassemblés devant le bâtiment de l'administration à Donetsk

Par La Voix de la Russie | La situation près du bâtiment de l’administration publique régionale de Donetsk est calme, il y a plusieurs centaines de partisans de référendum du Donbass.

La plupart des personnes présentes sont des représentants de force d'auto-défense des miliciens. En plus, des citoyens ordinaires arrivent également à l’édifice de l’administration régionale. Il n’y a pas du meeting, les rassemblés forment de petits groupes et parlent de l'avenir politique du pays.
http://french.ruvr.ru/news/2014_04_20/Des-centaines-de-partisans-de-referendum-rassembles-devant-le-batiment-de-ladministration-a-Donetsk-3790/

Par Tourtaux - Publié dans : Ukraine - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 20 avril 2014 7 20 /04 /Avr /2014 18:54

Slaviansk: le chef des protestataires appelle Poutine à introduire des troupes

Dossier: Situation explosive dans l'est de l'Ukraine

Slaviansk: le chef des protestataires appelle Poutine à introduire des troupesSlaviansk: le chef des protestataires appelle Poutine à introduire des troupes
15:42 20/04/2014
SLAVIANSK, 20 avril - RIA Novosti

Viatcheslav Ponomarev, chef de file des partisans de la fédéralisation de l'Ukraine à Slaviansk (est), a exhorté les autorités russes à introduire des "forces de la paix" dans la région, rapporte dimanche le correspondant de RIA Novosti sur place.

"Ils ne nous parlent pas, ils nous tuent. Ils tuent nos frères (…). La ville est aujourd'hui assiégée par les militants de Pravy Sektor (Secteur droit, organisation ultranationaliste ukrainienne, ndlr)", a fait savoir M.Ponomarev devant les journalistes.

Il a annoncé avoir demandé au président russe Vladimir Poutine d'envoyer des forces de maintien de la paix dans les régions ukrainiennes de Donetsk et de Lougansk.

Dimanche matin, le ministère ukrainien de l'Intérieur a fait état d'un mort et de trois blessés dans un échange de tirs survenu près d'un poste de contrôle dans la ville de Slaviansk (est), théâtre d'un bras de fer entre les partisans de la fédéralisation du pays et les forces armées envoyées par Kiev.

La Russie s'est par la suite déclarée "indignée par la provocation" survenue à Slaviansk, appelant Kiev à honorer son engagement de désarmer les extrémistes opérant dans le pays.

Le 1er mars dernier, le Conseil de la Fédération (sénat russe) a autorisé le chef du Kremlin Vladimir Poutine à recourir à la force militaire sur le territoire de l'Ukraine  "jusqu'à la normalisation de la situation socio-politique dans ce pays".

Jeudi 17 février, au cours de sa séance annuelle de questions-réponses avec la population, le président russe a espéré ne pas avoir à utiliser la force en Ukraine.

 

Par Tourtaux - Publié dans : Ukraine - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 20 avril 2014 7 20 /04 /Avr /2014 18:04

Algérie : quatorze militaires tués en Kabylie

Le Monde.fr avec AFP | 20.04.2014 à 12h19 • Mis à jour le 20.04.2014 à 14h47

 
Les militaires sont tombés dans une embuscade à Iboudrarène, au pied du massif du Djurdjura, alors qu'ils revenaient d'une mission dans le secteur, selon cette source.

Quatorze militaires algériens ont été tués dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 avril en Kabylie, région montagneuse située à l'est d'Alger, ont indiqué dimanche des sources sécuritaires. Onze soldats sont morts sur le coup et trois autres, grièvement atteints, ont succombé à leurs blessures, selon cette source citée par l'agence APS.

Les militaires sont tombés dans une embuscade à Iboudrarène, au pied du massif du Djurdjura, alors qu'ils revenaient d'une mission dans le secteur, selon cette source.


LA KABYLIE, THÉÂTRE D'AQMI


La Kabylie, région montagneuse et boisée à une centaine de kilomètres à l'est d'Alger, reste un théâtre d'opérations d'Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), qui mène des attaques contre les forces de sécurité. La semaine dernière, l'armée a tué deux « terroristes » près du village de Koukou, dans la même zone qu'Iboudrarène.

Des groupes radicaux armés continuent de se cacher dans les maquis de Kabylie et de commettre attentats et attaques, longtemps après la fin de la guerre civile qui avait opposé, dans les années 1990, l'armée à des groupes islamistes extrémistes.

(Actualisé à 11 H 10) Le terrorisme a frappé en Kabylie. Une dizaine  soldats de l’Armée Nationale Populaire (ANP) ont été tués lors d’un violent accrochage sur une route qui mène de la localité d’Iboudrarène vers les Ouacifs, des communes situées à une quarantaine de Km de la ville de Tizi-Ouzou. 

L’agence de presse publique l’APS vient de confirmer qu’un convoi militaire de l’armée algérienne a été victime d’une attaque terroriste. L’APS donne un bilan de “Quatorze  militaires” qui “ont été tués dans un attentat terroriste perpétré, samedi soir, vers 22h00″. D’après cette même source, ce convoi militaire “revenait d’une opération de sécurisation du scrutin présidentiel de jeudi dernier”  lorsqu’il  a été surpris, comme nous l’avons indiqué, par un “important groupe terroriste qui lui a tendu une embuscade”.

Selon des sources sécuritaires locales, ces soldats revenaient d’une opération de ratissage dans les maquis de la région lorsqu’ils ont été attaqués par un groupe terroriste qui leur a tendu une embuscade. Sous des rafales de balles, de nombreux soldats ont été touchés et succombent plus tard à leurs blessures, a-t-on encore appris. Les habitants de la région ont entendu durant toute la nuit des tirs en rafale et constaté un mouvement impressionnant de troupes militaires. Pour l’heure, nous ignorons le bilan exact des victimes de cette attaque terroriste.

Certaines sources parlent de 11 soldats tués et d’autres affirment que le bilan s’est élevé à 14 ou 15 morts car les blessés auraient succombé à leurs blessures. Jusqu’à cette heure-ci, le ministère de la Défense algérien n’a pas confirmé ou commenté les informations rapportées au sujet de cet accrochage avec un groupe terroriste en Kabylie. Mais au niveau d’Iboudrarène, les forces militaires sont toujours mobilisées pour débusquer ces terroristes qui ont orchestré cette attaque meurtrière.

- See more at: http://www.algerie-focus.com/blog/2014/04/tizi-ouzou-une-dizaine-de-soldats-tues-dans-un-accrochage-avec-un-groupe-terroriste/#sthash.Bc8vwqNR.dpuf

(Actualisé à 11 H 10) Le terrorisme a frappé en Kabylie. Une dizaine  soldats de l’Armée Nationale Populaire (ANP) ont été tués lors d’un violent accrochage sur une route qui mène de la localité d’Iboudrarène vers les Ouacifs, des communes situées à une quarantaine de Km de la ville de Tizi-Ouzou. 

 

L’agence de presse publique l’APS vient de confirmer qu’un convoi militaire de l’armée algérienne a été victime d’une attaque terroriste. L’APS donne un bilan de “Quatorze  militaires” qui “ont été tués dans un attentat terroriste perpétré, samedi soir, vers 22h00″. D’après cette même source, ce convoi militaire “revenait d’une opération de sécurisation du scrutin présidentiel de jeudi dernier”  lorsqu’il  a été surpris, comme nous l’avons indiqué, par un “important groupe terroriste qui lui a tendu une embuscade”.

Selon des sources sécuritaires locales, ces soldats revenaient d’une opération de ratissage dans les maquis de la région lorsqu’ils ont été attaqués par un groupe terroriste qui leur a tendu une embuscade. Sous des rafales de balles, de nombreux soldats ont été touchés et succombent plus tard à leurs blessures, a-t-on encore appris. Les habitants de la région ont entendu durant toute la nuit des tirs en rafale et constaté un mouvement impressionnant de troupes militaires. Pour l’heure, nous ignorons le bilan exact des victimes de cette attaque terroriste.

Certaines sources parlent de 11 soldats tués et d’autres affirment que le bilan s’est élevé à 14 ou 15 morts car les blessés auraient succombé à leurs blessures. Jusqu’à cette heure-ci, le ministère de la Défense algérien n’a pas confirmé ou commenté les informations rapportées au sujet de cet accrochage avec un groupe terroriste en Kabylie. Mais au niveau d’Iboudrarène, les forces militaires sont toujours mobilisées pour débusquer ces terroristes qui ont orchestré cette attaque meurtrière.

 

 
- See more at: http://www.algerie-focus.com/blog/2014/04/tizi-ouzou-une-dizaine-de-soldats-tues-dans-un-accrochage-avec-un-groupe-terroriste/#sthash.Bc8vwqNR.dpuf
Par Tourtaux - Publié dans : ALGERIE - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Dimanche 20 avril 2014 7 20 /04 /Avr /2014 17:15

 

enfant attaché , yeux bandés , tué par un soldat israélien devant des soldats israéliens...flv

 

 


Publiée le 18 juin 2012 enfant attache , yeux bandes , tue par un soldat israelien devant des soldats israeliens..assassins , criminels .. ou est l'ONU ? ou est .. DROIT DES HOMMES ..ou sont les .. MUSULMANS ?? WE WILL REMEMBER ..
Par Tourtaux - Publié dans : Israël - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 20 avril 2014 7 20 /04 /Avr /2014 16:52
  

Communiqué Snj et Snj-CGT : LES QUATRE JOURNALISTES FRANÇAIS OTAGES EN SYRIE ENFIN LIBRES !

Publié par udcgtnord.over-blog.fr sur 20 Avril 2014, 07:50am

Catégories : #Communiqué

Communiqué Snj et Snj-CGT : LES QUATRE JOURNALISTES FRANÇAIS OTAGES EN SYRIE ENFIN LIBRES !

LES QUATRE JOURNALISTES FRANÇAIS OTAGES EN SYRIE ENFIN LIBRES !

Le SNJ et le SNJ-CGT, membres de la Fédération européenne des journalistes (FEJ, 300.000 adhérents), se félicitent de la libération samedi de Didier François, Edouard Elias, Nicolas Hénin et Pierre Torres, leurs quatre confrères retenus en otage en Syrie depuis 10 mois.

Pendant tous ces longs mois, nos organisations avec la FEJ et FIJ n’ont cessé d’appeler les autorités françaises, européennes, le secrétaire général de l’ONU BanKi-Moon, à tout mettre en œuvre pour obtenir leur libération afin qu’ils puissent retrouver sains et sauf leur famille, leur rédaction.

Nous apportons toute notre solidarité à ces quatre journalistes qui ont accompli au péril de leur vie leur mission en Syrie : celle d’informer depuis des zones de conflit.

Au-delà de cette libération, les trois syndicats appellent avec la FIJ la condamnation de tous les preneurs d’otages de journalistes, la fin de l’impunité pour ceux qui se livrent à ces actes ignominieux attentatoires à la charte des Nations unies. Ils doivent être traduits devant la justice pour ces crimes.

Le SNJ et le SNJ-CGT tiennent à saluer nos quatre confrères ainsi que leurs familles.


  
SAONE-ET-LOIRE : La CGT n’accepte pas les «ajustements» autour des élections prud’homales

Le Samedi 19 avril 2014 @ 12:43:40
  
L'Union départementale CGT dénonce la suppression des élections prud’homales et la réforme de la justice.


« Le dossier est entre les mains du ministre du travail, autorisé à décider par décret. La décision sera appliquée assez vite », remarque Francis Gutierrez, président du Conseil de prud’hommes de Chalon-sur-Saône. Fin 2015, il n’y aura plus d’élections prudhommales, et le mode de désignation annoncé fausserait la donne selon la CGT. « La représentativité aux CPH serait calquée sur les dernières élections professionnelles et l’audience des syndicats dans les entreprises. Or, les deux élections sont différentes. Dans les entreprises, on vote souvent plus pour le délégué syndical que pour l’organisation qu’il représente, alors que pour les affaires aux prud’hommes on fait plus confiance au syndicat et, à ce niveau-là, la CGT a la réputation de ne rien lâcher dans les dossiers... ». Selon Francis Gutierrez, la représentativité aux prud’hommes ne serait donc pas légitime.
L’échevinage pensé par le ministère de la justice est aussi dénoncé par l’organisation syndicale. Avec la nomination d’un magistrat à qui reviendrait cette fois-ci le dernier mot, supérieur aux avis exprimés par les conseillers même si ceux-ci sont en quelque sorte d’accord sur l’affaire présentée. Francis Gutierrez parle alors de « figuration » de la part des conseillers, d’une certaine « perte de légitimité ». Sans oublier « le remplacement du tribunal d’instance et du TGI par le tribunal de première instance, pour faire notamment de grosses économies ».

La suppression de l’oralité est vue par le défenseur syndical CGT, Robert Wattebled, comme une manœuvre vers l’exclusion du monde du travail des CPH. « Les démarches face au juge seront rendues plus techniques, plus compliquées. Et la priorité sera donnée aux avocats », craint-il.
Pour tenter d’influer sur la décision du ministre du travail et la réforme, les juridictions émettent des avis, que les Cours d’appel sont ensuite chargées de faire remonter. Unanimement, les CPH de Chalon-sur-Saône et Mâcon se sont prononcés contre. Ceux de Chaumont et de Dijon sont allés dans le même sens à une forte majorité. Les motions sont unitaires - auxquelles s’ajoutent également le MEDEF et la CGPME - et montrent une opposition à ce nouveau mode de désignation.
Du côté de la CGT, l’objectif est de rassembler au moins 500 000 signatures contre le projet dans les prochaines semaines, dont 4 500 en Saône-et-Loire. En début de semaine, sans compter les retours directs au ministère, l’Union départementale en comptait 2 500. Un signe pour le secrétaire général départemental, Christophe Bride, que ces « ajustements » autour des élections prud’homales ne conviennent pas aux salariés ni même aux employeurs.
Alix BERTHIER

CGTDENONCEELECTIONS2.jpg
 
 
  • Aveyron
  • Decazeville. La CGT cheminots rencontre la nouvelle municipalité

Publié le 20/04/2014 à 03:47, Mis à jour le 20/04/2014 à 09:54

Services publics

A. Alonso, premier adjoint, a reçu G. Bourdie et E Fernandez. /DDM BHSP.

A. Alonso, premier adjoint, a reçu G. Bourdie et E Fernandez. /DDM BHSP.  

Vendredi après-midi, Guy Bourdie (secrétaire quart nord-est Midi-Pyrénées CGT cheminots) et Éric Fernandez (membre CGT du comité d'établissement régional SNCF) ont rencontré à leur demande la municipalité de Decazeville. Ils ont été reçus par Alain Alonso, premier adjoint au maire.

Guy Bourdie et Éric Fernandez ont exposé la situation du rail dans le Bassin, notamment une dégradation du service public : fermeture définitive de l'agence de la place Decazes, horaire avancé de fermeture quotidienne de la gare de Viviez et, depuis le 7 avril, fermeture les samedis, dimanches et fêtes, entre 11 h 50 et 14 h 15, tranche horaire où passe un train (ces fermetures entraînent des conséquences fâcheuses sur les horaires, et sur l'information en cas d'incidents sur la ligne), fermeture programmée des points de croisement entre Saint-Sulpice et Rodez, Capdenac et Saint-Sulpice (alors même que la ligne a été doublée entre Toulouse et Saint-Sulpice par la région), modifications horaires ne répondant pas aux besoins des passagers du Bassin...

La CGT cheminots a tenu à cette rencontre «car le rail doit contribuer au désenclavement et au développement du Bassin decazevillois. Si cela continue, il y aura de moins en moins de trains pour désenclaver le Bassin, c'est pourtant un mode de transport écologique à l'heure où l'on parle de plus en plus d'écologie. Nous demandons un agent de circulation à Viviez tant que les trains circulent et une meilleure prise en compte des besoins, notamment une desserte Decazeville-Villefranche pour arriver à Toulouse avant 9 heures», explique Guy Bourdie, qui attend de la municipalité un courrier en ce sens à l'attention de la direction régionale de la SNCF.

 
 
 

La CGT, majoritaire au comité d'entreprise d'EDF-GDF, est renvoyée devant le tribunal le 2 juin.

 
 
Foix. La température monte encore d'un cran au CHIVA
 
Comme en décembre dernier, la CGT espère une forte mobilisation, ce mercredi, devant le CHIVA pour protester contre une nouvelle organisation du travail décidée par le directeur de l'établissement et qui, selon le syndicat, supprimerait dix-sept postes./ Photo DDM

Comme en décembre dernier, la CGT espère une forte mobilisation, ce mercredi, devant le CHIVA pour protester contre une nouvelle organisation du travail décidée par le directeur de l'établissement et qui, selon le syndicat, supprimerait dix-sept postes./ Photo DDM

Le syndicat CGT du centre hospitalier du Val-d'Ariège appelle à une mobilisation, ce mercredi, à partir de 17 heures. Objectif : contester le projet de suppression de dix-sept postes.

Après une fin d'année 2013 agitée sur le front social, le centre hospitalier du Val-d'Ariège (CHIVA) va connaître une nouvelle montée de colère ce mercredi. Le syndicat CGT de l'établissement de soins appelle, en effet, les salariés à se mobiliser, ce mercredi 23 avril, à partir de 17 heures. Une date et un horaire de manifestation qui n'ont pas été choisis au hasard puisque c'est à ce moment-là que se tiendra la réunion du conseil de surveillance de l'hôpital.

À cette occasion, les manifestants, auxquels sont appelés à se joindre l'ensemble des salariés, les privés d'emploi, les retraités et les élus de tout le département, espèrent obtenir de la direction une marche arrière concernant son projet de faire disparaître dix-sept postes. Selon le syndicat, ces suppressions seraient la conséquence d'une nouvelle organisation du travail mise en place «unilatéralement» par le directeur à compter du 1er mai.

Un «scandale» pour la CGT

«Après avoir gagné, ne nous faisons pas voler la victoire d'un territoire», lance la CGT dans un communiqué en faisant référence au conflit social de décembre dernier. À l'époque, une forte mobilisation, y compris des élus qui s'étaient rangés aux côtés du personnel, avait permis d'obtenir de l'agence régionale de santé (ARS), sous couvert de la ministre de la Santé, des effectifs supplémentaires aux urgences, et le maintien de dix-sept postes dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Des moyens avaient également été mis en œuvre pour «développer la filière gériatrique avec la création de lits adaptés aux personnes âgées les plus dépendantes et à la charge en soins la plus importante (unités de soins de longue durée, PASA, UHR)», rappelle le syndicat en précisant que ces décisions de créations sont prévues pour juin 2014.

La décision de nouvelle organisation prise par le directeur du CHIVA ne passe donc pas pour la CGT qui voit là un véritable «scandale» et une «attitude intolérable». Le syndicat a donc alerté «l'ensemble des élus» ariégeois - du président du Sénat Jean-Pierre Bel, aux maires de Pamiers et de Foix en passant par les députés - pour les prévenir et, «compte tenu des enjeux sur la santé en Ariège», il espère donc une forte participation au rassemblement de ce mercredi.

 
 
 

Bopack à Bazouges. Les 13 anciens salariés vont faire appel

Il y a quelques jours, le conseil des prud'hommes du Mans a débouté les ex-salariés de Bopack, qui contestaient leur licenciement économique. Tous ont décidé de faire appel.

« Nous réclamons des indemnités pour licenciement abusif et pour non-proposition de mesures sociales suffisantes. Soit un montant d'1,3 million d'euros », explique Christian Chesnot, délégué CGT.

Le dossier sera déposé dans les prochains jours, auprès de la Cour d'appel d'Angers. « Après, il faut prévoir un délai d'environ deux ans avant l'audience », ajoute le délégué.

Une nouvelle étape dans une procédure engagée il y a presque deux ans. La société Bopack France-étiquettes, qui employait 37 personnes, a en effet fermé ses portes en septembre 2012.

Treize salariés ont alors décidé de contester leur licenciement. Le 3 octobre dernier, les conseillers prud'homaux n'ont pas réussi à trancher. Les parties ont été renvoyées devant un juge départiteur.

Début avril, le conseil avait finalement débouté les salariés.

Par Tourtaux - Publié dans : Lutte des classes - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 20 avril 2014 7 20 /04 /Avr /2014 12:17

La Russie déploiera ses missiles là où bon lui semble (ministre)

Sergueï Choïgou
20:17 18/12/2013
MOSCOU, 18 décembre - RIA Novosti

Les missiles Iskander seront déployés là où Moscou le jugera utile, a indiqué mercredi le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, commentant la préoccupation de l'Otan suite à l'apparition de ces missiles près des frontières de l'UE.

"Un grand bruit s'est récemment élevé suite aux informations concernant le déploiement d'Iskander au "mauvais" endroit. Sur le territoire de la Russie, nous en déployons là où bon nous semble", a déclaré M.Choïgou devant les étudiants à l'Université technologique Tsiolkovski (MATI)

Et d'ajouter que la Russie était en mesure de contrebalancer le projet américain de défense antimissile en Europe (ABM).

"Nous ne restons pas les bras croisés, en observant (le déploiement du bouclier antimissile, ndlr). Notre science, nos concepteurs et nos usines travaillent, croyez-moi, très efficacement. Nous avons avec quoi riposter", a souligné le ministre.

 

© RIA Novosti.

Le déploiement de systèmes de missiles de courte portée Iskander-M dans la région de Kaliningrad (enclave russe sur la Baltique) a été signalé samedi dernier par le quotidien allemand Bild.

Le ministère russe de la Défense a pour sa part affirmé lundi que le déploiement des batteries d'Iskander-M sur le territoire de la Région militaire Ouest (dont Kaliningrad fait partie) ne constituait pas une violation des traités internationaux.

Les missiles tactiques de haute précision Iskander-M sont destinés à détruire différentes cibles terrestres: rampes de lancement de missiles, pièces d'artillerie longue portée, systèmes de défense antimissiles ou antiaérienne.

Fin 2011, Dmitri Medvedev, alors président de la Russie, a promis de déployer des missiles Iskander dans la région de Kaliningrad afin de contrebalancer le projet américain prévoyant la mise en place d'un bouclier antimissile en Europe.

 

Par Tourtaux - Publié dans : Russie - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 20 avril 2014 7 20 /04 /Avr /2014 12:01

Les décisions de la justice russe priment celles de la CEDH (Moscou)

La Cour constitutionnelle
16:18 06/11/2013
SAINT-PETERSBOURG, 6 novembre - RIA Novosti

Les représentants du pouvoir d'Etat à la Cour constitutionnelle russe se sont prononcés à l'unanimité mercredi pour la priorité de la législation nationale russe sur les décisions de la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) de Strasbourg, rapporte le correspondant de RIA Novosti auprès de la Cour constitutionnelle.

"La CEDH n'est pas une instance supérieure aux juridictions nationales. Un arrêt de la CEDH ne peut donc pas annuler une décision judiciaire rendue sur le territoire d'un Etat signataire de la Convention européenne des droits de l'Homme", a indiqué Dmitri Viatkine, représentant de la Douma (chambre basse du parlement russe) à la Cour constitutionnelle.

M. Viatkine a pris la parole lors d'une réunion tenue à l'occasion d'une requête déposée par un tribunal militaire russe qui demandait à la Cour constitutionnelle de préciser la position à prendre en cas de contradiction entre une décision de la justice russe et celle d'une juridiction internationale.

Les arrêts de la CEDH "ne peuvent pas enjoindre à un Etat défendeur de modifier sa législation, car cette pratique outrepasserait les compétences de la CEDH et constituerait une violation de la souveraineté de cet Etat", estime le représentant du président russe à la Cour constitutionnelle Mikhaïl Krotov.

"La Cour de Strasbourg a le droit d'indiquer aux pays les erreurs constatées dans leurs lois, mais si les décisions de la CEDH vont à l'encontre de la Constitution de la Russie, cette dernière doit agir compte tenu de ses intérêts nationaux", a estimé le président de la Cour constitutionnelle Valeri Zorkine dans un article paru en octobre 2010 dans le quotidien Rossiïskaïa Gazeta.

La Russie arrive en première position pour le nombre de requêtes déposées à la Cour de Strasbourg. La plupart d'entre elles portent sur la non-application des décisions rendues en matière civile et sur les mauvaises conditions de détention préventive. Viennent ensuite les requêtes formées par les parents des victimes de la guerre de Tchétchénie. Ces plaintes ne constituent pourtant que 1 à 2% de la totalité des saisines réalisées par des citoyens russes.

 

Par Tourtaux - Publié dans : Russie - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 20 avril 2014 7 20 /04 /Avr /2014 11:50
Aujourd'hui, 10:27

Ukraine : cinq tués dans une attaque d'un poste de passage à Slaviansk

Ukraine : cinq tués dans une attaque d'un poste de passage à Slaviansk

Par La Voix de la Russie | Trois membres des détachements d'auto-défense et deux assaillants ont été tués dans une attaque d'un poste de passage à Slaviansk (région de Donetsk). Une personne a été blessée.

Des hommes inconnus arrivés en voitures à ce poste de passage ont ouvert le feu sur les miliciens. Ceux-ci ont repoussé l'attaque et se sont emparés de deux voitures des assaillants où ils ont trouvé des symboles du groupe radical Praviy sektor, ainsi que des armes, des explosifs et des instruments de vision nocturne de fabrication américaine.
http://french.ruvr.ru/news/2014_04_20/Ukraine-cinq-tues-dans-une-attaque-dun-poste-de-passage-a-Slaviansk-6320/

Par Tourtaux - Publié dans : Syrie - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Présentation

catégories

Créer un Blog

Liens

Moteur de recherche 1789

Loading

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés