Jeudi 31 juillet 2014 4 31 /07 /Juil /2014 13:35

 

11 AVIONS SONT ENTRE LES MAINS DES MILICIENS LIBYENS

Le spectre d'un 11 septembre au Maghreb

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
L'aéroport de Benghazi après l'assaut des islamistesL'aéroport de Benghazi après l'assaut des islamistes

Face à la situation chaotique en Libye, l'Algérie a pris l'initiative d'appeler l'ensemble de la communauté internationale à se mobiliser et prendre conscience du contexte actuel.

Pour l'Algérie, il est question d'agir dans l'urgence pour assister ce pays à «relever tous les défis qui l'assaillent», déclare le chef de la diplomatie algérienne Ramtane Lamamra, ajoutant que «les développements graves de la situation sécuritaire en Libye préoccupent au plus haut point l'Algérie». Le ministre des Affaires étrangères souligne dans ce même contexte que «les dures épreuves qui ont été infligées au peuple libyen frère durant les derniers jours, coïncidant avec l'Aïd El Fitr El Moubarek, assombrissent l'avenir immédiat du pays et inspirent une inquiétude légitime en ce qui concerne les perspectives de sortie de crise rapide à travers l'avènement de la Libye nouvelle, démocratique et en paix avec elle-même que nous appelons de tous nos voeux», à ce titre le diplomate déclare encore «l'Algérie presse tous les acteurs libyens impliqués dans cette montée effrénée de la confrontation fratricide, de s'en remettre à leur Parlement élu, en vue de la prise des mesures nécessaires à une indispensable réconciliation nationale, ainsi qu'à la mise en place d'institutions crédibles et efficaces pour assumer les missions relevant de la souveraineté de l'Etat libyen».
Lamamra ne manquera pas de relever que «l'Algérie mène des consultations avec les autres pays voisins de la Libye, en vue de la conjugaison des efforts pour aider l'Etat et les forces patriotiques à faire prévaloir les intérêts supérieurs du peuple libyen frère, dans ces circonstances décisives de son Histoire». Ces déclarations interviennent alors que le monde bouillonne! Crash d'avions, assassinats collectifs, combats meurtriers, du sang partout, le chaos au sens propre du mot. Alors qu'en terre palestinienne occupée, dans la bande de Ghaza, l'on compte des morts d'enfants, de femmes et vieillards suite aux agressions de l'occupant, en Tunisie les accrochages opposant les forces de sécurité tunisiennes aux groupes terroristes sont au quotidien. Le pire est en Irak, Daesh qui compte élargir sa dominance vers l'Afrique du Nord avec le soutien de la nébuleuse organisation terroriste active en Libye a exécuté 1700 Irakiens. Au même moment, la Syrie poursuit sa lutte contre cette même organisation née en 2013. La menace de cette organisation multinationale composée aussi bien d'Occidentaux que d'éléments du Monde arabe, s'est vite répandue. La Syrie, au même titre que l'Irak avait averti l'opinion internationale sur les vraies visées de Daesh qui vient de s'allier aux groupes terroristes en Libye, dans l'intention d'investir les pays du Maghreb. La situation en Libye est en parfaite symbiose avec le projet des réseaux terroristes. Après plusieurs jours de combats meurtriers, le quartier général de l'unité des forces spéciales de l'armée libyenne, principale base militaire à Benghazi, est aux mains de groupes islamistes. Le forfait a revendiqué une alliance de groupes islamistes dont Ansar Charia, qui ne manquera pas de diffuser des photos de son butin, montrant notamment des dizaines d'armes et de caisses de munitions. Plus de 60 personnes sont mortes à la suite de cette attaque qui, malheureusement, s'enchaîne avec la prise de 11 avions par les mercenaires des réseaux terroristes à l'aéroport de Tripoli. Selon les informations disponibles, l'on compte user de cette flotte pour accomplir des attentats à l'image même du 11 septembre aux USA. Trois pays sont visés, l'Algérie, la Tunisie et le Maroc. Les criminels projettent de prendre pour cible les édifices étatiques, dont les infrastructures économiques, gouvernementales et militaires. Après des combats meurtriers durant deux semaines, ayant engendré 47 morts, l'aéroport de Tripoli tombe entre les mains des terroristes.
Citant des sources du renseignement, ces informations dévoilées par la presse européenne, font état également que les terroristes comptent charger les avions avec des explosifs avant d'attaquer. Prenant au sérieux cette menace, l'Algérie a pris des dispositions en dégageant une stratégie de défense, laquelle s'est matérialisée par la fermeture de certains ponts aériens, comme signe de prévention. La situation dans la capitale, Tripoli, demeure dramatique, face à un gouvernement qui a fait preuve d'incompétence. Depuis le 13 juillet, des combats opposent des milices rivales dans le sud de la capitale, notamment autour de l'aéroport fermé depuis le début des heurts. Les roquettes tirées durant ces combats ont touché un important dépôt de stockage d'hydrocarbures, situé à proximité de l'aéroport de la capitale, y provoquant un énorme incendie. Le dépôt de stockage en feu contient plus de 90 millions de litres de carburant et l'on s'attend à une véritable catastrophe jamais vécue dans la mesure où l'on ne parvient pas à maîtriser l'incendie. Ce qui n'est pas évident, car aux dernières nouvelles, l'incendie était «hors de contrôle».
A cela s'ajoute le crash, ce mardi dernier, d'un avion militaire. «Le pilote est sain et sauf, il a pu s'éjecter de l'avion et sauter en parachute. Il n'a pu préciser toutefois, si l'appareil avait été abattu par des islamistes», rapportent des sites d'informations. La crainte des attaques ne concernera pas que la Libye déjà meurtrie, l'Algérie, la Tunisie et le Maroc. En effet, la France, l'Italie, la Grèce, l'Espagne et Malte sont autant de pays qui craignent une attaque et ont d'ores et déjà pris des mesures en mettant l'aéroport de Tripoli sous surveillance. Après l'Algérie et les USA, c'est au tour de la France d'évacuer des ressortissants français et britanniques de la Libye. Un pays qui ne semble pas prêt à se relever de sitôt!

 

  
 
Par Tourtaux - Publié dans : ALGERIE - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 31 juillet 2014 4 31 /07 /Juil /2014 11:34

La Résistance palestinienne est une icône pour tous ceux qui aspirent à la liberté

jeudi 31 juillet 2014 - 05h:32

Susan Abulhawa - Middle East Eye


Il existe des nations et des peuples autres que les Palestiniens, qui comprennent ce que signifie préférer mourir en combattant que mourir en étant à genoux.

JPEG - 56.6 ko
Gaza, 29 octobre 2010 - Les partisans du Djihad islamique palestinien marquent le 23e anniversaire de la création de leur mouvement, en même temps que l’assassinat de Fathi Shiqaqi, son fondateur - Photo : demotix.com

Alors que Palestiniens saignent et brûlent dans l’obscurité, sans eau, sans abri, sans nourriture ni médicaments sous l’assaut barbare d’Israël, la propagande israélienne est propulsée avec force à travers le monde - dans les médias occidentaux en particulier - et la liste habituelle de politiciens américains et magnats de la presse en sont les acteurs enthousiastes. Le thème central consiste à accuser les victimes. Ils sont cyniques et leurs propos sont surréalistes, mais beaucoup de gens avalent le tout sans se poser de questions.


Le lèche-bottes d’Israël, Bill Clinton, reprend le vocabulaire de l’occupant en le résumant : « [le Hamas a] une stratégie pour forcer Israël à tuer ses propres civils. » Certainement que Clinton tente de fournir quelques gages politique à l’AIPAC au profit de sa femme qui vise la présidence... mais le cynisme abject d’une telle déclaration s’apparente à la pire des propagandes depuis l’époque de Goebbels (*). C’est l’équivalent de dire qu’une femme dans une robe moulante oblige les hommes à la violer. Personne ne force les Israéliens à tuer des civils non armés dans leurs maisons. Personne ne les force à bombarder les hôpitaux, les centres de réadaptation, les usines de traitement de l’eau, les boulangeries, ou les enfants jouant au football sur la plage. Ils font d’eux-mêmes. Volontairement et délibérément. Ils utilisent des fusils et des bombes et des avions et des navires de guerre et des drones et des tireurs d’élite de leur propre gré, contre une population civile sans défense dans un des endroits les plus densément peuplés du monde. Avec l’Égypte, ils ont assiégé le territoire en bouclant toutes les frontières, et les gens n’ont nulle place où aller et se mettre à l’abri. Il est tout simplement impossible de réfuter ce simple fait.


Les Israéliens disposent du matériel militaire et des équipements de surveillance les plus sophistiqués au monde et ils voient avec une grande précision ce qu’ils vont frapper. Impossible de croire que les navires de guerre israéliens se seraient trompés en voyant quatre enfants jouer au ballon sur une plage grande ouverte. Imaginons qu’ils aient fait une erreur avec le premier tir (une hypothèse vraiment très généreuse), le second tir d’artillerie - tandis que les garçons fuyaient, complètement terrorisés - ne pouvait l’être. Ce tireur d’élite a lui aussi bien vu qu’il tuait un homme désarmé qui fouillait les décombres à la recherche de sa famille lors d’un cessez-le feu humanitaire de 2 heures.


Benjamin Netanyahu s’est vu donner des heures de temps d’antenne pour y verser ses messages racistes, déshumanisants et répugnants dans tous les salons à travers les États-Unis. Parmi les plus fallacieuses et les plus choquantes était son affirmation selon quoi il est très triste d’avoir à tuer autant de bébés ; Israël essaie de protéger les Palestiniens, mais le Hamas les pousse dans les combats. « Quel choix avons-nous ? » demande-t-il. Ensuite, reprenant les images coloniales de l’indigène sauvage, il affirme que les Palestiniens veulent plus de morts afin de pouvoir les empiler et les exposer pour la télévision. Le Hamas utiliserait donc des « Palestiniens télégéniquement morts », pour la cause... La suggestion est que les Palestiniens, contrairement à toutes les créatures de notre planète, ne seraient pas dotés de l’impulsion humaine si fondamentale qui est de vouloir protéger ses enfants. Le pire, c’est que Wolf Blitzer (lui-même un pro-sioniste et pro-Israël notoire) ne contredit absolument pas une propagande si obscène.


« Que feriez-vous ? »


Les médias occidentaux continuent de présenter la tuerie hystérique perpétrée par Israël comme de l’auto-défense. Des sommes énormes ont été dépensées pour des campagnes de propagande avec des images de roquettes pleuvant sur des villes occidentales et accompagnées d’une légende : « Que feriez-vous ? » En effet, je voudrais poser la question : « Que feriez-vous ? » si une occupation militaire oppressante vous maintenait vous et tous ceux que vous aimez enfermés dans une petite enclave, de sorte qu’il soit interdit d’entrer aux produits et biens les plus élémentaires pour vivre ? Lorsque vous ne pouvez pas partir, ni même espérer partir, jamais ? Lorsque les navires de guerre vous tirent dessus et coulent votre bateau si vous essayez de pêcher dans la mer qui appartient à Dieu ? Où si vous deviez creuser des tunnels sous la terre et ramper dans des conditions dangereuses, comme des rongeurs, pour faire passer des livres, des couches, des pâtes et des crayons ?


Lorsque vous êtes soumis à des assassinats ciblés, des bombardements réguliers, de l’eau potable polluée, des enlèvements et des arrestations arbitraires ? Que feriez-vous si vous étiez soumis à des raids de nuit, des points de contrôle sans fin et le harcèlement quotidien et constant des soldats et des colons enragés de Brooklyn qui viennent réclamer votre maison parce que, parait-il, Dieu les aime plus que vous ? Que feriez-vous si votre fils avait été contraint d’avaler de l’essence, puis brûlé vif parce qu’il est né dans votre famille, laquelle est, selon les lois de l’État oppresseur, indigne de jouir de l’égalité des droits. Une sorte d’humain inférieur avec un dieu de second rang.


Que feriez-vous si vous deviez passer deux heures à faire un voyage qui devrait normalement prendre 10 minutes, parce que vous n’êtes pas autorisé à voyager par certaines routes ? Si la couleur de votre carte d’identité ne vous permet de circuler que dans un faible rayon et que vous serez emprisonné si vous sortez de l’espace réduit qui vous est alloué ? Que feriez-vous si vous ne pouviez pas travailler, si vous étiez empêché d’aller prier dans votre ville sainte qui est à seulement 10 minutes de chez vous ? Que feriez-vous si vos enfants, dès l’âge de 10 ans, étaient enlevés par des soldats lourdement armés pour être interrogés, seuls, emprisonnés, torturés, forcés à signer des aveux dans une langue qu’ils ne peuvent pas lire ni comprendre, puis emprisonnés par les tribunaux militaires ? Que feriez-vous si les oliveraies ancestrales de votre famille avaient été confisquées par l’État ou brûlées par des colons illégaux, votre vie et votre histoire rayées de la carte ?


Que feriez-vous si vous aviez été expulsé de votre maison et poussé dans un camp de réfugiés afin que des Juifs venus de partout dans le monde puissent prendre votre place et avoir un pays de plus, avec une double nationalité, une dans leur pays d’origine et une dans le vôtre ? Que feriez-vous si l’ensemble de votre nation était terrorisée et brutalisés parce que quelqu’un a tué trois colons juifs, pour lesquels aucune preuve n’a jamais été présentée et aucun procès conduit ? Si les dirigeants de cette occupation militaire, dans les plus hautes fonctions, appellent à verser votre sang et le sang de vos enfants, qu’ils appellent « petits serpents », et que leurs intellectuels appellent au viol de vos mères et vos sœurs pour dissuader votre tendance naturelle qui est de vous battre pour résister ?


Ne souhaiterez-vous lancer des pierres et des cocktails Molotov à leurs blindés ? Ne souhaiteriez-vous pas tirer des roquettes sur leur dôme de fer ? Ne voudriez-vous pas marcher chaque semaine, pacifiquement, contre la construction du mur en béton qui traverse votre village ? Ne souhaiteriez-vous pas boycotter, désinvestir et sanctionner ? Souhaiteriez-vous négociez avec vos bourreaux la liberté et tout ce qui est non-négociable ? Voudriez-vous plaider auprès des Nations Unies ? Aller au tribunal international ? Rédiger des essais de ce genre destinés à tomber dans des oreilles de sourds ?


Le droit de résister


Les Palestiniens ont tout fait. Nous choisissons la résistance, toujours, sous toutes ses formes. Nous résistons parce que c’est notre droit. Parce que nous sommes les natifs de cette terre et que nous n’avons nulle part ailleurs où aller. Parce que nos parents, grands-parents, arrière-grands-parents et encore bien d’autres avant eux sont enterrés dans ce sol. Parce que nous avons raison et que notre cause est juste. Nous résistons passivement et activement. Nous résistons violemment et de manière non violente. Il est de notre droit légal et moral de résister avec les moyens dont nous disposons contre ce qui a été nommé fort justement le « génocide incrémentale. »


Nous avons tout essayé pour gagner la plus simple des dignités humaines. Nous avons renoncé à notre droit juridique, historique, moral, culturel, ethnique sur 78% de la Palestine historique pour former un État sur ​​les 22% restants, sur lesquels Israël ne peut pas demander un iota de souveraineté. Mais Israël n’a jamais agi de bonne foi, choisissant plutôt de coloniser plus de la moitié de ce territoire dans le laps de temps où nous avons tenté de négocier l’indépendance. Aujourd’hui, certains Palestiniens ont choisi de reprendre les armes.


Bien que les roquettes lancées depuis Gaza soit avant tout des pétards qui ne nuisent à personne, les envoyer est parfaitement logique. Si cette perturbation minimale de normalité dans la vie des Israéliens est tout ce que nous pouvons faire, alors c’est ce que nous devions faire. Si le maximum que les Palestiniens puissent faire est de rendre malaisé pour un couple d’Israéliens de profiter d’une journée à la plage, d’aller dans une salle de gym ou un café pendant que leur armée déchiquète les corps de nos enfants à l’extérieur, alors c’est ce que nous devions faire. Ces roquettes sont des affirmations symboliques et radicales de la volonté inflexible d’un peuple autochtones à vivre avec dignité dans sa patrie ancestrale. Ce sont des actes minimum d’auto-défense d’un peuple contre qui des crimes innommables n’ont jamais cessé depuis plus de 60 ans.


Il y a des gens dans le monde qui comprennent ce que je dis. Des gens qui ont vécu sous les terribles, cruelles, humiliantes bottes d’un autre peuple. Des gens qui rêvaient et languissaient pour le doux souffle de la liberté et de la justice. Qui ont dû se battre et mourir pour cette liberté contre une force militaire très supérieure. C’est pourquoi l’Afrique du Sud est avec nous. Pourquoi les Irlandais sont avec nous. Pourquoi la Bolivie, le Venezuela, le Chili, Cuba, la République démocratique du Congo, et d’autres sont avec nous. Les sociétés civiles, à défaut des gouvernements, dans toutes les parties du monde sont avec nous. Nous disons, merci ! À vous, nos frères et sœurs. Merci pour votre solidarité. Nous ne l’oublierons pas.


Il y a ceux qui comprennent ce que signifie préférer mourir en combattant que mourir à genoux. Qui comprennent pourquoi les habitants de Gaza, dans leur douleur ineffable, la peur, l’insécurité et la misère ont choisi de soutenir la muqawama, la résistance. Certaines personnes se souviennent de l’insurrection de Varsovie où les Juifs ont envoyé leur propre version de pétards inoffensifs vers leurs bourreaux surarmés, et donc, beaucoup de nos frères et sœurs juifs du monde entier sont debout avec nous, témoignant de ce qui est noble et humain.


Mais les puissants de cette planète nous accusent de notre propre misère. Ils se tiennent debout derrière Israël, un État colonial terroriste, armé avec les meilleures des machines de mort, et ils nous demandent de désarmer. Nous savons que ces mêmes gouvernements stimuleront bientôt les exportations d’armes israéliennes qui peuvent maintenant porter l’étiquette lucrative : « Testé sur le terrain. » Nous savons qu’ils savent qu’Israël exploite les corps des Palestiniens comme chair à canon pour en faire son profit.


Nous savons aussi, plus clairement que jamais, que ne pouvons compter que sur nous-mêmes et les gens de conscience pour imposer notre propre libération. Gaza nous l’enseigne tous les jours. Ces gens de conscience nous enseignent également que nous pouvons mettre nos différences de côté et nous unir en tant que peuple.


Ce que nous savons aussi, c’est que les tables tournent rapidement dans notre partie du monde. Israël n’a pas été ici assez longtemps pour comprendre cette vérité fondamentale de notre pays. Un jour, le soleil brillera à nouveau sur la Palestine et elle sera à nouveau le lieu pluraliste, multi-religieux et multi-culturel, qu’elle avait été avant Israël. C’est la paix pour laquelle nous nous battons. Nous nous battons pour une paix faite de justice et de dignité qui accorde la vie et l’espoir aux êtres humains, sans égard à leur religion ou à toute autre caractéristique arbitraire.


Et un jour, nous gagnerons. Nous irons nager à nouveau sur les rives de Haïfa, regarder les vagues se jeter contre les murs de Akka. Nous irons pêcher aussi loin que nos bateaux ont besoin d’aller. Nous irons prier à Al-Aqsa et au Saint-Sépulcre. Nous irons récolter nos oranges de Jaffa, les raisins d’Hébron, et les olives partout ailleurs. Cette vieille image de patriarches, musulmans et juifs et chrétiens, les cartes à jouer à la main à Jérusalem, sera une fois de plus une réalité. Et nous allons honorer ceux qui sont morts, ont combattu, résisté, et payé un prix tellement élevé pour cela.


Note :


* Goebbels (1897-1945) a réussi à faire de la propagande une véritable technique, exerçant ainsi sur les Allemands de l’Allemagne Nazie une influence considérable. Il a depuis fait de nombreux émules... dont les thuriféraires pro-israéliens.


JPEG - 3.5 ko

* Susan Abulhawa est l’auteure de Les Matins de Jénine (éditions Buchet-Chastel, 2008) et la fondatrice de « Playgrounds for Palestine ».


De la même auteure :


- La Palestine peut être reconquise dans un combat de rue - 5 mai 2014
- Négociations et haute trahison : la « paix » israélo-palestinienne - 18 janvier 2014
- La lutte du peuple palestinien est une lutte non-blanche - 14 juin 2013
Chronicle
- Les larmes de Gaza - 23 septembre 2011

26 juillet 2014 - Middle East Eye - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.middleeasteye.net/column...


Traduction : Info-Palestine.eu - Claude Zurbach

 

 

  
 
Par Tourtaux - Publié dans : Palestine - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 31 juillet 2014 4 31 /07 /Juil /2014 11:15

L’Egypte à la tête des régimes arabes qui facilitent l’assaut d’Israël contre Gaza

Publié par Gilles Munier sur 31 Juillet 2014, 08:58am

Catégories : #Egypte

L’Egypte à la tête des régimes arabes qui facilitent l’assaut d’Israël contre Gaza

Par Jean Shaoul (revue de presse : wsws.org - 30/7/14)*

L’hécatombe organisée par Israël à Gaza ne pourrait se faire sans la complicité des régimes arabes. L'Egypte, l’Etat arabe le plus peuplé et le plus puissant, a joué un rôle crucial pour ce qui est de rendre possible le lancement de cette offensive génocidaire contre une population palestinienne sans défense.

Depuis qu’il a chassé le président Mohamed Morsi des Frères musulmans (FM) et commencé en juillet dernier un régime de terreur, le dictateur militaire égyptien Abdoul Fattah al-Sissi a suivi l’exemple de ses prédécesseurs, Hosni Moubarak et Morsi quant au contrôle du point de passage de Rafah à la frontière Sud de Gaza. En bloquant l’unique point d’entrée de l’enclave appauvrie qui ne soit pas contrôlé par Israel, il a transformé Gaza en une prison à ciel ouvert pour ses 1,8 millions d’habitants.

Ce régime tributaire des Etats-Unis a collaboré avec Israël pour durcir encore plus le blocus en déclarant qu’Hamas était une organisation terroriste et en faisant exploser ou en inondant les tunnels reliant Gaza à l’Egypte. Cette suppression d’un lien vital utilisé pour faire passer en contrebande de la nourriture, des fournitures médicales, du matériel de construction et de l’essence dont dépendent les Palestiniens de Gaza, a fait monter les prix en flèche.

En début d’année, les forces de sécurité égyptiennes avaient mis en place une zone tampon ou zone vide près de Rafah, s’étendant sur 300 mètres dans des zones habitées et sur 500 mètres dans des zones ouvertes et détruisant des maisons dans cette zone. Le but avéré était d’empêcher que des activistes islamistes du Sinaï Nord se servent de Gaza comme d’une base pour attaquer le Sinaï.

La péninsule du Sinaï a connu une série d’attaques montées par des djihadistes, qui visaient les gazoducs reliant l’Egypte, Israël et la Jordanie, ainsi que des forces de sécurité égyptiennes. Vu que les intérêts égyptiens correspondent dans une large mesure à ceux d’Israël, l’Egypte a étroitement collaboré avec Tel Aviv pour réprimer les djihadistes.

La pénurie de carburant pour l’approvisionnement en courant est telle en Egypte que le gouvernement est en train d’envisager que les sociétés énergétiques qui y exercent leurs activités soient autorisées à importer du gaz auprès de compagnies israéliennes. BG, anciennement British Gas, a entamé des négociations avec Israël pour fournir pendant 15 ans 7 milliards de mètres cubes de GNL (gaz naturel liquéfié) par an à l’Egypte.

La dernière agression d’Israël contre Gaza, cyniquement et à tort nommée Opération Bordure de Protection a été coordonnée de près avec l’Egypte – qui avait fait évacuer la veille ses gardes-frontières à Rafah pour qu’ils ne soient pas atteints par le bombardement israélien. L’armée a intensivement patrouillé la frontière du Sinaï pour empêcher que des groupes militants n’y lancent des attaques aux côtés du Hamas, la branche des Frères musulmans qui contrôle Gaza. Rien que la semaine passée, des militants du Sinaï avaient tiré des roquettes sur Israël. Les forces de sécurité égyptiennes ont dit avoir empêché que des militants ne tirent deux roquettes supplémentaires sur Eilat, station balnéaire du Sud d’Israël.

Le bombardement israélien a touché des bâtiments situés du côté égyptien de la frontière sans que ceci ne provoque de réaction hostile de la part du Caire. Selon un article paru sur le site web Al-Monitor, des avions de combat ont ciblé à l’aide de bombes à concussion hautement explosives les points d’entrée de tunnels situés dans le Sud de Gaza dans le but de détruire les entrées du côté palestinien et une partie des tunnels souterrains. Un habitant a dit que le bombardement intensif avait été bien pire que lors de n’importe quelle guerre précédente contre Gaza et d’un type différent car il a causé des « tremblements de terre anormaux dans le sol et ensuite à nos maisons » et l’a comparé à un séisme de force 5. Il craignait que si le bombardement continuait, le sol pourrait s’effondrer, vu que sous leurs maisons il existe plus d’un millier de tunnels.

Par deux tirs très précis en direction de l’immeuble abritant Al-Jazeera, qui a son siège au Qatar, Israël a aussi touché le bureau local de cette chaîne. Cela eut lieu le jour qui a suivi l’interdiction par le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, d’Al-Jazeera, l’accusant d’être l’organe de Hamas. L’Egypte, pour sa part, a fermé le bureau d’Al-Jazeera au Caire et un tribunal fantoche a condamné quatre de ses journalistes à de longues peines d’emprisonnement pour avoir soi-disant soutenu les Frères musulmans et le terrorisme en Egypte. Ceci est conforme à son opposition actuelle aux Frères musulmans et à ses soutiens au Qatar où se trouve aussi le chef du bureau des Affaires extérieures du Hamas, Khaled Meshaal.

Le Caire a fermé le passage de Rafah pour empêcher que les Palestiniens ne fuient devant l’armée israélienne. Il a refusé de permettre aux blessés de se faire soigner dans des hôpitaux en Egypte et empêché des délégations médicales et un convoi d’aide de parvenir aux habitants de Gaza.

L’attaque d’Israël avait pour but de faire capoter toute perspective d’unité politique entre la faction de l’Organisation de libération de la Palestine dirigée par le Fatah de Mahmoud Abbas et gouvernant la Cisjordanie pour le compte d’Israël et le Hamas qui contrôle Gaza, sous le nouveau Gouvernement d’unité nationale convenu il y a quelques mois. L’objectif initial, tel qu’il a été établi par Israël, de détruire les tunnels de Gaza, s’est désormais élargi de façon à inclure la destruction du Hamas même.

Tout cela a lieu alors qu’Israël fait preuve d’une attitude belliqueuse croissante. Celui-ci avait dernièrement lancé des attaques contre la Syrie à partir du plateau du Golan qu’il occupe depuis 1967. Il travaille en étroite collaboration avec l’Arabie saoudite qui a joué un rôle crucial dans le renversement du régime des FM en Egypte et dans l’arrivée au pouvoir d’al-Sissi; et il a, dans le cadre d’une stratégie plus générale d’endiguement de l’Iran, appuyé les forces islamistes sunnites en Syrie et en Irak.

La guerre contre Gaza ne vise pas simplement à réprimer les Palestiniens, mais aussi à forger une plus grande unité au Moyen-Orient contre l’Iran et ses partisans. Durant de nombreuses années, l’Iran a agi comme le principal bailleur de fonds du Hamas. Alors que le Qatar avait tenté de briser cette alliance, l’offensive d’Israël pousse une fois de plus le Hamas à se rapprocher de Téhéran – tandis que Jérusalem cherche à créer au Moyen-Orient les conditions d’une offensive plus large, dirigée ou approuvée par les Etats-Unis, contre la Syrie et l’Iran.

Le porte-parole iranien, Ali Larijani, et le commandant des Gardes révolutionnaires, le général Mohammad Ali Jafari, se sont vantés cette semaine d’avoir fourni au Hamas la technologie nécessaire pour fabriquer ses propres armes tandis que le guide suprême Ayatollah Ali Khamenei a demandé aux Palestiniens d’étendre leur résistance de Gaza à la Cisjordanie occupée. Mercredi, la porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Marzieh Afkham, a dit lors d’une conférence de presse que l’Iran avait tenu des consultations politiques avec d’autres pays, dont des Etats non alignés, pour trouver un moyen d’aider la population de Gaza.

Avec ses négociations d’une proposition bidon de cessez-le-feu après discussion avec l’Arabie saoudite, la Ligue arabe et Washington, Al-Sissi a fourni une couverture essentielle à l’attaque terrestre d’Israël. Un élément clé de la proposition égyptienne a été la fin du régime du Hamas à Gaza et le retour de l’Autorité palestinienne (AP) dirigée par le Fatah, expulsée suite à une tentative de coup d’Etat contre le Hamas vainqueur des élections de janvier 2006 en Cisjordanie et de 2007 à Gaza. L’Egypte a insisté sur le fait qu’elle ne voulait pas rouvrir le point de passage de Rafah tant qu’il ne serait pas gardé par une AP sous contrôle de l’homme fort Mohammed Dahlan, le successeur préféré par Israël d’un Abbas affaibli.

Le cessez-le-feu a été rejeté par le Hamas qui souligne ne pas vouloir mettre un terme aux hostilités sans la levée du blocus, sans la libération des prisonniers convenue en échange du soldat israélien Gilad Shalit et celle des prisonniers détenus en Cisjordanie après le meurtre des trois jeunes israéliens, et sans l’extension à la limite précédemment fixée du droit de pêche de Gaza.

Les agissements des dirigeants de la région prouvent une fois de plus que l’acquisition des droits les plus élémentaires et l’accomplissement des tâches nationales dans les pays opprimés ne peuvent se faire qu’au moyen de la mobilisation politique indépendante de la classe ouvrière sur la base d’une perspective socialiste et internationaliste. La question palestinienne est liée au succès de la révolution socialiste. Elle pose la nécessité d’unifier la classe ouvrière arabe et juive dans une lutte pour le renversement des régimes vénaux et sclérosés de la région et l’établissement des Etats socialistes unis du Moyen-Orient.

Photo : Le Maréchal-président Abdoul Fattah al-Sissi

*https://www.wsws.org/fr/articles/2014/jul2014/egyp-j30.shtml

 

  
 
Par Tourtaux - Publié dans : Egypte - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 31 juillet 2014 4 31 /07 /Juil /2014 11:04

 


Israël utiliserait le DIME, une arme particulièrement effroyable

Gaza (Territoires palestiniens), envoyé spécial.
Pierre Barbancey
Dimanche, 13 Juillet, 2014

Photo : Pierre Barbancey
Le chirurgien norvégien Erik Fosse montre les brûlures à la cuisse d'un blessé amputé. Les effets du DIME. Photo : Pierre Barbancey
EXCLUSIF. Selon un chirurgien norvégien venu aider ses confrères à Gaza, l’armée israélienne lance des bombes DIME. Les blessures provoquées sont quasiment incurables et conduisent généralement à l’amputation. Nous l’avons constaté à l’hôpital al-Chifa de Gaza.

Gaza (Territoires palestiniens), envoyé spécial. L’aviation israélienne pilonne sans relâche la bande de Gaza depuis bientôt une semaine. Le bilan s’alourdit de jour. Dimanche, à la mi-journée, 166 Palestiniens avaient été tués dont plus de la moitié serait des civils, selon l’Office de coordination des Nations unies pour les affaires humanitaires (OCHA). Un déluge de feu sans précédent.
Comme si cela ne suffisait pas, Israël utiliserait à nouveau – comme cela a été le cas au Liban Sud en 2006 et à Gaza lors de l’offensive menée fin 2008 début 2009 – une arme redoutable, baptisée DIME pour Dense Inert Metal Explosive. C’est ce qu’a affirmé ce dimanche une équipe de chirurgiens qui travaillent et opèrent sans relâche à l’hôpital al-Chifa de Gaza city. Parmi eux, un praticien norvégien, professeur à Oslo, Erik Fosse, arrivé vendredi. « Nous opérons jour et nuit, souligne-t-il. Beaucoup de bombardements sur les maisons ont lieu durant la nuit. Nous avons beaucoup de familles qui arrivent ici, avec des blessés beaucoup touchés par des éclats ou parce qu’ils ont été ensevelis sous les décombres. Nous avons également des patients qui présentent des blessures dues à l’utilisation d’armes anti-personnels. Nous en avons vu touchés par des armes conventionnelles, qui présentaient des lésions provenant d’éclats. C’est ce que l’on voit dans toutes les guerres. Il faut souligner qu’à Gaza les gens sont très affaiblis par sept ans de blocus et quand ils sont blessés les effets sont plus graves. Mais il y aussi, comme en 2008/2009, des patients touchés par les bombes DIME qui sont tirées par des drones. Ils transportent ces petites bombes qui ont un effet spécial sur les victimes. »

Devant le lit d’un blessé lors d’une attaque visant semble-t-il le chef de la police de Gaza lui aussi gravement blessé - alors que 18 autres personnes ont trouvé la mort à la sortie d’une mosquée et 15 ont été blessées, samedi soir -, le professeur Fosse montre les brûlures caractéristiques de cette arme qui marquent le corps. « En général, les membres inférieurs sont touchés, ce qui est le cas ici », insiste-t-il en soulevant le drap. L’homme a perdu la jambe droite et se trouve entre la vie et la mort. Son visage est en partie brûlé. Il respire difficilement.

« Nous vivons une énorme catastrophe humanitaire. Une catastrophe qui n’est pas naturelle mais créée par des hommes. »

Mis au point au début des années 2000 par les laboratoires de l’US Air Force, le DIME est une munition à base d’une enveloppe en fibres de carbone contenant un explosif mélangé à un alliage de métaux lourds et de poudre de tungstène avec du cobalt, du nickel ou du fer. Les blessures provoquées sont quasiment incurables et conduisent généralement à l’amputation. Le DIME provoque des dommages très importants sur la matière vivante et les tissus mous (le derme, les muscles et les os). Une arme particulièrement utilisée lors des guerres asymétriques officiellement pour éviter les dommages collatéraux. Une arme qui n’est pas interdite mais dont les effets sont atroces. Samedi soir, à Gaza, on a malheureusement vérifié qu’entre la théorie d’une « bombe propre » (quel oxymore) et la pratique il y a un gouffre qui s’appelle la mort de civils.

Erik Fosse sait de quoi il parle. Lors de l’offensive « Plomb durci » en 2008/2009, il était déjà venu, avec d’autres médecins étrangers, prêter main forte à ses collègues palestiniens à qui il tient à rendre hommage pour le dévouement sans faille. A l’époque, il avait courageusement dénoncé l’utilisation du DIME. « Peu de gens survivent, rappelle-t-il. Cet homme devait être un peu éloigné du point d’impact, c’est ce qui l’a sauvé. Mais si un enfant est touché par ce type de bombe, vous pouvez être sûr qu’il a été visé. J’ai vu personnellement deux enfants ces derniers jours touchés de cette manière. » Et Erik Fosse de lancer un cri d’alarme : « Nous vivons une énorme catastrophe humanitaire. Une catastrophe qui n’est pas naturelle mais créée par des hommes. »

Par Tourtaux - Publié dans : Palestine - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 31 juillet 2014 4 31 /07 /Juil /2014 09:25
Mercredi 30 juillet 2014

**Lettre ouverte à la Fédération des services publics La Cgt**

En cette année du centenaire de la première guerre mondiale, j’ai eu l’occasion récente de revoir le film « Les sentiers de la gloire » de S.Kubrick.

Un malin hasard m’a fait trouver votre courriel quelques jours plus tard.

Une tel réquisitoire-jugement style tribunal militaire de la grande guerre, façon aller simple pour le peloton d’exécution, on le croirait sorti tout droit du film !
Remarquez toutefois que dans la justice militaire (qui est à la justice ce que la musique militaire etc…) existe un minimum de respect des droits de la défense.
Il est visible que dans le cas présent vous n’avez pas jugé utile de vous embarrasser d’un tel détail.
Tenter de faire sortir la vérité de son puits n’est pas à vrai dire votre centre d’intérêt.
En réalité, vous avez résolu de placer de manière unilatérale et autoritaire à la tête de notre syndicat certains de ses membres largement mis en minorité par le vote.

Vu l’état déplorable des mœurs en Hollandistan, vous avez pu un instant penser parvenir à vos fins.

Mais au moment où le pouvoir en place entreprend de démanteler les bases républicaines du pays en saccageant sans scrupule ses institutions et son organisation, comment pouvez-vous croire ne serait-ce qu’un instant que nous, militants fidèles, engagés dans un combat qui s’annonce féroce et sans quartier, nous accepterions de céder l’instrument même de la bataille, notre syndicat, à un quarteron d’embrouilleurs, prêts de surcroît à pactiser avec l’adversaire ?

En vous comportant comme les ganaches galonnées des tribunaux militaires de 14-18, vous commettez d’abord l’erreur de vous érigez en hiérarchie, alors que vous n’êtes que nos mandataires, et encore de manière indirecte. Croyez-vous que l’on se syndique à la CGT par désir de nouveaux chefs, qu’ils soient petits ou grands ?

Vous commettez l’erreur de nous adresser, dans nos boîtes aux lettres, l’exacte re-production de ce que nous combattons chaque jour sur le terrain : un oukase, un diktat, bref, la manifestation même de l’injustice et de l’arbitraire. Pour des militants aguerris, endurcis par les coups reçus, ce genre de poulet servi par nos « frères » ne peut que déclencher…un grand éclat de rire !

Peut-être avez-vous cru par dessus le marché, à l’instar des bureaucrates madrés que nous affrontons, qu’un papier à en-tête et une signature suffiraient à inspirer la crainte ?
Erreur encore, erreur toujours, erreur fatale en ce qui vous concerne.
Car faites-vous une raison, une fois pour toutes : nous ne céderons pas.
Que dis-je ? Nous ne céderons jamais !!!

J’ai une TRÈS mauvaise nouvelle pour vous : nous sommes le nombre, nous avons l’énergie, nous avons les idées, une solidarité et une chaleur humaine formidables, et le bon droit de notre côté pour faire bonne mesure.
C’est vraiment terrible pour vous, vous allez…perdre.
Moralité : tutelle est pris, qui….

Jacques Thibaut
Membre de la CE du syndicat CGT des personnels du Département du Nord

 


Par modérateur - Publié dans : anti-langue-de-bois - Communauté : La CGT

 

 

Par Tourtaux - Publié dans : Lutte des classes - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 30 juillet 2014 3 30 /07 /Juil /2014 21:31

Soldats de la paix en Ukraine: Kiev rejette l'initiative de Moscou

Dossier: Règlement de la situation en Ukraine

Soldats de la paix en Ukraine: Kiev rejette l'initiative de Moscou
21:12 30/07/2014
KIEV, 30 juillet - RIA Novosti

L'Ukraine n'est pas en proie à un conflit qui exigerait le déploiement de forces de la paix, qui plus est russes, considère Valeri Tchaliy, vice-chef de l'administration de la présidence ukrainienne. 

"L'Ukraine ne traverse pas un conflit qui nécessiterait du point de vue du droit international le déploiement de soldats de la paix, qui plus est russes", a indiqué le responsable uranien, cité par le site Web officiel de la présidence. 

Plus tôt dans la journée de mercredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a proposé au Conseil de sécurité de l'Onu d'adopter une résolution sur le déploiement de soldats de la paix russes dans la zone où un Boeing 777 malaisien s'est écrasé le 17 juillet en Ukraine. 

Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine >>

Le ministre russe a souligné que cette proposition était fondée sur les appels invitant la Russie à assurer l'accès des experts internationaux aux lieux de la catastrophe.

 

Par Tourtaux - Publié dans : Russie - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 30 juillet 2014 3 30 /07 /Juil /2014 21:21
Aujourd'hui, 20:01

Ukraine : le premier ministre tchèque s'oppose aux sanctions antirusses

Ukraine : le premier ministre tchèque s'oppose aux sanctions antirusses

Par La Voix de la Russ Qie | La République tchèque ne soutient pas les sanctions globales antirusses qui pourraient nuire aux échanges entre les deux pays, a déclaré le premier ministre Bohuslav Sobotka dans une interview accordée au quotidien pragois Hospodarske Noviny.

Il espère que les événements actuels dans l'arène internationale ne conduiront pas à l'apparition d'un nouveau rideau de fer sur la frontière entre la Russie et l'Ukraine.

Le premier ministre estime que le rôle principal dans la crise actuelle en Ukraine doit être joué par la diplomatie. C'est pourquoi il soutient l'initiative du président tchèque Milos Zeman qui a proposé son pays en tant que médiateur dans le règlement des relations russo-ukrainiennes.

Par Tourtaux - Publié dans : Russie - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 30 juillet 2014 3 30 /07 /Juil /2014 21:04

mercredi, 30 juillet 2014 08:01

Israël : ce que demande le Hamas au Hezbollah?

Israël : ce que demande le Hamas au Hezbollah?

IRIB- le numéro deux du bureau politique du Hamas,
Moussa AbouMarzouq a émis le voeu de voir le Hezbollah ouvrir un second front contre le régime sioniste ! selon Nabapress, Marzouq qui se confiait à Ria Novosti a affirmé : " nous espérons qu'un second front anti israélien s'ouvrira par le Hezbollah, front qui aidera les palestiniens de la bande de Gaza dans leur combat contre Israël . la Résistance libanaise a de très larges capacités et les palestiniens souhaitent combattre le régime sioniste aux côtés de leurs frères libanais" .  Au cours de son récent discours à l'occasion de la journée mondiale de Qods, le secrétaire général du Hezbollah a étendu le combat anti israélien au delà des frontières palestiniennes en affirmant que le Hezb soutiendra par tous les moyens et sans façon la ésistance palestinienne . " Pour défendre la cause palestinienne, il faut dépasser les divergences politiques et ne penser qu'à la victoire de la Résistance" .
Par Tourtaux - Publié dans : Palestine - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 30 juillet 2014 3 30 /07 /Juil /2014 20:42

mercredi, 30 juillet 2014 10:21

Des frappes nucléaires US contre la Russie, imminentes?

Des frappes nucléaires US contre la Russie, imminentes?

IRIB- Il serait, peut-être, très difficile pour les citoyens américains..
d'y croire que les Etats-Unis envisagent, sérieusement, un subit bombardement atomique de la Russie et espèrent même leur victoire dans cette guerre. Barak Obama, en personne, soumis à Wall Street, aux entreprises militaro-industrielles et aux néo-conservateurs. Ces milieux croient en la victoire en cette guerre atomique contre la Russie. Cette guerre anti-Russie n'est une idée nouvelle, et remonté aux années 50 et 60 où le Président américain d'alors, John F Kennedy a empêché cette guerre et fut, ensuite, assassiné d'une manière très suspecte et mystérieuse. Kennedy s'était opposé au plan des généraux du Pentagone. En 1967, les faucons américains envoyèrent un avion, plein de civils à Cuba et l'explosèrent pour profiter de la colère mondiale et lancer une guerre contre Cuba. En effet, les Etats-Unis inventèrent un bon prétexte, grâce aux attaques terroristes montées de toute pièce, afin de déclencher une guerre contre Cuba. Ce même scénario s'est produit, en Ukraine. Un avion de ligne d'Air Malaysia s'est explosé dans le ciel d'Ukraine et la Russie a été, immédiatement, accusé d'être à l'origine de cette explosion pour que le monde réclamé la vengeance contre les auteurs du crash de cet avion. Les questions qui existent dans ce domaine taraudent l'esprit de tout un chacun.

Lorsqu’en 1963, l’armée US a sacrifié nombreux de ses propres citoyens pour dans une opération terroriste aérienne, comme se fait-il qu’elle ne se livre pas  à exécuter aujourd’hui, ce plan ?

A qui profité le crash de l’avion MH17 ?  Les Etats-Unis ou la Russie ? La réponse à cette question est révélatrice ?  Il n’existe aucun document concernant une implication de Moscou dans cette explosion qui a abouti à la mort, de 298 passagers, mais les médias ont, immédiatement, présenté la Russie comme responsable de cette explosion.  L’image qui se formerait dans les mémoires de l’opinion publique internationale était importante pour les hommes d’état américains, même si il y aurait plus tard des documents qui contredisaient les allégations initiales.  A titre d’exemple, il y a encore ceux parmi les Américains qui pensent que  les attentats du 11 septembre 2001 étaient un activité terroriste directe de Saddam Hussein, dictateur irakien   qui a menacé le monde entier et cela est dû qu’ils ont écrit, ainsi, pour la première fois, l’histoire et les médias ont pointé du doigt Saddam pour le présenter comme auteur de ces attentats terroristes.  Aujourd’hui aussi, nous assistons à une haine sans précédent propagée et diffusée dans la presse et les agences d’information étrangères contre la Russie, ce qui  ne peut pas être le fruit du hasard.  Les tirs choquants et frappants des médias occidentaux sur la chute de l’avion de ligne malaisien, le 17 juillet 2014, faisant une connexion directe au Président russe, Vladimir Poutine et les sanctions urgentes adoptées par les Européens cotre la Russie en disent long sur cette tentative de susciter une telle haine envers la Russie.

Pour l’heure, l’acte préventif 2014 contre l’agression de la Russie est soumis au vote du Congrès et du sénat américains, ce qui serait  un prélude au déclenchement de cette attaque. L’une des plus anciennes ruses pour déclencher une attaque militaire a consisté toujours à ce que le déclencheur de la guerre l’a présente comme un moyen de se défendre face aux éventuelles attaques de la partie opposée.  Nous entendons la même chose en ce qui concerne l’offensive barde du régime sioniste contre la bande de Gaza et nous constatons comment la place du coupable et de la victime est changée.  Ils disent : «  Israël a le droit de se défendre ».

L’administration appliquera les paramètres suivants pour proclamer la guerre à la Russie :

  1. Armer les voisins : Les Etats-Unis ont transformé les pays voisins de la Russie en leurs bases militaires, en y déployant des forces, des chars et des armes.
  2. L’adoption des sanctions sévères : Les Etats-Unis et l’Union européenne ont adopté de nouvelles sanctions contre la Russie, lui imposant des restrictions dans ses transactions avec les sociétés étrangères.
  3.  L’infiltration de l’intérieur : Les Etats-Unis ont l’intention de dépenser 10 millions de dollars en Russie dans ce pays sous prétexte d’établir la démocratie dans ce pays. De même, par des promesses de démocratie dans les autres pays comme l’Ukraine, ils renforcement  le front des aspirants à la violence intérieurs afin de renforcer les gouvernements, desquels les Etats-Unis ne sont pas satisfaits.

L’adoption de «  l’acte préventif 2014 contre l’agression de la Russie au Congrès et au Sénat risquerait d’aboutir à la guerre entre ces deux blocs et l’Union européenne ne ménagera aucune aide aux Etats-Unis.

 
Par Tourtaux - Publié dans : USA - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 30 juillet 2014 3 30 /07 /Juil /2014 19:59
 
       
               
 
 
  Ukraine: les USA comptent déployer des armes nucléaires (expert russe)
 


L'intention de restituer à Kiev le statut de puissance nucléaire n'est qu'un prétexte utilisé par Washington pour déployer des armes nucléaires en Ukraine, considère Konstantin Sivkov, président de l'Académie russe des problèmes géopolitiques.  

A la chute de l'Union soviétique, l'Ukraine a hérité d'un stock d'armes nucléaires. Toutefois, Kiev y a renoncé en 1993 en adhérant au mémorandum de Budapest. En échange, la Russie, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis s'engageaient à garantir la sécurité de l'Etat ukrainien.  

Il y a une semaine, sur fond de poursuite de la confrontation dans le sud-est du pays, les députés du parti nationaliste Svoboda ont proposé de restituer à l'Ukraine son statut de puissance nucléaire.  

"De quelle puissance nucléaire peut-il s'agir si l'Ukraine ne possède (…) ni écoles scientifiques, ni technologies nécessaires à la fabrication d'armes nucléaires? Elle ne possède même pas les matières premières destinées à ces fins. La réponse est évidente: des armes nucléaires américaines y seront déployées", a indiqué M.Sivkov lors d'une conférence de presse à RIA Novosti.  

Les Etats-Unis accusent la Russie d'avoir violé le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF). Dans le même temps, selon l'expert, Washington bafoue les accords internationaux.  

"Les Etats-Unis installent à bord de chasseurs tactiques appartenant à des pays dénucléarisés des équipements permettant d'utiliser des armes nucléaires de fabrication américaine, faisant de ces Etats des pays nucléaires. Voici une preuve d'une violation directe de la loi et du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires", a expliqué M.Sivkov.  

Selon lui, tout ceci peut être perçu comme une démarche antirusse: "Pourquoi l'Ukraine aurait-elle besoin d'armes nucléaires américaines? Bien entendu, contre la Russie".  

 

Source: Ria Novosti

30-07-2014 - 15:04 Dernière mise à jour 30-07-2014 - 15:04

 

 

Par Tourtaux - Publié dans : Ukraine - Communauté : Syndicalisme
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

catégories

Créer un Blog

Liens

Moteur de recherche 1789

Loading

Recherche

Calendrier

Juillet 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés